Chapitre 41

6 minutes de lecture

Hector

Delvin crapahute agilement sur les poutres, me pavant une voie sûre sur les passerelles cabossées.

— Attends Delvin, j'ai oublié mon sac là-bas !

Elle se retourne et même si je ne vois pas son visage à cause du halo de sa frontale, je devine son étonnement.

— Tu déconnes ?

— Non, je suis désolé. Je vais retourner le chercher.

— Je t'accompa...

— Non.

Je ne devrais pas la couper aussi sèchement. Cela risquerait de lui mettre la puce à l'oreille. À moins qu'elle sache déjà. Pourtant, elle se ravise.

— T'es sûr ? Je veux dire, ce n'est pas très prudent par ici.

Je ris. Pour la forme.

— Tout va bien. La seule âme qui vive est ligotée sur une chaise et j'ai bien repéré le chemin. Je saurai revenir.

Elle hésite et je prie pour la faire basculer. Je rajoute une couche.

— Fonce Delvin, rentre au camp. Tu ne vas pas rester ici à t'irradier davantage. Je te rejoins très vite.

— Tu risques de les déranger en y retournant...

— On les dérangera encore plus à deux, soupiré-je. Ne t'inquiète pas. Je serai rapide et discret.

Sa lumière balaye la poussière voletante de la coursive alors qu'elle secoue la tête. Pendant une seconde, je crains qu'elle ne me laisse jamais faire, mais je crois qu'elle a trop de fois éprouvé ma témérité pour savoir que lorsque j'ai un objectif en tête, il est impensable de m'en détourner. Elle abdique.

— Très bien, mais tu as intérêt à revenir !

— Sans faute, lui promets-je accompagné d'un clin d'œil qu'elle ne peut pas voir.

Elle file en direction de la cale et de la sortie, tandis que je retourne mes pas dans l'étroit boyau jusqu'aux entrailles de la bête.

Sans l'habilité féline de Delvin pour me guider, parcourir la veine inclinée sans s'écharper est un challenge auquel j'échoue fatalement. Je m'emmêle entre les câbles d'une goulotte décalottée, me griffe sur les rebords d'acier aiguisés et trébuche sur une surélévation. Ma chute sur un tapis de bris de verres me rapporte un genou écorché. Se blesser jusqu'au sang dans un endroit pareil est certainement la moins bonne idée du monde, mais ces dégâts mineurs ne risquent pas de me faire renoncer à mon projet inconscient.

Bien entendu, j'ai fait exprès d'abandonner mon sac sur le plafond de la timonerie. J'ai beau ériger l'inattention au rang de science à force d'occuper mon cerveau à des trains de réflexions plus essentielles que la réalité terre à terre, je n'en viendrais tout de même pas à commettre un oubli involontaire dans un lieu si inconvenant.

Quand j'appris d'Os qu'il avait l'intention de communier avec ses acolytes Alters pour explorer les couches ensevelies d'un esprit endommagé, le projet excita aussitôt mon infatigable obsession.

Il fallait que je voie ça !

Dans les faits, je dois pourtant m'attendre à être déçu. Ce qu'il va se passer dans cette pièce n'est certainement pas observable à l'œil nu ni par aucun autre sens. Je dois tout de même essayer. Je m'agenouille silencieusement sur le promontoire – une plaque de fer que je m'efforce de ne pas faire grincer – au-dessus de la timonerie. Le faible faisceau de la lampe à huile illumine mes trois amis assis et liant de leurs mains un cercle avec leur victime. On pourrait presque imaginer une séance de spiritisme. Je soupçonne cependant que les embruns spirituels qu'ils font émaner sont bien réels.

Je n'ai pas de temps à perdre, alors j'extirpe de mon sac les lourds appareils que j'ai pu y dissimuler – heureusement que personne n'a posé la question au sujet de l'imposant volume de mon sac de randonnée. Interféromètre, compteur de particules, photomètre et radiomètre... Un même suffixe dédié à un seul objectif : celui de capter la moindre bribe de l'échange qui se joue au cœur de ce cercle. Jusqu'à présent, les mesures que nous avions déjà tentées avec Talinn n'avaient rien donné. Mais à l'occasion de cette entreprise plus inédite et périlleuse, je caresse le faible espoir d'entrevoir un début de résultat.

J'actionne les interrupteurs de mon barda, tourne les molettes et joue sur les potentiomètres. Aucun signal ne se détache du bruit de fond. Soupir. Il fallait s'y attendre. Mon regard se détache brusquement des écrans lorsqu'un bruit étouffé me parvient du cercle. Le corps d'Alex vient de choir sur le sol, inconscient. Celui de Yue suit peu de temps après. Seul Os demeure droit dans sa position en tailleur, yeux fermés, face au vieil ivrogne, dont la bouche ouverte laisse s'écouler un filet de bave. Il regarde le mur d'en face avec l'acuité d'un homme ayant eu un accident vasculaire cérébral. J'espère pour lui que ce n'est pas réellement ce qu'il lui est arrivé. De toute façon, il ne restait plus grand-chose à sauver de lui.

J'allais reporter vainement mon attention sur les instruments quand une ombre troubla le halo de la lampe. Mes poils se dressent sur mon épiderme lorsque je vois la silhouette d'une femme aux cheveux rouge sang brandir un pistolet dans l'axe du crâne du vieillard ataraxique. Je réalise avec effroi que je n'ai pas d'arme sur moi. Comment aurais-je pu imaginer la visite d'une inconnue dans ces contrées désolées ? Zilla et Fen à l'entrée ne l'ont-ils pas vue arriver ? Os ne l'a-t-il pas perçue avant de se plonger dans les strates de cet esprit malade ? Et de toute façon, je dois bien être le seul membre de notre bande à ne pas savoir tirer !

Exceptionnellement, j'oublie la réflexion et me laisse tomber dans l'ouverture, pile-poil au-dessus de l'intruse. Mon poids sur son dos la surprend avant qu'elle puisse tirer. Elle lâche un cri de stupeur lorsque j'atterris sur elle. Je n'entends pas le craquement caractéristique des os. Elle doit être souple et entraînée, car son corps a le réflexe de se mouvoir juste à temps pour amortir les dégâts. Elle roule pour se dégager sur le côté. Au moins, son arme a valsé à l'autre bout de la pièce.

Je suis finalement plus sonné qu'elle. Elle se rue sur moi et son coup de poing m'assomme presque. Bon sang, pourquoi a-t-il fallu que je sèche les cours de lutte avec les camarades ? Réflexe de non-combattant, je pousse mes genoux contre son abdomen pour la faire basculer. Je suis surpris que cela marche. Je comprends qu'elle ne s'est laissée dégager que par stratégie. Elle esquisse une nouvelle roulade et récupère son arme qui avait glissé sur la pente du sol en biais jusqu'au fond de la timonerie.

Vite Hector, réagis ! Je me rappelle qu'Os glisse toujours un flingue contre ses flancs. Bien qu'il n'ait nullement besoin d'une arme pour tuer quelqu'un, je sais qu'il fait ça pour rassurer Zilla et sa tendance irrationnelle à s'inquiéter pour lui.

J'ôte précipitamment le colt de son étui sur son corps immobile, puis le pointe sur elle au moment elle relève le sien vers moi. Je m'efforce de ne pas laisser mes mains trembler, de ne pas lui dévoiler que son assurance et son expérience lui confèrent un avantage indéniable dans ce duel.

Avisant mon état piteux, elle ne peut s'empêcher de s'esclaffer.

— Bon sang, qui es-tu ? Tu n'as rien d'un garde du corps...

— Je te retourne la question.

— Ils devaient être seuls. Pourquoi n'es-tu pas parti ?

— Qui t'envoie ?

Dans ce dialogue de sourds, je m'attends à ce qu'elle élude ma question par une autre question.

— Madolan, pardi ! Tu n'imaginais quand même qu'il allait laisser ces dangers pénétrer l'Interstice et prendre le risque de le défier. Au passage, il m'a aussi demandé d'éliminer Aulrek. Il avait eu pitié du vieux lorsqu'il le laissa en vie quelques années plus tôt. Il n'avait pas prévu que des Alters essayeraient de déterrer ses souvenirs.

Elle dit cela comme si j'étais censé savoir qui est ce Madolan.

— Qui est Madolan ?

Elle écarquille ses yeux qui luisent comme deux billes d'acier. Probablement que ma question résonne comme une stupidité sans nom.

— Vous débarquez ici sans savoir qui est Madolan ? Pauvres fous.

D'un geste trop vif pour que je puisse réagir, elle dévie son canon sur le crâne du vieil homme et l'explose d'une balle sans cérémonie. Choqué, je me résous à appuyer sur la gâchette. Je n'y arrive pas. Le cran ! J'ai oublié d'enlever le cran d'arrêt !

— Vous n'avez pas à vous mêler des affaires de l'Interstice. Vous mourrez sans savoir.

Affolé, je me débats avec l'arme, incapable de découvrir comment cela fonctionne. Le rire mesquin de la femme certaine de sa victoire emplit la caverne. Je n'ai plus le temps de m'écharper avec ce pistolet, alors qu'elle vise Os.

Appelez ça du suicide ou un mauvais choix stratégique de mon instinct de conversation. Ou bien le dernier éclat de l'amitié que j'ai pour lui... Je me rue entre Os et le canon de l'arme, bien décidé à le secouer comme un prunier pour faire émerger de lui le dernier espoir de notre survie.

— Os, réveille-toi !

Annotations

Recommandations

Solo_x
C’est l’histoire d’une jeune femme arrivée clandestinement en France, qui a réussi à se faire engager dans un grand hôtel parisien.
C’est un spinn-off de Nuits africaines sur base d’une idée de @lecossais@ que je remercie.

Les chapitres sont courts mais contiennent des scènes explicites et ne sont pas destinés aux enfants.
245
99
61
58
Wyan Laem
La terre est sur le point de subir une nouvelle catastrophe.
Une entité "extraterrestre" décide de préserver l'espèce humaine.
Une partie de la population de la planète terre est alors "marquée"... mais pourquoi ?
9
5
5
5
Tytia75
Que peut-on encore espérer de l'amour quand on a tout perdu ?

Suite à une double trahison et la perte de son père, Savannah n'a plus d'espoir. Paumée dans sa vie, elle lâche prise au profit de Liam qui savoure sans contrepartie les avantages en nature qu’elle lui offre. Entre eux, une seule condition, ne jamais franchir la limite de l’amitié. Lorsque sa mère découvre qu’elle touche le fond, elle l'envoie passer l'été dans un ranch.

Suite à la sentence délivrée par un juge, Ashton se voit de purger sa peine dans un ranch. La haine qui l'habite contrôle ses émotions. Suite au mépris de sa famille, il se méfie de tout et de tout le monde. L'amour ? Ce n'est qu'illusion pour lui.

Ces deux âmes meurtries par la vie vont devoir cohabiter. Et si le destin avait décidé de lier leur chemin ? Arriveront-ils à mettre leur a priori de côté pour avancer main dans la main ?


Tw : scène hot

Couverture par : LaFéeQuiCloche
265
155
74
408

Vous aimez lire LuizEsc ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0