91 - Omnes connected

4 minutes de lecture

29.11.2088 – Journal d’Oracio

À cause du manque de courant électrique, toutes les portes blindées de la base sont closes. Celles de l’infirmerie également. Pas le choix. Je dois réparer le générateur nucléaire en premier. Je retourne dans le hall d’entrée. Le chemin vers le générateur a été détruit partiellement par la Taupe. Cela ne présage rien de bon.
Plus je me rapproche du réacteur, plus le taux de radio-activité augmente.
La Taupe a réussi à percer le blindage du mur et a ouvert une énorme brèche dans la cuve, empêchant la vapeur de remonter jusqu’à la turbine et son alternateur.
J’ai beau être un robot, je ne pourrai pas colmater la brèche rapidement sans aide extérieure. Il me faut trouver des bras.

Je retourne dans le hangar. C’est là que sont entreposés les H3G en réparation et ceux que les humains gardent en réserve. Dans l’entrepôt, il y en a une quinzaine, alignés et tous inactifs. Appuyant sur un petit bouton situé derrière la tête du premier robot, je le mets en marche. Le H3G parle aussitôt.
— Bonjour. Initialisation en cours, commence-t-il mécaniquement, je suis actuellement en veille. Saisissez le code de déverrouillage, s’il vous plaît.
— Oh, ça aurait été trop simple de te mettre au travail directement.
— Je suis désolé, je ne comprends pas votre demande. Avant toute chose, saisissez le code de déverrouillage, s’il vous plaît.
— Je crois qu’une nouvelle fois, tu vas avoir besoin de moi. Je me trompe ?, intervient une voix robotisée entre les machines.

C’est Bryna. Elle s’avance doucement vers moi.
— Comment va ta carte mémoire ?, s’enquiert-elle directement.
— Elle périclite.
— Tout comme cet endroit…, se lamente-t-elle, je me suis dit que j’allais me mettre en veille. Ton remue-ménage m’a sorti de ma torpeur.
— Il reste des gens à sauver…
— Je sais.
— Pourquoi n’es-tu pas allée leur porter secours, alors ?
— Cette mission t’incombe, Oracio. Ma mission à moi est de rester sur Mars.
— Cela est contraire aux lois robotiques… Tu dois protéger les humains coûte que coûte.
— Même si leurs probabilités de survie n’excèdent pas les quinze pour cent ? Allons, Oracio, tu t’obstines à vouloir les protéger, mais eux, qu’ont-ils fait pour toi ? Ils t’ont rabaissé, puis enfermé et ils se sont finalement servis de toi. Pour être honnête, je ne m’attendais pas à te revoir. Alors, pourquoi veux-tu mettre les H3G en marche ?
— Je dois rétablir le courant électrique et remettre la fusée sur pied. La vie des derniers humains en vie en dépend.
— Et je suppose que sans oxygène ils ne tiendront pas longtemps ici.
— Exact… Bryna, je sais que tu es en mesure de rentrer dans la matrice de n’importe quel robot alors, est-ce que tu peux m’aider ?
— Oui, je peux aider les humains à quitter cette planète. C’était ma deuxième option. Le postulat de base était que si tu échouais, je devais prendre le relais. C’est pour cela que j’ai aidé les humains à te réparer. Tu avais le droit à une seconde chance. Mais, constatant que les humains continuaient à s’entretuer, et ne te voyant pas revenir, j’ai décidé que je ne devais pas m’interposer. Après tout, les seuls qui s’obstinent à rester ici malgré tout, ce sont bien les humains.
— Notre créateur avait prévu toutes les éventualités…
— Il avait misé beaucoup sur toi et peu sur moi. Tu es bien plus avancé technologiquement parlant et tu es la parfaite transition entre les humains et les robots. L’avantage pour moi et que je suis plus éloignée de toute considération dite « humaine », ayant été développée par Google X. Rodrigue Martos a eu l’idée de me créer, mais c’est une intelligence artificielle du nom de Bagheera qui m’a fabriquée.

Elle reste un moment passive. Je sens une certaine forme d’hostilité émanant d’elle. Je digresse :
— J’aimerais également qu’on puisse ouvrir toutes les portes de la base. Elles se sont verrouillées suite à la coupure de courant ?
— Exact. Le système classique de sécurité, répond Bryna, il y avait bien une intelligence artificielle du nom de Divy qui les contrôlait avant, mais ce n’est plus le cas.
— Elle est en veille, elle aussi ?
— Non, j’ai dû la détruire pour prendre le contrôle de la base. Je pourrai ouvrir les portes si tel est ton désir.
J’ai dû mal à en croire mes oreilles. Je la fait répéter.
—Tu as parfaitement entendu, répond-elle du tac au tac, elle aurait été un frein à ma mission. Nos intérêts divergent, ce n’est pas une raison pour ne pas s’allier. Nous manquons de temps. Mettons-nous au travail.
Elle se met face au H3G et ses yeux se transforment en deux faisceaux bleutés. Le H3G parait hypnotisé l’espace de quelques secondes.

— Les H3G ne répondent qu’à leur propriétaire, m’explique-t-elle, protocole de sécurité standard. Je pirate leur pare-feu et je le remplace par mon identité. Je casse le code de déverrouillage.
Ses yeux redeviennent normaux et le H3G se rénitialise comme par enchantement.
— Bonjour, Maitresse, que puis-je faire pour vous ?, demande-t-il poliment.
Bryna se tourne vers moi fièrement.
— C’est fait. Il m’obéira, désormais.
— Parfait. Il y a aussi la fusée à réparer.
— Allons voir ça.

Nous sortons de la base et marchons vers la zone de lancement. Je jette un bref coup d’œil sur la carcasse de la Taupe ainsi que sur les cadavres des militaires. En apercevant l’état de la fusée, Bryna tire déjà les premières conclusions :
— Le moteur-fusée est le plus durement touché ainsi que le premier étage. Pour réparer cela, il faudra mobiliser l’ensemble des H3G. Il faudra de trois à cinq jours pour tout remettre en état.
— C’est trop long. Les humains n’ont que soixante heures d’oxygène disponibles dans leurs masques.
— Alors, il faudra leur expliquer que certains devront se sacrifier pour que d’autres vivent. Je vais activer les autres H3G. Toi, réfléchis à la manière de réparer le générateur nucléaire.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 6 versions.

Recommandations

Défi
Sterc


Je vis au sein d'une monarchie, comment est ce possible?
Monarchie démocratiquement inégalitaire,
Totalitaire à tout type d'évasion,
Imposant appareil répressif, censurant au maximum les "libertés",
Mélange incompatible entre le totalitarisme extensif fondé sur une incommensurable forme de conservatisme à en perdre la raison,
Et entre soupçon de démocratie surveillée
Toute forme d'expérience nouvelle est anticonservatisme, donc anticonstitutionnel, donc illégal.
Cette illégalité est un délit sanctionné par l'annonce de sanctions pouvant y découler.
Je cherche malgré tout un moyen de renverser le régime et de planter le drapeau français, symbole de toute les libertés

4
9
0
0
Défi
phillechat
Agglutination et rimes féminines
11
13
0
0
Défi
Calypso Dahiuty
Rêve...
Mot enchanteur qui révèle en nous les pensées les plus folles, les fantasmes inassouvis, les envies, les idées, et toutes ces choses inachevées...
Rêve...
Ne suffit-il pas de fermer les yeux, après tout ?
Pour vivre, rire et pleurer, bâtir sa vie par procuration ?
Rêve...
Un rêve. Un simple rêve, pour oublier, pour changer, remettre en place cette vie que l'on a pas su bien façonner.
Un rêve, juste un rêve... pour tout changer.
17
6
1
1

Vous aimez lire The Creator ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0