43 - Un homo archimagirus

4 minutes de lecture

27.05.2088 – Journal du colonel Williams

Nom de Dieu ! Que fait ce clone avec ce pistolet dans la main ?
Tim fronce les sourcils, nonobstant ma question. Il m'ignore, concentrant toute son attention sur Jenny Sullivan. Puis, comme si son cerveau avait enfin assimilé ma question, il me répond d'un ton narquois :
Vraiment navré... J'enseignais justement à numéro cinq en combien les armes étaient inutiles lorsque l'on est entre gens civilisés.
Je m'avance vers le clone et lui retire promptement son arme.
Comment vous vous l'êtes procurée ?
Un de vos hommes me l'a gentiment prêtée pour l'occasion, elle n'est pas chargée, rétorque-t-il, numéro cinq, laisse-nous seuls.
Le clone obéit et quitte la pièce. Le ton de Tim change alors du tout au tout.
Je réitère ma question : que fait-elle ici ?, demande-t-il en pointant ostensiblement son index sur la scientifique avec une colère non dissimulée.
Je me positionne entre lui et elle afin d'éviter tout dérapage.
Elle devait savoir, elle n'est pas notre ennemie.
Cet endroit était censé rester entre nous ! Vous me l'aviez promis ! Personne d'autre ne devait être au courant pour les pierres de l'excavation !
Tim s'agite, nerveux. Je pose mes mains sur ses épaules tandis que Jenny Sullivan se tient prudemment à l'écart.
Elle va nous aider. Elle est appréciée. Les équipes seront plus motivées que jamais en la voyant, n'est-ce pas, Jenny ?
Je lui lance un clin d'œil furtif, histoire de lui rappeler les conséquences si elle refuse. Elle hoche la tête et cela semble un temps soit peu calmer Tim.
Je tiens à vous interroger, lance-t-il à Jenny d'un ton péremptoire, si vous savez pour le robot, je dois être au courant de tout ce que vous vous êtes dit. Si vous parlez à quelqu'un d'autre de cet endroit, je vous jure que je vous enferme moi-même à double tour.
Nullement intimidée par ses menaces, Jenny Sullivan le toise et plante son regard féroce dans le sien. Bougre de femme ! Elle force le respect.
Inutile de me menacer, je sais très bien ce que j'ai à faire. Colonel, faites appeler vos hommes, je m'en vais.
Nous quittons tous ensemble la salle et un soldat raccompagne la jeune femme dans son dortoir. Je remarque que la colère de Tim n'est nullement retombée.
Vous avez commis une grave erreur en l'emmenant ici, colonel, sermonne-t-il, maintenant, elle détient des informations que les autres salariés n'ont pas. C'est potentiellement explosif pour nous.
Elle ne dira rien. Elle tient trop à son ami, Xhang, pour prendre ce risque.
Le risque zéro n'existe pas, surtout ici... Que pensez-vous qu'elle fera quand elle rentrera ? Elle ira directement tout raconter à la presse !
Je ris.
Voyons, je ne suis pas stupide. Elle ne partira pas d'ici.
Tim semble un peu surpris :
Comment ça, elle ne partira pas d'ici ?, demande-t-il, intrigué.
Disons que les accidents sont fréquents dans ce genre de mission... Et cela peut être aussi valable pour l'humanoïde, qu'en pensez-vous ?
Tim fait une pause, prenant le temps d'assimiler ce que je viens de dire.
Cela réglerait un gros problème si nous nous débarrassions d'eux, il n'y a aucun doute. Mais j'hésite...
Ce qu'il m'agace quand il tergiverse ! Il est temps de montrer à ce dandy de quel bois je me chauffe...

— Écoutez, Tim. Il est clair que vous n'avez pas l'étoffe d'un chef pour prendre les décisions qui s'imposent dans pareille situation. J'estime avoir l'expérience de mon côté concernant la manière de gouverner des hommes et des femmes avec poigne et sang-froid. La vérité est que toute cette histoire est une affaire d'ego entre deux hommes : Rodrigue Martos et vous. Il y a de fortes chances que cet humanoïde sache que vous l'avez fait assassiner. Il vous faut une autre raison pour le détruire ?
À ces mots, le visage de Tim Carpenter s'empourpre.
— Vous êtes mouillé tout autant que moi dans ce meurtre, réplique-t-il froidement.
— Oh, beaucoup de personnes le sont, ce fut une entière coopération entre gouvernements américain et français. Rodrigue Martos représentait un réel danger et nous l'avons éliminé. Ennemi d'état, cible prioritaire. Mais ça n'enlève rien aux faits : ceci nous lie, vous et moi. Et c'est pour cela qu'il ne faut pas vaciller avant la fin.
Tim dodeline de la tête alors que nous regagnions le bureau. Son dos semble s'être voûté peu à peu sous le poids d'une vérité qu'il s'efforçait à dissimuler jusque-là. Il se mure dans un mutisme empreint d'une honteuse pudeur.
— Vous avez raison, confesse-t-il, je ne me sens plus l'âme d'un leader. Je vais me mettre en retrait quelques temps. Prenez-le commandement des opérations concernant l'exploration du gouffre.
Enfin, il me laisse le champ libre ! Je pourrai mener la mission telle que je l'ai toujours souhaité...
— Rassurez-vous, je ne change rien au plan initial, mais je vais accélérer la cadence. Procéder à quelques changements.
— Très bien, répond placidement Tim en s'asseyant à son bureau.
— Vous n'avez plus qu'à aller détruire l'humanoïde.
Tim ne parait pas avoir compris.
— Maintenant ?
— Il a réparé les Taupes, je ne vois plus aucune raison de le maintenir en service.
Tim joint ses mains, comme absent. Ce n'est pas la première fois. J'attends patiemment.
— Oui, je vais le détruire, répond-il d'une voix claire, il représente un trop grand danger pour nos intérêts.
— Bien, prévenez-moi quand c'est fait.
Je quitte son bureau, satisfait d'avoir enfin pris l'ascendant sur lui. Nos interêts, tu parles ! Deux chefs à « Breath for Mars » c'était bien trop. Maintenant, tout le monde marchera au pas.

COMMENTAIRES

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Défi
Sterc


Je vis au sein d'une monarchie, comment est ce possible?
Monarchie démocratiquement inégalitaire,
Totalitaire à tout type d'évasion,
Imposant appareil répressif, censurant au maximum les "libertés",
Mélange incompatible entre le totalitarisme extensif fondé sur une incommensurable forme de conservatisme à en perdre la raison,
Et entre soupçon de démocratie surveillée
Toute forme d'expérience nouvelle est anticonservatisme, donc anticonstitutionnel, donc illégal.
Cette illégalité est un délit sanctionné par l'annonce de sanctions pouvant y découler.
Je cherche malgré tout un moyen de renverser le régime et de planter le drapeau français, symbole de toute les libertés

4
9
0
0
Défi
phillechat
Agglutination et rimes féminines
11
13
0
0
Défi
Calypso Dahiuty
Rêve...
Mot enchanteur qui révèle en nous les pensées les plus folles, les fantasmes inassouvis, les envies, les idées, et toutes ces choses inachevées...
Rêve...
Ne suffit-il pas de fermer les yeux, après tout ?
Pour vivre, rire et pleurer, bâtir sa vie par procuration ?
Rêve...
Un rêve. Un simple rêve, pour oublier, pour changer, remettre en place cette vie que l'on a pas su bien façonner.
Un rêve, juste un rêve... pour tout changer.
17
6
1
1

Vous aimez lire The Creator ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0