chapitre 10

9 minutes de lecture

J’avais mis une petite robe droite, une veste, des bas et mes bottines ce jour là. Il commençait à faire froid. L’été s’en était allé. Je marchai à pieds vers le grand portail et m’arrêtai au cimetière pour y déposer des fleurs sur la tombe de mon père et de mon grand-père.

Après notre dispute avec Lissia, lorsque j’allais chez elle, elle ne m’ouvrait plus la porte. Bastet me raccompagnait simplement à la maison que je ne m’y rendis plus les jours suivants. Comme ma tante, du jour au lendemain, elle m’avait oublié et faisait comme si je n’avais jamais existé ! J’étais vraiment blessée.

J’attendais alors les garçons devant le portail. Louan n’avait pas une voiture de course comme Kahel. Ou plutôt, il n’avait pas de voiture, il empruntait juste celle de son père lorsqu’il en avait besoin. Une 4x4 Toyota.

Il arriva à dix heures pile. Kirâ était en sa compagnie.

  •   Bonjour, ça va ? me demanda-t-il.
  •  Oui, après la victoire d’hier, contre l’équipe de cricket de l’école voisine… j’ai pu dormir sur mes deux oreilles.

La veille nous avions pris le bus pour nous rendre la ville voisine. Le match de cricket m’a semblé durer une éternité… Je n’y ai pas pris goût, c’est surtout que je ne voulais pas montrer aux filles de mon équipe mes faiblesses que j’ai fait le nécessaire pour leur faire gagner le plus de points. En conséquence, et en jouant en équipe, nous avons remporté la victoire. Ensuite nous avons assisté à la rencontre des garçons… qui ont eux aussi gagné.

  •   As-tu déjà été de l’autre côté de la ville ? interrogea Louan.
  •  L’autre côté ?
  • La partie de la ville qui appartient aux Luminarias.
  •  Oh, j’aurais dû m’en douter que même la ville était divisée…
  • En général, quand on va dans le monde extérieur, il y a deux entrées, les Tenebraes utilisent celles de l’ouest et nous, celle de l’est… Toute la partie est de la ville est à nous.
  • Pour vous dire la vérité, je n’ai même pas été en ville partie Tenebraes.
  • Vraiment ? s’étonna Kirâ.

J’opinai.

  •  Alors nous allons te faire visiter la ville des Luminarias.

Les bâtiments étaient d’un autre âge, différent de la partie des Tenebraes. Mais certains étaient vraiment plus modernes. Ils avaient même un grand cinéma avec, à l’affiche, les derniers films en vogue. Niamh, Etna et Dan nous y rejoignirent et nous partîmes au centre ville. Ils me firent découvrirent chaque recoin et me parlèrent même des plus anciennes familles propriétaires des magasins. Après tout, on en héritait de père en fils. Et comme il s’agissait d’une communauté, avec des habitants aux pouvoirs surnaturels, vivre à l’extérieur n’était pas réellement autorisé… sauf si bien sûr vous étiez en « mission ».

Ils me montèrent la limite de la ville, celle qui déterminait la partie Tenebraes… C’était au niveau d’une fontaine dans le Central Garden. Il y avait même une sorte de barrière translucide où je voyais les ombres des Tenebraes se promener. J’étais maintenant éclairée sur la seconde règle.

La journée s’écoula vraiment vite. Les garçons étaient drôles, ils avaient toujours une blague à sortir. Je me sentais bien avec eux, sans oublier qu’à à chaque fois que Louan se mettait à côté de moi, mon cœur ne pouvait s’empêcher de battre.

Il me raccompagna à mon portail à 17 heures 45 après avoir ramené ses amis chez eux.

  •   Je me suis bien amusée, lui dis-je.
  •  Moi aussi.

Il me sourit et passa sa main dans mes cheveux. Nous échangeâmes notre second baiser. Il était moins amer, mais toujours aussi froid. Malgré tout, mon cœur ne pouvait s’empêcher de s’emballer.

  •   Je vais rentrer… On se voit lundi.
  •  Si tu veux, je peux venir te récupérer…
  •  Non… je ne préfère pas…
  • Tu sais… il reste un mois et deux semaines pour prendre ta décision… Si tu nous choisis, et j’espère que tu le feras… Tu ne pourras plus vivre chez avec ta tante.

Je haussai les sourcils.

  •  Ne t’inquiète pas, il y aura une place pour toi chez moi, m’annonça-t-il.

Je lui souris et rentrai chez moi. Sur le chemin, je me sentis étrange. J’étais contente, mais j’avais quand même un sentiment de doute.

  •   Alors comme ça, on embrasse monsieur Louan, maintenant.

Je sursautais en voyant Kahel au niveau du cimetière. Il m’avait foutu la trouille. Je pinçais mes lèvres. Ils nous avaient épiés ou quoi ?

  •   Je ne sais pas ce qu’il t’a dit pour te faire tomber dans ses bras, mais tu es vraiment très naïve.
  • Excuse-moi, mais moi, au moins j’embrasse quelqu’un parce que je le trouve attirant et que j’en ai envie. Ce n’est pas pour conclure un marché.
  • Moi au moins, je suis franc avec les filles ! Elles savent qu’elles ne vont rien obtenir de moi à part… le plaisir du goût !
  • T’es qu’un sale égoïste sans cœur ! Je plains ta future femme, vraiment !
  •   Et moi, je te plains déjà !

Je le fusillai du regard et rougissait de colère.

  •  Au revoir, tombeur à la noix ! Tu ferais mieux de rentrer avant que la nuit tombe et que je ne sais quelle malédiction te foudroie !

Je tournai les talons et rentrai. Il avait vraiment le don de m’énerver celui-là. Mais ce qui m’agaçait c’était que même Lissia aurait été de son avis.

Dès que j’entrai dans la demeure, je claquais la porte et un tonnerre déchira le ciel. Il eut même un petit tremblement de terre.

  •   Woh… ça ne va pas ? demanda Azia en me voyant. Tu as passé une mauvaise journée.
  • Oh, j’ai passé une excellente journée ! Jusqu’à ce que je rencontre Kahel ! Je ne vois pas ce que je lui ai fait de mal ! Il m’agace !

Ma réflexion lui fit sourire.

  •   Ça ne fait pas rire ! C’est un grossier personnage !
  • Il éprouve juste quelque difficulté à exprimer ses sentiments… c’est le futur chef des Tenebraes et son père lui confie déjà de grandes… responsabilités.
  • De grandes responsabilités ? Vraiment ? C’est juste un garçon gâté qui ne vit que pour sa Bugatti.

Elle pouffa.

  •  Toi et lui, vous vous ressemblez… Et s’il y a quelqu’un qui pourrait te comprendre ce serait lui… J’espère que vous finirez par devenir bons amis.

J’entrouvris la bouche. J’avais essayé, mais dorénavant, il en était hors de question.

Quand il vînt me chercher le lundi matin, j’entrai dans sa voiture sans le regarder et gardai le silence. Je crois même que ça devait lui faire plaisir. Après tout, que je sois muette, c’était ce qu’il avait espérer depuis notre rencontre.

Lorsque nous arrivâmes à l’école, quelque chose ne semblait pas comme d’habitude, un troupeau d’élèves attendaient devant le parking. Ils avaient l’air un peu effrayé.

Dès que Kahel sortit, Maelyn s’empressa de dire :

  •  Nous avons un problème, Kahel.

Il alla les rejoindre et quelques élèves qui me lancèrent un regard hargneux. Cela m’inquiéta. Ils se dirigèrent tous vers leur foyer. Je voulais les suivre, mais je savais que depuis que je trainais avec Louan, je n’étais plus la bienvenue chez eux.

Je gagnai ainsi notre salle de classe, et remarquai que le couloir n’était pas aussi bondé que d’habitude. Il n’y avait que des Luminarias. J’étais curieuse de savoir ce qui s’était passé avec les Tenebraes.

J’ouvrai mon casier quand Louan arriva et me surpris en me donnant un baiser à la joue. Je tressaillis.

  •   Bonjour, ce n’est que moi…
  •  Bonjour, excuse-moi, je ne suis pas habituée à ces contacts…

Il esquissa un sourire.

  •  Ok, j’essaierai d’aller doucement avec toi.

Je lui rendis son sourire et nous nous dirigeâmes dans notre classe. Aucun Tenebraes n’était là.

  •   Vous savez ce qui se passe avec eux ? demandai-je.
  •  Lorsque les Tenebraes rencontrent des problèmes, nous ne nous en mêlons pas, répondit Dan.

Le prof de littérature arriva, la cloche sonna et il commença son cours normalement. J’étais vraiment intriguée par ce qui se passait.

Et puis, à l’intercours Kahel fit irruption et demanda à parler à Louan. Ce dernier ne refusa rien, mais Kahel avait des flammes dans les yeux. S’en était effrayant.

  •   Une minute Kahel, lui dit Niamh, la dernière fois que tu as demandé ça, tu as enfermé Louan dans un autre espace inter-dimensionnel. Si tu veux lui parler alors ce sera en assemblée.
  • D’accord, alors parlons en assemblée. Mais Liséa reste là !

J’écarquillai les yeux d’étonnement, et tout le monde se leva suivant Louan et Kahel, je ne sais où. Et voilà, j’étais mise à l’écart, et je me retrouvais seule dans la classe. J’eus l’impression que là encore, je n’étais pas à ma place. Pourquoi je n’aurais pas pu assister à leur assemblée ? Qu’est-ce que c’était ?

Une bonne quinzaine de minutes s’écoula avant que tout le monde revienne. L’air était pesant. Louan affichait un regard serein, quand à Kahel, il semblait d’humeur massacrante. Il s’assit seule à la dernière rangée, et je fus surprise de voir Néla s’asseoir à côté de ses amies deux rangées plus bas.

  •   Qu’est-ce qui s’est passé ? interrogeai-je.
  • Rien d’inquiétant, répondit Louan. Ils ont juste perdu… quelque chose… et ils nous accusent de l’avoir volé. Mais comment aurait-on pu voler quelque chose alors que l’endroit où elle se trouve nous ai interdit d’accès ? Ils pensent que nous ne respectons pas le règlement… Ils se trompent complètement.
  • Le règlement ?
  • Il y a certains endroits dans l’école que nous ne pouvons pas accéder car ce sont les lieux des Tenebraes. Tout comme eux, ne peuvent pas accéder à des lieux qui nous sont appropriés. (Il me prit soudain la main et donna un baiser à mes doigts) Lorsque tu seras l’une des nôtres, je te les dévoilerai.

Il me sourit, et je vis encore ses yeux briller comme des diamants. J’étais plus intriguée par ses yeux que par ces endroits mystérieux.

Après les cours, je les quittai et allai au jardin. Mais ce soir là, Bastet n’était pas là, je pris donc le chemin du manoir seule. Me promener dans la forêt me laissait un goût amer dans la bouche. Les bois qui me semblaient magnifiques d’habitude, paraissaient sans vie, peut-être parce que c’était l’automne et qu’elle perdait leur feuillage…

Devant le lac un brouillard s’élevait, je m’avançai près du manoir et je vis que toutes les portes étaient fermées. Lissia n’était pas là. Et si elle avait décidé de ne plus rentrer ? De rester avec ses parents ? Me détestait-elle parce que je m’étais lié d’amitié avec les garçons ? Voulait-elle encore me revoir ?

Je lui écris alors un mot, en lui posant ces questions. Je voulais la revoir, lui parler… Je ne voulais pas que ça se termine comme ça. Même si j’étais amie avec les Luminarias, on pouvait toujours trouver une solution pour se voir. Notre secret, je le gardais toujours.

Je mis le mot dans la boîte au lettre et rentrais chez moi.

Les fenêtres de la demeure de Kahel étaient fermées lorsque j’arrivais. J’aurais aimé lui parler pour savoir ce qui avait disparu de leur « lieu secret », mais vu les circonstances, je ne pensais pas que c’était la meilleure chose à faire.

Quand Azia rentra à la maison, elle avait l’air un peu bouleversé.

  • Que se passe-t-il ? m’enquiers-je.
  • Oh… juste un petit souci au bureau… Mais parfois les petits soucis peuvent se transformer en gros problème… Nous trouverons bien un moyen de le résoudre.
  • Il s’est passé quelque chose d’inaccoutumée à l’école aujourd’hui.

Elle ne parût pas étonnée.

  • Quelque chose aurait disparut de je ne sais quel lieu interdit à certains élèves. Kahel en a été bouleversé.

Elle posa une de ses mains sur mes épaules pour me frictionner.

  •   Ne t’inquiète pas pour lui, il résoudra ce problème lui aussi.

Je haussai les sourcils. Ce n’était pas que je m’inquiétai pour lui… peut-être un tout petit peu, mais j’aurais plutôt aimé qu’elle m’éclaire un peu plus. Comme d’habitude, elle restait mystérieuse.

  • Vous ne m’avez jamais parlé des factions Tenebraes et Luminarias, poursuivis-je alors. Pourquoi ?

Elle entrouvrit la bouche, puis se mit à chercher les mots.

  •   Eh bien, parfois… il vaut mieux découvrir certaines choses par soi-même, tu ne crois pas ? dit-elle d’un ton hésitant.
  •  Peut-être voulais-tu dire : laisser les enfants choisir leur propre voie ? Ou plutôt leur propre camp ! Luminarias ou Tenebraes !
  • Tu n’as pas à faire de choix. Je t’ai adoptée, tu fais déjà partie de ma faction…
  • Et si je ne voulais pas faire partie de cette faction ?

Elle rit nerveusement puis reprit son calme.

  •  Tu es une fille intelligente Liséa, je suis sûre que tu ne décevras pas ta famille…

Elle me montra le tableau de mes grands-parents et sourit. Je soupirai et allai dans ma chambre. Elle m’avait promis beaucoup de chose et ne les avait pas tenus ! Et mes pouvoirs !? Quand le Maire allait-il lui donner la permission de me les apprendre ?

Si j’étais dans une faction Luminarias, je suis certaine qu’on ne serait pas resté aussi énigmatique avec moi ! Mais pourquoi l’étaient-ils ? 

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

Défi
Monique L. Gram
Un chaperon rouge tissé d'une soie des plus raffinées n'a pas sa place ici, dans un rameau égaré. Porté par une femme des plus hautaines qui soit, le menton haut et les épaules droites, quel malheur peut-elle bien préparé aux gens de ce pauvre petit village délabré ?
4
5
11
4
Défi
Ariart


Il ne sut si c'est le coup qu'il reçut ou le bruit d'un homme enfonçant la porte qui le réveilla en premier, mais la violence du choc avait suffi à lui couper le souffle. Il s'était relevé en un instant et avait fait face aux intrus. Trois soldats étaient entrés et allaient mettre la vie de ses amis en danger. Combien de temps avait-il passé, allongé sur le sol? Il n'aurait su le dire. Longtemps en témoignaient ses muscles courbaturés. Sur le qui-vive et malgré l'étourdissement qui le prenait, il fit jaillir une dague et abattit le premier en la lui plantant dans la poitrine. Sans attendre la réaction des deux autres, c'est un sabre qui jaillit du néant et qui trancha la jugulaire de celui qui s'approchait de lui. Sans arrêter son geste, il lança son arme dans le dos de celui qui était penché sur Rudorn. Sans perdre une seconde, il referma la porte et porta ses amis à l'étage. La maison vacillait tout autour de lui. Le sol semblait instable, la terre et le ciel ne cessaient de tanguer. Il savait que son moment était venu.
Lorsque la mort sera prête à te prendre, tu maîtriseras le dernier des sept arts: la danse des Ombres. D'autres moments te sembleront opportuns, tu t'y tromperas plus d'une fois. Mais lorsqu'il sera vraiment venu, tu ne feras qu'un avec le monde et tu sombreras avec lui sans le moindre remords.
Les mots de son maître emplirent son esprit lorsque la porte de bois de la maison explosa sous les coups des hommes du Roi. Il se jeta dans les escaliers, tous les sens aux aguets, fit jaillir un sabre et s'élança dans la marée humaine qui le submergea. Le combat dura une éternité. Il n'était qu'un seul geste, fluide et mortel, alerte et meurtrier. Et alors que les cadavres s'amoncelaient autour de lui et que les entailles sur ses membres se multipliaient inévitablement, il entendit dehors une voix qui le glaça d'effroi. Combien d'hommes venait-il d'abattre ? Cinquante ? Soixante ? Le flot cessa enfin pour laisser place à un seul. Il chancela, l'air commençait à lui manquer, ses forces l'abandonnaient.
— Rend toi, Katar, tu ne peux plus t'enfuir.
— Silencio...
Son murmure avait été un cri.
— Je ne me rendrais pas.
— Tu n'as pas le choix.
Son ton était sec et cassant, mais son regard était empli de tristesse.
— Pourquoi nous avoir trahit? Pourquoi nous pourchasser et tenter de nous anéantir ?
— Soumets-toi à Bardome et il te rendra ton bras.
— Jamais!
Cette fois il avait hurlé. Il avait hurlé si fort que sa gorge asséchée le fit souffrir.
— Nous pouvons t'offrir bien plus que tout ce que la Guilde ne pourra jamais t'accorder.
— Si c'est pour vivre aux crochets de pourritures comme toi, je préfère la mort.
— Sauf que nous te torturons, tu ne mourras pas ici, j'en fais le serment. Alors soumets-toi, la vie te semblera bien plus douce si tu le fais par toi même.
Pour toute réponse, Katar lui cracha au visage. Les lèvres de Silencio se fendirent en un rictus de satisfaction :
— Allons, sorts et tes amis en haut seront épargnés. Les hommes de Bardome t'accordent une haie d'honneur, car tu la mérites.
Katar jeta un regard en direction des escaliers.
— Je ne t'enchaîne pas, sors de cette maison en homme libre.
— Pour mieux finir en esclave ?
Silencio ne répondit pas, et Katar crut lire de la fierté dans ses yeux. Il s'écarta pour lui laisser la voie libre :
— Va, élève d'Ariart, le temps est venu pour toi de te rendre.
La rage le força à se redresser, il avança lentement vers la porte, le coeur battant. Il sentait la vie l'abandonner, mais quelque chose en lui montait.
Rage.
Colère.
Lorsqu'il passa à la hauteur du paria, il ne lui adressa pas un regard, seules quelques paroles:
— Que ce soit par ma main, celle d'Ariart ou d'un autre membre de la Guilde, tu mourras.
— Tous le monde meurt.
Il claudiqua vers la sortie, chaque pas faisant grandir en lui cette nouvelle force destructrice. Son désir de vengeance était tel qu'il ne pouvait accepter d'être fait prisonnier. Le soleil au-dehors l'aveugla, et le vent souffla sur lui la promesse glaciale d'une mort certaine. Il adressa un sourire aux nuages, regretta de n'avoir pu entendre les étoiles chanter et fit apparaître un sabre dans sa main. Avant qu'il n'ait pu s'attaquer à qui que ce soit, il sentit sa poitrine imploser. Il baissa les yeux sur la flèche qui traversait son coeur et reconnut la pointe noire des flèches de l'Ombre. Faisant fît de la douleur, il fit volte-face et planta ses yeux dans ceux de Silencio Karpent. Il sentit le sang inonder sa bouche, son coeur manqua un battement. Enfin, la vie le quittait. Une nouvelle brise agita ses cheveux maculés de poussière alors que sa vision se troublait. Il rassembla le peu d'énergie qu'il lui restait et avança, un pas après l'autre vers l'Ombre qui les avait tous trahis. Chaque pas était souffrance. Le monde était terne. La vie perdait de son éclat, le ciel lui-même semblait perdre sa couleur azurée.
Il se força à sourire.
Ses pensées s'obscurcirent,
Sa vue cessa,
Une main glaciale se saisit de son estomac,
Il se laissa enfin partir.
Il cessa de luter.
Enfin, il le vit jaillir.
Son instant de liberté.
Lorsque son corps heurta le sol, la vie l'avait déjà quitté.
2
0
0
4
Défi
Bururama
Vole-t-il, oiseau aimant, virevoltant dans l'air paisible de l'hiver…
de sa plume, l'auteur crée un monde
où seul le lecteur a accès.
1
0
0
4

Vous aimez lire ODERU CHAN ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0