Roderick le rouge

5 minutes de lecture

Thahild courait dans les couloirs silencieux, son épée de bois à la main. Cette nuit, elle avait fait un rêve merveilleux où Arnald était à ses côtés. Mais elle n'avait que trop tardé sous les couvertures car elle était en retard pour son entraînement matinal. Après avoir déambulé dans le labyrinthe de vestibules abandonnés pendant plusieurs lunes, elle les connaissait désormais parfaitement. Elle emprunta quelques raccourcis pour gagner du temps. Quand elle déboucha sur l'esplanade, elle n'aperçut que ce crétin de Sven, assis en tailleur dans la neige. Elle s'arrêta net et chercha du regard le maître, ne la voyant nulle part. C'était inhabituel. Mildthra n'était jamais en retard. Elle s'approcha lentement du jeune homme, sur ses gardes.

— Où est Mildthra ?

— Aujourd'hui, tu t'entraîneras avec moi.

Thahild eut une moue dégoûtée. Sven ne semblait pas plus enthousiaste et se remit debout sans rien ajouter. Il dégaina une épée d'entraînement et se mit en garde. Son adversaire ne bougea pas, dubitative. Devant son absence de réaction, il leva les yeux au ciel.

— Cesse de me faire perdre mon temps et bats-toi !

Thahild sourit en imaginant son épée frapper sa face prétentieuse. Si elle se démenait avec assez d'acharnement, elle pourrait peut-être le toucher ? Il était fort mais pas autant que le maître... Encouragée par cette perspective, elle se mit en position, le regard féroce.

Les deux apprentis commencèrent à se tourner autour, se fixant droit dans les yeux. Thahild se concentra avec intensité, attendant le bon moment. Sven soupira et chargea avec impatience. Elle esquiva son attaque et abattit son épée sur son épaule. Le fils du Vent para avec un ricanement. Il repoussa sa lame d'un mouvement brusque, forçant Thahild à reculer. Sans perdre de temps, il l'attaqua sauvagement plusieurs fois. Ses coups étaient si puissants que les ondes de choc se répercutaient dans les bras de la jeune femme. Elle serra les dents sous l'effort.

Sven se montrait bien plus brutal que le maître, il esquivait peu, préférant parer. Il n'utilisait pas non plus sa maîtrise, sans doute persuadé qu'il n'en avait pas besoin pour l'humilier.

L'occasion était trop belle pour lui de la malmener sans réprimande. Alors qu'elle l'attaquait, il saisit son bras et lui asséna un puissant coup de pommeau en pleine figure. Thahild vacilla sous le choc. Sa lèvre était fendue et du sang frais coulait sur son menton. Sven la lâcha et la repoussa avec un sourire satisfait. Elle lui lança un regard malveillant en s'essuyant la bouche, sans mot dire. Le jeune homme se mit en posture de garde, une lueur de défi brillant dans ses yeux bruns. Thahild expulsa un crachat rougeâtre sur la neige et l'imita.

Ils se jetèrent l'un sur l'autre avec hargne. Leurs armes craquaient de manière sinistre sous la violence de leurs coups. Pourtant les apprentis n'y prenaient pas garde, trop absorbé par leur lutte. Sven envoya de nombreuses fois son adversaire rouler dans la neige. Thahild, irritée, se relevait immédiatement, impatiente d'en découdre à nouveau.

Les apprentis s'affrontèrent longuement, chacun étant désormais à bout de souffle et le front brillant. La jeune femme était dans un triste état, sa lèvre saignait et son œil droit commençait à disparaître sous sa paupière gonflée. Sven avait largement dominé cette séance d'entraînement, tant sur la technique que sur la force physique. Son besoin de supériorité assouvi, il rangea son arme.

— Ça suffit. Il ne sert à rien de continuer.

— Ce n'est pas terminé ! Il n'est pas encore midi !

Sven ricana et la désigna d'un mouvement moqueur.

— Bientôt, ta paupière t'empêchera de voir correctement. À quoi bon t'obstiner ? Tu ne fais pas le poids.

Aussi acerbes qu'étaient ses propos, il avait raison. Son œil la lançait douloureusement et serait bientôt englouti par un amas de chair violacée. Déjà, son champ de vision s'amenuisait. Elle ravala sa salive, le goût amer de la défaite en bouche.

— Une dernière passe. C'est tout ce que je demande.

Sven la contempla, un sourcil relevé d'incompréhension. Il haussa les épaules et dégaina son épée.

— Si tu y tiens tellement...

"C'est ma dernière chance. "

Thahild rassembla ce qu'il lui restait de force pour charger une ultime fois. Avec colère, elle abattit son arme sur lui mais il para sans grande difficulté. La jeune femme força, tentant de le faire céder. Les muscles de ses bras tremblaient sous l'effort, mais Sven ne bougeait pas. Il souriait même de sa tentative désespérée. Leur visage étaient très proche à présent, elle pouvait sentir son souffle chaud sur sa peau et l'odeur âcre de sa sueur. Elle plongea son regard dans le sien, bouillonnant de rage. Cette promiscuité lui était insupportable !

Sans réfléchir, elle bascula la tête en arrière et heurta de son front le nez de Sven. Quelque chose craqua. Ce dernier hurla de surprise et de douleur et recula précipitamment, une main recouvrant son visage. Une joie bestiale explosa dans la poitrine de l'apprentie, l'empêchant de ressentir la douleur. Elle observa Sven tituber, un flot de sang s'écoulant entre ses doigts. Il lâcha son épée en gémissant. Jamais auparavant elle n'avait connu de plaisir aussi intense.

Son rival se calma et lui lanca un regard courroucé.

— Je vais te faire la peau !

Il se jeta sur elle, l'attrapant à la gorge. Ils dégringolèrent dans l'épaisse couche de neige. Thahild se débattit vivement mais Sven la maîtrisa en grognant, coinçant son torse et ses bras sous ses jambes. Il lui décocha de violents coups de poing. Les chocs étaient si terrible que sa vision se brouilla et un bourdonnement envahit ses oreilles. Le temps et l'espace semblaient se disloquer. Sa figure n'était plus que souffrance mais les coups continuaient de pleuvoir. Elle voulait se dégager, le repousser, mais ses membres semblaient sans vie. Elle croyait sa dernière heure venue quand quelqu'un donna un coup de pied dans le flanc de son bourreau, le faisant valser un peu plus loin. Thahild contempla l'étranger, hébétée.

C'était un homme imposant. Probablement originaire du Clan de l'Ours, vu ses cheveux et sa barbe rousse. Ses yeux étaient aussi rouge que le sang qui maculait la neige. Quelque part, la voix furieuse de Mildthra retentit.

— Sven tu es devenu FOU ?

Le rouquin s'agenouilla près de Thahild, l'air intrigué. Thahild était effrayée par cet homme au regard mort. Elle voulait ramper loin de lui mais ne parvint qu'à remuer faiblement. Le regard de l'étranger parcourut son visage boursouflé et ensanglanté, sans la moindre once de compassion. Il s'adressa à elle, d'une voix rauque.

— Première leçon : le froid diminue l'hémorragie .

Il lui fourra un peu de neige dans la main.

— Mets ça sur ton œil avant d'être complètement aveugle.

Faiblement, l'apprentie s'exécuta en crachant du sang. Les interrogations se bousculaient sous son crâne mais elle avait beaucoup de difficulté à les ordonner. Rester consciente était déjà difficile. Elle se concentra et s'exprima d'une voix pâteuse.

— Qui êtes vous ?

— Je suis Roderick Poing Sanglant, ton nouveau maître.

Annotations

Recommandations

Sully Holt
Texte très court imaginé à partir des thèmes suivants : cerisiers - averse impromptue - jour férié.
0
0
0
5
Hope-and-Roll
Oh, you can't hear me cry
See my dreams all die
From where you standing on your own
It's so quite here
And I feel so cold
This house no longer feels like home

___ So Cold, Ben Hocks.
1
0
0
14
Travers Mylène
«On dit souvent que la vie est un long fleuve tranquille. Ce n'est pas vrai. Pas pour moi en tous cas.» Lili n'est pas une belle brune. Lili n'est pas grande. Lili n'est pas sociable. Lili n'est pas normale. ___ Cover faite avec l'application NiceEyes. /!\ Je n'accepterais en aucun cas le plagiat.
2
2
5
0

Vous aimez lire Cendres ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0