31 - Progressus

11 minutes de lecture

30.10.2086 – Journal de Lisa - Mémoire retrouvée 40 %.


Au moment où je tourne les talons pour la troisième fois, la porte s'ouvre. C'est mon plan d'un soir qui vient de finir sa déposition. Il me regarde intensément, mais sans chaleur. Il y a de la tension dans l'air et je sais pertinemment que j'en suis responsable. Néanmoins, après ce qu'il vient de faire pour moi, je me sens un peu mal à l'aise.
— Ça s'est bien passé ? Il hausse les épaules :
— Sans plus... J'ai dit la vérité. Inutile de mentir par rancœur.
— Merci...
Il a un petit rictus :
— Il faut voir le côté positif : tu sais maintenant que je m'appelle Luc et moi que ton nom est Lisa.
Je suis embarrassée, je gratte la tête. Trouver un dérivatif, vite ! — Ça te dit qu'on aille se prendre un café ? Je te le paye. À ces mots, Luc a le visage qui se crispe légèrement.
— Non, ça ira, merci, je vais rentrer.
— O. K.
Il regarde vaguement ailleurs puis ses yeux se posent à nouveau sur moi.
— Tu sais, le mieux pour nous deux et qu'on arrête de se parler. Chacun doit faire sa vie de son côté, je pense.
Je suis toute à la fois contente de l'entendre dire ça et déçue de le voir abandonner définitivement la partie.
Une hésitante poignée de main scelle la fin de notre relation. Luc s'en va sans demander son reste. Les collègues, eux, se régalent du spectacle et pouffent de rire.
— Agent Martos !, me lance le comissaire Belard au pas de sa porte, venez dans mon bureau, s'il vous plait !
Il y a deux choses que je n'aime pas dans mon métier : être convoquée par le chef et lorsque ce dernier m'appelle agent. Dans les deux cas, c'est pour annoncer une mauvaise nouvelle. Je le vois assis à son bureau avec cette mine étrange qu'il a lorsqu'une situation lui échappe.
— Je t'en prie, assis-toi.
Il a l'air soucieux, mais commence sur une boutade :
— Ton alibi tient la route, tu lui dois un coup à ton copain.
Ce n'est pas mon copain, mais le jeu de mots est plutôt bien trouvé.
Il sourit brièvement puis reprend un air sérieux :
— Écoute, si je te convoque aujourd'hui, c'est pour parler de l'affaire. Les derniers avancements peuvent poser un problème sur ton objectivité.
— Vous parlez de l'ADN ? Le lien de parenté du suspect avec moi ?
Le commissaire hoche la tête d'un air grave.
— Pour moi, c'est une affaire à résoudre comme une autre. Je n'ai pas à faire de sentimentalisme sous prétexte qu'il s'agirait d'un membre de ma famille.
C'est le discours de façade, ça. Bien sûr que tu prends parti dans ce cas de figure. Tu ne peux plus être totalement impartiale.
— Écoutez, chef, je vais être directe avec vous. Mon truc, ce qui me fait vibrer, c'est coffrer du criminel. Peu importe d'où il vient ni qui il est, il s'agit d'une proie pour moi.
— Je te reconnais bien là, Lisa, ricane le chef, jamais de pitié pour qui que soit.
— C'est pour ça que je suis la meilleure, n'est-ce pas ?
— Peut-être... Mais es-tu prête pour ça ? Arrêter ton propre frère ou ta propre soeur, ce n'est pas rien. Au moment décisif, pourras-tu prendre la bonne décision ?
Je fais une courte pause avant de répondre :
— Le fait que l'existence de ce jumeau ou de cette jumelle m'ait été cachée est plus qu'une motivation supplémentaire pour découvrir la vérité. En arrêtant le tueur, je fais donc d'une pierre deux coups en recollant des morceaux de mon passé. Si vous doutez que je ne puisse pas mener cette affaire à son terme, laissez-moi vous prouver que vous avez tord. Ne me la retirez pas pour ce motif, s'il vous plait.
— Tu risques d'affronter un passé douloureux, Lisa.
— Je prends ce risque. C'est mon problème.
Le chef parait très satisfait par ma réponse.
— Et bien, tu m'as convaincu. Je sais qu'avec toi, cette enquête est entre de bonnes-mains et que tu iras jusqu'au bout. Tu connais le caractère particulier que revêt ce meurtre pour moi...
— Votre ami aura droit à une justice, chef, comptez sur moi.
Il se lève et me raccompagne :
— À toi de jouer, maintenant. Je sais que tu ne me décevras pas.
— Parce que ça a déjà été le cas ?
Il rit et referme la porte derrière moi. David, qui avait suivi le déroulement de la scène de son bureau, se lève :
— Alors, tu as toujours le feu vert du grand manitou ?
— Oui, je l'ai. Je dirais même que nous avons maintenant carte blanche.
— Nickel ! J'ai justement du nouveau pour toi.
— Dis-moi tout.
Quelque chose qui nous aurait échappé : monsieur Girard avait une femme divorcée venue à l'enterrement avec son fils. La femme est une chargée d'affaires. Le fils, lui, a enchaîné les actes de délinquance. C'est un drogué notoire qui est devenu un vrai geek sur le Darknet. Ils vivent tous les deux en Australie.
— Quel rapport avec notre enquête ?
— Le moins, que l'on puisse dire des enregistrements, c'est que l'ambassadeur manquait sérieusement de compétences lorsqu'il s'agissait de faire des choses illicites. Ses premiers échanges avec l'organisation étaient plutôt maladroits. Il appelle son interlocuteur la Nueve à deux reprises, avant que celui-ci ne le reprenne prestement.

  • La Nueve ? C'est quoi ?
  • Dans l'histoire, il s'agissait de la    compagnie du régiment de marche du Tchad, qui faisait lui-même partie de la  division blindée ou Division Leclerc. Cette  compagnie  enrôlait 160 hommes dont 146 républicains espagnols   souvent  anarchistes mais aussi des soldats français. Tous avaient combattu lors de la Libération de l'Afrique du Nord. Son fait d'armes le plus connu est la participation à la  libération de Paris.
  • C'est une sorte d'hommage anarchiste donc ?
  • On peut voir ça comme ça... Bref, toujours est-il qu'en cherchant avec Marc-Olivier on a découvert que le fils avait tenté d'entrer dans cette organisation sans y parvenir car jugé trop “mauvais” dans le codage. Son père l'aurait su et cela aurait été un motif de discorde entre eux. Il ne comprenait pas qu'il puisse être aussi haineux envers le monde pour être séduit par des extrémistes. Mais quelques années plus tard, cela les a rapprochés car le père avait alors besoin du fils.
  • Nous devons les interroger tous les deux. Le fils surtout.

David me sourit :

  • C'est déjà fait, je me suis occupé de tout. Ils sont en chemin.
  • Bon boulot. J'aimerais jeter un coup d'oeil aux enregistrements.
  • Je t'en prie, ne te gêne pas, il y en a des centaines.

Il ouvre le bureau de Marc-Olivier et m'invite à rentrer. Ce dernier, un casque à moitié sur la tête, est concentré et prend des notes sur une tablette tactile.

  • Agent Martos, de nouveau dans la course ?, plaisante-t-il en se tournant vers moi.
  • J'y suis toujours restée. Même malgré moi.
  • Tu tombes bien, monsieur Girard était du genre bavard en privé.

Il retire les écouteurs de la prise jack de son Mac et la voix de l'ambassadeur résonne dans toute la salle.

  • Cette histoire de lancement spatial chez tous les états membres a pris une ampleur sans précédent. C'est devenu une compétition sournoise entre nous et un climat de défiance et de suspicion s'est immiscé au coeur même de l'assemblée. Cela touche les plus hautes instances de l'Etat. Tout le monde est impliqué de près ou de loin et si ca se sait, tout s'écroulera comme un château de cartes. J'ai un dilemme : faire mon travail au mieux pour servir mon pays ou écouter mon coeur parce que je pense que ce nous faisons est profondément immoral... J'ai une situation plus que confortable, un bon salaire, des relations et si je commence à faire ce que je pense je risque de tout perdre et même plus encore. Mais si je continue à ignorer toutes ces malversations sans réagir, est-ce que je pourrai toujours me regarder dans une glace ?

Marc-Olivier arrête l'enregistrement.

  • C'est précisément le moment où tout a basculé pour notre victime...., intervient David, de quand date ce document ?
  • Du 12 septembre 2085.
  • Reste à savoir si c'était avant ou après que le fils soit revenu dans la vie du père.

Je réfléchis :

  • J'aimerais savoir ce que pense aussi la mère de tout ça. Est-ce que pour elle partir en Australie était un moyen d'éloigner son enfant des problèmes ou juste une envie personnelle ? Que connait-elle de la Nueve ?

Le portable de David vibre car il a reçu un message :

  • Nous aurons la réponse à toutes ces questions dans peu de temps. L'ex-femme et le fils viennent d'arriver.

David et moi allons à leur rencontre. La femme doit avoir la cinquantaine, blonde, bronzée, très chic. Le fils, lui, est le parfait achétype du punk : les cheveux longs et peroxydés, les oreilles et le nez percés et le corps recouvert de tatouages de toutes les couleurs.

  • Merci d'être venus, dit David, madame... ?
  • Madame Alexandra Sullivan depuis 6 ans déjà.
  • Moi c'est Charles, répond le jeune homme d'un air timide.
  • Enchantée. Désirez-vous un thé, café...?
  • Non, ça ira merci, répond la dame.
  • Bien, si vous voulez bien nous suivre, nous allons vous interroger individuellement.

Bienséance oblige, la mère est la première à être cuisinée :

  • Nous aimerions savoir quelles ont été vos relations avec votre ex-mari, Thomas Girard?
  • Elles étaient devenues quasi-nulles après notre divorce, à vrai dire. Tout ce qui nous unissait encore c'était Charles.
  • Vous ne vous êtes pas quittés en bons termes ?
  • Pas vraiment. Il me trompait et je le savais. De plus, il n'était jamais là pour s'occuper de son fils. Toujours au travail pour le “Bien” de l'Humanité comme il aimait le dire.
  • Est-ce que le nom de la Nueve vous dit quelque chose ?
  • Hum... Vaguement... Pourquoi ? Ca devrait ?
  • Vous savez que votre fils a essayé d'intégrer cette organisation terroriste. C'est pour ça que vous êtes partie ?

Alexandra Sullivan passe lentement la main dans ses cheveux avant de répondre :

  • C'est une des raisons, je ne peux pas le nier mais ce n'était pas la seule. Comme je l'ai dit, Thomas n'était jamais là. Cela m'a causé beaucoup de peine car je l'aimais vraiment, vous savez. Et Charles est devenu... Comment dire ? Insociable avec les années. Il nourrissait une révolte en lui à cause de Thomas. Je lui en ai beaucoup voulu pour ça, alors quand j'ai eu l'occasion de partir je n'ai pas hésité une seule seconde. Charles s'est toujours confié à moi. Il a toujours eu du mal à échanger avec les autres. Un jour, il est rentré du lycée avec un grand sourire et m'a annoncé qu'il avait enfin été “accepté” dans un groupe et qu'il avait de nouveaux amis. Quand j'ai appris la nouvelle je n'ai pas cherché à comprendre, j'étais contente pour lui. Cela aurait pu être les extra-terrestres, cela n'aurait rien changé pour moi. J'étais heureuse parce qu'il avait enfin trouvé des amis.
  • Vous avez donc laissé faire ?
  • Pourquoi aurais-je dû l'en empêcher ? Je ne savais rien de cette organisation à cette époque. Je crois même qu'elle venait d'être créee. Mon fils ne m'en a jamais parlé dans le détail. Tout ce qu'il disait c'était qu'il avait rencontré des “nerds” comme il dit et qu'ils se réunissaient sur Internet pour parler informatique. Ca a toujours été la grande passion de Charles. A défaut d'avoir des amis, il s'enfermait dans sa chambre pour coder. Pour moi, il n'y avait rien de mal. Charles avait enfin trouvé quelque chose qui le motivait, quelle mère j'aurais été si je lui en avais privé ?
  • Comment Charles voyait-il son père?
  • Il l'admirait depuis toujours en fait. Thomas avait beau être absent, Charles était toujours très content de le voir. Il était impressionné par son intelligence, sa carrière, ses responsabilités... Il souhaitait suivre sa voie mais ça ne s'est pas exactement passé comme il le souhaitait. Charles est mon fils et pourtant je dois reconnaitre que ce n'est pas...
  • Que ce n'est pas...?
  • Une flèche, vous voyez ce que je veux dire ?...

Au tour du fils à présent :

  • Charles, nous aimerions savoir à quelle date précisément vous aviez repris contact avec votre père?

Le jeune homme semble peu enclin à répondre. Il gigote sur ta chaise, l'air embarassé. Sa timité est flagrante.

  • J'en sais rien. C'était l'année, ça c'est sûr.
  • Fin d'année ?
  • Non, je dirais février ou mars 2085.
  • Votre père a connu la Nueve grâce à vous, n'est-ce pas ?
  • Disons que je lui ai refilé un contact, c'est tout.

David s'appuie sur la table et se penche vers lui :

  • Pouvez-nous expliquer comment tout cela s'est passé ? Après tout, cela faisait bien sept longues années depuis la séparation de vos parents. Vous avez sûrement dû savouré ce moment où votre père a repris contact avec vous pour demander votre aide, non ?

Charles soutient son regard comme s'il lui lançait un mauvais sort.

  • Mon père est décédé, bordel ! Le respect du mort, ça vous parle ? Je n'ai même pas pu commencé mon putain de deuil avec vos conneries !

J'interviens :

  • Calmez vous, monsieur, on veut juste connaitre le début de vos retrouvailles avec votre père.
  • J'ai essayé d'intégrer la Nueve, j'ai échoué aux tests, je ne vous apprend rien. Mes parents l'ont su plus tard et cela a crée des tensions impossibles. Suite à ça, j'ai emmenagé à Melbourne avec ma mère et son nouveau compagnon. J'en voulais beaucoup à mon père de ne pas avoir été de mon côté lorsqu'il a su que je voulais m'engager dans une organisation qui défendait les opprimés du système. Mes liens avec lui se relâchèrent.
  • Poursuivez...
  • Je ne le revoyais qu'aux anniversaires et aux fêtes de fin d'année. Deux fois par an, c'est peu pour nouer des liens. Alors, quelques années plus tard, quand il m'a dit qu'il avait besoin que je le mette en contact avec l'organisation de la Nueve, j'ai d'abord pensé qu'il m'utilisait uniquement pour son travail personnel. Cela a pris du temps mais j'ai dû me rendre à l'évidence...
  • Quelle évidence ?
  • Il faisait ça pour lui, certes. Mais il essayait surtout de regagner ma confiance. Il avait changé ; il n'était plus aussi colérique ni autoritaire qu'avant. Il semblait enfin être en paix avec lui-même. J'avais gardé contact avec une personne de l'organisation, alors je l'ai appelée et je lui ai expliqué que mon père avait besoin d'aide. Après quelques temps, La Nueve l'a pris sous son aile.
  • Ce fameux contact, vous l'avez toujours ?

Le jeune homme se gratte la tête, hésite, puis finalement répond :

  • Heu... Oui, je crois. Mais ne lui dites pas que je vous ai donné son contact, ok ?
  • Il nous le faut, c'est tout.
  • Franchement, je pense que vous avez tout faux. Pourquoi tueraient-ils mon père après l'avoir aidé ? Cela n'a aucun sens...
  • Aucune piste ne doit être écartée et pour le moment celle-ci semble être la plus plausible. Qui est le chef de cette organisation?
  • Je n'en sais rien, ils sont très mystérieux. Ils couvrent leurs arrières. Même avec mon contact, je doute que vous puissiez obtenir quelque chose.

David et moi sortons de la salle d'interrogatoire pour discuter :

  • Alors, Lisa, tu en penses quoi ?
  • Ils me paraissent sincères tous les deux, je ne pense pas qu'ils soient impliqués de près ou de loin dans la mort de Thomas Girard.
  • Moi aussi... Du coup, le petit nous a filé un tuyau très intéressant. Est-ce que tu as la même idée que moi ?
  • Exactement. Il faut infiltrer cette organisation et je ne vois qu'un seul moyen d'y parvenir rapidement.
  • Les Dark Units.

Soudain, Walter apparait et coupe court à notre discussion :

  • Alors, l'enquête avance ?, plaisante-t-il avec un rictus mauvais.
  • Mêle-toi de tes affaires, Walter !, réplique David d'un ton cinglant.
  • Oh, mais ce sont mes affaires aussi, vous savez. Lisa fait toujours l'objet d'une enquête interne et je suis chargé de la mener à bien. De plus, je crois savoir que vous êtes obligés de rédiger des rapports sur l'avancement de votre enquête. Le chef prend cette histoire très à coeur et il tient à être informé de ses moindres détails.

Je fronce les sourcils :

  • Des rapports ? On n'a pas le temps de rédiger de la paperasse !
  • Il vaut mieux voir cela avec lui. Cette affaire concerne plus de monde que vous ne le pensez.
  • Tu es très gentil mais je préfère voir ça directement avec lui qu'avec toi. Ecarte-toi !
  • Oh, Lisa ! On se calme, intervient le chef, venez dans mon bureau, tous les deux !

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Riley Sullivan
Bridie, jeune avocate brillante, sûre d'elle et à qui tout réussit. Auteure de romances à ses heures perdues, elle dissimule un passé complexe et difficile. La réalité est toute autre.

Brisée, harcelée, elle va se retrouver confrontée à sa pire crainte, lorsque l'un de ses deux meilleurs et seuls amis se retrouve derrière les barreaux.

Elle va plonger dans un monde qui lui est totalement inconnu, se confronter à son passé, à ses doutes et à ses plus grosses peurs. Saura-t-elle les surmonter et saisir sa chance pour trouver l'amour?
3
0
0
8
Vahkiin

      Le vieil homme porta un regard sur ses petits-enfants alors que dehors il menaçait de pleuvoir. Leur mère, autoritaire et stricte, leur interdisait de jouer sous la pluie. Elle avait raison, pensait-il souvent même s'il jugeait que sa fille était un peu trop sévère avec ses enfants. Les gamins prirent place dans le salon sur deux vieux fauteuils en face d'une télé toute aussi vieille. Des cadres en bois décoraient les photos des membres de cette famille et la joie semblait ne jamais quitter les mûrs de cette maison. L'atmosphère devenait de plus en plus lugubre malgré l'ampoule qui pendouillait au-dessus de leurs têtes grâce à un câble. Le vieillard s'installa sur un des vieux canapés avant de saisir son journal. À Kinshasa, au Congo, lorsque le ciel annonçait l'orage, la réception des chaînes ne fonctionnait pas très bien. Ainsi, les images se brouillaient et cela décourageait bien vite les enfants. Alors le vieil homme, devant leurs airs attristés, referma son journal et lança :
– Ramenez-vous bande de sales mioches !
      Les enfants étaient habitués à cette appellation. Ils étaient à sept dont trois adolescents, deux morveuses et encore deux autres plus petits. Ils avaient tous des traits similaires à leur grand père. Des visages noirs, des cheveux crépus coiffés en épaisses tignasses pour les plus jeunes. Les trois ados avaient, quant à eux,  des cheveux coiffés en dégradés pour mieux se conformer à la mode de leur génération. Les filles, elles, arboraient de jolies tresses, certaines colorées qui leur arrivaient jusqu'aux reins. Le vieillard était fier de sa descendance et il ne cessait jamais de le dire à sa ravissante fille. Malheur à leur père qui avait osé les abandonner quelques années auparavant. Ces petits enfants, du moins les plus jeunes, le regardaient avec une petite idée derrières leurs têtes sur ce qu'il allait dire. Ils étaient embêtants certes mais bon dieu qu'est-ce qu'ils étaient adorables. Il ne pouvait donc pas rester impassible devant leur ennuie.
– Je vais vous raconter une histoire, annonça-t-il en constatant les visages radieux de ses petits enfants. Il referma son journal et le posa sur la table basse en face de lui. Autour de lui, ses enfants étaient assis en tailleur et les plus jeunes étaient tous excités d'entendre le récit de leurs grands-pères. Elles se faisaient de plus en plus rares les histoires de papy, ils sautèrent donc sur l'occasion.
– Ouais ! s'exclama un des gosses, une histoire avec des chevaliers ?
– Non ! je sais, proposa sa petite-fille aux tresses roses, cendrillon ? Hein, s'il te plait papy, raconte nous cendrillon.
– Chevaliers, insista le garçon.
      Voyant qu'ils allaient encore devoir assister à des histoires d'enfants, les plus vieux se levèrent et prirent la direction de leurs chambres. Mais s'arrêtèrent presque aussitôt à l'annonce du vieux.
– Vous pouvez rester, déclara le vieil homme. Je n'ai pas l'attention de vous raconter l'histoire d'une de vos héroïnes à la peau blanche et aux cheveux blonds...rien en rapport à toutes vos conneries que vous regardez devant vos écrans. Derrière la porte de la cuisine, la mère des enfants adressa un regard noir au vieillard pour les gros mots qu'il venait de proférer. Ce dernier s'excusa face au regard de braise de sa fille. Elle a vraiment hérité de sa mère, se dit-il dans sa tête.
– Bien, donc l'histoire que je vais vous raconter s'est déroulé il y a très longtemps. Ici, en Afrique...
******

      C'était un non lieu qu'était le monde des dieux. Un endroit où règnent les divinités. Ces êtres cosmiques étaient regroupés en factions ou royaumes et se partageaient le monde divin qui s'étendait à l'infini. Des édifices gigantesques jouant avec des proportions inimaginables et exagérées se dressaient dans les contrées mystiques du monde divin. Les architectures étaient variées selon les royaumes. L'immensité de leur orgueil se manifestait par la grandeur de leurs créations et rien ne laissait croire qu'ils pourraient être un jour rassasiés de cette mégalomanie divine. Chacune des factions avait un dieu créateur qui avait participé à la création du monde. Et l'un d'eux, Olodumare, se languissait de ses privilèges en tant que l'un des rois suprêmes du royaume des Orishas. Ces dieux avaient le contrôle de la majorité de l'Afrique. Portion du monde pour laquelle les divinités se sont longtemps fait la guerre jusqu'à un commun accord. C'était un dieu chic et fier, et il était toujours vêtu de blanc, symbole de pureté. Son animosité infinie semblait éclairer l'univers et son rire faisait trembler le monde des hommes. Ses larmes arrosaient l'Afrique, continent de la richesse. Il ne manquait jamais de s'en vanter auprès des dieux des royaumes des autres régions.
      Olodumare restait dans sa gigantesque salle de méditation, remplie d'objets qui étincelaient de mille feux. Sur des étagères en bois de Baobab se trouvaient des trophées étranges à l'honneur de sa participation à la création du monde. Une grande partie des objets qu'il possédait, éclairer la salle de méditation. Il disait que cela l'aidait à se concentrer dans sa recherche de la perfection spirituelle. Un stade qui une fois atteint, procurait une jouissance incontrôlable pour le dieu. Les portes, grandement ouvertes, laissaient voir l'univers infini et juste devant lui l'Afrique sur toute son intégralité. Ses habits en tissus blancs étaient tellement longs qu'ils recouvraient le sol entier de la pièce. Quelqu'un toqua à sa porte, il ne fut pas surpris de voir le visage d'Ellegua, le dieu messager. Il était paré d'un collier d'argent et des pierres d'obsidiennes s'y incrustaient. Le dieu avait également sur son chef un chapeau fait en crâne d'antilope avec des rameaux s'entortillant sur lesquelles étaient accrochés des gris-gris et des coquillages pendouillant par des cordelettes. Un tissu rouge sang cousu dans du cuir noir lui servait à couvrir le bas de son corps. Son torse était scarifié et couvert de peintures blanches contrastant avec sa peau noir.
– Ô mon Seigneur, veuillez bien m'excusez d'avoir interrompu votre méditation, cependant une réponse du seigneur Olokun m'a été envoyé et c'est avec un réel plaisir que je vous la fais parvenir.
– Bien, poursuis donc mon très cher Ellegua, ordonna-t-il en lui souriant.
– Son honorable seigneur des mers souhaiterait prolonger la durée de sa mission en Grèce afin de seconder le seigneur Poséidon dans sa lutte contre les Titans.
– Fichtre, toujours ces fanfarons d'olympiens ! Lorsqu'il s'agit de se faire assister, il ne manque jamais une occasion mais quand nous, Orishas, auront besoin d'eux en retour, nous entendrons que les chants de leurs maudites sirènes. Bien, qu'il reste donc et qu'il me prévienne de son arrivée. Nous festoierons à ce moment de joie.
     Ellegua s'inclina avant de se retirer de la salle du dieu. Lorsqu'il parcourut le couloir du palais des trois rois suprême il tomba nez-à-nez avec Eshu, le dieu de la discorde et de la tromperie. Il semblait profondément concentré dans la contemplation de ces énormes statues à l'effigie des dieux orishas qui longeaient les murs. Elles étaient soit en obsidienne, en or ou en argent. Ellegua le vit dérober une plus petite avant de la glisser dans la poche de sa longue tunique en tissu rouge et noir, avant de s'arrêter net devant le regard accusateur du dieu messager, Eshu lui jeta un regard sournois. Il coiffait son chef d'un joli chapeau noir et rouge également comme le reste de ses habits.
– Comment vas-tu, mon cher Ellegua ? Demanda le malin tout en sachant que le dieu messager ne l'appréciait guère, comme la plupart des dieux Orishas. Pourrais-tu m'apporter dans mes quartiers de quoi me remplir la panse ?
– Je suis un messager et non un serviteur, lui répondit le dieu vexé de cette demande...et puis de toute façon si vous voulez vraiment vous faire plaisir de quelques mets, Il vous suffit tout simplement de faire apparaître une niche de pain bien garnie, espèce de paresseux !
– Je suis au courant, petit insolent faiblard, mais ce serait beaucoup plus jouissif de te voir dandiner avec un plateau remplis d'avocats, soumet toi à moi Ellegua afin de me donner l'occasion de rigoler un peu. Ce qui est rare dans ce palais ennuyeux. En rétorquant cela, le dieu de la discorde coupa le passage au messager et ce dernier baissa la tête. Sa faiblesse était visible et puis en même temps que pouvait faire ce pauvre Ellegua face à la puissance de persuasion du dieu malin. Eshu sourit devant la faiblesse de sa victime et lorsqu'il retourna dans ses quartiers il fut ravi d'y découvrir à coté de son amante, un panier remplis de fruits succulents avec du pain de mil.
      Il s'approcha de Yemoja, sa douce et tendre amante envers qui il éprouvait un amour profond. Elle ne portait qu'un léger tissu violet qui couvrait uniquement le bas de son corps. Les yeux d'Eshu lorgnèrent sur sa poitrine généreuse dont les tétons étaient entourés de paillettes dorées, mais le corps de son amante n'était rien en comparaison de son visage d'ébène parfaitement lisse et resplendissant. Ses yeux noirs obsidiennes étaient tellement profonds et hypnotisant que le malin s'y perdait. Ses cheveux tressés en deux nattes noires et violets retombaient derrière elle dans le bas du dos. La déesse de l'eau était parfaitement au courant des sentiments qu'avait Eshu envers elle. Mais elle feignait l'ignorance. Ses lèvres rencontrèrent les siennes et leurs corps se rapprochèrent. La chaleur qui naissait entre eux était toujours aussi ardente et passionnante. La déesse le poussa sur son lit avant de se lancer dans un excitant ébat avec le dieu malin.
      Leurs activités étaient très fréquentes et discrètes. Mais Eshu était naïf, le comble pour un dieu de la tromperie. Alors qu'il croyait avoir Yemoja rien que pour lui, il fut surpris de ne pas la retrouver un soir dans sa couchette comme à son habitude. Il ne lui en voulut pas mais quelques jours plus tard, il l'a surprise au moment où elle pénétrait dans les quartiers d'Olodumare. La jalousie lui monta au nez. Il se précipita donc vers la porte du roi suprême et l'ouvrit.
      La scène lui fendit le cœur. Gênée, Yemoja ramassa un pan de la longue tenue d'Olodumare pour couvrir sa nudité.
– Mais que fais-tu là, mon cher Eshu. Demanda à la fois gêné et énervé. Ce dernier ne savait pas que le dieu de la discorde avait des ébats passionnés avec la même concubine que lui. Mais cela ne suffit pas à le calmer, alors il envoya un sort de cécité en direction des deux divinités. Eshu retira un poignard de sa ceinture et l'enfonça dans le cœur de son amante après avoir réduit la distance qui les séparait.
– Je t'aimais...lui dit-il simplement en tenant sa tête entre ses mains, tandis que son corps glisser lentement sur le sol.
      Alors qu'il s'apprêtait à poignarder le dieu aveugle qui venait de s'écrouler, une lance perfora le corps d'Eshu. Mais son cœur resta intact. Eshu s'écroula et s'évanouit juste après avoir aperçu le visage froid et terrifiant d'Ogun, le dieu de la guerre qui venait de le neutraliser.

Note d'auteur. 
J'espère que ce prologue vous a plu. Si c'est le cas n'hésitez pas à me laisser un commentaire et un vote.
Cette partie ne semble pas très prometteur, je l'avoue mais il sert simplement à introduire une scène qui va entraîner à son tour une succession d'événements importants dans la suite de l'histoire.
on se retrouve dans le premier chapitre. 
0
0
0
8
GEO
Un petit garçon, à la veille de Noël, de la neige, un peu de magie...

Je fête l'arrivée prochaine du printemps avec un conte de Noël, comme quoi tout est permis en écriture.
3
13
54
5

Vous aimez lire The Creator ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0