chapitre 26

4 minutes de lecture

Alors que le temps m'emportait,  des écritures défilèrent sous mes yeux. Je les déchiffrais :

Après un mois de long combat, je décidai de faire la première trêve pour préparer le mariage de Lucia. Mais durant les festivités, nous apprîmes de Locksmith que Blaire était venu lui voir car elle voulait la clé. La clé qui lui permettrait de retourner dans notre monde. Lock l’avait refusé bien entendu, mais pour il ne savait quelle raison, il s’était réveillé le lendemain avec une atroce migraine et la clé avait disparu. Blaire l’avait volé, et elle était retourné dans le monde d’avant. Je connaissais ce qui allait se produire. Je parlais donc à Asrid du dieu Ténébras. Même si nous ne savions pas ce qu’il restait de notre monde, je savais que là-bas, ils étaient les derniers survivants et que leur combat entre eux était lui aussi sans fin. L’heure était arrivée pour que nous rencontrions Ténébras. Asrid et moi partîmes donc à sa recherche. Revenir dans ce bas-monde me rappelait ma chère mère. Tout avait changé, le ciel était toujours noir, les arbres dénudés, plus aucun animal survolait le ciel. Tout était mort. Nous trouvâmes Ténébras dans son palais. Il était resté tellement seul depuis des années qu’il en avait oublié les bonnes manières, et était devenu un rustre. Pourtant, lui seul pouvait nous aider.

  •  Je te donnerai une partie de mon pouvoir si tu me donnes ce qui t’es le plus cher au monde, annonça-t-il.

Asrid écarquilla les yeux puis me regarda. Je compris que malgré mon sort, il était toujours amoureux de moi. Je lui souris et lui caressa le visage.

  •  Mon frère, n’ait pas peur. Donne-lui ce qu’il désire. C’est le seul moyen que nous avons de combattre Nil et sa mère.

Il me baisa les doigts avant de m’offrir à Ténébras. Une lumière noirâtre s’empara alors de mon frère et il reçu une nouvelle force. Nous retournâmes dans notre monde, mais cette fois, Ténébras était avec nous. Je devins sa femme et nous construisîmes notre maison de l’autre côté du lac.

Malgré la nouvelle force qu’il avait reçue, Nil était toujours aussi fort qu’Asrid, les combats duraient des jours et des nuits, sous les yeux narcissiques des deux dieux qui se servaient maintenant de leur sous fifre pour leur combat jadis délaissé. Sans compter que Luminaria sous l’apparence d’une belle jeune fille était devenue la femme de Nil.

J’eus le temps d’accoucher de mon premier enfant- Asbjorn, le guerrier des dieux- qu’Astrid vînt demander une nouvelle faveur à Ténébras. Même si ce dernier était devenu moins grossier, et que j’avais réussi à le rendre plus sociable et aimable, il restait un dieu qui aimait le pouvoir. Il demanda le spectre du roi. Je n’avais pas compris sur le moment, mais ce qu’il souhaitait était de le protéger de Luminaria.

Ainsi Asrid devînt plus puissant. Mais de son côté, Nil le devenait aussi.

Les combats avaient changé mon frère. Je regardai ses enfants Almarick, son fils et Adelaih, sa fille grandir sans qu’ils puissent connaître l’amour d’un père. Ils passaient leur temps à la maison, et appréciaient Ténébras. Lucia était elle aussi triste. Je voyais que la vie ne lui plaisait plus, et elle commençait à se languir de la forêt. Seuls ses enfants lui donnaient la force de rester. Almarick avait hérité des pouvoirs de mon père et Adelaih, pouvait faire appelle à la brume sanguinaire, comme ma défunte mère. Ténébras les apprit à maîtriser leurs pouvoirs ainsi qu’à notre fils qui maniait les ténèbres comme son père.

Les enfants grandirent. Asrid avait commencé à devenir vieux, quant à moi, j’étais toujours aussi jeune, et j’attendais mon deuxième enfant. Pourquoi était-ce ainsi ?

  •   Le pouvoir, me répondit Ténébras. Le pouvoir a un prix. À force de courir après, on en périt.
  •  N’y a-t-il pas un moyen pour arrêter tout ceci ?
  •  Luminaria a joué avec votre destin. Qui crois-tu que Blaire est ?

Je le regardais. Je ne connaissais pas la réponse.

  •  Sa fille, avoua-t-il. Et Nil est bien votre frère, c’est juste qu’il n’a hérité d’aucun dont de votre père. C’est pour cela que vous pensez qu’il est le fil d’un autre, il n’a pas votre odeur.
  •   Mais pourquoi ?
  •  Je ne sais pas… c’est comme avec l’enfant que tu portes aujourd’hui. Il ne portera ni ton odeur, ni la mienne. Peut-être est-ce à cause de ce monde qui nous transforme, ou peut-être à cause des gênes des Alks. Mais, la seule chose dont Nil sera capable, sera de tenir le spectre. Luminaria en est incapable, le spectre lui infligerait des brûlures… Mais pas à Nil. Et quiconque le possède gouverne.
  •  Je le sais. C’est pourquoi j’ai préféré le confier à ma tante. Mais, tu n’as toujours pas répondu à ma question. Comment mettre un terme à tout cela ?
  •   Il n’y en a pas. La lumière appelle les ténèbres, tout comme les ténèbres appellent la lumière. Nous avons besoin d’un équilibre, et Asrid et Nil sont un équilibre. Jamais aucun d’entre eux ne gagnera. Ils mourront tous deux sans en ressortir vainqueur.

Les larmes me montèrent aux yeux. Je savais que l’heure était proche, et je ne pouvais rien faire pour aider mon cher frère.

La mort l’emporta quelque temps après. Nil et lui s’étaient effondrés sans se toucher une seule fois. Almarick devînt le nouveau chef, mais il brisa cette maudite tradition de combat pour devenir le roi, d’autant plus que nous étions devenus les esclaves de Ténébras. 

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Défi
Monique L. Gram
Un chaperon rouge tissé d'une soie des plus raffinées n'a pas sa place ici, dans un rameau égaré. Porté par une femme des plus hautaines qui soit, le menton haut et les épaules droites, quel malheur peut-elle bien préparé aux gens de ce pauvre petit village délabré ?
4
5
11
4
Défi
Ariart


Il ne sut si c'est le coup qu'il reçut ou le bruit d'un homme enfonçant la porte qui le réveilla en premier, mais la violence du choc avait suffi à lui couper le souffle. Il s'était relevé en un instant et avait fait face aux intrus. Trois soldats étaient entrés et allaient mettre la vie de ses amis en danger. Combien de temps avait-il passé, allongé sur le sol? Il n'aurait su le dire. Longtemps en témoignaient ses muscles courbaturés. Sur le qui-vive et malgré l'étourdissement qui le prenait, il fit jaillir une dague et abattit le premier en la lui plantant dans la poitrine. Sans attendre la réaction des deux autres, c'est un sabre qui jaillit du néant et qui trancha la jugulaire de celui qui s'approchait de lui. Sans arrêter son geste, il lança son arme dans le dos de celui qui était penché sur Rudorn. Sans perdre une seconde, il referma la porte et porta ses amis à l'étage. La maison vacillait tout autour de lui. Le sol semblait instable, la terre et le ciel ne cessaient de tanguer. Il savait que son moment était venu.
Lorsque la mort sera prête à te prendre, tu maîtriseras le dernier des sept arts: la danse des Ombres. D'autres moments te sembleront opportuns, tu t'y tromperas plus d'une fois. Mais lorsqu'il sera vraiment venu, tu ne feras qu'un avec le monde et tu sombreras avec lui sans le moindre remords.
Les mots de son maître emplirent son esprit lorsque la porte de bois de la maison explosa sous les coups des hommes du Roi. Il se jeta dans les escaliers, tous les sens aux aguets, fit jaillir un sabre et s'élança dans la marée humaine qui le submergea. Le combat dura une éternité. Il n'était qu'un seul geste, fluide et mortel, alerte et meurtrier. Et alors que les cadavres s'amoncelaient autour de lui et que les entailles sur ses membres se multipliaient inévitablement, il entendit dehors une voix qui le glaça d'effroi. Combien d'hommes venait-il d'abattre ? Cinquante ? Soixante ? Le flot cessa enfin pour laisser place à un seul. Il chancela, l'air commençait à lui manquer, ses forces l'abandonnaient.
— Rend toi, Katar, tu ne peux plus t'enfuir.
— Silencio...
Son murmure avait été un cri.
— Je ne me rendrais pas.
— Tu n'as pas le choix.
Son ton était sec et cassant, mais son regard était empli de tristesse.
— Pourquoi nous avoir trahit? Pourquoi nous pourchasser et tenter de nous anéantir ?
— Soumets-toi à Bardome et il te rendra ton bras.
— Jamais!
Cette fois il avait hurlé. Il avait hurlé si fort que sa gorge asséchée le fit souffrir.
— Nous pouvons t'offrir bien plus que tout ce que la Guilde ne pourra jamais t'accorder.
— Si c'est pour vivre aux crochets de pourritures comme toi, je préfère la mort.
— Sauf que nous te torturons, tu ne mourras pas ici, j'en fais le serment. Alors soumets-toi, la vie te semblera bien plus douce si tu le fais par toi même.
Pour toute réponse, Katar lui cracha au visage. Les lèvres de Silencio se fendirent en un rictus de satisfaction :
— Allons, sorts et tes amis en haut seront épargnés. Les hommes de Bardome t'accordent une haie d'honneur, car tu la mérites.
Katar jeta un regard en direction des escaliers.
— Je ne t'enchaîne pas, sors de cette maison en homme libre.
— Pour mieux finir en esclave ?
Silencio ne répondit pas, et Katar crut lire de la fierté dans ses yeux. Il s'écarta pour lui laisser la voie libre :
— Va, élève d'Ariart, le temps est venu pour toi de te rendre.
La rage le força à se redresser, il avança lentement vers la porte, le coeur battant. Il sentait la vie l'abandonner, mais quelque chose en lui montait.
Rage.
Colère.
Lorsqu'il passa à la hauteur du paria, il ne lui adressa pas un regard, seules quelques paroles:
— Que ce soit par ma main, celle d'Ariart ou d'un autre membre de la Guilde, tu mourras.
— Tous le monde meurt.
Il claudiqua vers la sortie, chaque pas faisant grandir en lui cette nouvelle force destructrice. Son désir de vengeance était tel qu'il ne pouvait accepter d'être fait prisonnier. Le soleil au-dehors l'aveugla, et le vent souffla sur lui la promesse glaciale d'une mort certaine. Il adressa un sourire aux nuages, regretta de n'avoir pu entendre les étoiles chanter et fit apparaître un sabre dans sa main. Avant qu'il n'ait pu s'attaquer à qui que ce soit, il sentit sa poitrine imploser. Il baissa les yeux sur la flèche qui traversait son coeur et reconnut la pointe noire des flèches de l'Ombre. Faisant fît de la douleur, il fit volte-face et planta ses yeux dans ceux de Silencio Karpent. Il sentit le sang inonder sa bouche, son coeur manqua un battement. Enfin, la vie le quittait. Une nouvelle brise agita ses cheveux maculés de poussière alors que sa vision se troublait. Il rassembla le peu d'énergie qu'il lui restait et avança, un pas après l'autre vers l'Ombre qui les avait tous trahis. Chaque pas était souffrance. Le monde était terne. La vie perdait de son éclat, le ciel lui-même semblait perdre sa couleur azurée.
Il se força à sourire.
Ses pensées s'obscurcirent,
Sa vue cessa,
Une main glaciale se saisit de son estomac,
Il se laissa enfin partir.
Il cessa de luter.
Enfin, il le vit jaillir.
Son instant de liberté.
Lorsque son corps heurta le sol, la vie l'avait déjà quitté.
2
0
0
4
Défi
Bururama
Vole-t-il, oiseau aimant, virevoltant dans l'air paisible de l'hiver…
de sa plume, l'auteur crée un monde
où seul le lecteur a accès.
1
0
0
4

Vous aimez lire ODERU CHAN ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0