24 - Intuitionem

5 minutes de lecture

04.11.2087 – Journal de Lisa

Ce que je crains particulièrement, c'est l'hyper surveillance démocratisée, la géolocalisation policière à outrance, les satellites, les drônes et tout le toin-toin. Plus tôt dans la journée, j'ai quitté David en n'étant pas sûre de le revoir de sitôt. J'ai encore vu cette lueur ténue dans ses yeux. Celle de l'amour. Cela était perturbant. Il a préféré s'en aller au plus vite. C'est peut-être mieux ainsi. Heureusement qu'il m'a donné son hoodie et son blouson car il fait très froid dehors. Il est maintenant neuf heures et demi du matin et Paris s'anime. Je mets ma capuche afin de cacher le plus possible mon visage. Je regarde derrière moi sans arrêt. J'observe les gens. J'analyse leurs réactions. Je me sais en sursis et cela m'emmerde royalement. J'ai la hantise de l'arrestation inopinée. Le lieutenant Gilbert et ses sbires m'obsèdent. Je sais qu'il attend de moi que je le mène quelque part, mais où ? Et maintenant, est-ce que je suis suivie ? Chaque caméra publique que je croise me fait fuir.

Je préfère m'engouffrer dans le métro pour mieux me fondre parmi la foule. Sur le quai, des humains et des humanoïdes attendent patiemment le train en silence, les premiers regardant leur montre ou le journal, les seconds tenant des sacs de course ou portant les valises. Autour de moi, s'enchaînent toutes sortes de publicités colorisées en 3D dont la dernière en date est le H3G (Humanoide de 3ème Génération) censé être le nec plus ultra de l'intelligence artificiellle actuelle :

« Oui, vous ne rêvez pas, le H3G est enfin parmi nous. Doté de l'intelligence artificielle la plus évoluée de sa génération, le H3G sera, à coup sûr, le compagnon idéal dans chaque moment de votre vie. À la fois discret, serviable et doté d'un humour fin, il saura aisément mettre de l'ambiance dans vos soirées, se mettre à l'écoute lorsque vous aurez du chagrin et entretenir votre intérieur en votre absence...»

Le métro arrive enfin et les portes s'ouvrent. Je parviens à me frayer un chemin et une place assise près de la fenêtre. À côté de moi, un homme lit le quotidien du matin. Je jette discrètement un œil :

« Le hacker Don Swen a embarqué illégalement pour Mars. Ses complices sont activement recherchés. Pas encore d'identification formelle. Le professeur Dumont porté toujours disparu.»

Je reste quelques secondes scotchée à mon siège puis repousse mes cheveux vers l'avant en baissant la tête. Indifférence générale. Cela a aussi du bon de faire partie d'une société si individualiste. Personne ne calcule personne. Station Bonne Nouvelle. Je sors du métro et me rends chez la coiffeuse, une machine du nom de Charlotte et que je connais bien. En lui annonçant que je souhaite qu'elle me coupe les cheveux au niveau du cou et qu'elle me les teigne en blond, elle sourit et s'execute sans broncher. Quel bonheur !

Moins de trente minutes plus tard, me voici transformée.

— Cela vous va à ravir, dit-elle pour la cinquième fois depuis le début de son service.

— Merci, Charlotte.

Lisa aux longs cheveux noirs, c'est maintenant de l'histoire ancienne. Je la paye et remets ma capuche sur la tête. Dehors, j'essaye de comprendre ma situation. Si mes réminiscences me reviennent comme prévu, je devrais maintenant savoir comment j'ai fait pour me retrouver dans ce pétrin. De mon propre aveu, je trouve ça totalement irrationnel. Encore une fois, je suis désespérément à la recherche de réponses sur mon passé. J'essaye de recoller des morceaux imaginaires. Si tout est parti de cette enquête et que cette dernière n'a pas été résolue, retrouver le tueur de l'ambassadeur français pourrait peut-être m'aider à y voir plus clair. Il me faut parler avec mon ancien chef, un homme que j'estime énormément, mais qui n'a pas hésité à m'arrêter et me donner. Pour moi, le commissaire Belard est passé de mentor à ennemi. Tu parles d'un bordel !

Il doit sûrement être à son bureau à cette heure-ci. Que faire en attendant ? Éviter de se montrer. Je décide d'aller à la bibliothèque, un lieu qui me parait à peu près à l'abri des drones et des agents de la DGSE. Je me dis que travailler sur l'enquête serait un bon moyen d'occuper mon temps et je m'empare donc d'une tablette tactile. Je tape «Assassinat de l'ambassadeur français » dans le moteur de recherche de Google. Plusieurs articles remontent, notamment ceux de Libération, du Figaro et de l'Express. Je lis que les journalistes n'eurent que peu d'informations de notre part, mais que le gouvernement lui-même s'était saisi de l'enquête. Le président déclara qu'il s'agissait d'une grave atteinte à la démocratie et promit que toute la lumière serait faite sur cet effroyable crime. Gloria Spinoza, secrétaire générale des Nations Unies, exprima une vive tristesse à la mort de monsieur Thomas Girard, un homme qui s'était beaucoup impliqué dans le programme Genesis, et pour qui l'ONU se devait de poursuivre le développement de la colonie martienne à tout prix. Aucune mention des Dark Units. 

Je tape ensuite Don Sewn et Dark Units en mots clés dans la recherche. Aucune photo de mon frère n'apparaît dans Google Images comme s'il n'avait jamais existé, mais une nouvelle liste d'articles sur le sujet remonte. On y lit que les Dark Units mettent les bouchées doubles pour retrouver mon frère, considéré comme le cyberterroriste le plus dangereux du moment mais dont l'organisation créée par son père est trouble...

Hein ? Son père ?

J'écarquille les yeux, me recule de l'écran. Pour la première fois, mon père est mentionné dans une affaire. Pourquoi serait-il mêlé à quoique ce soit d'illégal ou de criminel en étant un simple salarié de Google ? Du peu dont je me souviens, il a toujours été un homme honnête, généreux, profondément généreux...

Soudain, mon écran devient noir avec un message d'erreur. Je ne comprends pas. Je me dis que le réseau a dû sauter, mais un message s'affiche.

« Content de te revoir parmi nous, Lisa. Tu es venue au rendez-vous comme convenu, c'est impressionnant de ta part. On n'était pas sûrs que tout ça aurait fonctionné. Maintenant, on sait que tu es là. Je pense que tu ne dois pas trop te souvenir de nous, mais ce n'est pas grave, c'était inévitable. Il faudra qu'on reprenne contact. Le boulot n'est pas tout à fait terminé. Rendez-vous dans deux jours devant la tombe de ton père à dix heures. Ne parle à personne de notre rencontre ou nous disparaitrons.»

Qu'est-ce que c'est que ces conneries ?!

Je me sens épiée. Je vérifie que ce n'est pas une mauvaise blague en m'assurant que personne d'autre n'utilise le réseau dans la salle. Une étudiante travaille sur son mémoire. Une dame âgée recherche des informations sur « Le Maitre du Haut Château » de Philip K.Dick. Rien.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 4 versions.

Recommandations

Défi
Sterc


Je vis au sein d'une monarchie, comment est ce possible?
Monarchie démocratiquement inégalitaire,
Totalitaire à tout type d'évasion,
Imposant appareil répressif, censurant au maximum les "libertés",
Mélange incompatible entre le totalitarisme extensif fondé sur une incommensurable forme de conservatisme à en perdre la raison,
Et entre soupçon de démocratie surveillée
Toute forme d'expérience nouvelle est anticonservatisme, donc anticonstitutionnel, donc illégal.
Cette illégalité est un délit sanctionné par l'annonce de sanctions pouvant y découler.
Je cherche malgré tout un moyen de renverser le régime et de planter le drapeau français, symbole de toute les libertés

4
9
0
0
Défi
phillechat
Agglutination et rimes féminines
11
13
0
0
Défi
Calypso Dahiuty
Rêve...
Mot enchanteur qui révèle en nous les pensées les plus folles, les fantasmes inassouvis, les envies, les idées, et toutes ces choses inachevées...
Rêve...
Ne suffit-il pas de fermer les yeux, après tout ?
Pour vivre, rire et pleurer, bâtir sa vie par procuration ?
Rêve...
Un rêve. Un simple rêve, pour oublier, pour changer, remettre en place cette vie que l'on a pas su bien façonner.
Un rêve, juste un rêve... pour tout changer.
17
6
1
1

Vous aimez lire The Creator ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0