78 - Prize de conscientia

8 minutes de lecture

22.11.2088 – Journal de monsieur Carpenter

Monsieur…
Vous m’entendez ?...
Essayez de suivre la lumière de gauche à droite, s’il vous plaît…
Je sens les doigts rocailleux du docteur Strauss posés sur moi et j’en suis dégoûté. Je suis beaucoup trop enivré pour résister. Il écarquille mes yeux encore.
— C’est ça, suivez la lumière, répète-t-il.
Je suis à moitié conscient. Il a surdosé le tranquillisant exprès !
— Vous… Vous m’avez drogué !
— Tâchez de vous calmer, c’est uniquement pour votre bien que j’ai fait ça.
Enfin, je vois le docteur, assisté d’un H3G, me faisant face, tandis que mes mains sont ligotées au lit. En fond sonore, du Chopin. La musique que j’avais moi-même imposée au sein de la base.
— La musique adoucit les moeurs, vous ne cessiez de le répéter, dit le médecin, un brin cynique.
— Je me sens très faible. Qu’est-ce que vous m’avez fait ?
— Vous le savez bien… On ne peut plus savoir qui est infecté et qui ne l’est pas. Je suis le seul médecin de la base, maintenant. Je suis devenu un peu… Paranoïaque.
— Je ne suis pas fou. Je ne veux pas vous tuer. Au contraire, je veux tous vous aider.
Le docteur Strauss s’assoit, croisant les jambes et prenant des notes.
— Vous avez changé d’état d’esprit depuis votre réveil, je me trompe ?, me demande-t-il, intrigué.
— J’ai réalisé certaines choses, oui. Je ne souhaite la mort de personne d’autre.
— Tiens…
Il continue à pianoter ses notes sur sa tablette avant de déclarer :
— Le confrère, le docteur Cornwell, était un ami à vous, n’est-ce pas ? Il m’a longuement expliqué votre personnalité. Il m’a également prévenu de votre facilité à manipuler les autres. C’est pourquoi je prends votre nouveau discours avec des pincettes. Vous n’êtes pas sans savoir que nous avons un travail à finir ici et que l’idée même de quitter Mars et ne rien emporter avec nous est totalement absurde. Les découvertes actuelles sont bien trop précieuses pour être abandonnées.
Je veux répondre et me défendre, mais il se permet de me couper la parole :
— Ce coma est peut-être la meilleure chose qui vous soit arrivée. Renoncez à votre autorité et le pouvoir relatif qu’il vous procure. Laissez le lieutenant-colonel finir ce que vous n’avez pas pu achever et reposez-vous, me conseille-t-il.
Tout à coup, la pression d’une gâchette sur un revolver se fait entendre et le médecin se tétanise.
— Et si vous le laissiez en décider lui-même, docteur ?, intervient une voix que je reconnais immédiatement.
Elvira fait irruption dans la salle et braque son arme sur la tempe du docteur Strauss sans ménagement. Elle est suivie par tous mes autres clones. Je souris enfin.

Sur ce point, j'avais finalement adopté les noms donnés par le colonel Williams à mes clones. Ce n'était pas un hommage. Il avait eu raison : ces clones n'étaient plus de simples expériences, mais des êtres humains à part entière.
— Vous… Vous ne devriez pas être ici, bafouille le médecin, dans une veine tentative d’interposition.
Mes clones ne lui prêtent aucune intention et me détachent rapidement. Elvira le fait sortir, afin qu’il n’entende pas notre discussion. Je me redresse péniblement :
— Cela fait plaisir de vous voir ! Nous sommes venus dès que nous avons su que vous étiez réveillé. Les rumeurs se répandent vite, ici, se réjouit Carmen.
— Je n’en attendais pas moins de vous. (je les observe tour à tour avant de constater qu’il manque bel et bien un absent). Todd est mort ?
Donald baisse la tête, attristé :
— Oui, murmure-t-il, il a été infecté par le virus et il s’en est pris à nous. Nous n’avions pas le choix, hélas.
Joaquin et Carmen accusent aussi le coup. Malgré la faiblesse de mon énergie, je rassemble mes idées :
— J’ai besoin de vous. Je suis peut-être responsable indirectement de la mort de Todd… Il y a six mois, j’ai commis une énorme erreur. Est-ce que vous avez conservé les restes de l’humanoïde ?
— Oracio ? Nous l’avons envoyé au département Technologie afin d’y être désassemblé, répond Donald.
Je tressaille rien que d’y penser.
— Il va être désassemblé ?
— C’est déjà le cas, monsieur…, réplique Carmen, c'était il y a six mois, répond Joaquin, il nous avait déjà donné ce que vous souhaitiez, de toute façon.
— L’ humanoïde doit être réparé. C’est urgent. Nos vies en dépendent.
Les clones sont très étonnés :
— Comment ça ?, s’étonne Donald.
— Oracio m’avait prévenu de ce qui allait arriver ici. Les meurtres ne s’arrêteront pas, sauf s’il intervient auprès de Dieu pour lui demander de cesser ce massacre.
Carmen se touche le front, troublée :
— Si je résume, vous espérez que l’on puisse réparer l’humanoïde, qu’il retrouve sa mémoire et qu’ensuite il reprenne sa mission là où il l'avait arrêtée ?

— C’est l’idée…
Donald secoue la tête négativement.
— Vous l’avez sûrement oublié, monsieur, mais nous avons extrait sa carte mémoire afin d’y trouver des informations concernant la localisation du simulateur 3D. Cette carte mémoire doit être détériorée, aujourd’hui.
— Où est-elle ?
Les clones hésitent avant de me répondre :
— Au début, nous pensions la détruire, déclare Carmen, après tout, il s’agit d’informations très sensibles. Puis, nous nous sommes mis d’accord sur le fait qu’elle pourrait encore être utile et nous l’avons conservée avec nous. Il est néanmoins possible qu’elle soit endommagée.
— Peu importe, il vaut mieux cela que rien du tout. Il faudra la remettre en marche.
— Dans l’éventualité que l’on puisse le remettre sur pied sans dommages…rétorque Joaquin, vu son état actuel, j’ai de gros doutes…
— On doit au moins essayer !
Les clones hochent la tête d’assentiment. Je me mets debout, inspectant ma chemise de patient.
— Il me faut des vêtements plus saillants.
— On a de la visite !, nous prévient Elvira de dehors.
En effet, flanqué de deux militaires, le lieutenant-colonel Ferguson vient à notre rencontre. En apercevant Elvira pointant son arme sur le médecin, il se raidit :

— Que font les clones ici ?, demande-t-il, surpris.
— Ils m’ont pris par surprise, lâche le médecin, paniqué, alors qu’Elvira resserre son étreinte sur son poignet.
Le lieutenant-colonel soupire en comprenant ce qui se passe.
— Où est monsieur Carpenter ?, demande-t-il sur un ton las.
Je sors de la chambre, flanqué de tous mes clones.
— Je suis là.
— Pouvez-vous demander à votre clone de baisser son revolver, s’il vous plait ? Il est inadmissible qu’ils en aient toujours sur eux, alors que les consignes étaient de remettre toutes les armes en réserve.
Elvira relâche son étreinte sur le médecin, abaissant son pistolet en signe d’accalmie.
— Ne vous inquiétez pas, je peux également le blesser à mains nues, ironise-t-elle en faisant glisser le revolver aux pieds du lieutenant-colonel.
Ce dernier le ramasse et le donne à un de ses soldats. Je le toise.
— Vous n’êtes pas ici pour voir comment je vais, je me trompe ?
Le lieutenant-colonel a un air embarrassé.
— Vous devez rentrer sur Terre. C’est de la plus haute importance, m’annonce-t-il.
— Pourquoi ?
— Le gouvernement l’exige. À son arrivée, le cyber-pirate a transmis une vidéo à charge contre toute cette opération. Un procès contre Google va avoir lieu et vous faites partie des premiers accusés.
Je suis abasourdi par cette nouvelle. Don Sewn a bel et bien trafiqué la puce et a trahi notre accord.

Quel idiot, j’ai été ! Je pensais avoir pris toutes les précautions en le faisant venir jusqu'ici, je pensais pouvoir le contrôler... Comment ai-je pu être aussi stupide ? Il était évident qu’il allait me duper.


Devant l’assistance, j’essaye de masquer mon ressentiment et paraître le plus impassible possible. Je m’interroge.
— Quand aura lieu le départ ?
— Le premier retour s'effectuera d’ici un ou deux jours.
Ma mâchoire se contracte.
— Alors, je suis au regret de vous annoncer que je ne partirai pas à cette date.
Les deux soldats autour du lieutenant-colonel deviennent soudainement plus nerveux. Heureusement, les clones le sentent et m’entourent afin de me protéger.
— Je suis navré qu’on en arrive là, déplore le lieutenant-colonel Ferguson, mais s’il faut que j’emploie la force, je le ferai. Relâchez monsieur Strauss.
— Sinon quoi ?, demande Elvira avec provocation, vous savez très bien que nous sommes plus forts que les humains, que ce soit par la force mentale ou physique.
— Vous êtes numériquement plus nombreux, maintenant. Mais face à une quarantaine de soldats entraînés, serez-vous toujours aussi confiants ?, contre-attaque le lieutenant-colonel avec orgueil.
Face à la pression, je fais signe à Elvira de libérer le médecin qui se précipite derrière le lieutenant-colonel. À l’instar du colonel Williams, Ferguson est un homme têtu. Je ne le battrai pas sur le terrain de l’usure psychologique. Je propose donc un marché :
— Écoutez, les paroles du docteur Strauss ne sont pas tombées dans l’oreille d’un sourd. Je suis prêt à vous laisser le commandement total de la base, car mes erreurs ne font plus de moi un leader légitime. J'en ai pris conscience. Je n’ai qu’une seule requête à vous demander : il y a, au département Technologie, un humanoïde que je dois réparer. Lorsque cela sera fait, je partirai.

— Vous parlez de ce Jonathan qui était en fait un robot ?, maugrée le lieutenant-colonel Ferguson, vous nous avez tous bernés avec cette histoire et cela vous coûte très cher, aujourd’hui. Pourquoi voulez-vous ternir encore plus votre image en le ressuscitant ? Cet humanoïde était un boulet pour nous tous.
— Je ne le sais que trop… Mais ce robot avait quelque chose à nous offrir et cela dépasse le simple cadre de cette mission. À l’époque, j’étais beaucoup trop concentré sur ma rivalité avec le colonel Williams pour m’en apercevoir. Aujourd’hui, je considère que c’est au contraire une chance que cet androïde soit parmi nous. Nous devons, au moins, essayer de le rendre fonctionnel.
Le lieutenant-colonel Ferguson soupire à nouveau en secouant la tête.

— Je vais être honnête avec vous, monsieur Carpenter, réplique-t-il, je n’ai plus aucune confiance en vous. Néanmoins, là où le colonel pouvait se montrer tyrannique, je vais me montrer magnanime. Nous ne savons pas si vous êtes contaminé ou pas. Vous allez effectuer différents tests avec le docteur Strauss. Je vous laisse quelques jours pour tenter de réparer cette machine. Passé ce délai, vous devrez rentrer, que vous le vouliez ou non. D’autres fusées vont arriver prochainement et votre nom sera en haut de la liste pour embarquer sur l’une d’entre elles. Ne prenez surtout pas cette concession de ma part pour une faiblesse. Vous serez surveillé de près. Si j’apprends que vous essayez de me planter un couteau dans le dos, je considérerai que les leçons tirées de votre relation avec le colonel n’ont pas été retenues et je ne vous accorderai plus rien. Et autre chose : vos clones sont également sous mon autorité. C’est la première et dernière fois que je les laisse ouvertement me défier. Est-ce que je me suis bien fait comprendre ?
Il me fixe intensément, histoire de s’assurer que le message est bien passé. Je le rassure.
— Vous avez ma parole. Les clones seront calmes et je partirai sans protester. Je suis à vos ordres.
— Bien. Maintenant que vous êtes debout, je souhaite que les gens vous voient et sachent ce qu’il en est de votre sort. Tout le monde est réuni dans le grand hall. Je vous invite à venir pour vous adresser à votre personnel.
— Pas de problème. Puis-je au moins me changer et m’apprêter ?
Le lieutenant-colonel fait signe à un de ces soldats.
— Accompagnez-le à sa chambre.
— Merci à vous. J’avais une autre question : où est Ray ?
— Mort. Il était contaminé lui aussi.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 10 versions.

Recommandations

Riley Sullivan
Bridie, jeune avocate brillante, sûre d'elle et à qui tout réussit. Auteure de romances à ses heures perdues, elle dissimule un passé complexe et difficile. La réalité est toute autre.

Brisée, harcelée, elle va se retrouver confrontée à sa pire crainte, lorsque l'un de ses deux meilleurs et seuls amis se retrouve derrière les barreaux.

Elle va plonger dans un monde qui lui est totalement inconnu, se confronter à son passé, à ses doutes et à ses plus grosses peurs. Saura-t-elle les surmonter et saisir sa chance pour trouver l'amour?
3
0
0
8
Vahkiin

      Le vieil homme porta un regard sur ses petits-enfants alors que dehors il menaçait de pleuvoir. Leur mère, autoritaire et stricte, leur interdisait de jouer sous la pluie. Elle avait raison, pensait-il souvent même s'il jugeait que sa fille était un peu trop sévère avec ses enfants. Les gamins prirent place dans le salon sur deux vieux fauteuils en face d'une télé toute aussi vieille. Des cadres en bois décoraient les photos des membres de cette famille et la joie semblait ne jamais quitter les mûrs de cette maison. L'atmosphère devenait de plus en plus lugubre malgré l'ampoule qui pendouillait au-dessus de leurs têtes grâce à un câble. Le vieillard s'installa sur un des vieux canapés avant de saisir son journal. À Kinshasa, au Congo, lorsque le ciel annonçait l'orage, la réception des chaînes ne fonctionnait pas très bien. Ainsi, les images se brouillaient et cela décourageait bien vite les enfants. Alors le vieil homme, devant leurs airs attristés, referma son journal et lança :
– Ramenez-vous bande de sales mioches !
      Les enfants étaient habitués à cette appellation. Ils étaient à sept dont trois adolescents, deux morveuses et encore deux autres plus petits. Ils avaient tous des traits similaires à leur grand père. Des visages noirs, des cheveux crépus coiffés en épaisses tignasses pour les plus jeunes. Les trois ados avaient, quant à eux,  des cheveux coiffés en dégradés pour mieux se conformer à la mode de leur génération. Les filles, elles, arboraient de jolies tresses, certaines colorées qui leur arrivaient jusqu'aux reins. Le vieillard était fier de sa descendance et il ne cessait jamais de le dire à sa ravissante fille. Malheur à leur père qui avait osé les abandonner quelques années auparavant. Ces petits enfants, du moins les plus jeunes, le regardaient avec une petite idée derrières leurs têtes sur ce qu'il allait dire. Ils étaient embêtants certes mais bon dieu qu'est-ce qu'ils étaient adorables. Il ne pouvait donc pas rester impassible devant leur ennuie.
– Je vais vous raconter une histoire, annonça-t-il en constatant les visages radieux de ses petits enfants. Il referma son journal et le posa sur la table basse en face de lui. Autour de lui, ses enfants étaient assis en tailleur et les plus jeunes étaient tous excités d'entendre le récit de leurs grands-pères. Elles se faisaient de plus en plus rares les histoires de papy, ils sautèrent donc sur l'occasion.
– Ouais ! s'exclama un des gosses, une histoire avec des chevaliers ?
– Non ! je sais, proposa sa petite-fille aux tresses roses, cendrillon ? Hein, s'il te plait papy, raconte nous cendrillon.
– Chevaliers, insista le garçon.
      Voyant qu'ils allaient encore devoir assister à des histoires d'enfants, les plus vieux se levèrent et prirent la direction de leurs chambres. Mais s'arrêtèrent presque aussitôt à l'annonce du vieux.
– Vous pouvez rester, déclara le vieil homme. Je n'ai pas l'attention de vous raconter l'histoire d'une de vos héroïnes à la peau blanche et aux cheveux blonds...rien en rapport à toutes vos conneries que vous regardez devant vos écrans. Derrière la porte de la cuisine, la mère des enfants adressa un regard noir au vieillard pour les gros mots qu'il venait de proférer. Ce dernier s'excusa face au regard de braise de sa fille. Elle a vraiment hérité de sa mère, se dit-il dans sa tête.
– Bien, donc l'histoire que je vais vous raconter s'est déroulé il y a très longtemps. Ici, en Afrique...
******

      C'était un non lieu qu'était le monde des dieux. Un endroit où règnent les divinités. Ces êtres cosmiques étaient regroupés en factions ou royaumes et se partageaient le monde divin qui s'étendait à l'infini. Des édifices gigantesques jouant avec des proportions inimaginables et exagérées se dressaient dans les contrées mystiques du monde divin. Les architectures étaient variées selon les royaumes. L'immensité de leur orgueil se manifestait par la grandeur de leurs créations et rien ne laissait croire qu'ils pourraient être un jour rassasiés de cette mégalomanie divine. Chacune des factions avait un dieu créateur qui avait participé à la création du monde. Et l'un d'eux, Olodumare, se languissait de ses privilèges en tant que l'un des rois suprêmes du royaume des Orishas. Ces dieux avaient le contrôle de la majorité de l'Afrique. Portion du monde pour laquelle les divinités se sont longtemps fait la guerre jusqu'à un commun accord. C'était un dieu chic et fier, et il était toujours vêtu de blanc, symbole de pureté. Son animosité infinie semblait éclairer l'univers et son rire faisait trembler le monde des hommes. Ses larmes arrosaient l'Afrique, continent de la richesse. Il ne manquait jamais de s'en vanter auprès des dieux des royaumes des autres régions.
      Olodumare restait dans sa gigantesque salle de méditation, remplie d'objets qui étincelaient de mille feux. Sur des étagères en bois de Baobab se trouvaient des trophées étranges à l'honneur de sa participation à la création du monde. Une grande partie des objets qu'il possédait, éclairer la salle de méditation. Il disait que cela l'aidait à se concentrer dans sa recherche de la perfection spirituelle. Un stade qui une fois atteint, procurait une jouissance incontrôlable pour le dieu. Les portes, grandement ouvertes, laissaient voir l'univers infini et juste devant lui l'Afrique sur toute son intégralité. Ses habits en tissus blancs étaient tellement longs qu'ils recouvraient le sol entier de la pièce. Quelqu'un toqua à sa porte, il ne fut pas surpris de voir le visage d'Ellegua, le dieu messager. Il était paré d'un collier d'argent et des pierres d'obsidiennes s'y incrustaient. Le dieu avait également sur son chef un chapeau fait en crâne d'antilope avec des rameaux s'entortillant sur lesquelles étaient accrochés des gris-gris et des coquillages pendouillant par des cordelettes. Un tissu rouge sang cousu dans du cuir noir lui servait à couvrir le bas de son corps. Son torse était scarifié et couvert de peintures blanches contrastant avec sa peau noir.
– Ô mon Seigneur, veuillez bien m'excusez d'avoir interrompu votre méditation, cependant une réponse du seigneur Olokun m'a été envoyé et c'est avec un réel plaisir que je vous la fais parvenir.
– Bien, poursuis donc mon très cher Ellegua, ordonna-t-il en lui souriant.
– Son honorable seigneur des mers souhaiterait prolonger la durée de sa mission en Grèce afin de seconder le seigneur Poséidon dans sa lutte contre les Titans.
– Fichtre, toujours ces fanfarons d'olympiens ! Lorsqu'il s'agit de se faire assister, il ne manque jamais une occasion mais quand nous, Orishas, auront besoin d'eux en retour, nous entendrons que les chants de leurs maudites sirènes. Bien, qu'il reste donc et qu'il me prévienne de son arrivée. Nous festoierons à ce moment de joie.
     Ellegua s'inclina avant de se retirer de la salle du dieu. Lorsqu'il parcourut le couloir du palais des trois rois suprême il tomba nez-à-nez avec Eshu, le dieu de la discorde et de la tromperie. Il semblait profondément concentré dans la contemplation de ces énormes statues à l'effigie des dieux orishas qui longeaient les murs. Elles étaient soit en obsidienne, en or ou en argent. Ellegua le vit dérober une plus petite avant de la glisser dans la poche de sa longue tunique en tissu rouge et noir, avant de s'arrêter net devant le regard accusateur du dieu messager, Eshu lui jeta un regard sournois. Il coiffait son chef d'un joli chapeau noir et rouge également comme le reste de ses habits.
– Comment vas-tu, mon cher Ellegua ? Demanda le malin tout en sachant que le dieu messager ne l'appréciait guère, comme la plupart des dieux Orishas. Pourrais-tu m'apporter dans mes quartiers de quoi me remplir la panse ?
– Je suis un messager et non un serviteur, lui répondit le dieu vexé de cette demande...et puis de toute façon si vous voulez vraiment vous faire plaisir de quelques mets, Il vous suffit tout simplement de faire apparaître une niche de pain bien garnie, espèce de paresseux !
– Je suis au courant, petit insolent faiblard, mais ce serait beaucoup plus jouissif de te voir dandiner avec un plateau remplis d'avocats, soumet toi à moi Ellegua afin de me donner l'occasion de rigoler un peu. Ce qui est rare dans ce palais ennuyeux. En rétorquant cela, le dieu de la discorde coupa le passage au messager et ce dernier baissa la tête. Sa faiblesse était visible et puis en même temps que pouvait faire ce pauvre Ellegua face à la puissance de persuasion du dieu malin. Eshu sourit devant la faiblesse de sa victime et lorsqu'il retourna dans ses quartiers il fut ravi d'y découvrir à coté de son amante, un panier remplis de fruits succulents avec du pain de mil.
      Il s'approcha de Yemoja, sa douce et tendre amante envers qui il éprouvait un amour profond. Elle ne portait qu'un léger tissu violet qui couvrait uniquement le bas de son corps. Les yeux d'Eshu lorgnèrent sur sa poitrine généreuse dont les tétons étaient entourés de paillettes dorées, mais le corps de son amante n'était rien en comparaison de son visage d'ébène parfaitement lisse et resplendissant. Ses yeux noirs obsidiennes étaient tellement profonds et hypnotisant que le malin s'y perdait. Ses cheveux tressés en deux nattes noires et violets retombaient derrière elle dans le bas du dos. La déesse de l'eau était parfaitement au courant des sentiments qu'avait Eshu envers elle. Mais elle feignait l'ignorance. Ses lèvres rencontrèrent les siennes et leurs corps se rapprochèrent. La chaleur qui naissait entre eux était toujours aussi ardente et passionnante. La déesse le poussa sur son lit avant de se lancer dans un excitant ébat avec le dieu malin.
      Leurs activités étaient très fréquentes et discrètes. Mais Eshu était naïf, le comble pour un dieu de la tromperie. Alors qu'il croyait avoir Yemoja rien que pour lui, il fut surpris de ne pas la retrouver un soir dans sa couchette comme à son habitude. Il ne lui en voulut pas mais quelques jours plus tard, il l'a surprise au moment où elle pénétrait dans les quartiers d'Olodumare. La jalousie lui monta au nez. Il se précipita donc vers la porte du roi suprême et l'ouvrit.
      La scène lui fendit le cœur. Gênée, Yemoja ramassa un pan de la longue tenue d'Olodumare pour couvrir sa nudité.
– Mais que fais-tu là, mon cher Eshu. Demanda à la fois gêné et énervé. Ce dernier ne savait pas que le dieu de la discorde avait des ébats passionnés avec la même concubine que lui. Mais cela ne suffit pas à le calmer, alors il envoya un sort de cécité en direction des deux divinités. Eshu retira un poignard de sa ceinture et l'enfonça dans le cœur de son amante après avoir réduit la distance qui les séparait.
– Je t'aimais...lui dit-il simplement en tenant sa tête entre ses mains, tandis que son corps glisser lentement sur le sol.
      Alors qu'il s'apprêtait à poignarder le dieu aveugle qui venait de s'écrouler, une lance perfora le corps d'Eshu. Mais son cœur resta intact. Eshu s'écroula et s'évanouit juste après avoir aperçu le visage froid et terrifiant d'Ogun, le dieu de la guerre qui venait de le neutraliser.

Note d'auteur. 
J'espère que ce prologue vous a plu. Si c'est le cas n'hésitez pas à me laisser un commentaire et un vote.
Cette partie ne semble pas très prometteur, je l'avoue mais il sert simplement à introduire une scène qui va entraîner à son tour une succession d'événements importants dans la suite de l'histoire.
on se retrouve dans le premier chapitre. 
0
0
0
8
GEO
Un petit garçon, à la veille de Noël, de la neige, un peu de magie...

Je fête l'arrivée prochaine du printemps avec un conte de Noël, comme quoi tout est permis en écriture.
3
13
54
5

Vous aimez lire The Creator ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0