Chapitre 90 : jeudi 4 août 2005

2 minutes de lecture

- Alors, ce nouveau lit ? Confortable ?

C'était LA question qui taraudait Sam depuis la veille et qu'il s'empressa de poser à Mickaël qui venait de décrocher son téléphone.

- Parfait, répondit-il. En tout point parfait. Mais la femme qui a partagé ce lit avec moi cette nuit l'était encore plus...

- Allez, vas-y, fais-moi ton couplet fleur bleue... T'as pas un violon sous la main, là ?

- Non, juste une louche.

- Une louche ? demanda Sam un peu interloqué.

- Oui, expliqua Mickaël. Je suis en train de préparer une cassolette pour ce soir. Mes parents viennent manger. Tu veux nous accompagner ?

- Est-ce bien raisonnable ?

- A toi de voir... T'appelais pour quoi, au fait ? demanda Mickaël.

- Savoir si ton nouveau lit était confortable..., répliqua Sam.

- Ca, tu me l'as déjà demandé. Si tu veux, tu pourras poser la question à Maureen...

- Elle va rougir comme une pivoine, si je le fais...

- Pourquoi tu dis ça ?

- Elle est trop émotive, ta Princesse, Micky...

- Pas émotive, dit-il. Pudique un peu, oui. Et alors ?

- Alors, rien. Je disais ça comme ça... Bon, sinon, fit Sam d'un ton plus sérieux, on décolle quand pour Fort William ?

- John, le mari de Lawra, devrait arriver samedi dans la matinée, expliqua Mickaël.

- Il débarque à Liverpool ?

- Non, il part d'Ulster. Il arrivera à Troon.

- Ah, ok, fit Sam. C'est plus simple, en effet. Vous allez l'attendre là-bas ?

- Non, Lawra a dit qu'il viendrait jusqu'à Glasgow, que ce n'était pas la peine d'aller le chercher. Il sera en voiture, de toute façon.

- Donc, on part à deux caisses ?

- Oui.

- Ok, je serai prêt. Vous passerez me chercher ?

- Sans problème, dit Mickaël. Je te rappellerai pour te donner une heure plus précise, mais vise le tout début d'après-midi, après déjeuner.

**

Mickaël avait donc proposé à ses parents de venir dîner avec eux ce soir-là et, alors qu'il terminait ses préparatifs, Maureen, Lawra et Kevin arrivèrent. Il avait accompagné Lawra une partie de la journée en promenade, les emmenant jusqu'au Loch Lomond. Ils s'étaient arrêtés à une des plages aménagées, avec des installations nautiques. Il y avait là des jeux pour les enfants, des sanitaires, bref, tout ce qui permettait de passer un moment agréable avec un petit enfant. Il avait prévu le pique-nique. Ils étaient rentrés en milieu d'après-midi et, pendant qu'il cuisinait, Lawra avait ramené Kevin voir Maureen.

Cette dernière leur annonça qu'elle fermerait la boutique le lendemain midi. Elle avait vendu pratiquement tout son stock ; il lui restait des plantes en pot, mais qu'elle pourrait vendre après les vacances. Elle avait ce qu'il fallait pour leur apporter de l'eau et de la lumière, même durant leur absence, dans l'arrière-boutique.

- Bien, dit Mickaël. Alors, je propose d'emmener Lawra au "Palais des thés" demain matin, et on ira sur Great Cumbrae Island, l'après-midi ?

- Bonne idée, répondit Maureen. Mais je voudrais nettoyer la boutique et bien la ranger aussi. Je peux commencer le rangement demain matin et finir samedi, avant que John n'arrive. Il y a aussi nos sacs à faire pour la semaine prochaine...

- Je t'aiderai samedi matin, dit Mickaël. Les sacs, c'est vite fait.

Les parents du jeune homme arrivèrent peu après, et Henry fut lui aussi heureux de faire la connaissance de Lawra et de son fils. Ils passèrent une soirée très agréable et Mickaël et Maureen raccompagnèrent ensuite, à pied, leur amie. Comme il n'était pas très tard, ils décidèrent de rentrer en faisant une petite promenade en longeant les quais.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Défi
Elea1006

" J'étais à l'entrée d'une ruelle. Tout était gris et bleuté. Ça sentait fort la friture et le poisson. Les panneaux étaient écrits en chinois, je ne comprenais rien. Il fallait que je traverse mais mes jambes étaient paralysées. Et puis je t'ai vu au fond du couloir, j'ai tendu les bras pour t'attraper mais tu as disparu.
C'est là que j'ai hurlé "Maman".
- C'est fini, ma chérie, c'était juste un cauchemar. "
7
6
1
0
Guillaume Conpte

Le blanc. Couleur de vertu, vertu du temps froid
Où tu couvres les monts, les cimes des arbres.
Que j'aime ces instants où ton luisant éclat
Apréhende le temps et te change en marbre.

C'est d'éternité que tu gèles les saisons
Comme le peintre au sommet de son art,
Et tu figes la faune et la flore, et tu pares
De ta longue trainée les boutiques et maisons.

Mais j'ai peur de ta faux, impitoyable amie,
Qui du corps des égarés ôte la chaleur
Et dans leur coeur transi y enfouit la terreur.

Le blanc. Couleur de vertu, vertu du temps froid
Où les corps s'endorment, où les âmes s'échappent,
Car c'est de marbre aussi que les défunts se drapent.
4
0
0
1

Vous aimez lire Pom&pomme ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0