Les fiançailles

6 minutes de lecture

Tandis que les hommes se réunissaient dans le bureau du Jarl, Thahild retourna à ses appartements pour patienter. Elle avait à peine franchi la porte que Sigrid, son amie d'enfance et camériste, l'assaillit de questions. Tel un feu follet, elle tournoyait autour d'elle, sa longue crinière rousse s'agitant autour de son beau visage.

— Raconte ! Raconte !

— Commence par m'enlever cette maudite ceinture, on discutera après...

Sigrid s'exécuta en souriant, ses doigts fins s'agitant sur le fermoir. Lorsque la pression se fut relâchée, Thahild se massa le ventre avec reconnaissance.

— Je me sens mieux.

— Alors, comment est-il ? Je ne l'ai pas bien vu dans la cour.

D'impatience, Sigrid sautillait presque sur place. Thahild alla s'asseoir dans un grand fauteuil au coin du feu. Elle approcha ses mains des flammes et haussa les épaules d'un air faussement détaché.

— Il est bel homme.

Sigrid eut un gloussement appréciateur.

— C'est une bonne chose. Pour un mariage arrangé, ça aurait pu être pire !

Thahild ne répondit pas, le regard perdu dans les flammes. Sigrid s'approcha et arrangea ses tresses , l'air complice.

— Est-ce qu'il te plaît ?

Elle ne répondit pas tout de suite. Il était difficile de cerner ses sentiments après une si brève rencontre.

— Devant lui, je me suis sentie sens gauche.

Sigrid hocha la tête d'un air entendu.

— C'est tout à fait normal.

— J'ai eu l'impression d'avoir des papillons dans le ventre.

— Hum hum...

— Au moment où je l'ai vu, mon cœur a cessé de battre.

Sigrid laissa éclater sa joie et la serra affectueusement dans ses bras.

— Je suis tellement heureuse pour toi !

Thahild lui tapota l'épaule, plus pondérée.

— Ne t'emballe pas trop, Sigrid.

La servante desserra son étreinte avec étonnement.

— Pourquoi ?

— Je ne crois pas avoir fait le même effet à Arnald.

Sigrid leva les yeux au ciel.

— Mais qu'est-ce que tu vas t'imaginer...

— Je t'assure. Il ne m'a pas adressé la parole.

— Il était embarassé c'est tout.

Thahild haussa les épaules avec découragement.

— Je suis tellement quelconque, comment pourrait-il s'intéresser à une femme comme moi ?

— Ne te dénigre pas comme ça, Thahild. Tu es très bien comme tu es.

"Facile à dire pour toi." , pensa la jeune femme avec amertume.

Sa servante était d'une beauté délicate avec son teint pâle et ses grands yeux bruns. En outre, sa chevelure rousse attirait tous les regards dans un clan où presque tous étaient blonds. En comparaison, la fille du Jarl paraissait bien fade.

Thahild soupira, cette rancœur n'ayant pas lieu d'être. Elle devait faire contre mauvaise fortune bon cœur.

La main sous le menton, Sigrid était en pleine réflexion.

— Un beau jeune homme comme lui... Il a peut-être déjà quelqu'un ?

La fille du Jarl hocha lentement la tête, attristée à cette idée.

— Oui... C'est fort probable.

Sigrid fit un geste de la main, comme pour chasser un insecte.

— Si c'est le cas, il aura tôt fait d'oublier cette fille !

— Si tu le dis...

***

Ce soir-là, un festin se tenait dans la salle principale pour accueillir les hôtes et célébrer les fiançailles. Les hommes les plus costauds avaient remonté l'hydromel et la bière des caves. En plus de celle en chêne du Jarl, on avait disposé trois tables pour les invités. Ainsi, la Grande Salle pouvait accueillir confortablement une centaine de convives. Le Jarl, son entourage et sa belle famille siégeaient au centre de la pièce, mangeant dans des assiettes d'argent. Les guerriers et les chasseurs occupaient les tables moins prestigieuses, aux écuelles de bois.

Ceux qui mangeaient à la table du Jarl se devaient d'avoir une tenue correcte. Les frères du Clan du Loup avaient donc troqué leurs vêtements de voyage humides contre des tuniques grises et des capes bordées de fourrure noire. Ils ne portaient aucun bijou.

En cette grande occasion, les cuisinières s'étaient surpassées. Les tables débordaient de nourriture en tout genre. Des sangliers baignant dans la sauce trônaient dans d'immenses plateaux. La dernière chasse ayant été fructueuse, un renne aux champignons et aux oignons se dressait à la table du Jarl. Dans des plats de bois étaient placés des magrets de canard au miel et du poulet à la moutarde. Il y avait des navets caramélisés, des choux, des épinards à la crème et des carottes. En outre, d'immenses meules de fromage et des coupes remplies de noisettes étaient préparées. Il y avait également une grosse marmite pleine de bouillon fumant. Des cuisines se déversaient un flot incessant de serviteurs apportant d'autres victuailles. Ils fourmillaient de partout, s'agitant pour couper la viande et resservir ceux qui le désiraient. Les plus jeunes circulaient entre les convives avec des chaudrons remplis de bière chaude, dans lequel chacun se servait au moyen de bolées en forme de petits oiseaux.

Les ménestrels jouaient un air entraînant et joyeux. Plusieurs têtes se balançaient au rythme des tambours. Dans la gigantesque cheminée sculptée, flambait un grand feu qui projetait des lueurs rougeoyantes sur les visages luisants et faisaient danser des ombres déformées sur les murs. La présence de tant de convives dans la même pièce rendait l'air lourd et chaud. Il régnait dans la salle une odeur de sueur, de bière renversée et d'épices.

Les fidèles de Thorod n'avaient droit à ce genre de festin qu'en de rares occasions et en profitaient pleinement. Ils buvaient jusqu'à plus soif, chantaient et tripotaient les servantes qui passaient trop près de leurs mains avides. La salle commune retentissait du brouhaha de leurs rires et de leurs chants. Cependant, les hommes d'Arnskar paraissaient ne pas partager la bonne humeur générale. Ils restaient groupés entre eux, refusant de se mélanger aux autres convives. Les chasseurs faisaient honneur au repas mais conservaient un air protocolaire.

Comme c'était jour de fête, il était convenu que les paroles prononcées sous l'effet de la boisson n'auraient aucune incidence le lendemain. Aucune bagarre ne s'était déclenchée pour le moment.

À la table principale, Thorod ne mangeait déjà plus, plongé dans une conversation avec Arnskar. Ils devaient discuter sur de nombreux sujets, dont la dot de Thahild et le tilgjöf d'Arnald. C'était un point important dans les mariages. Car dans la tradition, les mariés devaient avoir un rang social proche et des fortunes égales.

À la droite de Thorod se trouvait la chaise vide d'Ulin, son conseiller, qui buvait de la bière avec leurs guerriers. Sur le siège d'à côté, Thahild écoutait distraitement. Elle préférait laisser à son père le soin de s'occuper des détails financiers qui, ce soir, n'étaient pas sa préoccupation première.

Elle jeta un regard discret vers son futur époux, assis silencieusement aux côtés de son aîné. La tête baissé, le jeune chasseur contemplait son assiette, qu'il avait à peine touchée. Le pauvre semblait complètement dépassé. Elle piqua sa fourchette dans un morceau de porc sanguilonant et l'engloutit sans grande conviction.

Elle chercha des yeux Sigrid. Cette dernière se trouvait sur les genoux d'un des chasseurs, riant à pleine gorge. D'humeur plus amicale que ses congénères, la main de l'homme disparaissait sous la jupe de la servante. Assis à une autre table, Fjori, son dernier soupirant en date, la regardait d'un air furibond. Thahild grimaça.

"Il y a de l'orage dans l'air..."

Fjori n'était pas comme les autres guerriers. Il était vraiment amoureux de Sigrid, ne semblant pas comprendre qu'elle ne lui appartiendrait jamais. Comme pour justifier ses pensées, Sigrid se leva et entraîna le chasseur souriant avec elle en dehors de la salle commune. Le prétendant les observa s'éloigner, les poings crispés.

Au centre de la pièce, un des guerriers du Jarl attrapa une servante par la taille et se mit à danser avec elle au son de la harpe et de la flûte. Ils furent rapidement imités par d'autres couples.

Thahild jeta un regard timide vers Arnald mais ce dernier ne la remarqua pas, trop absorbé dans ses pensées. Sur la table reposait une grande cruche, contenant le festaröl, la bière des fiançailles. Arnald n'y avait toujours pas goûté et elle non plus. La moitié de la salle était ivre d'en avoir trop bu et les principaux concernés n'en avaient pas encore consommé une seule goutte.

La jeune femme sentit une pointe de tristesse lui crever le cœur. Toutes les petites filles avaient imaginé ce jour. Elle ne faisait pas exception. Mais ses fiançailles étaient bien différentes de ce qu'elle avait envisagé. Le fiancé était distant et semblait vouloir fuir le château. Au milieu de cette foule bruyante et joyeuse, elle se sentait bien seule. Elle n'était qu'un pion dans un plan qui la dépassait.

La larme à l'œil, elle se servit une coupe d'hydromel qu'elle vida d'une traite. Il fallait faire bonne figure et accomplir son devoir dignement.

Annotations

Recommandations

Niix02


Loin des âmes vivantes, j'aperçois de loin la chance qui me fut enlevée, je laisse donc aujourd'hui l'autopsie d'une respiration de vie.
Fuyant les contours de mon visage, j'avais tant peur de voir ma frustration dans le miroir, je me noyais alors dans la solitude, peu à peu fier d'être un légendaire gouffre de paix, je n'étais malheureusement transparent qu'avec moi-même. Je m'efforçais d'accepter la réalité que j'avais moi même dessiné, attendant qu'un jour la vie ne l'efface pour de meilleurs moments.
Je ne connaissais la haine jusqu'au jour où je connus l'humanité, je ne connaissais l'amour jusqu'au jour où le puissant exauçai mon vœux .Mes sentiments prirent le dessus sur mes lèvres, mes sentiments prirent le dessus sur la raison, mes sentiments prirent le dessus sur ma vie. J'ai vu et j'ai senti, j'ai touché et j'ai compris, j'ai enfin appris ce jour là à parler d'amour.
Les cœurs fondent tant que le temps les fait vivre, tant que le temps les fait vibrer d'un sang gorgé de souvenir, tant que le temps les fait soupirer après une nuit de désir. Je m'en veux aujourd'hui, peut être plus que demain, j'attends encore mon réveil au matin d'une journée d'espoir.
J'ai palpé l'amour et caressé une femme, je me suis allongé près d'elle afin de la revoir encore sans me lasser de sa peau. Que dieu m'en soit témoin, je l'aurais défié pour sa vie et hoter celles de ses pieux enfants .J'ai tant aimé mourir dans ses bras, tant aimé renaitre dans ses yeux, je l'ai tant aimé à en mourir, qu'elle le sache enfin avant qu'elle ne m'oublie.
Je voulais vivre encore alors que mon créateur m'appelait, il criait mon nom tous les soirs, tous les matins jusqu'à ce que mon cœur l'entende et revienne à lui .Je lui appartiens car je suis son fils, elle m'appartenait car c'était ma vie. Voulait-il me voir souffrir ou espérait-il assombrir ses sincères sentiments, lui seul sait. Je n'ai la force de m'adresser à une divinité, alors j'adresse ces mots à ceux qui m'oublieront un jour.
Je te laisse aujourd'hui mes pensées, toi que j'ai tant aimée, toi qui as dansé avec mes rêves, toi qui as fait valser mes envies. J'avais tant espéré t'appartenir avant que tu ne m'appartiennes, tant connu la noirceur avant que tu ne m'acceptes, ce n'est que du passé car tu me l'avais enfin dit un soir d'amour .Loin de toi aujourd'hui, sous terre et au dessus de la vie, je l'ai détesté car il fit de moi ce qui n'est plus, mais tant que le temps s'enflamme, je lui dois un sourire car il m'a permis de te dire je t'aime.
5
1
3
2
Arkezis
Jean avait donné rendez-vous à Yasmine dans une cantine de la basse ville, au 14eme district. Originaire du très semblable district 12, Yasmine connaissait bien ces lieux populaires. Les ouvriers s’y retrouvaient pour partager un repas copieux bien qu'économique, ou pour boire un verre après le travail. Son père, un ancien chef de secteur dans une usine de métallurgie, fréquentait quotidiennement une cantine semblable. Alors qu’elle s’approchait, le jour tombait à l’horizon. D’ordinaire ponctuelle, un ralentissement au poste de contrôle l’avait mis en retard d’une vingtaine de minutes. Alors qu’elle approchait de l’entrée de l’établissement, son cœur se mit à battre plus fort. Malgré son appréhension, elle avançait avec détermination. Elle passa devant le vigile et entra.
0
0
0
0
Célia Dri

Quatre grands-mères sont assises sur un muret pour papoter. Je les regarde. Je les écoute. Je suis tranquillement assise sur un banc moi aussi. Un peu éloigné de ce petit groupe, mais pas trop quand même pour avoir leurs histoires. Une grand-mère commence par raconter la sienne. Elle a, pendant de longues années, habité à Castellane. C’est un petit village à côté du très joli lac de Castillon. Elle nous raconte sa vie au village, nous décrit sa maison qu’elle a élégamment décorée de lavandes, d’huile et d’olives. C’est cela, la mode des maisons du Sud. Tel est le climat du Sud : calme et apaisant. La deuxième grand-mère prend alors la parole. Elle a toujours habité à Digne-les-Bains. Auparavant, elle était lavandière. Lavandières, étant les personnes s’occupant de la récolte de la lavande. Elle adorait se balader dans les champs de lavande où la couleur violette est partout. Vint le tour de la troisième grand-mère. Elle connaît les Gorges du Verdon par cœur, et pour cause elle habite à côté. Il lui arrivait de faire la même route tous les jours. Même des fois, plusieurs fois par jour. Elle ne s’en est jamais lassée. A chaque fois, arrivait le moment où, sur le côté de la route, un cabanon, caché derrière un parterre de lavande. Elle s’est toujours demandé ce qui se trouvait à l’intérieur de ce cabanon. Mais, elle n’a jamais osé y entrer. Quant à la quatrième grand-mère, elle sortit de sa poche trois bouquets de lavande, qu’elle offrit à ses amies, en concluant par cette belle phrase : notre paysage ne nous laissera jamais tomber !
1
1
0
1

Vous aimez lire Cendres ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0