Chapitre 75 : mercredi 13 juillet 2005

4 minutes de lecture

Maureen était assise, bien calée contre son oreiller. Un livre sur les genoux, elle lisait tranquillement. Il était un peu plus de 21h. Elle avait soupé rapidement. Une tasse de thé Soyeux était posée sur sa petite table de chevet. Le jour entrait encore, très lumineux, par les fenêtres. Si, en Irlande, les journées d'été étaient longues, elles l'étaient encore plus en Ecosse et la jeune femme appréciait de pouvoir lire ainsi, le soir, sans avoir besoin d'allumer la lumière. Lire ou faire ses comptes, préparer ses commandes.

Le téléphone sonna sur la table. Elle reposa son livre, sourit en voyant le numéro de Lawra s'afficher.

- Bon anniversaire plus un jour ! Comment vas-tu, Maureen ?

- Bien, et toi ? Merci pour ton petit message hier... Tu étais la deuxième personne à me souhaiter mon anniversaire, cela m'a fait très plaisir !

- Je n'ai pas besoin de te demander l'identité de la première !

Maureen sourit :

- Non...

- Alors, raconte-moi cette soirée ? demanda Lawra d'une voix enjouée et curieuse.

Maureen entreprit de raconter, Lawra écoutait, l'interrompant peu comme à son habitude, juste parfois pour avoir une petite précision concernant un plat ou l'atmosphère générale de la soirée.

- Voilà, conclut Maureen. C'était vraiment une très belle soirée d'anniversaire et, pourtant, cela s'annonçait un peu compliqué...

A son ton, Lawra sentit une légère inquiétude la gagner.

- Pourquoi ?

Maureen soupira et raconta alors à son amie ce à quoi Mickaël était confronté.

- Non ? Elle a fait ça ? Alors qu'elle savait... ?

- Oui, répondit Maureen. Mickaël ne m'a pas raconté les détails, mais enfin, je m'en passe...

- Oui, je comprends, dit Lawra. Comment tu as réagi ?

- Pff... Pas très bien, je le crains. J'ai fait des cauchemars, j'ai repensé à Déborah... à Brian.

Lawra passa une main dans ses longs cheveux châtain foncé, aux reflets légèrement roux. Ce que venait de lui dire Maureen ne l'étonnait guère.

- Et tu arrives à dépasser cela ?

- Plus ou moins. Hier soir, ça a été. Mais j'avais un peu d'appréhension quand même. Savoir qu'elle était en cuisine... avec Mickaël. Mais j'ai réussi à ne pas y penser et cela ne m'a pas gâché la soirée !

- Alors, c'est super ! Tu vois, tu arrives à prendre le dessus !

Maureen sourit faiblement.

- Oui, tu as raison. Mais les autres soirs, je crains que ce ne soit pas facile. Alors, j'ai décidé que je m'occuperais le plus possible, quitte à rester au magasin, pour ranger, prendre un peu d'avance pour mes bouquets du lendemain. Et puis, à la maison, que ce soit chez moi ou chez Mickaël, je trouverai à m'occuper aussi. En ce moment, les plantes que j'ai ramenées pour décorer nos balcons ont besoin de beaucoup de soins, déjà, je passerai du temps à faire cela et puis, quand je n'aurai pas les comptes à faire, je lirai...

- C'est très bien, ma belle, dit Lawra d'un ton encourageant. Et comment a réagi Mickaël de son côté ?

- Il est très ennuyé, répondit Maureen. Il essaye de maintenir de la distance et surtout, une relation uniquement professionnelle, mais il est sur ses gardes. Il n'a pas envie qu'elle lui saute dessus à nouveau par surprise !

- Il faut donc espérer que ça en reste là et que ça tienne ainsi jusqu'à la fermeture..., fit remarquer Lawra.

- Oui, soupira Maureen.

- Et que son collègue puisse revenir en septembre, compléta son amie.

- En effet.

- En tout cas, Maureen, je crois que tu peux vraiment faire confiance à Mickaël. Evidemment, je ne l'ai pas encore rencontré, mais s'il avait voulu te cacher quelque chose...

- Je sais très bien comment cela se serait passé, conclut Maureen.

Les deux jeunes femmes demeurèrent quelques secondes silencieuses. Oui, elles savaient trop bien, l'une comme l'autre, comment cela se serait passé. Brian leur en avait malheureusement apporté la preuve...

- Ma belle, reprit Lawra, je ne m'attendais pas à ce que tu me racontes tout cela ! Je pensais juste avoir droit au récit de ton anniversaire... avec ton amoureux !

- Mais c'était quand même l'essentiel, n'est-ce pas ? dit Maureen.

- C'est le plus important, en effet, sourit Lawra. Bien, et si on parlait des vacances, maintenant ?

Maureen sourit à nouveau : Lawra avait l'art de la ramener à ce qui comptait... Elles discutèrent avec animation, organisant plus en détails la prochaine venue de Lawra et de sa famille. La jeune femme arriverait début août, avec le petit Kevin. John ayant dû décaler ses congés, il les rejoindrait par la suite. Maureen se réjouissait déjà de pouvoir profiter un peu plus longtemps de son amie et de son fils.

Les deux jeunes femmes parlèrent encore un moment avant de raccrocher. Il était déjà près de 22h et Maureen sentait la fatigue la gagner. Elle abandonna son livre, se prépara pour la nuit, tira les rideaux de la chambre pour apporter un peu de pénombre. Elle allait certainement s'endormir avant le retour de Mickaël, mais elle repensait aussi à sa conversation avec Lawra. C'était évident que Mickaël lui disait la vérité et qu'elle devait garder confiance en lui, comme en elle-même. Lawra avait raison aussi de souligner qu'elle avait bien mieux réagi que face à Brian. Et elle songea également à ce qu'elle avait dit à Sam, sur Arran, qu'elle se battrait pour garder ce qu'elle avait. Et que cela faisait écho aux propos de Mickaël. Que ce qu'ils avaient, ce qu'ils construisaient, ensemble, lui - leur - était trop précieux pour le perdre. Mais si elle pouvait accorder sa confiance, cela ne l'empêchait pas de rester méfiante vis-à-vis d'Alisson...

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Défi
Elea1006

" J'étais à l'entrée d'une ruelle. Tout était gris et bleuté. Ça sentait fort la friture et le poisson. Les panneaux étaient écrits en chinois, je ne comprenais rien. Il fallait que je traverse mais mes jambes étaient paralysées. Et puis je t'ai vu au fond du couloir, j'ai tendu les bras pour t'attraper mais tu as disparu.
C'est là que j'ai hurlé "Maman".
- C'est fini, ma chérie, c'était juste un cauchemar. "
7
6
1
0
Guillaume Conpte

Le blanc. Couleur de vertu, vertu du temps froid
Où tu couvres les monts, les cimes des arbres.
Que j'aime ces instants où ton luisant éclat
Apréhende le temps et te change en marbre.

C'est d'éternité que tu gèles les saisons
Comme le peintre au sommet de son art,
Et tu figes la faune et la flore, et tu pares
De ta longue trainée les boutiques et maisons.

Mais j'ai peur de ta faux, impitoyable amie,
Qui du corps des égarés ôte la chaleur
Et dans leur coeur transi y enfouit la terreur.

Le blanc. Couleur de vertu, vertu du temps froid
Où les corps s'endorment, où les âmes s'échappent,
Car c'est de marbre aussi que les défunts se drapent.
4
0
0
1

Vous aimez lire Pom&pomme ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0