Vague

Une minute de lecture

Et la nuit vint à s’éteindre. Les rayons des lumières bordaient alors toutes la rue, et le bruit des feuilles étrangement desséchées crissait doucement à mes oreilles. Je pris le chemin pour l’hôpital et revenant sur mes pas, j'entrais dans un super marché. Dès mon arrivée, la fraîcheur du lieu me surpris puis m’incommoda, il fallait que je parte. Enfin la nuit, puis à nouveau le jour, ma tête ne tenant plus, je m'endormis sur le banc le plus proche. J'ouvris les yeux et me vis poser ma langue entre ses jambes, aussitôt une gaule monstrueuse m'assaillit, j'allais la baiser. Mes deux doigts dans sa chatte je goûtais le plaisir de la sentir mouiller jusque dans mes paumes et impatient de fourrer ma queue dans son trou, j'enlevais brutalement mon pantalon, buttant d'ailleurs malencontreusement contre le pied du lit. Mais qu'importe, je la pris brutalement et n'attendit pas de l'entendre gémir. D'ailleurs, elle criait le nom d'un autre, les yeux révulsées et la mine triste, tendue m'a t-il semblé par le souvenir corrompu d'un amour mort. Tant pis, je jouirais en toi ma belle, et je te laisserai rêver à tes anciens amants, pour l'heure me voilà fermant les yeux, essayant de ne plus penser à tes yeux vagues et ton air las de cette vie.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

PetiteFee


Il avait fallu de longues années, et un travail acharné pour reconstruire Alendhil, la terre des Sept Royaumes. Gommer les traces des douleurs et des drames du passé, réparer, reconstruire, les biens autant que les âmes, ravagés par une guerre sans précédent. Le temps, la Nature et les dieux avaient, en des temps immémoriaux, façonné le corps d’Alendhil, joyau de beauté, de diversité et de paix.
Sept royaumes y furent bâtis, indépendants les uns des autres, et il n’était d’ailleurs pas de coutume de se contoyer les uns les autres non plus.
Ainsi, les elfes ne franchissaient-ils jamais la lisière de l’immense Foret Sans Age, sauvage et dense, qui s’étendait au sud d’Alendhil. Les arbres centenaires les tenaient cachés du reste du monde, et rares étaient les voyageurs à qu’il eut été donné d’en rencontrer. Dans les autres royaumes, tout ce qu’on savait d’eux tenait dans un vrai mouchoir de poche : ils habitaient de drôles de maisons dans les arbres et ils ne mangeaient que ce que la nature offrait à leur cueillette. La légende disait même que les elfes pouvaient communiquer entre eux, sans parler.
Les elfes étaient si timides et si discrets, qu’ils en devenaient des créatures fascinantes. C’est d’ailleurs vers la Forêt Sans Age que Noldor faisait route, porté par le galop de Sindharrin. C’était un vieil homme, dont la réputation n’était plus à faire. Il était connu de tous, pour ses pouvoirs immenses, sa sagesse, et son rôle pendant la guerre. Certains disaient même qu’il devait être aussi vieux qu’Alendhil elle même ! Mais, à le voir ainsi lancé au galop sur sa monture, silhouette élancée encapuchonnée dans une cape sombre, le visage dissimulé sous son capuchon, personne n’eut pu dire qu’il sagissait d’un vieillard ! Et pourtant, il avait déja parcouru de nombreuses lieues, et il n’était pas encore à mi parcours... Ce n’est qu’après deux jours de chevauchée vers le Sud, à travers les bois, les prairies et les plaines desertiques que Noldor parvînt à destination. Sindharrin, étalon fier, à la robe noire et brillante, renaclait bruyamment en reprenant son souffle. La chevauchée avait été longue, même pour un animal aussi rapide et endurant que lui. Norldor mit pied à terre, sur un sol poussiereux et craquelé par la secheresse. Pas un son, pas un bruit, que le souffle du vent. Il caressa sa monture le long de l’encolure, saisit son baton de marche d’une main et passa les rênes par dessus là tête de l’animal, pour le guider à pied. Face à eux, se dressaient vers le ciel des centaines d’arbres, comme un masse sombre, qui aurait pu paraitre hostile pour quelqu’un qui n’y avait jamais pénétré. Le voyageur ordinaire aurait sans doute rebroussé chemin, mais c’était sans compter sur Noldor qui lui, connaissait les lieux.
D’un pas décidé, il entra parmi les arbres, sur un chemin que la mousse avait recouvert. La délimitation entre la Forêt Sans Age et les plaines déssechées était particulièrement évidente, et n’avait rien de naturel. On eût dit une esquisse, divisée en deux : D’un coté le vert intense de la Forêt Sans Age colorié sur le sol, de l’autre les plaines arides, comme dessiné au crayon gris. A peine Noldor eut-il franchit la limite séparant les deux mondes, l’air se fit plus frais, plus respirable, le chant des oiseaux résonna de nouveaux, et on entendait même parfois la course d’un petit rongeur sur le sol, ou sur les branches. Le cheval et le vieil homme s’enfoncèrent ensemble dans la forêt. Ils ne leur fallut pas moins de trois heures de marche pour parvenir à trouver ce qu’ils étaient venus chercher. Là, au coeur de la Foret Sans Age, se trouvaient les demeures des elfes, nichées tout là-haut dans les branche, dissimulées dans les feuillages. Sous les yeux de Noldor, comme une oeuvre d’art, un de ces tableaux que l’on trouve dans les chateaux : les hêtres, les chênes, les érables, les peupliers et les tilleuls avaient poussé pêle-mêle, mais dans l’harmonie la plus parfaite. Comme si chacun était à sa place. Sur le sol, des épines de résineux, des feuilles mortes, et de la mousse verte, dessinaient des tapis de couleurs différentes.
Derrière ses lunettes en demies lunes, Noldor contemplait ce tableau, qu’il avait pourtant eu l’occasion de voir tant de fois. Le village elfique était un écrain de quiétude, qui forçait l’admiration. L’air y semblait plus léger qu’ailleurs, frais mais pas froid.
20
8
2
55
Alestan
Alestan, un émissaire envoyé par la reine d'un lointain royaume, est chargé d'une importante mission : aider le prince Eliad Amaëna à récupérer son trône usurpé par une faction rebelle. La rencontre entre l'horreur de la guerre civile et les légendes d'un monde oublié donne naissance à une aventure tragique et héroïque, mais surtout : philosophique.
11
18
234
89
Elodie Vermande
Il l’a retrouvé, mais comment a-t-il fait ? Il y a longtemps que ça s’est passé, j’ai tout oublié… ou presque, j’ai décidé de tout oublié, pour elle, pour ma fille : Flora. Est-ce que je vais pouvoir l’éloigner de tout ça ? Je suis sa mère, je me dois de la protéger. Flora va vivre une aventure qui n’est pas banale, elle va chercher à savoir d’où elle vient. Découvrira elle ses origines, son histoire avant que la mort ne vienne la chercher ? Est-ce que sa mère, elle aussi échappera au danger qui l’a menace ?
4
2
6
26

Vous aimez lire Jaquie ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0