90 - Judicii Diem

10 minutes de lecture

29.11.2088 – Journal d’Oracio

Je sens que je perds des données. Je m’éteins d’heure en heure. Ma matrice s’enraye.
Des brides de souvenirs éparses me reviennent de temps à autre. Mon créateur, ma sœur, la Nueve… Rien n’apparaît concrètement dans ma carte mémoire.
Celui qui se fait appeler Dieu ne le sait que trop. Il joue la montre, m’observant pendant des heures sans broncher. J’essaye d’argumenter, de lui prouver par des faits indéniables que l’Humanité n’est pas totalement mauvaise, il est hermétique à mes propos. Tout cela semble plutôt l’amuser.
— Tu parles beaucoup d’amour, de solidarité et de pitié de la part des humains, mais ils ont aussi prouvé qu’ils avaient de la colère, de la haine et de la cruauté en eux. Tu es toi-même le fruit d’un drame.
— Comment ça ?
— J’aime à croire que le diable se cache dans les détails. C’est bien comme ça que vous l’exprimez, non ? J’ai eu envie de savoir si les humains interprétaient toujours les signes « divins » comme ils le font lorsqu’ils prennent leurs désirs pour des réalités. J’ai ciblé quelques humains et je leur ai offert une vision du futur pour voir s’ils sauraient alerter leurs semblables. Beaucoup d’entre eux ont ignoré les signes, mais quelques-uns ont été attentifs. Sadena Martos en fait partie.
— Sadena Martos ?
Il claque des doigts et une petite femme brune se matérialise sous nos yeux. Elle s’approche de lui et l’embrasse sur la joue.
— La femme de Rodrigue Martos, ton créateur, explique Dieu.

— J’ai dû mal à comprendre…

— Lorsqu’elle était enceinte de Lisa, j’ai projeté une vision du futur sur elle. Je lui ai montré Mars, le virus, les meurtres de masse et l’effondrement de la société dans son ensemble si rien ne changeait. Toi, tu étais la clef dans l’équation.
— La clef ?
Dieu fronce les sourcils en hochant la tête. L’image de Sadena Martos disparaît.
— Aucun humain n’est digne de prospérer ailleurs que sur Terre, lâche-t-il, l’avenir appartient aux machines. C’est inéluctable. Mais ça, les humains ne le savent pas encore. Ils pensent toujours avoir le contrôle sur leurs inventions. Ton créateur avait raison. Il était tellement habité par ses convictions qu’il a sacrifié sa femme en l’envoyant en hôpital psychiatrique. Après avoir été l’instigatrice de ta création, elle menaçait de le trahir. Il ne l’a pas supporté et elle a donc fini sa vie dans la folie.
— Je… Je ne saisis pas.
— Tout ce que tu dis a été programmé par Rodrigue Martos. Alors, j’ai une question pour lui ou plutôt pour toi : est-ce que tout cela en valait la peine ?
— Je ne sais pas. Ma mission est ici : je dois protéger les humains et tenter de minimiser les pertes. Si je peux aussi sauver ceux sur Terre, ma mission est accomplie.
— Tu ne pourras pas sauver tout le monde. C’est ma punition, ce sont mes règles. Tout s’arrêtera lorsque je l’aurai décidé.
Il s’assoit, le regard sombre. Je reviens à la charge :
— Quand ce sera fini ?
— Lorsque les hommes auront enfin compris la leçon.
— Est-ce que je peux faire quelque chose pour vous convaincre ?
Il me sourit.
— Oui, tu peux tenter de réussir ta mission sur Mars. Retourne dans la colonie et transmets la bonne parole : aucun humain n’a le droit de s’approprier des territoires qui ne lui appartiennent pas. Ceux qui transgresseront cette règle le paieront de leur vie. S’ils admettent sincèrement leurs erreurs et s’excusent, tout sera fini.
— Très bien.
Il se lève et pose sa main sur mon épaule d’un air paternaliste.
— Je sais que je peux te faire confiance : tu es un robot. C’est pour cette raison que j’ai de l’empathie pour toi et que je t’estime.
— Merci.
Il claque des doigts et je me retrouve projeté devant l’entrée de «Breath for Mars» en plein jour.

Le vent souffle fort. La chaleur est aride. Le sable glisse sur ma peau.
De là où j’ai atterri, je remarque quelque chose d’anormal : il y a une brèche dans le hangar, comme s’il avait subi une explosion. L’un des réservoirs à oxygène a été détruit, l’autre partiellement. La fusée de rapatriement est toujours en place, mais elle a l’air endommagée. Une Taupe gît sur le sable, la carlingue criblée de balles. Des militaires sont morts à côté. Que s’est-il passé ?
Je saute par-dessus la brèche et me retrouve dans l’enceinte de la colonie. Tout est plongé dans le noir, car il n’y a plus de courant électrique. L’ensemble du matériel a été abandonné. Il est clair que quelqu’un s’est servi de la Taupe pour tuer les résidents. Les survivants ont dû se réfugier dans un endroit reculé de la base. Ont-ils eu le temps de s’équiper de leurs combinaisons d’oxygène ?
Je découvre certaines personnes décédées dans le hall et des cyborgs détruits. Leur état de destruction témoigne d’une rare violence. J’aperçois ici et là des membres arrachés, des crânes en bouillie, des robots coupés en deux, du sang qui tapisse le sol et les murs à n’en plus finir.


Est-ce que ma mission est en passe d’être un échec ?


J’essaye de détecter des signes de vie, mais il n’y a rien, à part un silence pesant. Je repère néanmoins des points chauds ténus au département de Biologie. Je franchis les sas un à un, alors que des cadavres jonchent le couloir.

J’arrive au département de Biologie. Il y a des impacts de balles sur la porte blindée. Je compte une douzaine de sources de chaleur à l’intérieur. Autant de vies humaines à sauver.
Je joue la carte amicale :
— Bonjour, il y a quelqu’un ?
Pas un bruit. J’insiste.

— Je ne suis pas contaminé, si c’est ce que vous souhaitez savoir. Je suis un humanoïde.
Je sens une silhouette approcher lentement vers moi, une arme à la main. Derrière sa combinaison, c’est une jeune femme brune qui me dévisage à travers le hublot de la porte. Elle montre des signes de surprise et de méfiance à mon égard.
— Jonathan ? Tu n’étais pas censé être mort ?, me demande-t-elle, perplexe.
— Je ne sais pas qui est ce Jonathan, madame. Moi, c’est Oracio. Je suis ici pour protéger les humains.
— Un peu trop tard pour ça, non ?, rétorque sèchement la jeune femme.
— Maria ! On doit économiser notre oxygène. Ce n’est qu’un robot. Laisse-le, la réprimande-t-on.
Au moment où elle me tourne les talons, je l’interpelle :
— Est-ce que je peux rentrer, s’il vous plaît ? Je peux vous être utile. Je n’ai pas besoin d’oxygène, moi. Il y a sans doute des choses dont vous avez besoin.
La jeune femme prend le temps de soupeser le pour et le contre de ma requête, puis elle se décide à me laisser entrer, au grand dam de son entourage.
— Maria, bon sang !, s’écrie un homme assis par terre en m’apercevant.
— C’est un robot. Qu’est-ce qu’on a à craindre, Robert ?
— Monsieur Carpenter et le colonel Williams se sont bien foutus de nous ! Jonathan est un robot et ils ne nous ont rien dit.


Je m’appelle Jonathan ? Je n’en ai pas le souvenir… Ce devait être un nom d’emprunt afin de protéger ma couverture.


Dans l’immense salle plongée dans le noir, j’identifie sept scientifiques et cinq militaires. Huit hommes, quatre femmes. Leur niveau de santé est assez bon, hormis une personne faible. L’oxygène présent est de soixante-huit pourcents et il continue à se raréfier. Mauvais signe.
Ils ont eu le temps d’emporter un peu de vivres avec eux. L’un des scientifiques est au chevet de sa collègue couchée par terre et lui donne de l’eau.

Je questionne Maria sur ce qui s’est passé. Elle a la gorge nouée par l’émotion.
— Un des militaires a pété un plomb. Il a grimpé dans une Taupe et a commencé à tout dévaster dans l’enceinte de « Breath for Mars ». Les gens ont tenté de suivre la procédure en se refugiant dans le bunker. Certains se sont fait piétiner par la Taupe. Dans le bunker, le lieutenant-colonel Ferguson a ordonné a des militaires d’aller chercher les armes dans la réserve.
— Et ils ont réussi ?
Un des militaires s’adresse à moi avec condescendance.
— Hey, la boite de conserve ! Tu ne vois pas nos armes ?, me lance-t-il en brandissant fièrement sa mitraillette, bien sûr qu’ils ont réussi !
— Au prix de leurs vies, termine Maria avec amertume, ils ont réussi à abattre la Taupe avant qu’elle ne détruise le deuxième réservoir d’oxygène à l’extérieur. Deux d’entre eux se sont fait piétiner, les deux autres n’ont pas eu assez d’oxygène pour rentrer. Après cela, d’autres personnes ont été infectées et nous avons dû quitter le bunker en trombe. Le lieutenant-colonel Ferguson s’est fait descendre et à partir de là, ça a été le chaos. Nous avons pu récupérer nos combinaisons dans nos chambres et nous nous sommes barricadés ici. Les gens se sont entretués. C’était cauchemardesque… J’ai perdu tant d’amis… Je… Je ne sais pas s’il y a d’autres survivants.
— Il n’y en a pas. Vous êtes les seuls.
La jeune femme éclate en sanglots.
— Les clones auraient pû nous aider, gémit-elle entre deux tremolos, dommage qu’ils se soient…
— Les clones ?
— Oui, il y avait des clones parmi nous. Dès qu’ils ont appris que monsieur Carpenter était mort, ils sont retournés dans le département de Biologie pour se cryogéniser. Avant de disparaître, ils nous ont déclaré que leur place était sur Mars et que si personne n’était apte à les y aider, ils allaient attendre ici, dans l’espoir qu’on les ramène à la vie lorsque le moment serait venu. Sans courant électrique pour alimenter les caissons, je doute fort qu’ils aient survécu.
— Drôle d’histoire…
— C’est une folie. Ils vénéraient Tim Carpenter. Lui mort, leur existence n’avait plus de sens pour eux. Ils n’ont connu que cette colonie.
L’homme auprès de sa collègue se tourne vers moi, l’air anxieux :
— On aurait besoin de toi, l’humanoïde, ma collègue est blessée et elle a besoin de médicaments.
Je m’approche de la jeune femme allongée et constate que je la connais. Il s’agit de Jenny, l’ingénieure qui m’a remis en état de marche. Cette dernière, livide, paraît revenir à la vie en me dévisageant :
— O… Oracio ? C’est vraiment toi ?, demande-t-elle du bout des lèvres.
— Oui, Jenny. C’est moi.
— Je savais que tu reviendrais.
Je m’agenouille près d’elle afin d’examiner ses blessures. Elle a reçu une balle au niveau du bassin. L’homme qui la soigne, qui a vraisemblablement un faible pour elle, se présente :

— Je m’appelle Jake. Je ne suis pas médecin, mais j’ai bossé comme brancardier à l’armée. Je lui ai retiré la balle et j’ai essayé de cautériser la plaie avec ce que j’ai trouvé, mais elle a perdu beaucoup de sang. Si on ne lui trouve pas des médicaments et des anti-douleurs rapidement, j’ai peur qu’elle ne survive pas. Elle a de la fièvre.

Le militaire qui m’avait bousculé tout à l’heure, s’adresse à Jake :
— Maintenant que « boite de conserve » nous a dit qu’on était les seuls survivants, on a plus rien à craindre. On pourrait faire une petite balade et essayer de trouver les médicaments, non ?
— On manque d’oxygène, Amaru. Si on fait ça, faut prévoir un plan de secours. On doit économiser notre énergie.
J’acquiesce, leur précisant le niveau d’oxygène restant dans la salle.
— Bientôt, vous allez tous vous sentir faibles et avoir la tête qui tourne. Vous aurez de grandes difficultés à respirer. Vos combinaisons deviendront indispensables. De combien de temps d’autonomie disposez-vous ?
— Soixante-heures en pleine énergie. Soixante-dix si on respire avec parcimonie.
— O.K. Pour le moment, Jenny doit être la seule à utiliser sa combinaison à cent pourcents. Vous devez tenir le plus longtemps possible sans consommer votre oxygène.
— Tu parles beaucoup pour un humanoïde, non ?, s’interroge Amaru avec suspicion, c’est sûr que tu n’es pas un H3G.
— Amaru, ça n’est pas le moment de faire des histoires !, rétorque Jake avec colère, tu vois bien qu’il est là pour nous aider !
— Je me méfie des visiteurs, robots comme humains, réplique Amaru d’un ton rustre, comment ça se fait qu’il soit aussi intelligent ? Ça ne t’étonne pas, toi ?
— Je me fous de savoir d’où il vient tant qu’il peut nous permettre de sortir de ce trou à rats ! On a perdu des frères d’armes, bon sang !
— Du calme, messieurs, du calme !, intervient une scientifique d’une quarantaine d’années en s’entremettant entre les deux hommes, vos chamailleries n’aideront personne. Écoutons d’abord ce que cet humanoïde nous propose. Jake a raison sur un point : partir en recherche nous ferait utiliser beaucoup d’oxygène. Je pense que le plus important est de trouver des médicaments et des vivres, ensuite, tenter de remettre le générateur en marche.
— Tu as raison, Gladys, poursuit Robert, sans l’électricité, nous ne serons pas en mesure de rendre la fusée opérationnelle, si tenté qu’elle le soit encore.
— Et nous ne pourrons pas recharger nos combinaisons. Il est donc vital de rétablir le courant électrique, conclut Gladys. Le générateur nucléaire a été très endommagé. Il est fort possible que de la radio-activité se soit propagée dans l’air environnant la base. Nous sommes exposés. Est-ce que tu penses que tu pourrais le réparer pour nous ?
— Je peux essayer…
— Merci beaucoup. Nous allons nous ménager en attendant ton retour.
Je hoche la tête d’assentiment, puis prends un sac à dos. Maria me raccompagne à la porte.
— Je sais que tu es un robot, mais fais quand même attention à toi, me conseille-t-elle.
— Je ferai de mon mieux.
La porte du sas se referme derrière moi. Je ne perds pas de temps et marche d’un pas rapide. Objectif numéro un : trouver des médicaments et de la nourriture. Je dois faire vite car je suis moi-même en sursis.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 9 versions.

Recommandations

Riley Sullivan
Bridie, jeune avocate brillante, sûre d'elle et à qui tout réussit. Auteure de romances à ses heures perdues, elle dissimule un passé complexe et difficile. La réalité est toute autre.

Brisée, harcelée, elle va se retrouver confrontée à sa pire crainte, lorsque l'un de ses deux meilleurs et seuls amis se retrouve derrière les barreaux.

Elle va plonger dans un monde qui lui est totalement inconnu, se confronter à son passé, à ses doutes et à ses plus grosses peurs. Saura-t-elle les surmonter et saisir sa chance pour trouver l'amour?
3
0
0
8
Vahkiin

      Le vieil homme porta un regard sur ses petits-enfants alors que dehors il menaçait de pleuvoir. Leur mère, autoritaire et stricte, leur interdisait de jouer sous la pluie. Elle avait raison, pensait-il souvent même s'il jugeait que sa fille était un peu trop sévère avec ses enfants. Les gamins prirent place dans le salon sur deux vieux fauteuils en face d'une télé toute aussi vieille. Des cadres en bois décoraient les photos des membres de cette famille et la joie semblait ne jamais quitter les mûrs de cette maison. L'atmosphère devenait de plus en plus lugubre malgré l'ampoule qui pendouillait au-dessus de leurs têtes grâce à un câble. Le vieillard s'installa sur un des vieux canapés avant de saisir son journal. À Kinshasa, au Congo, lorsque le ciel annonçait l'orage, la réception des chaînes ne fonctionnait pas très bien. Ainsi, les images se brouillaient et cela décourageait bien vite les enfants. Alors le vieil homme, devant leurs airs attristés, referma son journal et lança :
– Ramenez-vous bande de sales mioches !
      Les enfants étaient habitués à cette appellation. Ils étaient à sept dont trois adolescents, deux morveuses et encore deux autres plus petits. Ils avaient tous des traits similaires à leur grand père. Des visages noirs, des cheveux crépus coiffés en épaisses tignasses pour les plus jeunes. Les trois ados avaient, quant à eux,  des cheveux coiffés en dégradés pour mieux se conformer à la mode de leur génération. Les filles, elles, arboraient de jolies tresses, certaines colorées qui leur arrivaient jusqu'aux reins. Le vieillard était fier de sa descendance et il ne cessait jamais de le dire à sa ravissante fille. Malheur à leur père qui avait osé les abandonner quelques années auparavant. Ces petits enfants, du moins les plus jeunes, le regardaient avec une petite idée derrières leurs têtes sur ce qu'il allait dire. Ils étaient embêtants certes mais bon dieu qu'est-ce qu'ils étaient adorables. Il ne pouvait donc pas rester impassible devant leur ennuie.
– Je vais vous raconter une histoire, annonça-t-il en constatant les visages radieux de ses petits enfants. Il referma son journal et le posa sur la table basse en face de lui. Autour de lui, ses enfants étaient assis en tailleur et les plus jeunes étaient tous excités d'entendre le récit de leurs grands-pères. Elles se faisaient de plus en plus rares les histoires de papy, ils sautèrent donc sur l'occasion.
– Ouais ! s'exclama un des gosses, une histoire avec des chevaliers ?
– Non ! je sais, proposa sa petite-fille aux tresses roses, cendrillon ? Hein, s'il te plait papy, raconte nous cendrillon.
– Chevaliers, insista le garçon.
      Voyant qu'ils allaient encore devoir assister à des histoires d'enfants, les plus vieux se levèrent et prirent la direction de leurs chambres. Mais s'arrêtèrent presque aussitôt à l'annonce du vieux.
– Vous pouvez rester, déclara le vieil homme. Je n'ai pas l'attention de vous raconter l'histoire d'une de vos héroïnes à la peau blanche et aux cheveux blonds...rien en rapport à toutes vos conneries que vous regardez devant vos écrans. Derrière la porte de la cuisine, la mère des enfants adressa un regard noir au vieillard pour les gros mots qu'il venait de proférer. Ce dernier s'excusa face au regard de braise de sa fille. Elle a vraiment hérité de sa mère, se dit-il dans sa tête.
– Bien, donc l'histoire que je vais vous raconter s'est déroulé il y a très longtemps. Ici, en Afrique...
******

      C'était un non lieu qu'était le monde des dieux. Un endroit où règnent les divinités. Ces êtres cosmiques étaient regroupés en factions ou royaumes et se partageaient le monde divin qui s'étendait à l'infini. Des édifices gigantesques jouant avec des proportions inimaginables et exagérées se dressaient dans les contrées mystiques du monde divin. Les architectures étaient variées selon les royaumes. L'immensité de leur orgueil se manifestait par la grandeur de leurs créations et rien ne laissait croire qu'ils pourraient être un jour rassasiés de cette mégalomanie divine. Chacune des factions avait un dieu créateur qui avait participé à la création du monde. Et l'un d'eux, Olodumare, se languissait de ses privilèges en tant que l'un des rois suprêmes du royaume des Orishas. Ces dieux avaient le contrôle de la majorité de l'Afrique. Portion du monde pour laquelle les divinités se sont longtemps fait la guerre jusqu'à un commun accord. C'était un dieu chic et fier, et il était toujours vêtu de blanc, symbole de pureté. Son animosité infinie semblait éclairer l'univers et son rire faisait trembler le monde des hommes. Ses larmes arrosaient l'Afrique, continent de la richesse. Il ne manquait jamais de s'en vanter auprès des dieux des royaumes des autres régions.
      Olodumare restait dans sa gigantesque salle de méditation, remplie d'objets qui étincelaient de mille feux. Sur des étagères en bois de Baobab se trouvaient des trophées étranges à l'honneur de sa participation à la création du monde. Une grande partie des objets qu'il possédait, éclairer la salle de méditation. Il disait que cela l'aidait à se concentrer dans sa recherche de la perfection spirituelle. Un stade qui une fois atteint, procurait une jouissance incontrôlable pour le dieu. Les portes, grandement ouvertes, laissaient voir l'univers infini et juste devant lui l'Afrique sur toute son intégralité. Ses habits en tissus blancs étaient tellement longs qu'ils recouvraient le sol entier de la pièce. Quelqu'un toqua à sa porte, il ne fut pas surpris de voir le visage d'Ellegua, le dieu messager. Il était paré d'un collier d'argent et des pierres d'obsidiennes s'y incrustaient. Le dieu avait également sur son chef un chapeau fait en crâne d'antilope avec des rameaux s'entortillant sur lesquelles étaient accrochés des gris-gris et des coquillages pendouillant par des cordelettes. Un tissu rouge sang cousu dans du cuir noir lui servait à couvrir le bas de son corps. Son torse était scarifié et couvert de peintures blanches contrastant avec sa peau noir.
– Ô mon Seigneur, veuillez bien m'excusez d'avoir interrompu votre méditation, cependant une réponse du seigneur Olokun m'a été envoyé et c'est avec un réel plaisir que je vous la fais parvenir.
– Bien, poursuis donc mon très cher Ellegua, ordonna-t-il en lui souriant.
– Son honorable seigneur des mers souhaiterait prolonger la durée de sa mission en Grèce afin de seconder le seigneur Poséidon dans sa lutte contre les Titans.
– Fichtre, toujours ces fanfarons d'olympiens ! Lorsqu'il s'agit de se faire assister, il ne manque jamais une occasion mais quand nous, Orishas, auront besoin d'eux en retour, nous entendrons que les chants de leurs maudites sirènes. Bien, qu'il reste donc et qu'il me prévienne de son arrivée. Nous festoierons à ce moment de joie.
     Ellegua s'inclina avant de se retirer de la salle du dieu. Lorsqu'il parcourut le couloir du palais des trois rois suprême il tomba nez-à-nez avec Eshu, le dieu de la discorde et de la tromperie. Il semblait profondément concentré dans la contemplation de ces énormes statues à l'effigie des dieux orishas qui longeaient les murs. Elles étaient soit en obsidienne, en or ou en argent. Ellegua le vit dérober une plus petite avant de la glisser dans la poche de sa longue tunique en tissu rouge et noir, avant de s'arrêter net devant le regard accusateur du dieu messager, Eshu lui jeta un regard sournois. Il coiffait son chef d'un joli chapeau noir et rouge également comme le reste de ses habits.
– Comment vas-tu, mon cher Ellegua ? Demanda le malin tout en sachant que le dieu messager ne l'appréciait guère, comme la plupart des dieux Orishas. Pourrais-tu m'apporter dans mes quartiers de quoi me remplir la panse ?
– Je suis un messager et non un serviteur, lui répondit le dieu vexé de cette demande...et puis de toute façon si vous voulez vraiment vous faire plaisir de quelques mets, Il vous suffit tout simplement de faire apparaître une niche de pain bien garnie, espèce de paresseux !
– Je suis au courant, petit insolent faiblard, mais ce serait beaucoup plus jouissif de te voir dandiner avec un plateau remplis d'avocats, soumet toi à moi Ellegua afin de me donner l'occasion de rigoler un peu. Ce qui est rare dans ce palais ennuyeux. En rétorquant cela, le dieu de la discorde coupa le passage au messager et ce dernier baissa la tête. Sa faiblesse était visible et puis en même temps que pouvait faire ce pauvre Ellegua face à la puissance de persuasion du dieu malin. Eshu sourit devant la faiblesse de sa victime et lorsqu'il retourna dans ses quartiers il fut ravi d'y découvrir à coté de son amante, un panier remplis de fruits succulents avec du pain de mil.
      Il s'approcha de Yemoja, sa douce et tendre amante envers qui il éprouvait un amour profond. Elle ne portait qu'un léger tissu violet qui couvrait uniquement le bas de son corps. Les yeux d'Eshu lorgnèrent sur sa poitrine généreuse dont les tétons étaient entourés de paillettes dorées, mais le corps de son amante n'était rien en comparaison de son visage d'ébène parfaitement lisse et resplendissant. Ses yeux noirs obsidiennes étaient tellement profonds et hypnotisant que le malin s'y perdait. Ses cheveux tressés en deux nattes noires et violets retombaient derrière elle dans le bas du dos. La déesse de l'eau était parfaitement au courant des sentiments qu'avait Eshu envers elle. Mais elle feignait l'ignorance. Ses lèvres rencontrèrent les siennes et leurs corps se rapprochèrent. La chaleur qui naissait entre eux était toujours aussi ardente et passionnante. La déesse le poussa sur son lit avant de se lancer dans un excitant ébat avec le dieu malin.
      Leurs activités étaient très fréquentes et discrètes. Mais Eshu était naïf, le comble pour un dieu de la tromperie. Alors qu'il croyait avoir Yemoja rien que pour lui, il fut surpris de ne pas la retrouver un soir dans sa couchette comme à son habitude. Il ne lui en voulut pas mais quelques jours plus tard, il l'a surprise au moment où elle pénétrait dans les quartiers d'Olodumare. La jalousie lui monta au nez. Il se précipita donc vers la porte du roi suprême et l'ouvrit.
      La scène lui fendit le cœur. Gênée, Yemoja ramassa un pan de la longue tenue d'Olodumare pour couvrir sa nudité.
– Mais que fais-tu là, mon cher Eshu. Demanda à la fois gêné et énervé. Ce dernier ne savait pas que le dieu de la discorde avait des ébats passionnés avec la même concubine que lui. Mais cela ne suffit pas à le calmer, alors il envoya un sort de cécité en direction des deux divinités. Eshu retira un poignard de sa ceinture et l'enfonça dans le cœur de son amante après avoir réduit la distance qui les séparait.
– Je t'aimais...lui dit-il simplement en tenant sa tête entre ses mains, tandis que son corps glisser lentement sur le sol.
      Alors qu'il s'apprêtait à poignarder le dieu aveugle qui venait de s'écrouler, une lance perfora le corps d'Eshu. Mais son cœur resta intact. Eshu s'écroula et s'évanouit juste après avoir aperçu le visage froid et terrifiant d'Ogun, le dieu de la guerre qui venait de le neutraliser.

Note d'auteur. 
J'espère que ce prologue vous a plu. Si c'est le cas n'hésitez pas à me laisser un commentaire et un vote.
Cette partie ne semble pas très prometteur, je l'avoue mais il sert simplement à introduire une scène qui va entraîner à son tour une succession d'événements importants dans la suite de l'histoire.
on se retrouve dans le premier chapitre. 
0
0
0
8
GEO
Un petit garçon, à la veille de Noël, de la neige, un peu de magie...

Je fête l'arrivée prochaine du printemps avec un conte de Noël, comme quoi tout est permis en écriture.
3
13
54
5

Vous aimez lire The Creator ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0