Chapitre 62 : mardi 28 juin 2005

3 minutes de lecture

- Tenez, patron, on a ramené cela ce week-end, dit Mickaël en posant les bouteilles de whisky d'Arran sur le petit comptoir.

- Oh, oh ! fit Harris en souriant. Tu as emmené Maureen sur Arran ?

- Oui. Avec Sam. On s'est bien baladé.

- Elle a aimé ?

- Beaucoup. Elle aime beaucoup les paysages par ici.

- Et Sam ? Ca va ?

- Ca va, oui. On avisera aujourd'hui, mais je pense que ce petit intermède lui a fait du bien.

- J'ai deux rendez-vous, en début d'après-midi, pour le remplacement, reprit Harris. J'espère que l'une des personnes conviendra. Il y en a une, Mickaël, c'est une femme. Elle m'a été conseillée par un collègue qui l'a fait travailler pendant quelques mois. Il m'en a dit beaucoup de bien. J'espère que ça ira avec Sam...

- Vous voulez dire que, si elle fait l'affaire, vous craignez qu'elle ne soit choquée par Sam ?

- Un peu, oui, répondit Harris avec un léger sourire.

- Je peux essayer de lui faire la leçon, mais vous savez, le naturel reprend si vite le dessus avec Sam...

- ... qu'on a parfois l'impression qu'il ne l'a pas perdu !

Les deux hommes rirent, puis Mickaël gagna le vestiaire, se changea. En cuisine, pour l'heure, il n'y avait que Jonathan. Ils avaient du temps devant eux et il voulait profiter de ces moments-là pour lui expliquer tranquillement, au calme, sans le bruit des conversations avec les autres, certaines recettes, des procédés, lui donner des conseils. Depuis la salle, Harris entendit quelques phrases et hocha la tête. C'était reparti.

**

- Comment ça, patron ? Vous n'avez pas encore goûté le whisky qu'on vous a ramené ? Si j'avais su, j'aurais gardé une des bouteilles...

- Je suis certain que tu n'as pas quitté Lochranza les mains vides, Sam ! répondit Harris en lançant un regard complice à Mickaël.

- Micky, faux frère... J'aurais pu récupérer une bouteille !

- Bon, Messieurs ! Un peu de sérieux, s'il vous plaît ! reprit Harris avant que Sam ne se lance dans une longue diatribe.

Toute l'équipe était à nouveau rassemblée dans la salle du restaurant. C'était le milieu d'après-midi, l'heure de la pause, après les premiers préparatifs. Aux côtés d'Harris se tenait une jeune femme, assez grande, les cheveux auburns coupés courts, un peu stricts. Elle avait le visage légèrement allongé, impression donnée en partie à cause de son nez, fin, mais un peu long, et son menton en pointe. Elle se tenait très droite, sérieuse. Son regard était vif, intelligent.

- Je voulais vous présenter Alisson Dennins. Elle est disponible pour remplacer Dan, au moins jusqu'à la fermeture, en août. Ensuite, nous aviserons, en fonction de l'état de santé de Dan. Elle a travaillé durant six mois à Edimbourg, au restaurant de Toby Gilmour.

Alisson remarqua le lever de sourcil appréciateur de Mickaël. Harris poursuivit :

- Elle a aussi effectué d'autres remplacements, de durées variables, dans divers établissements de Glasgow, et notamment pour quelqu'un que vous connaissez, John Callagan. C'est lui qui m'a parlé d'elle. Je vous demande de lui réserver le meilleur accueil, je sais que je peux compter sur vous pour que tout se passe bien.

Hochements de tête. Ann et Julia échangèrent un petit regard. Il allait y avoir une femme en cuisine et plus uniquement en salle. Cela ne s'était pas encore jamais produit, depuis que l'une comme l'autre travaillaient pour Harris. Non qu'Harris ne voulait pas de femme en cuisine, seulement, elles étaient encore peu nombreuses à y travailler et l'occasion ne s'était tout simplement pas présentée.

- Alisson, laissez-moi vous présenter Mickaël, le chef cuisinier, dit Harris.

Celui-ci lui tendit la main avec sympathie. Elle la serra amicalement.

- Enchanté, Alisson, bienvenue parmi nous.

- Merci.

- Et Sam, poursuivit le patron, le second en cuisine avec lequel vous devrez particulièrement vous entendre. Mais, je vous préviens, Sam est un beau parleur, alors, ne vous laissez pas impressionner !

- Enchantée, Sam, j'espère ne pas être trop impressionnable ! dit Alisson.

- Bonjour, Alisson, faudra pas m'en vouloir..., fit Sam.

Puis Harris lui présenta le reste de l'équipe et, accompagné de Mickaël, il lui fit visiter la cuisine. Ils discutèrent un moment tous les trois, puis elle repartit et tous se mirent au travail. Elle devait commencer le lendemain. Mais, pour quelques jours, Harris demanda encore à Ann, Julia et Timothy de venir plus tôt l'après-midi, comme ils l'avaient fait la semaine passée, afin d'aider pour les livraisons, pour permettre à l'équipe en cuisine d'intégrer Alisson sans précipitation.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Défi
Elea1006

" J'étais à l'entrée d'une ruelle. Tout était gris et bleuté. Ça sentait fort la friture et le poisson. Les panneaux étaient écrits en chinois, je ne comprenais rien. Il fallait que je traverse mais mes jambes étaient paralysées. Et puis je t'ai vu au fond du couloir, j'ai tendu les bras pour t'attraper mais tu as disparu.
C'est là que j'ai hurlé "Maman".
- C'est fini, ma chérie, c'était juste un cauchemar. "
7
6
1
0
Guillaume Conpte

Le blanc. Couleur de vertu, vertu du temps froid
Où tu couvres les monts, les cimes des arbres.
Que j'aime ces instants où ton luisant éclat
Apréhende le temps et te change en marbre.

C'est d'éternité que tu gèles les saisons
Comme le peintre au sommet de son art,
Et tu figes la faune et la flore, et tu pares
De ta longue trainée les boutiques et maisons.

Mais j'ai peur de ta faux, impitoyable amie,
Qui du corps des égarés ôte la chaleur
Et dans leur coeur transi y enfouit la terreur.

Le blanc. Couleur de vertu, vertu du temps froid
Où les corps s'endorment, où les âmes s'échappent,
Car c'est de marbre aussi que les défunts se drapent.
4
0
0
1

Vous aimez lire Pom&pomme ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0