7. Alan

3 minutes de lecture

« -Arrête avec ça !

-Hum, me répond distraitement Chae qui lâche la vue de la mer qu’elle contemplait. Arrêter avec quoi ?

-Toute la mièvrerie qui se dégage de ta personne.

-Mièvrerie, fit-elle en haussant un sourcil. C’est bien la première fois que quelqu’un me dit ça.

-Je peux presque voir des fleurs volaient autour de toi. Tu te crois dans un manga ?

-Tu dis ça seulement parce que tu es jaloux. »

Le sourire hautain et satisfait qu’elle a me donne envie de lui arracher ce qui la rend si heureuse.

« -Ne t’inquiète pas, il finira bien par t’en offrir un à toi aussi, ajoute t-elle en touchant doucement le collier qu’elle porte.

-Je ne suis pas jaloux. »

Faux, je crève de jalousie.

Après m’a prise de parole, Gros Nounours n’était réapparu avec Chae que dans la soirée en plein milieu du repas.

Elle sur ses genoux, il la nourrissait, n’avait d’yeux que pour elle et inversement.

Ils semblaient seuls au monde.

Voix Nasillarde et moi n’étions que le cinquième roue du carrosse, ce qui l’a légèrement mis sur les nerfs.

Jusqu’à ce que son frère dévoile les clavicules immaculées de Chae, nous laissant apercevoir un collier ras de cou en or blanc avec une chaîne très fine qui reposait en partie dans le creux de ses seins, avant de rapidement refermer le kimono.

Mon propriétaire avait sifflé, Chae rougit et Gros Nounours s’était renfrogné.

Voix Nasillarde, m’avait ensuite expliqué que le collier avait une signification particulière. Un moyen physique de démontrer qu’elle n’était plus libre, qu’elle appartenait à quelqu’un.

Ces mots avaient résonnés en moi, provoquant une sensation de malaise comme si j’oubliais quelque chose d’important à propos de nos propriétaires.

À propos de nous.

Chae me sort de mes pensées avant que je n’ai pu mettre de mots sur ce sentiment.

« -Merci, pour ce que tu as fais hier midi. Grâce à toi, il m’a pardonné.

-Ce n’était rien, lui répondis-je dans un soupir. J’avais besoin de le dire et lui de l’entendre.

-Et ta punition ?

-Je ne sais pas quand elle aura lieu, fis-je après avoir grimacé. Je savais très bien que je n’y échapperai pas de toute façon : j’ai désobéi.

-Merci pour ce que tu as fait, dit-elle en m’embrassant sur le font, mon presque frère.

-Comment ça presque frère, tout ça parce que je n’ai pas encore de collier ! Je vais finir par en avoir un, lui assurai-je d’un ton péremptoire en lui balançant un des coussins du canapé à la figure. »

Coussin qu’elle évita en rigolant et qui alla frapper Voix Nasillarde en plein visage.

J’étais mort.

« -Oh oh, laissa échapper Chae d’une petite voix.

-Tu as l’air en forme mon bichon, me dit-il avec ce sourire qui me glaçait le sang, je pense qu’il est temps que tu es ta punition. »

Gros Nounours sortit de l’ombre à ce moment là, une coupure sur la joue. Je vis le visage de Chae s’éclaircir à sa vue avant de se refermer en apercevant la blessure. Elle s’approcha de lui avant même qu’il ne l’appel et le serra dans ses bras.

« -Alan, la chambre. »

Sans un mot, avec la seule pensée que j’allais passer un sale quart d’heure, je suivis Voix Nasillarde en direction de notre chambre pour la punition que je méritais.

« -J’ai beaucoup réfléchis à la manière dont j’allais te punir Alan. »

Je n’aimais pas beaucoup quand il prononçait mon prénom, c’était rarement bon signe.

« -J’espère que tu n’as pas de problème avec les attaches en cuir, me susurra t-il. »

Annotations

Recommandations

Défi
Lilas bookine
En réponses au défi de Pillechat.
8
4
9
2
roi
Voici le chapitre 1 de ma nouvelle oeuvre qu n'est pas récente je l'avais dans mon stock merci de mettre une liker mettre un commentaire et partagéeeeee


SUR CE CIAO!!!!!!!
3
3
14
0
Plume Spirituelle

Au bord de mon corps coule le vent
Me caressant et me consolant
Il vient me rafraîchir et effacer
Toute cette sueur que les labeurs m’ont laissée
 
Aux rives de mon Moi, une routine
Faite de tâches, d’Hommes, et de nature
Tout ce paysage qui me fascine
A mesure que je coule vers mon futur
 
Au droit de mon âme, les abysses de ma vie
Une solitude irrésolue
Là où mes sentiments se lient
Et où mon esprit tumultueux se mue
 
Au fil des ans… Que j’ai grandi !
Derrière moi une longue trace indélébile.
Supporter ce fardeau est certes difficile

On s’en reposera sur notre dernier lit.
5
13
0
0

Vous aimez lire Indecise-Noctambule ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0