35 - Dark Units 

6 minutes de lecture

04.11.2086 – Journal de Lisa - Mémoire retrouvée 50 %.

Nous y voilà. Le QG des Dark Units. Voir tous ces gens alignés au garde-à-vous, c'est quelque chose ! Et c'est une femme qui est à la tête de cette unité de « geeks ». Elle s'appelle Hélène Lotte. C'est la première fois que je la rencontre. De petite taille, elle développe pourtant un sacré tempérament. Ces lunettes rondes, remplies de bulles et de cases, trahissent sa passion pour les comics. Ses piercings et ses longues vanilles crient à qui veut l'entendre que c'est une vraie rebelle. Elle a un look atypique pour un flic et ça me plait !
— Aujourd'hui, nous accueillons une nouvelle recrue, commence-t-elle d'une voix chantante, enfin, pas vraiment nouvelle puisqu'il s'agit de l'agent Martos. Certains d'entre vous doivent sûrement déjà la connaître. Elle est ici pour boucler une enquête et je compte sur vous pour l'y aider. Toutes les informations que nous détenons sur la Nueve doivent lui être remises. Pierre ?
— O... Oui, chef ?
— Tu seras son chaperon le temps de son enquête. À toi de lui enseigner nos méthodes de travail et comment interpréter les lignes de code.
Pierre fait les yeux ronds :
— En quelques jours ? S... Sérieusement ?
Je souris en coin :
— J'apprends vite. Ne vous inquiétez pas.
Il parait très dubitatif et embarrassé d'avoir été ainsi désigné d'office. Ses collègues, autour de lui, retiennent des rires étouffés.
— D'accord..., répond-il machinalement.
— Et bien, au boulot !, lance Hélène d'un ton tonitruant en frappant des mains.
La trentaine de personnes se disperse aussitôt, chacun vaquant à ses occupations devant son ordinateur, sauf Pierre qui, tâchant de faire bonne figure, s'avance vers moi.
—B... Bonjour, madame, dit-il maladroitement.
— Salut, ne sois pas timide avec moi sinon je risque de te bouffer tout cru.
Ce dernier est submergé par la timidité. Constatant qu'il ne réagit pas, je me reprends :
— C'était une blague, Pierre...
Il réalise enfin la plaisanterie et se met à rire d'une manière un peu forcée.
— Très drôle, v...v... Vraiment ! Bon, je vais vous... Vous montrer tout ce que l'on sait sur c... cette organisation terroriste.
— En fait, j'ai le nom, où plutôt le pseudonyme d'une personne et j'aimerais rentrer en contact avec elle.
— Ici, on appelle ça une cible. Généralement, on... On a un signalement sur la personne. O... On reçoit des appels ou des mails anonymes de g... gens qui vont sur le Darknet et qui dénoncent un... internaute suspect.
— Que faites-vous ensuite ?
— On vérifie d'abord l... les informations. P... Puis, une fois que les faits sont avérés, le but est d'établir un contact avec le suspect. O... On dresse alors un profil type, une fausse identité qui n'éveillera pas les soupçons. Pour ce qui est de la Nueve, cela fait un moment que... que nous les surveillons.
Il s'installe devant son ordinateur et commence par me montrer de la documentation sur l'organisation. Je balaye l'écran du regard avec beaucoup d'intérêt.
— O...On a peu d'indications sur la date précise où elle fut créée m...mais nous penchons pour 2077 ou 2078, cette dernière année étant celle où la première cyber-attaque a eu lieu. La Nueve est née sur les bancs de l'Université Paris Descartes par un g...groupe d'étudiants aux idées plutôt subversives. Ils étaient quatre au tout début puis l'organisation s'est p... petit à petit développée dans d'autres campus de France avant de s'ouvrir à l'international. Ce qui est impressionnant, c'est la vitesse avec laquelle ce groupuscule s'est peu à peu trans...transformé en une infrastructure très organisée.
— On connaît le nom du chef ?
— Heu... Pas vraiment. Il faut... il faut savoir que cette organisation est profondément ancrée dans la culture anarchiste. Pour eux, il n'y a pas de hiérarchisation du pouvoir. Le pouvoir n'est pas entre les mains d'un seul, mais en chacun d'eux, si vous voyez ce que je veux dire.
— Sans dieu, ni maître quoi.
— Oui, cela dit, il... il y a bien un homme qui est à l'origine de tout ça. On est en train d'avancer sur le sujet et on a un début de piste. Il s'agit vraisemblablement d'un individu beaucoup plus âgé que la plupart des autres membres. Quelqu'un de très qualifié, travaillant dans les hautes technologies. Malheureusement, nous n'avons pas de traces de lui récentes. Les membres de la Nueve semblent l'appeler Don Sewn, qui ne serait finalement que le nom d'Edward Snowden inversé. Il pourrait t... tout aussi bien s'agir d'un code pour désigner autre chose.
Je suis étonnée :

— Snowden ? Mon grand-père était fasciné par cet homme.
Pierre sourit :
— Beaucoup de gens le sont. M... Moi y compris. Je vais vous transférer tous nos fichiers sur la Nueve. Vous en saurez plus.
— Merci.
— Q... Quel est le nom de votre contact ?
— Sur le Darknet il se fait appeler TheCreator, rien que ça... Un indice ?
Pierre réfléchit un instant :
— Ce nom me dit vaguement quelque chose mais s'il s'agit d'un des membres-fondateurs de la Nueve, il... il doit se faire le plus discret possible sur la toile et le pister ne sera pas une m...mince affaire.
— C'est mon seul contact. Et je crois savoir que malgré tous vos efforts, vous n'avez jamais pu infiltrer cette organisation. Ce serait donc une première.
— Exactement, intervient Hélène derrière mon épaule, voilà pourquoi je vais personnellement m'impliquer dans la réussite de votre opération. Pour le moment, même si nous disposons d'un certain nombre d'informations, il nous manque des noms, des visages, de l'humain quoi... Il nous faut quelqu'un de l'intérieur qui puisse témoigner de ce qui s'y passe et vous serez parfaite pour ce boulot.
— La taupe idéale. Je réussis mon enquête et vous, vous serez promue.
Hélène relève ses lunettes avec un plaisir mal contenu.
— On se comprend. On n'est pas si différentes, vous et moi.
Puis elle pose ses petites mains graciles sur les épaules de Pierre.
Je compte sur toi pour lui apprendre le code et lui créer une identité efficace. Les tout premiers échanges sont primordiaux pour installer la confiance.
— Bien, ma.. madame.
Elle s'éloigne en me lançant un dernier regard amical. J'ai du mal à évaluer sa sincérité.
— Lisa !
Je tourne la tête et vois David à l'entrée de la salle.
— Tu aurais deux minutes, s'il te plaît ? Il faut que je te parle.
Je viens le rejoindre dans le couloir. Il vient de fumer. Il a l'air nerveux et agacé.
— Comment se passe ta première journée au sein des Dark Units ?, demande-t-il de but en blanc.
— Bien. Mon formateur est quelqu'un de charmant. Je pense que je suis entre de bonnes mains pour infiltrer la Nueve.
— C'est une bonne chose, alors...
Il regarde autour de lui comme s'il craignait d'être écouté. Je lis l'inquiétude dans ses yeux.
— Que se passe-t-il, David ?
— Walter me suit comme mon ombre. J'essaie de le retenir le plus possible, mais il est coriace. Il veut être mis au parfum du moindre détail de l'enquête. Il pense que tu joues un double jeu.
Je pousse un long soupir désabusé :

— Tu l'as dit toi-même, c'est un connard. On a eu le feu vert du chef. Tout baigne.
— Ah oui ? Walter est son chien de garde, son espion attitré. Tu te souviens de ce qu'il nous a dit après notre interrogatoire ? Cette enquête implique beaucoup plus de personnes qu'on ne le pense. À mon avis, la hiérarchie met la pression au commissaire Belard afin que l'on ne commette aucun impair. Et toi....
— Moi ?
— Tu es en première ligne. Tu vas t'infiltrer au cœur même de la Nueve. Tu vas probablement rencontrer un membre de ta famille. Tu seras au milieu des loups. J'ai un mauvais pressentiment à propos de tout ça.
Je le sens anxieux. Je ne l'avais jamais vu dans cet état. J'entrevois ses sentiments refoulés à mon égard. Je pose alors délicatement ma main sur la sienne.
— Écoute, David, je te remercie de t'inquiéter pour moi, mais c'est mon métier. Je me suis portée volontaire. C'est le seul moyen de connaître la vérité sur le meurtre de Thomas Girard. C'est peut-être aussi l'occasion de mettre un terme définitif aux agissements de la Nueve.
— Mais si tu grilles ta couverture. S'ils découvrent qui tu es vraiment ?
— J'improviserai comme je le fais toujours. Je ferai fonctionner mon cerveau. Tout se passera bien, David. On va boucler cette enquête ensemble.
— Tu me le promets ?
— Je te le promets.
— Bon, très bien, je ne te dérange pas plus longtemps. Avec Marc-Olivier, on va regarder les enregistrements des caméras de surveillance de la nuit du meurtre, voir si on ne peut pas découvrir un suspect, qui sait ? Elles sont encore au dépôt. Je vais faire mariner Walter et je les récupererai plus tard discrètement.
— C'est une bonne idée. J'espère qu'elles seront suffisamment précises pour identifier quelqu'un.
— Je l'espère aussi. Tiens moi au courant de tes progrès chez les « intellos ».
Il a l'air plus rassuré après cette discussion.
Je suis soulagée.
Il sait qu'il peut avoir toute confiance en moi.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 14 versions.

Recommandations

Défi
Sterc


Je vis au sein d'une monarchie, comment est ce possible?
Monarchie démocratiquement inégalitaire,
Totalitaire à tout type d'évasion,
Imposant appareil répressif, censurant au maximum les "libertés",
Mélange incompatible entre le totalitarisme extensif fondé sur une incommensurable forme de conservatisme à en perdre la raison,
Et entre soupçon de démocratie surveillée
Toute forme d'expérience nouvelle est anticonservatisme, donc anticonstitutionnel, donc illégal.
Cette illégalité est un délit sanctionné par l'annonce de sanctions pouvant y découler.
Je cherche malgré tout un moyen de renverser le régime et de planter le drapeau français, symbole de toute les libertés

4
9
0
0
Défi
phillechat
Agglutination et rimes féminines
11
13
0
0
Défi
Calypso Dahiuty
Rêve...
Mot enchanteur qui révèle en nous les pensées les plus folles, les fantasmes inassouvis, les envies, les idées, et toutes ces choses inachevées...
Rêve...
Ne suffit-il pas de fermer les yeux, après tout ?
Pour vivre, rire et pleurer, bâtir sa vie par procuration ?
Rêve...
Un rêve. Un simple rêve, pour oublier, pour changer, remettre en place cette vie que l'on a pas su bien façonner.
Un rêve, juste un rêve... pour tout changer.
17
6
1
1

Vous aimez lire The Creator ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0