POUSSABOUT (1)...

de Image de profil de jean-alain Baudryjean-alain Baudry

Apprécié par 1 lecteur

Poussabout est une fée. Mais pas une fée déguisée en mariée avec une baguette magique qui étincelle comme une bougie d'anniversaire. Non, Poussabout, tu ne la remarquerais pas dans la rue. Pas plus que tu ne remarquerais un marabout africain dans la file des gens qui font la queue devant le bureau de vente des jeux de loto. Pas plus que tu ne ferrais attention à cette dame qui sort de la boulangerie, et qui pourtant est une voyante extra lucide. De ces personnes qui voient l'avenir dans une boule de cristal, des cartes à jouer ou de la poudre de café déjà utilisé. Poussabout en la voyant, tu ne saurais pas que c'est une fée. Elle non plus au début, elle ne le savait pas. Je vais te raconter comment elle s'en est aperçue, comment elle a vu qu'elle possédait un pouvoir magique.

Mais avant, il faut que je te dise que Poussabout est un peu enveloppé, comme dit Obélix. Elle se désolait, c'est avant qu'elle ait la révélation de son pouvoir, elle se désolait de ne pas rentrer dans les robes qu'elle voyait en vitrine ou à la télé sur les tops modèles qui défilent en présentant des vêtements extravagants. Le médecin lui demanda quel était son régime alimentaire. L'inconsciente se nourrissait exclusivement de sandwichs américains avec des frites, de moules avec des frites, de steaks avec des frites. En sortant du cabinet médical, elle avait pris la ferme résolution de remplacer les frites par de la salade cuite. Une semaine après, elle était d'une humeur à jeter par la fenêtre tout ce qui était vert dans son assiette. Personne dans son entourage n'osait plus lui parler. Même ses amies changeaient de trottoir quand elles la voyaient arriver, de loin. Elle n'y tenait plus, elle courut jusqu'au restaurant à sandwichs le plus proche et commanda une part géante de frites et une boisson gazeuse pleine de bulles et de sucre. Elle se goinfrait. Ses doigts dégoulinaient de graisse. Elle était barbouillée de ketchup comme si elle avait fait déborder son rouge à lèvres en se maquillant le matin. Et comble de grossièreté, elle poussa un rot énorme après la première gorgée de boisson.

Ses voisins de table, un monsieur très comme il faut, une dame très chic et un petit garçon très gourmand, lui jetèrent un regard désapprobateur. Sauf le garçon qui en avait vu d'autres, et des pires, à la cantine. Poussabout les regarda elle aussi, rebue une nouvelle gorgée, et re rota en faisant encore plus de bruit. Le monsieur bien comme il faut fit une réflexion, la dame chic approuva, Poussabout rougie jusqu'au creux des oreilles. Pas de honte, elle n'avait jamais honte de rien, mais de colère. Quoi, ces gravures de mode se permettaient de critiquer une brave fille comme elle ? Mais pour qui ils se prenaient, ces collets montés. "Je voudrais bien voir leurs têtes si les pneus de leur voiture explosaient, tous en même temps." Pensa-t-elle. "Ah ! La voiture, elle fume !" Cria le petit garçon. "Mais, c'est ma voiture !" Le monsieur se leva d'un bond faisant tomber sur son pantalon son sandwich surdosé en mayonnaise et en ketchup. Sans même s'essuyer, il se précipita vers le parking en renversant au passage des chaises et une table. "Maman, je peux aller aux jeux pendant que papa répare l'auto ?" – "Bien sûr mon petit chéri." Répondit la dame chic.

C'est ainsi que Poussabout s'aperçut qu'elle possédait le don de se venger des adultes et de faire plaisir aux enfants que l'on obligeait à se tenir aussi sage que des images, contre leur volonté.

Poussabout, tu t'en doutes, n'est pas le nom de naissance de notre héroïne de fée. Sur sa carte d'identité, comme sur son permis de conduire est inscrit : Amélie Dupont, avec un "t". Poussabout c'est, en quelque sorte, son nom de scène, comme en ont beaucoup de chanteurs de la télé. Tu m'as dit que tu ne connais pas d'artiste en dehors de ceux qu'on voit dans les émissions de variétés, sauf un, qui vient tous les ans à l'école et qui te fait beaucoup rire parce que tu le trouves hyper marrant, lui aussi se fait appeler par un autre nom que celui que ses parents lui ont donné. Je reviens à Poussabout. Elle signe ses bienfaits, pour les enfants, et ses méfaits, pour les adultes, par son pseudonyme. Ses voisins l'appellent mademoiselle Amélie, mais ses victimes se rendent compte, très vite, qu'elle est une fée, la fée Poussabout.

A suivre...

Tous droits réservés
5 chapitres de 4 minutes en moyenne
Commencer la lecture

Des milliers d'œuvres vous attendent.

Sur Scribay, dénichez des pépites littéraires et aidez leurs auteurs à les améliorer grâce à vos commentaires.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0