25 - Tergiversari

4 minutes de lecture

07.05.2088 – Journal de Tim Carpenter


    — Les clones viennent de rentrer de mission, débriefez-les immédiatement ! , ordonne le colonel à ses hommes.

Je m'appuie sur ma chaise.

— Ils seront factuels, ne leur demandez pas de vous faire un exposé.

— Cessez de plaisanter, Tim !

— Je ne plaisante pas. Ne pensez pas qu'ils réagissent exactement comme nous.

Le colonel Williams fait les cent pas :

— Je veux savoir à quoi on a à faire, nom de Dieu ! ... Jenny, une idée ?

— Je... Je dirais un organisme vivant extraterrestre à l'intelligence supérieure, répond la scientifique d'un ton quelque peu maladroit, il est clair que cette chose n'a pas appris notre langue auparavant. C'est donc tout à fait remarquable.

— Pas vraiment un scoop, ma belle, rétorque le colonel d'un ton sarcastique, en gros, vous n'en savez rien !

— Est-ce que vous pourriez essayer de vous calmer un peu ?

Je dessine ce que j'ai vu sur un carnet puis je le montre à l'hémicycle :

— Voilà ce qui est apparu sur l'écran. Une forme cylindrique de matière inconnue. Sans yeux ni bouche, mais dotée de parole et connaissant notre langue. Quelque chose qui ne ressemble à rien, mais qui n'a pas l'air non plus hostile au premier abord.

— Ce qui nous laisse le temps de réfléchir ensemble à ce que c'est exactement, poursuit Jenny, je propose d'organiser un brainstorming avec le reste de la base.

— Excellente idée, Jenny.

Quelques minutes plus tard, l'ensemble des scientifiques est réuni dans le hall et je me tiens sur l'estrade, accompagné par le colonel Williams et les clones.

— Vous avez tous été témoins de ce qu'on a vu aujourd'hui. Il s'agit peut-être d'une des plus grandes découvertes que l'Humanité n'ait jamais faites. Je vais laisser les clones s'exprimer et nous décrire précisément ce qu'ils ont vu afin que nous puissions en tirer nos propres conclusions. Numéro 3, si tu veux bien prendre la parole, je t'en prie.

Les cinq clones s'avancent et font face au public :

— De toute évidence, cette « chose » nous attendait. Aucune forme d'hostilité ni d'agressivité n'émanait d'elle. C'était un premier contact, une tentative de communication dans notre langue.

— À quoi ressemblait-elle exactement ?, demande un chercheur dans l'assistance.

— C'était translucide, sans enveloppe charnelle. Aucun membre, ni organe visible.

— Si c'est un extra-terrestre, il doit bien respirer quelque part, rebondit un ingénieur.

J'interviens :

— Je pense qu'il faut qu'on arrête de raisonner selon nos critères connus. On est sur Mars, toutes nos certitudes ne comptent pas ici.

Cette phrase provoque le remous souhaité.

— Je rajouterai qu'en ce qui concerne l'exobiologie, l'étude des pierres prendra un certain temps.

— Autant attendre les résultats dans ce cas-là, ce sera plus pertinent pour tout le monde, intervient un scientifique.

Le colonel sort de son silence :

— Nous n'avons pas ce temps. Et quand je dis nous, je parle des trente-deux nationalités différentes présentes sur cette base. Chaque journée ici nous coûte des millions alors essayons d'être les plus productifs et les plus rapides.

J'entends des rires étouffés.

— À combien de mètres de profondeur étiez-vous lors du premier contact ?

— Nous étions précisément à 222 mètres.

— Pensez-vous qu'il vous reste encore beaucoup à parcourir afin d'atteindre le fond ?

— Oui. Sans machine, il nous sera impossible d'atteindre quoique ce soit car il y a bien trop de puissance.

— De quoi parlons-nous lorsque nous parlons de cette puissance ? Personne n'a pu pour le moment mettre le doigt dessus.

— Peut-être parce que jusqu'à présent, on n'a pas réussi à s'en approcher de suffisament près pour pouvoir définir ce que c'est.

J'interviens :

— Essayons de tous nous concentrer, s'il vous plait !

Un scientifique lève aussitôt la main :

— On peut être d'accord ou pas, moi, je pense qu'il s'agit d'un vortex.

De nouveau du brouhaha. Un autre lui répond :

— Je ne suis pas d'accord, s'il s'agissait d'un vortex on aurait un mouvement tourbillonnaire des pierres or celles-ci lévitent avant d'être brutalement aspirées vers la source d'énergie en suivant un axe horizontal. Ça ne colle pas.

— Un champ magnétique alors ?

— Oui, mais dans ce cas-là quel est l'aimant ? Si le champ vectoriel provient du gouffre est-ce qu'il s'agit de l'attraction de Mars ? Si c'est le cas pourquoi ce champ ne s'exerce qu'ici et pas ailleurs ? Pourquoi nous ne sommes pas aussi inexorablement attirés vers cette force ?

— Cela est sûrement dû à des conditions particulières, dit Jenny, on a déjà remarqué que les propriétés physiques de Mars changent d'un endroit à l'autre. Ici, c'est totalement différent. Dans le gouffre, ces propriétés changent de mètre en mètre. C'est brutal et violent, et cela prouve l'intense activité chimique présente sur Mars. Il faut se rendre à l'évidence...

— Laquelle ?

— Mars ne sera jamais vivable pour l'Homme.

Je suis interloqué, les gens présents dans la salle le sont tout autant. Je vois de la stupeur dans le regard de certains, de l'hébétement chez d'autres. Le colonel Williams sort de ses gonds :

— Bon Dieu, Tim, faites taire cette putain de cinglée !

Il l'agrippe violemment, la secoue devant des clones impassibles.

— Vous n'avez pas honte de ce que vous dites ? C'est censé motiver votre équipe que de dire ce genre de conneries ?

Les chercheurs commencent à hausser le ton, d'autres veulent intervenir pour arrêter le colonel fou furieux. Les militaires, témoins de la scène, ne bougent pas le petit doigt. Jenny se protège comme elle peut. Je n'ose pas m'interposer.

— Lâchez-la !, rugit une voix parmi la foule.

J'écarquille les yeux. C'est Don Sewn. Il s'avance et tout le monde se tourne vers lui.

— Elle a raison, dit-il lentement, Mars ne sera jamais vivable pour l'Homme. C'est une réalité que vous devez tous accepter.


Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

Défi
Sterc


Je vis au sein d'une monarchie, comment est ce possible?
Monarchie démocratiquement inégalitaire,
Totalitaire à tout type d'évasion,
Imposant appareil répressif, censurant au maximum les "libertés",
Mélange incompatible entre le totalitarisme extensif fondé sur une incommensurable forme de conservatisme à en perdre la raison,
Et entre soupçon de démocratie surveillée
Toute forme d'expérience nouvelle est anticonservatisme, donc anticonstitutionnel, donc illégal.
Cette illégalité est un délit sanctionné par l'annonce de sanctions pouvant y découler.
Je cherche malgré tout un moyen de renverser le régime et de planter le drapeau français, symbole de toute les libertés

4
9
0
0
Défi
phillechat
Agglutination et rimes féminines
11
13
0
0
Défi
Calypso Dahiuty
Rêve...
Mot enchanteur qui révèle en nous les pensées les plus folles, les fantasmes inassouvis, les envies, les idées, et toutes ces choses inachevées...
Rêve...
Ne suffit-il pas de fermer les yeux, après tout ?
Pour vivre, rire et pleurer, bâtir sa vie par procuration ?
Rêve...
Un rêve. Un simple rêve, pour oublier, pour changer, remettre en place cette vie que l'on a pas su bien façonner.
Un rêve, juste un rêve... pour tout changer.
17
6
1
1

Vous aimez lire The Creator ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0