Chapitre 5

9 minutes de lecture

Dans le trajet du retour, je n'ai pas le courage de demander à Chri-chri d'amour de me donner des détails sur son passé. En plus il a l'air tellement sévère lorsqu'il est concentré sur la route, oh je meurs il est tellement sexy. Je finis par m'endormir comme une bouse à son côté, ne voulant pourtant pas arriver chez moi, il me manque déjà. Et puis quitter Christian Grey pour retrouver cette débile de Kate Kavanagh n'est pas une des idées qui me réchauffe le plus le cœur, ou la culotte. Au bout d'un moment, dans mon sommeil léger, je sens les vibrations de la voiture s'arrêter, nous devons être arrivés, et Christian me caresse les cheveux pour me réveiller. J'ouvre les yeux, non nous ne sommes pas arrivés, il s'est arrêté près d'un bois pourri.

- Bon faut que j'aille faire caca j'reviens.

Après un moment qui me semble interminable, il vient me chercher et me propose une balade pour me dégourdir les jambes. Je le soupçonne de vouloir me baiser en pleine foret, cela dit cela semble plutôt pas mal comme fantasme. En sortant de la voiture j'essaie d'ignorer l'odeur abominable qui me tiraille les narines, dis donc Christian t'as bouffé quoi ?

Malgré ça, c'est le moment ou jamais.

- Comment est-ce que ça a commencé ?

Il comprend tout de suite de quoi je parle, il pousse un soupir mais se décide à répondre.

- A cause d'une vieille amie de ma mère, et vieille dans tous les sens du terme. Elle s'appelle Mrs Robinet. Cette blondasse décolorée m'a séduit lorsque j'avais quinze ans. J'ai été son soumis pendant six ans.

- Ta mère est au courant ?

- T'es maboule ou quoi ! Personne de ma famille ne connaît cet « aspect » de moi.

- C'est donc à cause d'elle, cette Mrs. Robinet. Tu lui parle encore à cette pédophile de merde ?

- Ne dis pas ça ! Sinon oui nous nous voyons de temps en temps. Nous sommes restés... amis.

Ouais c'est ça mon cul ! Une "milf" que tu dois sûrement baiser de temps en temps ! Écœurée, je tire la grimace. Christian me retient par les bras.

- Je comprends ton désarroi, moi aussi j'ai beaucoup douté au début. Enfin pas tant que ça car à quinze ans on hésite cinq secondes avant de niquer une bonasse plus âgée. Mais je me suis rendu compte qu'en me laissant aller je me sentais libre. Et ce sera pareil pour toi Anastasia, tu n'auras rien d'autre en tête que le plaisir charnel que je t'offrirai.

Je décide d'abandonner les questions sur son passé pour le moment, cela l'ennuie et en plus imaginer une momie en train de dépuceler un gamin me remonte le cœur.

Je déteste cette Mrs. Robinet, je la hais.

Les heures suivantes sont plutôt silencieuses, ce n'est que lorsque nous sommes arrivés qu'il recommence avec ses histoires fatigantes de soumises. Il me tend une grande enveloppe marron.

- Voici le contrat, lis le attentivement, signe le et après on pourra niquer H24.

En quoi un contrat de plusieurs pages peut spécifier une relation sado-masochiste ? Fatiguée mais tout de même intriguée par ce contrat, je le prend avec moi. Je descends de la voiture, me préparant à affronter cette grognasse de Kate.

- Si tu as des questions, envoie moi un mail.

- Je t'ai déjà dit que mon ordi était foutu, j'ai renversé du jus de pomme dessus ! Tu m'écoutes quand je parle oui ou merde ?

Christian sourit, puis déclare :

- A plus bébé.

Hiiiip !

J'adore tellement quand il m'appelle bébé, ça m'excite terriblement. J'ai immédiatement envie de retourner dans la voiture et faire la chose, les gens je les emmerde. Mais il met un point d'honneur à ne pas m'embrasser et à déguerpir direct, le bougre ! Allez, courage Steele...

A peine ai-je passé la porte que cette emmerdeuse de Kate commence déjà à faire chier. Cependant dans mon agacement, je remarque un nouvel ordinateur portable. Un gros mec à la raie du cul découverte est en train de le bidouiller.

- Et voilà, il est niquel !

Ce Christian commence à me chauffer avec ses cadeaux hors de prix ! Kate semble extatique de recevoir un produit hyper cher.

- Encore un cadeau de cet enfoiré ! T'as trop de chance, michetonneuse ! rit-elle.

- Ta gueule bouffonne, dis-je exaspérée.

C'est la première fois que l'insulte. A voix haute je veux dire, évidemment. Cette idiote éclate de rire aux éclats.

- Dis donc Steele, t'as enlevé le balais ! Il était temps ! Je te sens différente ! T'avais juste besoin d'une bonne baise !

Par miracle elle devait se casser le soir même.

- Je vais dîner avec Elliot et ensuite on baise toute la nuit.

Elle avait bien prit le temps de me faire chier comme d'habitude. Le livreur me demande une signature, puis il me fait de l'œil, ce gros tas. Sortant d'un week-end avec Christian Grey inutile de dire que j'ai un haut-le-cœur en le voyant me sourire de manière enjôleuse. Au final je le fous dehors et décide d'envoyer un mail à Christian, ce salaud me répond de ne ne pas perdre de temps et de feuilleter le contrat dés maintenant. Je m'exécute.

Ce dossier est plein de règles telles que « la soumise doit bien se nourrir » ; « la soumise doit faire du sport » ou « la soumise doit être une bonne chienne » ! Pour qui il se prend ce mec ?! Il est sérieux, je suis pas une gamine « récalcitrante » de Super Nanny !

Bon pour autant, je ne rechigne pas tellement ce côté soumise, car je suis une bonne salope soumise. Oh j'adore parler comme ça, hi hi, oui je suis une vilaine fille oh oh, ah ah, hé hé !

Pour plaisanter un peu je lui envoie :

« Ok c'est bon, c'était sympa de faire ta connaissance ».

Je ris toute seule, je suis définitivement une vilaine fille. En fin d'après-midi, lorsque je retourne dans ma chambre, Christian sort du panier à linges. Comme ça, tranquille...

- C'était sympa alors ? De faire ma connaissance.

Je ris toute seule, bien que ce psychopathe soit rentré chez moi sans avertir. J'entends Kate au loin le traiter d'enfoiré et elle nous souhaite également bonne baise en gloussant comme une dinde. Christian est venu avec deux flûtes accompagnées d'un champagne qui doit être des meilleurs.

- Je vais te montrer comme c'était sympa.

Il me pousse sur le lit, me déshabille aussi vite que Lucky Lucke ne tire, et plus vite que Christian Grey ne jouit. Il me retourne sur le bide et me claque sèchement la fesse gauche. Mamamilla, toujours aussi novice en sensations, je jouis de plusieurs orgasmes en moins d'une minute, je devrais exploiter ce super pouvoir. Pour faire court, il me prend et nous faisons autant de bruits que des porcs à l'abattoir, sans aucun respect pour Kate. De toute façon cette garce est bien contente, je l'entends glousser derrière la porte. Nous nous donnons à des jeux sexuels comme me geler le ventre avec un glaçon (je doute de plus en plus de sa santé mentale) puis il me verse du champagne dans ma bouche de sa propre bouche, comme le fond les oiseaux (...) puis en moins de cinq minutes c'est terminé.

La nuit nous nou dévisageons dans le noir, il est tellement beau. Mes jambes nouées autour de son bassin me donnent encore plus envie d'accéder à sa saucisse. Mais l'envie de sexe laisse finalement place à de l'affection, j'ai un cœur quand même. J'ai soudain envie d'un énorme câlin, tout simplement. Je pose ma main sur la touffe de poils de son torse, pile entre ses deux pecs massifs, puis il se crispe, comme s'il avait reçu une décharge électrique. Il écarte vivement ma main. Le bougre !

- Et là je peux toucher ?

Mais avant que je ne pose ma main sur le bas de son ventre il me l'a chope d'une ferme poigne, le salaud.

- Pourquoi je ne peux pas te toucher ? Ce n'est pas contraire aux règles.

- En parlant de ça...

- Je ne me suis pas encore décidée.

Il se lève du lit, c'est vraiment un enfoiré, je suis une petite conne pathétique. Réveille toi Ana, idiote ! Il en a rien à foutre de toi, il ne veut même pas que tu le touches, seul ton cul l'intéresse !

- Quoi, tu t'en vas ?

- Je ne dors jamais avec personne.

Je contemple une dernière fois son corps nu et parfait avant qu'il ne se rhabille.

- Ça peut se négocier ça aussi ?

Il sourit sans sourire, puis il m'embrasse le front puis se casse comme un malpropre. Inutile de dire que je me sens... hum, comme une merde peut-être ?

Le lendemain, je tente une nouvelle approche en parlant du contrat, naturellement il répond dans la minute suivante, j'imagine que si j'avais parlé de notre mariage je ne recevrais jamais de réponse. Je lui dis que j'ai des questions à propos du contrat, que j'aimerais négocier quelques règles qui ne me conviennent pas du tout (lui gratter le cul ? Non mais pis quoi encore !), il répond qu'il n'y a pas de soucis. En tant que bonne allumeuse que je suis, je lui propose de faire ça dans une salle de réunion de Grey Holding's, comme il s'agit d'un contrat soit disant officiel. Il accepte avec plaisir. Voilà comment on amadoue un homme, par le cul ! Cela dit, j'en suis bien contente, car si on pouvait copuler sur la table de réunion ça serait un fantasme en moins sur ma liste. Mon entrejambe en est tout émoustillé.

Le moment venu, je trouve Christian qui m'attends devant l'ascenseur, vers le bureau de ses blondasses d'employées. Voyez ça bande de sous-merde, moi la pouilleuse du début traîne avec votre riche patron. Elles ne plissent pas le nez cette fois. Si comme prévu, je deviens la prochaine Grey dans cette famille je n'oublierai pas de changer tout le personnel. Il m'entraîne dans une salle de réunion où une table ridiculement longue prône au milieu de la pièce. Il y règne une luminosité rouge très tamisée, parfaite pour la prochaine scène sexy à venir, merci les décorateurs du plateau tournage. Nous commençons les négociations ennuyeuses, mais je dois avouer que je suis une pointe amusée d'être celle qui pose des conditions pour une fois. Christian a tellement envie de me garder comme poupée sexuelle qu'il accepte toutes mes recommandations. Je refuse catégoriquement d'être ligotée au plafond et la sodomie, déjà que sa saucisse de Morteau se fait très sentir par la voie naturelle ! Cependant, je suis heureuse qu'il me propose de faire semblant d'être un couple normal. Il veut bien faire l'effort de prévoir une sortie par semaine, pour aller au cinéma, au théâtre ou peu importe, avoir un semblant de normalité. La conversation devient très rapidement coquine, pour clôturer, il rebouche son stylo et déclare :

- Maintenant j'ai envie de te baiser jusqu'à la semaine prochaine.

Véridique, c'est bel et bien dans le film.

- Je vais étudier ces modifications, et prendre une décision.

- Tu veux t'en aller ?

- Oui.

- Ton corps n'est pas de cet avis. Regarde tes cuisses, la façon dont elles se serrent l'une contre l'autre, je vois aussi que tu mouilles, tes collants sont trempés. Ton souffle s'accélère. La couleur de tes pommettes.

- Mes pommettes qu'est ce qu'elles ont ?

- Tu es rouge comme si tu t'étais enfilé trois bouteilles de vin.

- C'est le cas.

- C'est l'adrénaline, dit-il en desserrant de peu sa cravate.

Je répond à son geste sexy en me dégageant le cou de mes cheveux, ayant l'air d'une vraie petite garce en manque.

- Et si je restais, ça finirait comment ?

- D'abord, je te retirerais cet étroit fourreau.

- Et ensuite ?

- J'aurai la satisfaction de voir que tu es cul-nu dessous. Ensuite je te basculerais en avant.

Je dépose la paume de ma main gracieusement sur le verre de la table.

- Ici, sur cette table ? je demande d'une voix qui pue le cul.

Il acquiesce en retirant complètement sa cravate. Je suis bonne à ce jeu là, il est chaud comme la braise. Sa respiration est aussi saccadée que la mienne, il doit lutter pour continuer à adopter un comportement civilisé. Mais je le connais maintenant, il veut me prendre comme jamais. A moi de jouer.

- Bon ben merci Monsieur Grey, je me casse maintenant.

Et en gloussant je le plante là, avant que sa verge excitée ne déchire son pantalon.

Annotations

Recommandations

Défi
NATOS
D'hiver et avariés !
39
18
0
0
Ano
Ketsueki est une fille psychologiquement instable, à la recherche d'une certaine réponse. À cause de ses origines et de sa nature, elle est détestée et méprisée, mais également crainte. Malgré le regard de la société envers elle, elle vit sa vie comme elle l'entend, s'est faite des amis et suit ses idéaux. Elle travaille pour une organisation, le GM ayant pour but de maintenir la paix dans le monde, mais un jour un incident arrivera et tout le monde, y compris ses amis se retournera contre elle. Son quotidien ainsi que ses idéaux seront bouleversés et ses origines la rattraperont. Elle devra alors faire un choix qui est la voie qu'elle devra désormais suivre et sa réponse ne sera que plus difficile à trouver.

AVERTISSEMENT : Scènes pouvant heurter la sensibilité !
10
25
18
94
Merenwen
Elle essaie d'oublier, il veut se souvenir.
Elle a besoin de réponses, il a besoin de repères.

Deux dons, deux chemins, une seule vérité.
Une question à laquelle même la Main Blanche n'a su répondre : d'où viennent les démons ?


CV
153
300
683
227

Vous aimez lire MrParodies ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0