Prologue

4 minutes de lecture

La fuite. C’est ce qu’elle a de mieux à faire.

Pourtant, la jeune mère sait que ce n’est pas la solution.

Elle regarde son bébé qui gazouille et joue avec sa peluche.

Quelle décision prendre ? Rester et mourir, ou s’enfuir jusqu’à ce que les villageois les retrouvent ?

Oui, car peu importe où elle irait, ces maudits habitants enverraient leurs sbires et tôt ou tard, ils la tueraient. Qu’importe la décision, la mort l’attend. Elle l’a toujours su.

Elle caresse les joues de son bébé, une petite fille née six mois auparavant. Personne ne connaît son existence. Si les habitants l’apprennent, elle en perdrait la vie. Elle soupire. Elle connaît un autre moyen.

Elle prend son bébé dans ses bras et dit :

  • Ma chérie, le monde est parfois cruel… Il y a tant de choix à faire. Des choix pénibles sur lesquels on ne peut plus revenir en arrière. Mais parfois, des miracles peuvent se produire… comme toi. (Sa fille lui sourit) Sache que maman ne va pas t’abandonner… C’est juste un « au revoir » pour quelque temps. Un jour, nous nous rencontrerons. Peut-être pas dans ce monde-là, mais nous aurons la chance de nous connaître. Et jusqu’à ce que l’on se rencontre, je vais t’apprendre le chant de la Brume. Chaque fois que tu seras perdue, chaque fois que tu te sentiras seule, tu n’auras qu’à le chanter.

Alors qu’elle chante, la brume ténébreuse se dresse comme un nuage au-dessus de la tête du bébé qui est hypnotisé par le beau dessin qui se forme. Elle sourit, la brume est son élément, la brume est son amie, sa protectrice, sa sauveuse.

La jeune mère pose un baiser sur son enfant qui se laisse bercer par sa douce voix et s’endort.

 

Dans la forêt, au beau milieu du royaume de la nuit, les hiboux s’envolent, les corbeaux émettent leurs cris d’alarme, les villageois, artefact ancestral en main, remontent le chemin qui mène au manoir du Lac. L’heure est proche. 150 ans ont passé depuis le jugement. Ce soir, toutes les étoiles seront alignées, et le sacrifice de la Princesse de Brume pourra lever la malédiction. Ils seront enfin libérés et retrouveront leur âme d’antan.

Mais, le jeune Declan n’est pas prêt à laisser la mère de son enfant se faire tuer.

  • Il est temps d’y aller, dit-il à sa femme qui met le bébé dans le couffin.
  • Tu vas quitter cette ville sans moi, avec notre fille.
  • Non ! Nous avions décidé de nous enfuir dans le monde au-delà de la barrière.

La jeune mère secoue la tête.

  • La déesse nous retrouvera, tu sais que tout cela n’est qu’une machination montée de toutes pièces… À cause du talisman qu’elle a dérobé à ma sœur, elle pourra nous retrouver où que nous allions. Mais personne ne sait que j’ai une fille. Personne ne sait que tu étais là avec moi. Je viens d’enfermer une partie de son pouvoir dans le pendentif de ma grand-mère. Son odeur magique ne se fera pas ressentir pendant quelques années. Vous pourrez vivre normalement hors de la ville.
  • Comment veux-tu que je vive normalement sans toi ! Il est hors de question que je te quitte, que je quitte cet endroit sans toi. Il doit avoir une autre manière d’arrêter tout ça.

Elle s’approche de son homme et pose sa main en coupe sur son visage.

  • Tu sais qu’il n’y en a plus. Je t’ai donné ma première vie pour te délivrer…
  • Mais la malédiction ne se lèvera pas car tu n’es plus la seule Princesse de Brume. Ton sacrifice ne servira à rien.
  • Détrompe-toi, la malédiction se lèvera… Cependant pas à jamais. Ils croiront qu’ils seront libérés, ils ne se douteront de rien et penseront qu’il n’y a plus de princesse. Mais d’ici quelques jours, elle reviendra. C’est pourquoi, tu dois profiter de ces quelques jours et quitter la ville. Tu dois mettre notre fille en sécurité. Elle n’a pas de lien avec ma sœur. La déesse ne pourra donc pas la retrouver. Elle pourra vivre une vie normale loin de cette ville, loin de toutes ces atrocités. Mon chéri, notre enfant est notre priorité, rappelle-toi.

Il considère sa femme. Elle a raison. Elle a toujours raison. À contrecœur, il s’y résigne.

Il prend le couffin et les affaires du bébé.

Il embrasse sa femme une dernière fois.

  • Je t’aime, dit-elle, tu as comblé ma vie. Je n’ai jamais été si heureuse depuis le jour où nous nous sommes rencontrés.
  • Si tu continues, je ne pourrai plus partir.

La jeune mère lui sourit et lui donne un baiser sur le front.

  • Prends soin d’elle. Pars maintenant.

Le jeune Declan la serre dans ses bras avant d’ouvrir une porte interdimensionnelle et de disparaître.

À ce moment, la jeune femme pleure. La voilà seule à nouveau. Elle se dirige vers son jardin et fait une prière ancestrale.

Dès que la dernière phrase est prononcée, les citadins sont là, devant son manoir.

  • Cruelle démone, crie l’un d’eux, il est temps de mettre fin à ta malédiction.
  • Ceci n’a jamais été ma malédiction, mais celle de votre déesse adorée.
  • Diffamation, hurlent-ils.

Les villageois lui lancent ainsi toute sorte d’imprécations.

  • C’est vous les démons ! Vous ne méritez pas que cette malédiction soit levée ! se défend-t-elle.
  • À mort, crie une femme, qu’on en finisse avec elle ! Ce soir, ses pouvoirs sont faibles, il faut en finir vite ! C’est son devoir en tant que Princesse de Brume de nous donner sa vie !
  • Je vais vous la donner, mais ne croyez pas que vous vous en tirez ! Vous serez libérés de ce maléfice, mais ma brume ténébreuse restera à jamais dans la ville pour se venger.

Les villageois grognent de colère. Ils ne veulent plus entendre un seul mot sortir de sa bouche. Tous utilisent leur artefact et l’emprisonnent. Ils l’amènent au bûcher au cœur de la forêt.

Alors que la magie noire lui retire peu à peu sa vitalité, la jeune mère ressent la douleur, mais elle n’est pas aussi terrible que celle d’avoir abandonné sa famille. Avec les dernières forces qu’il lui reste, elle chante encore une fois le chant de la Brume.

  • Entends ma dernière prière, soupire-t-elle.

Subitement, une fumée noire enveloppe le corps de la jeune femme livide. Les villageois s’écartent du bûcher. La fumée se transforme en brume ténébreuse et s’éparpille autour d’eux. La terreur s’empare des villageois. La Princesse de Brume, dans son dernier souffle, a laissé une nouvelle malédiction.

 

 

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 6 versions.

Recommandations

Défi
Monique L. Gram
Un chaperon rouge tissé d'une soie des plus raffinées n'a pas sa place ici, dans un rameau égaré. Porté par une femme des plus hautaines qui soit, le menton haut et les épaules droites, quel malheur peut-elle bien préparé aux gens de ce pauvre petit village délabré ?
4
5
11
4
Défi
Ariart


Il ne sut si c'est le coup qu'il reçut ou le bruit d'un homme enfonçant la porte qui le réveilla en premier, mais la violence du choc avait suffi à lui couper le souffle. Il s'était relevé en un instant et avait fait face aux intrus. Trois soldats étaient entrés et allaient mettre la vie de ses amis en danger. Combien de temps avait-il passé, allongé sur le sol? Il n'aurait su le dire. Longtemps en témoignaient ses muscles courbaturés. Sur le qui-vive et malgré l'étourdissement qui le prenait, il fit jaillir une dague et abattit le premier en la lui plantant dans la poitrine. Sans attendre la réaction des deux autres, c'est un sabre qui jaillit du néant et qui trancha la jugulaire de celui qui s'approchait de lui. Sans arrêter son geste, il lança son arme dans le dos de celui qui était penché sur Rudorn. Sans perdre une seconde, il referma la porte et porta ses amis à l'étage. La maison vacillait tout autour de lui. Le sol semblait instable, la terre et le ciel ne cessaient de tanguer. Il savait que son moment était venu.
Lorsque la mort sera prête à te prendre, tu maîtriseras le dernier des sept arts: la danse des Ombres. D'autres moments te sembleront opportuns, tu t'y tromperas plus d'une fois. Mais lorsqu'il sera vraiment venu, tu ne feras qu'un avec le monde et tu sombreras avec lui sans le moindre remords.
Les mots de son maître emplirent son esprit lorsque la porte de bois de la maison explosa sous les coups des hommes du Roi. Il se jeta dans les escaliers, tous les sens aux aguets, fit jaillir un sabre et s'élança dans la marée humaine qui le submergea. Le combat dura une éternité. Il n'était qu'un seul geste, fluide et mortel, alerte et meurtrier. Et alors que les cadavres s'amoncelaient autour de lui et que les entailles sur ses membres se multipliaient inévitablement, il entendit dehors une voix qui le glaça d'effroi. Combien d'hommes venait-il d'abattre ? Cinquante ? Soixante ? Le flot cessa enfin pour laisser place à un seul. Il chancela, l'air commençait à lui manquer, ses forces l'abandonnaient.
— Rend toi, Katar, tu ne peux plus t'enfuir.
— Silencio...
Son murmure avait été un cri.
— Je ne me rendrais pas.
— Tu n'as pas le choix.
Son ton était sec et cassant, mais son regard était empli de tristesse.
— Pourquoi nous avoir trahit? Pourquoi nous pourchasser et tenter de nous anéantir ?
— Soumets-toi à Bardome et il te rendra ton bras.
— Jamais!
Cette fois il avait hurlé. Il avait hurlé si fort que sa gorge asséchée le fit souffrir.
— Nous pouvons t'offrir bien plus que tout ce que la Guilde ne pourra jamais t'accorder.
— Si c'est pour vivre aux crochets de pourritures comme toi, je préfère la mort.
— Sauf que nous te torturons, tu ne mourras pas ici, j'en fais le serment. Alors soumets-toi, la vie te semblera bien plus douce si tu le fais par toi même.
Pour toute réponse, Katar lui cracha au visage. Les lèvres de Silencio se fendirent en un rictus de satisfaction :
— Allons, sorts et tes amis en haut seront épargnés. Les hommes de Bardome t'accordent une haie d'honneur, car tu la mérites.
Katar jeta un regard en direction des escaliers.
— Je ne t'enchaîne pas, sors de cette maison en homme libre.
— Pour mieux finir en esclave ?
Silencio ne répondit pas, et Katar crut lire de la fierté dans ses yeux. Il s'écarta pour lui laisser la voie libre :
— Va, élève d'Ariart, le temps est venu pour toi de te rendre.
La rage le força à se redresser, il avança lentement vers la porte, le coeur battant. Il sentait la vie l'abandonner, mais quelque chose en lui montait.
Rage.
Colère.
Lorsqu'il passa à la hauteur du paria, il ne lui adressa pas un regard, seules quelques paroles:
— Que ce soit par ma main, celle d'Ariart ou d'un autre membre de la Guilde, tu mourras.
— Tous le monde meurt.
Il claudiqua vers la sortie, chaque pas faisant grandir en lui cette nouvelle force destructrice. Son désir de vengeance était tel qu'il ne pouvait accepter d'être fait prisonnier. Le soleil au-dehors l'aveugla, et le vent souffla sur lui la promesse glaciale d'une mort certaine. Il adressa un sourire aux nuages, regretta de n'avoir pu entendre les étoiles chanter et fit apparaître un sabre dans sa main. Avant qu'il n'ait pu s'attaquer à qui que ce soit, il sentit sa poitrine imploser. Il baissa les yeux sur la flèche qui traversait son coeur et reconnut la pointe noire des flèches de l'Ombre. Faisant fît de la douleur, il fit volte-face et planta ses yeux dans ceux de Silencio Karpent. Il sentit le sang inonder sa bouche, son coeur manqua un battement. Enfin, la vie le quittait. Une nouvelle brise agita ses cheveux maculés de poussière alors que sa vision se troublait. Il rassembla le peu d'énergie qu'il lui restait et avança, un pas après l'autre vers l'Ombre qui les avait tous trahis. Chaque pas était souffrance. Le monde était terne. La vie perdait de son éclat, le ciel lui-même semblait perdre sa couleur azurée.
Il se força à sourire.
Ses pensées s'obscurcirent,
Sa vue cessa,
Une main glaciale se saisit de son estomac,
Il se laissa enfin partir.
Il cessa de luter.
Enfin, il le vit jaillir.
Son instant de liberté.
Lorsque son corps heurta le sol, la vie l'avait déjà quitté.
2
0
0
4
Défi
Bururama
Vole-t-il, oiseau aimant, virevoltant dans l'air paisible de l'hiver…
de sa plume, l'auteur crée un monde
où seul le lecteur a accès.
1
0
0
4

Vous aimez lire ODERU CHAN ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0