Piqûre de rappel

de Image de profil de Elvidrude BeeElvidrude Bee

Apprécié par 9 lecteurs
Image de couverture de Piqûre de rappel

On sonne.

-"Ca sonne! C'est elle!". La voix parvient à descendre l'escalier de moquette bouclée.

- "Oui j'ai entendu, j'y vais."

Le café a déjà fini de s'écouler depuis trois minutes ; on ne sait jamais précisement quand elle va venir, elle a d'autres personnes à visiter avant nous. On a posé la tasse dans sa soucoupe assortie, la cuillère, le sucrier - il sait qu'elle n'en prendra pas cependant, mais au cas où. Il ouvre vigoureusement la porte d'entrée, pose le regard sur les chaussures bleues sur le paillasson.

-"Ah, elles sont neuves. C'est un beau bleu. Oui, bonjour".

- Bonjour Monsieur Humbert, ça va ce matin?

Il ne lâche pas ce bleu. Il claque sur le carrelage maintenant.

- "Ca va oui, elle est prête, vous pouvez monter. Le café est prêt bien sûr, il sera encore chaud quand vous descendrez.

- Bien, merci, à tout de suite alors". Emma sourit.

Les ondulations blondes glissent de droite à gauche, imitent le balancier d'une horloge, a-t-il noté. Et la queue de cheval ne s'arrêtera pas avant la dernière marche.

Les talons s'enfoncent dans le tapis moelleux. Elle est toujours tentée d'enlever ses chaussures ici, soulager ses pieds fatigués dans les poils mousseux ; c'est la cinquième visite depuis ce matin, une tournée commencée à six heures trente.

Au fond du couloir, un liseré de lumière s'élargit sur la chambre baignée de soleil et d'effluves de lavande. C'est le rendez-vous du lundi neuf heure dix. Tous les deux jours, c'est le protocole. Le week-end, c'est parfois son collègue Romain Boulanger qui la remplace ; il faut bien qu'elle se repose cette petite, qu'elle voit sa famille, nous on a tout notre temps...

-"Bonjour Madame Humbert, comment-ça-va-ce-matin?

- Ca va, ça va.

- Et la nuit?

- Ca va ; les petites choses habituelles hein, on n'y fait plus attention.

-Si si, il faut y faire attention, sourit Emma avec douceur, sinon comment je fais moi, pour savoir si je fais bien mon travail. C'est vous, que je viens voir, pas le cadran du tensiomètre! Et puis, ça serait moins intéressant!

- Oh, vous êtes mignonne.

- Il va bien, votre mari?

- Je suis inquiète pour lui. Moi, ça va! " avec un petit rire aigü. Mais lui, il est perdu.

- Vous êtes fatiguée, mais vous veillez sur lui..." Emma est une habituée de ce délicat mélange de reproche et d'admiration, sourcils froncés professionnels, mais ce fameux sourire dont Emma est si fière, son atout qui permet d'adoucir les douleurs, elle ne s'en sépare jamais.

- Ah ben on ne se refait pas... J'ai élevé six enfants quand même.

Machinalement, Emma sort chaque instrument, seringue, désinfectant, compresse, médicament pour l'injection... six enfants... désinfection des mains, ils n'ont que deux enfants pourtant, un garçon, une fille. On y va? Prête?

Madame Humbert, permanente anthracite inpeccable, a les lèvres pâles, les rides douces ; elle remonte la manche de sa chemise de nuit bleue.

-"Je pique". 

Ses sourcils se rapprochent, ses yeux s'accrochent à ceux d'Emma ; un instant, c'est elle sa mère, celle qui la soigne, la protège, qui sait quand et comment elle a mal. Pourquoi est-ce si facile avec elle de lâcher-prise, et si difficile avec ses propres enfants?

- "Maman?"

Emma se contient, mais elle a très envie de rire, cela se voit un peu ; et de toute façon, la complicité naissante entre les deux femmes ne l'aide pas.

- "Oui, comme je vous disais, j'ai même un enfant en plus! s'exclaffe Madame Humbert. "On a bientôt fini, on arrive! ajoute-elle, en forçant un peu sa voix frêle. 

-" Voilà, quatrième injection faite. Vous vous reposez aujourd'hui, pas de valse, paso doble etc...

- Humm...

- Vous n'aviez pas prévus d'aller au thé dansant cette semaine, j'espère!

- Ben vous savez, mon mari. Vous commencez à le connaître.

- Je vais lui parler.

- Oh si c'est vous qui lui dîtes, ça ira, vos recommendations seront appliquées à la lettre! lance-t-elle l'oeil rieur.

- Je vous laisse, donc. Je vous dis à après-demain.

- Merci bien, bon courage pour votre journée, vous devez être bien fatiguée, le soir, à courir partout toute la journée!

- C'est mon métier. Il y a beaucoup d'avantages aussi. On rencontre des gens charmants par exemple! Emma ferme doucement la porte de la chambre, quittant Madame Humbert sur un regard espiègle.

La descente de l'escalier la mène directement dans la petite cuisine, toute habillée de bois, encombrée de souvenirs de vacances, des cadeaux censés être décoratifs. 

- "Délicieux café, comme j'aime!

- Je sais! Mais asseyez-vous!

- Merci mais je file. Je reviens dans deux jours, mais ça serait bien si votre femme voulait bien rester tranquille cette fois, elle a besoin de ça, vraiment. Le thé dansant, une autre fois, si vous pouviez décaler...

- Bien sûr, aucun problème Emma."

Son visage n'est même pas chiffonné, mais Emma se doute qu'il est contrarié. Il est comme ça.

Donc en tout ça fait sept! se rappelle Emma ; elle a de l'humour cette dame. Emma n' a "que" deux enfants, et imagine des scènes surnaturelles de repas de famille avec six enfants piqués autour de la table. Elle a aperçut une immense table de ferme dans le séjour, ça pourrait être celle-là. Elle est sûrement encore plus ancienne. Elle vient peut-être même d'une vraie ferme. Un peu loin de l'environnement où elle a grandi ; elle vient d'une famille d'artisans, mais citadins. Son père est un ancien ébéniste, finalement happé par la ville, et les promesses de meilleurs revenus. 

Note mentale : demander à Mme Humbert d'où vient sa table.

Patient numéro 6 ; Mme Lison, rue des champs, prise de sang. Emma se dit que oui, vraiment, c'est c'est un beau bleu. Ces chaussures sont parfaites, elle n'avait pas aprécié cela jusqu'ici. En quelques minutes, avec un regard vrai et direct, celui de Monsieur Humbert, la valeur de cette paire est montée en flèche.

ChroniqueContemporainExpérimentalhuis-closautisme aspergersouvenirs de famillemalade
Tous droits réservés
3 chapitres de 4 minutes en moyenne
Commencer la lecture

Commentaires & Discussions

Relevez votre mancheChapitre12 messages | 1 an
Chapitre 3 : Le petit pansementChapitre5 messages | 2 ans
Chapitre 2 : Solution amnésiqueChapitre4 messages | 2 ans

Des milliers d'œuvres vous attendent.

Sur Scribay, dénichez des pépites littéraires et aidez leurs auteurs à les améliorer grâce à vos commentaires.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0