chapitre 27

8 minutes de lecture

Je sentis mon espace se désintégrer et je poussais un cri. Je heurtais ensuite le sol. Il était froid et humide. Je vis des étoiles tourner autour de moi avant de voir un plafond pourris au-dessus de ma tête, et de recevoir une goutte de pluie. L’orage gronda et me fit sursauter. Je me relevai et balayai la pièce du regard. Il faisait sombre et j’entendais la pluie. Ce n’était pas normal.

  •  Lissia ? je criai.

Mais elle ne me répondait pas. Je partis à la recherche de mon sac et le trouva sur le lit. Je pris ma lampe de poche et l’allumai. J’étais bien dans la chambre de Lissia, mais sa chambre qui était rongé par la poussière. Sa chambre d’un autre temps.

Je déglutis. Le parquet grinçait, comme il faisait sombre, et avec ses toiles d’araignée, j’avais la chair de poule. Bon sang ? Pourquoi m’étais-je retrouvée là ?

J’éclairai ensuite mon livre. La dernière phrase que j’avais lue était inscrite, et il y avait même un portrait de Ténébras. Mes yeux sortirent de mes orbites. On aurait dit Monsieur Blacks, une vingtaine d’année en moins avec de longs cheveux.

Je fermai alors le livre et le rangeai. Je devais rentrer chez moi. Je quittai la chambre et tressaillis en entendant la fenêtre du couloir battre. Il y avait beaucoup de vent, et la pluie cinglait même mon visage.

Je pris une profonde inspiration pour soulager ma frayeur, mais cela alla de mal en pis. Lorsque je m’apprêtai à descendre, je vis une ombre et les marches d’escaliers craquèrent comme si quelqu’un montait. Je reculai et courus m’enfermer dans la chambre. Je me cachai derrière la porte et éteignis ma lampe.

Le toit était ouvert, alors la lune m’éclairait un peu, mais ce n’était pas suffisant pour bien entrevoir tout ce qu’il y avait sous mes yeux.

Plus les pas s’approchèrent, plus mon souffle devenait saccadé. J’étais pétrifiée. Je ne savais pas qui c’était. Un revenant peut-être… Fort probable, vue la nuit, la malédiction était levé, et à cette heure, les Ahkiyyinis étaient les seuls à pouvoir se balader.

J’entendis un râle et me mordit les lèvres. La chose était toute proche. Je serrai alors la lampe. C’était ma seule arme de défense. Je pensais à ce moment là, qu’à partir de ce jour, je devais prendre la dague et la porter tout le temps sur moi. Je n’aurais pas à avertir Kahel. Il ne le saura pas.

Je me collai au mur lorsque l’ombre franchit le seuil de la porte. Inopinément, je levai la lampe et lui donna un coup à la tête… si c’en était, en tout cas, c’était comme du béton.

La chose poussa un grognement. Je l’assénais une seconde fois. Mais soudain, la chose disparu et je frappai dans le vide. On me saisit alors la taille et me plaqua au sol.

Je hurlai pour faire sortir ma peur.

  •  C’est moi ! grogna-t-on en posant une main sur ma bouche pour m’empêcher de crier.

La lueur de la lune éclaira alors le visage de mon assaillant et je découvris monsieur Skeleton. J’écarquillai les yeux et mes larmes coulèrent.

  •  Tu vas arrêter de crier, je ne vais pas te faire de mal.

Je regardai ses yeux et hochai la tête. Il se releva et je fis de même en hurlant :

  •  Espèce de sale… ghost ! Tu m’as fait peur ! (Je lui donnai par la même occasion un autre coup de lampe)
  •  Tu veux que je te plaque encore au sol, grogna-t-il en m’arrachant la lampe.
  •  J’ai cru que c’était une créature !
  • Mais, et toi ? Qu’est-ce que tu fais dans cette demeure, alors qu’il est déjà plus de 22 heures, enfin, peut-être plus, parce qu’avec la nuit et le brouillard, le temps est distordu !
  • C’est plutôt à moi de te le demander ! Tu es venue voir mon ami c’est ça ! Oh, oui, un peu normal, tu lui as promis de la voir tous les soirs ! En plus tu l’as invité au bal des Tenebraes ! Tu ne m’en as jamais parlé !

Il se jeta sur moi et me fit tomber sur le lit. Mes yeux sortirent de mes orbites et je me tus. C’était une situation assez étrange. Il était allongé sur moi. Il me fixa puis posa sa main sur ma bouche.

  •   Je ne sais pas de quoi tu parles et tu vas arrêter de parler parce que sinon… sinon, je t’embrasse. Je suis certain que tu n’as pas envie d’être embrassée par une tête de mort.

Je déglutis et mon cœur s’emballa. Pourquoi a-t-il dit une chose pareille ? Et ce que c’était l’un de ses passe-temps favoris d’embrasser les filles ? Peut-être, mais avait-il déjà embrassé une fille sous cette apparence ? Je fixai alors ses dents… Ça devait être glauque tout comme ça pouvait être une expérience assez drôle... voire excitante…  

  •   À moins que t’es envie d’essayer…

Je clignai des paupières et le regardai. Seigneur ! Pourquoi disait-il ça ? Mon cœur battait la chamade maintenant.

Il pouffa et retira sa main. Je déglutis. Nous restâmes un moment à nous dévisager. Mon souffle devînt pantelant. Cette situation était vraiment trop… paradoxale. Même avec Louan, je n’avais pas ressentis un tel malaise, et à la fois une, comment dire… excitation. Il finit par s’écarter et s’assit sur le lit puis éclaira la chambre.

  •   Alors, c’est ici le manoir de la déesse de Brume.

Je me redressais et reprenais mes esprits.

  • Comment es-tu arrivée là, si ce n’est pas pour rencontrer mon amie.
  • Si tu dis encore que je suis venue ici pour rencontrer ton amie, je t’embrasse vraiment !

J’entrouvris ma bouche et raclai ma gorge.

  • Bon ok… Qu’est-ce que tu fais-là ?
  • Il était six heures, et tu n’étais toujours pas rentrée. J’ai commencé à m’inquiéter. Je ne savais pas quoi faire. Et puis, il s’est passé un truc surnaturel.

Je pouffai. Un truc surnaturel, voyiez vous ça. Nous sommes déjà dans un monde où les choses sont surnaturelles !

  •  Un chat est apparu devant moi.

Je fus surprise.

  •  Bastet ?
  • Un chat noir… Je dois t’avouer que j’ai pris peur… Les chats signifient la mort.
  • Oui, je sais, mais comment c’est possible, pourquoi Bastet… (je réfléchis, mais oui…) C’est mon amie qui t’as dit de venir ! Elle voulait que tu la rejoignes ! C’est clair !

Brusquement, il posa ses mains en coupe sur mon visage et pencha la tête vers la mienne.

  •  Liséa, vraiment, on dirait que tu veux que je t’embrasse sous cette forme.

J’écarquillai les yeux et m’empourprai. Il approcha son visage encore plus et mon cœur s’affola. Je tâtai ma main sur le lit et pris le vieil oreiller pour le lui balancer à la figure.

  •  S’il te plaît arrête ! Je ne veux pas trahir mon amie ! Et en plus, si je dois embrasser quelqu’un c’est par amour, pas pour un jeu.

Il lâcha mon visage et retira l’oreiller où des plumes sortaient.

  •  T’es vraiment têtue. Puisque je te dis que je ne connais pas ton amie ! Et puis, toi, explique-moi ce que tu fais là !?
  • Et bien, c’est ici que je viens en traversant le jardin derrière le lycée. Sauf que d’habitude, la maison n’est pas comme ça… Elle est vivante, avec mon amie et sa gouvernante ! Je lui avais apporté mon livre. Nous avons lu ensemble le second chapitre, mais lorsque je suis revenue dans la réalité… J’étais ici.
  • Liséa, cette maison est l’ancienne demeure de la déesse de la Brume. Elle est morte, il y a 16 ans. Il n’y a plus personne ici. Je ne sais pas ce qui se passe exactement, mais ce chat c’est un guide. Il nous fait voyager dans l’espace temps. Il a d’ailleurs disparu quand je suis arrivée ce manoir. Je l’ai reconnu, je l’avais déjà vu en photo.
  • Tu sais, je pense que nous sommes dans le futur ! La Princesse, je viens la voir tous les soirs, et avec toute cette malédiction, ils ont dû la capturer et elle en est morte. Je dois faire quelque chose pour empêcher cela. Empêcher que cette demeure devienne ainsi.
  • Tu ne m’as pas écouté, Liséa. Nous sommes bien le 15 Novembre 2016, ce manoir c’est ce qu’il en reste. La dimension dans laquelle nous nous trouvons c’est le monde réel. Ce chat ne t’as certainement pas fait voyager dans le futur, mais dans le passé.

J’étais décontenancée. J’avais du mal à comprendre. J’ai vécu une réalité avec Lissia. Comme aujourd’hui, comme les jours précédents. Elle ne venait pas du passé, c’était impossible ! Et pourtant…

  •  Écoute, nous allons rentrer, je sais que ça te perturbe… Mais, je suis sûre qu’il y a une bonne raison pour que tu te sois retrouvée là, et en plus dans le passé. On l’éclaircira plus tard. Lorsque le trouble a eu lieu, des revenants sont restés pris au piège ici. Et, ils ne sont pas comme les autres. Ils n’apparaissent que la nuit et sont plus puissants. J’ai oublié de prendre mon épée, je ne pourrais pas les vaincre s’ils nous tombent dessus.

C’est alors que nous entendîmes des hurlements macabres. Je frémis. Ils étaient quelque part, par là.

  •  On pourrait, peut-être passer la nuit ici ?

Il secoua la tête.

  • S’ils sont restés piéger ici, c’est parce que Luminaria leur a confié une mission, celle de lui ramener un artefact particulier qu’elle n’a jamais pu obtenir. Et j’ai bien peur qu’ils viennent hanter cette maison tous les soirs.
  • Un artefact particulier ?
  • D’après mon père, c’est le spectre de Mistreed. La déesse de Brume le protégeait.

J’écarquillai les yeux. Exactement, le spectre que j’avais lu dans le chapitre. Je réfléchis et pris le livre.

  •   Dans ce livre, il doit certainement être écrit où elle l’a caché… J’ai vu le spectre quand j’y étais…

J’ouvris le livre et feuilletais les pages du second chapitre. Il y avait bien entendu des parties que le livre ne m’avait pas montrées.

  •  « Dans les sous-sols du manoir, là où repose ma mère, le spectre dort auprès d’elle », lisais-je. « Seul un être de ma descendance pourra le toucher ».
  •   Là où repose ma mère ? interrogea Kahel.
  • D’après ce que j’ai lui, la déesse de Brume avait ramené le corps de sa sœur ici. C’est Mila qui a écrit ce chapitre. Le spectre est donc ici. Allons le chercher. Je suis sûre qu’il pourra nous aider à vaincre ces revenants.
  • Je ne crois pas que ce soit une bonne idée. Laissons-les chercher, il est écrit que « seul un être de ma descendance pourra le toucher » donc un revenant finira peut-être en éclat s’il le touche ! Même nous.
  • Non, non, nous pouvons tous les deux le toucher. J’ai lu ce chapitre aujourd’hui. Mistreed est nôtre ancêtre commun ! Je viens de comprendre pourquoi ton père est le chef ! Asrid a offert la personne qu’il aimait le plus à Ténébras. Sa sœur. Ensemble, ils ont eut Asbjorn. J’ai vu son portrait chez toi et c’est ton… arrière- arrière-arrière- arrière- arrière…
  •  Stop, je sais qui est Asbjorn… C’est le premier portrait qu’on voit quand je monte les escaliers. Mais je ne savais pas que Ténébras était son père…
  • Donc, tu es un descendant de Ténébras… Et tu sais, Asrid a épousé Lucia, la seconde fille de la déesse de Brume. Donc, voilà pourquoi je peux utiliser la Brume… et que je peux aussi comme toi voyager dans les espaces temps.

Le vent mugit et soudain des hurlements itératifs se firent entendre.

  •  Il vaudrait mieux aller chercher ce spectre avant qu’ils n’arrivent, suggéra Kahel.

J’opinai puis me levai et marchai jusqu’à la porte. J’arrêtai alors Kahel.

  •  Au fait, où est-ce qu’elle repose la sœur de la déesse ? Je ne me souviens pas d’avoir vu un cimetière.
  •   Qu’est-ce que j’en sais ? C’est toi qui connais cet endroit !
  •   Oui, mais toi, tu connais bien les manoirs !

Il poussa un soupire exténué.

  •   Quelques fois, les familles construisent un immense caveau sous leur maison… Il faut donc aller au-sol.
  •   Ok, d’accord… Il faut passer par la cuisine.
  • Je te suis, ma chère.


Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

livrovorienne
« Robert ! Robert, regarde ! »
« νοσταλγός » vous rongera jusqu'à l'os si vous l'avez déjà vécu.
0
0
0
8
Défi
AudeLerner
Les impressions ne sont que des impressions... certains visages nous marquent... reflètent notre propre peur d'assumer notre humanité ou notre part d'inhumanité...
2
2
0
1
Tristan Kopp (The old one)
Petite nouvelle à l'humour grinçant. Si vous aimez, réagissez. Si vous n'aimez pas... faites de même !
27
18
0
3

Vous aimez lire ODERU CHAN ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0