65 - Liber

3 minutes de lecture

28.05.2088 – Journal de Jenny

Le colonel Williams se montre une deuxième fois dans la salle de commandement.

— Que se passe-t-il ?, demande-t-il d’une voix agacée.

— Nous n’avons plus de contact avec l’expédition, mon colonel, répond un militaire à ma place, il semble qu’ils l’aient fait volontairement.

— Je ne m’adressais pas à vous, soldat, mais à Jenny, rabroue le colonel d’un ton péremptoire.

Nos regards se croisent. Il attend que je prenne la parole. Je suis prise de court.

— Il vient de vous le dire, ils ont coupé la liaison avec nous, il y a environ deux heures. Je vous avais déjà signalé l’accident dans le gouffre : l’un des clones a fait une chute. Depuis, plus rien.

Le colonel fait la moue.

— J’aimerais connaître l’historique des communications depuis le départ des clones, dit-il.

— Tout de suite, mon colonel, consent le militaire en pianotant sur le clavier.

En quelques secondes, une liste d’appels entrants et sortants s’affiche à l’écran. La plupart proviennent de moi, mais un message retient particulièrement l’attention du colonel.

— Ils ont contacté l’intérieur de la base quelques temps après l’accident, constate-t-il, je veux les details.

Le militaire s’exécute.

— C’est un message écrit, mais je ne peux pas le voir, déclare-t-il, il a été adressé à quelqu’un. Impossible de savoir qui.

Le colonel hoche la tête en serrant les poings.

— Je ne vois qu’une seule personne ayant la sympathie des clones ici…, lâche-t-il d'un ton amer.

Je suis perplexe. Est-ce que les clones jouent un double-jeu et rendent compte à monsieur Carpenter dans le dos du colonel Williams ? Cette perspective le met hors de lui, en tout cas.

— Jenny, continuez à garder le contact avec eux le plus possible, ordonne-t-il, je dois parler à monsieur Carpenter.

Je fais mine de comprendre. Il tourne les talons.

J’essaye encore vainement de joindre le rover une nouvelle fois puis je m’arrête.

Je réalise que je ne peux rien faire de mieux concernant cette expédition. Par contre, je peux m’enquérir de l’état de santé de Xhang. Le colonel Wiliams ne veut rien me dire à ce sujet. Je vais donc trouver mes réponses moi-même.

Puisque le colonel a une confiance inconsidérée envers moi, autant l’exploiter. Il est persuadé que je peux me ranger de son côté. Il a imprudemment abaissé sa vigilance sur moi.

Je me lève de mon siège et lance d’un air désinvolte.

— Je fais une pause pipi, à tout à l’heure.

En vérité, je me dirige vers l’infirmerie, où j’espère trouver Xhang. Je me fais la plus discrète possible. J’arrive devant les dortoirs, tête baissée. Je l’aperçois derrière une vitre, torse nu et couvert d’électrodes. Un médecin est assis non loin de lui et pianote sur sa tablette.

Le voir est un soulagement et je souris instantanément. Il m’aperçoit et a un instant de flottement.

Puis, il se reprend et simule un début de malaise, ce qui fait mouche auprès du médecin qui quitte la salle à la recherche de médicaments. La voie étant libre, il s’avance vers moi, à la fois soulagé et un peu effrayé de me voir ici. Nous nous prenons dans les bras comme deux adolescents.

— Le colonel a tenu sa promesse : tu es soigné…

Xhang fronce les sourcils :

— Tu as passé un accord avec lui ?, me demande-t-il avec défiance.

— Pour te sauver, oui. J’ai dû coopérer. Ça ne veut pas dire que j’ai retourné ma veste pour autant.

Ces paroles semblent rassurer Xhang quelque peu. Il m’explique qu’il est ici pour subir une batterie de tests, car il a été en contact avec Aksionov. Ce dernier n’est plus le même. Il me raconte, de façon glaçante, sa tentative de le dévorer.

— Il parlait constamment de Dieu. Il a perdu l’esprit ! Le colonel l’a mis en quarantaine en attendant de prendre une décision, continue-t-il.

Je fais le lien direct avec ma soudaine promotion.

— Il a tué Mark…

— Qui est Mark ?, s’interroge Xhang, oh, le médecin revient !

Il s’élance vers son lit et s’empare d’un carnet qu’il avait caché sous l’oreiller, puis il revient vers moi et me le donne.

— Lis ceci pour moi, s’il te plaît, me supplie-t-il, je n’ai pas eu le temps de tout lire.

— Qu’est-ce que c’est ?

— Ce sont les notes et observations du médecin. Il y parle du projet Genesis et de tout ce que Tim Carpenter veut faire ici. On doit connaître la vérité sur les clones.

Je glisse le carnet dans la poche de mon pantalon.

— Je le ferai.

Je quitte l’infirmerie, pétrie d’émotions.

Aksionov qui est devenu une menace, Xhang qui a découvert les réels agissements de Tim Carpenter et la soudaine perte de contact avec l’expédition des clones… Si tout est lié, Oracio a raison depuis le début et nos jours sur Mars sont maintenant comptés. Je dois absolument lui parler.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

jean-paul vialard


« Riomaggiore, scendono tutti! ». Ainsi nous étions invités à descendre. Je demeurais en plein ciel, sur mon nuage. Déjà Tania, tout heureuse, arpentait le quai. Je descendis à sa suite. « On visite le village ensemble ? Après j’offre le restaurant ! », me dit-elle sur un ton enjoué. Je ne pouvais espérer mieux. Cependant je me rendais compte avec un bonheur mêlé de crainte qu’elle m’avait amené au creux de ses mains et que, tel un moineau discipliné, je commençais à becqueter les graines que Tania y avait mises. Dans quel but ? Là était la question, toute la question ! La réponse, cependant n’allait tarder à arriver. Il y aurait le repas. Il y aurait l’hôtel. Il y aurait la nuit. Et puis, était-ce bien convenable d’accepter l’invitation de cette dame inconnue ? N’aurais-je dû inverser les rôles ? La galanterie n’était plus ce qu’elle était. Peut-être avais-je tout à y gagner !
Nous avons longuement arpenté le long ruban de ciment qui longeait la mer depuis le haut de la falaise. Quelques barques bleues et blanches animaient les flots. Parfois des goélands nous frôlaient de leurs ailes grand ouvertes. Ils criaient dans l’air sec et lâchaient des fientes qui tombaient dans l’eau en faisant plein d’éclaboussures. Tania riait spontanément, aussi bien des oiseaux blancs, aussi bien des jeunes enfants qui déboulaient dans nos jambes. Elle était la vie même et son élégance s’accommodait de cette grâce naturelle d’une simplicité vivifiante. A un moment, nous nous sommes assis sur un banc qui donnait sur une petite place. Face à nous la ‘Basilique de San Giovanni Battista’, un vaisseau de pierres grises dont la façade portait des sculptures blanches, sans doute des figurations de saints. Curieuse de tout, rieuse comme un jeune enfant, Tania voulait tout voir, tout toucher, tout expérimenter comme si la seconde qu’elle vivait était la dernière. Sortant de l’église, face au miroir de la Mer de Ligurie qui se teintait de pourpre, saisissant ma main :
« Regarde comme c’est beau. Je reviendrai à Riomaggiore, pas toi ? »
Devais-je m’étonner de ce tutoiement soudain ? Avait-il une autre signification que celle liée à l’excitation de la visite, à la vivacité d’eau de source qui semblait être sa marque de fabrique la plus apparente ? Et puis cette main épousant la mienne. Certes elle n’y était restée que le temps d’une brève illumination. Il n’y avait eu nul signe qui pût me faire espérer quoi que ce fût. Tania mettait mes nerfs à rude épreuve. S’en apercevait-elle ? Etait-ce simplement un jeu ? Du chat et de la souris, comme dans les cours d’école ? IL m’était assez facile de deviner qui était le chat, qui était la souris. Je devais reconnaître que je n’en tirais nulle amertume. Je pensais même en avoir quelque gratification. C’était comme une énigme dont je ne possédais la première lettre du Sésame qui en devait ouvrir la porte secrète. La patience n’était pas ma vertu première. J’avais là tous les ingrédients pour une future nouvelle. Peut-être même pour un livre entier. Tout s’imprimait dans ma tête avec la précision d’une aiguille lisant les sillons d’un microsillon sur les disques de vinyle d’autrefois.
0
0
0
2
BecauseILikeIt1999
Quand il suffit de quelques mots pour anéantir les rêves de toute une vie, pourriez-vous y faire face et tenter d'avancer malgré tout ?

Kim Da Hyo et Park Il Sung n'auraient jamais pu se rencontrer s'ils n'avaient pas été accusés à tort. L'une est une escroc et l'autre, un meurtrier.
Alors quand Da Hyo doit revenir en Corée du Sud pour redorer le nom de sa famille, elle n'a d'autre choix que de se conformer à la volonté de ses parents. Et lorsque son chemin croise par accident celui d'Il Sung, un ex-militaire boiteux qui tente de lutter chaque jour contre le regard des autres et le sien, sa volonté démesurée de toujours venir en aide la pousse à creuser plus loin dans les souvenirs douloureux du jeune homme. Existe-t-il une vérité cachée dans les cauchemars qui hantent ses nuits ?

Mais qu'adviendra-t-il d'une histoire où deux âmes qui n'auraient jamais dû se croiser, créent un lien d'une puissance troublante ? Où la culpabilité se mélange à la résolution et où la volonté d'aimer est mise à dure épreuve face à la douleur et au regard des autres ?

Une escroc et un meurtrier pourront-ils s'aimer librement devant et contre tous ?
3
8
6
21
Défi
lala
Dans ce poème, j'ai choisi de faire rimer la première syllabe de chaque vers avec la dernière !
11
16
0
0

Vous aimez lire The Creator ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0