1.2. Tansuku

5 minutes de lecture

Une seconde, deux secondes, trois secondes, quatre, cinq, six... Mais Dréogène ne se réveillait toujours pas. Dans la salle, les gens se regardèrent avec un soupçon d'inquiétude. Des murmures parcoururent l'assemblée.


Amaryllis tendit la main pour caresser une dernière fois le visage de sa fille ; Olga l'interrompit dans son geste. Toucher les morts signifiaient qu'ils partaient pour de bon. Ils attendirent encore.

Jalmani, placé en première ligne, contempla sa meilleure amie sur l'autel, inerte. Il baissa la tête comme pour se recueillir. Ce devait être la fin. Elle avait raison quand elle disait ne pas se sentir prête. Il l'avait encouragée pour aller au devant de la scène et faire face à son destin. Son sombre destin. Il n'aurait pas dû.

Une main vint se poser sur son épaule. En se retournant, Jalmano fit face à Aldric. C'était un ami de longue date. Sur son visage anguleux se lisait de la compassion. Perdre un ami de cette manière était tragique.

Jalmani resta stoïque ; il ne réalisait toujours pas.


« Je suis désolé, Jal'.
— Ce n'est pas de ta faute... »


Aldrick opina du chef. Il était venu de loin pour cette occasion. Los Angeles, plus précisément. Son double se trouvait là-bas. Après six ans à tâter le terrain, il avait fait le grand pas. Pour remplacer son Futae, il fallait être prêt à le tuer. Avec sa grande stature, ses épaules larges et son fort caractère, Aldrick était le plus prometteur de sa génération et l'avait prouvé.


« C'est peut-être mieux ainsi, hasarda Aldrick.
— Je ne comprends pas comment c'est possible... »


Aldrick haussa les épaules. Personne ne choisissait son sort.


« Je vais soutenir Amaryllis. Ce... Ce ne sera pas facile pour elle non plus.
— Si tu as besoin d'aide, Jal'... N'hésites pas. Je ne retourne que demain. »


Le jeune garçon hocha la tête et son ami s'éloigna. Jalmani rejoignit la mère de Dréogène sur l'estrade. Ses deux mains jointes devant son visage traduisaient son angoisse, elle semblait au bord de l'effondrement. Olga, quant à elle, ne s'avouait pas vaincue. Son regard fixait le corps sans vie de Dréogène. Ses lèvres bougeaient sans qu'aucun son ne sorte de sa bouche.


D'un accord tacite, Amaryllis et Jalmani s'apprêtaient à dire au revoir à la jeune femme. Comme mu par une même pensée, leurs mains se tendirent au-dessus du corps de la jeune femme. Un effleurement et la vie de Dréogène serait définitivement terminée. Cela leur en coûtait, mais le peuple entier était suspendu à leur geste. Il était temps de mettre fin au supplice.


Mais Dréogène ouvrit les yeux.


Elle se redressa dans un sursaut. Assise sur l'autel, elle reprit son souffle. Ses poumons se remplissaient d'air dans un sifflement rauque. Son regard affolé balaya la pièce avant de s'arrêter sur son meilleur ami. Il s'avança vers elle et Dréogène le prit dans ses bras. Son front se cala contre son torse rassurant et elle pleura. Elle pleura tant de joie que de chagrin alors qu'un tonnerre d'applaudissement gronda dans toute la pièce.


« Qu'est-ce qu'il s'est passé ? »


Le rituel du tansuku terminé, Jalmani avait éloigné Dréogène de la foule pour parler en privé. Assis côte à côte sur le banc d'un couloir, la jeune femme reprenait ses esprits dans le calme, loin de l'agitation de la fête qui battait désormais son plein.


« J'ai paniqué... J'ai... Je crois que je ne me suis pas sentie capable. J'ai eu peur... Tellement peur. »


Elle se pinça les lèvres, les larmes au bord des yeux. Jalmani l'entoura de ses bras. Elle posa sa tête contre son épaule.


« Tu as toujours eu peur de ne pas être à la hauteur. Moi, je suis sûre que tu le seras. »


Dréogène n'osa pas répondre, perdue dans ses pensées. Ses yeux s'accrochaient à un point imaginaire, en face d'elle.


« Et tu sais bien que je serais là pour t'aider. On va se serrer les coudes ! »


Il serra son emprise sur elle, lui décrochant un petit sourire.


« Je n'en suis pas sûre, mais merci...
— Ne fais pas la rabat-joie ! Raconte-moi tout ! Comment est-elle ? Où vit-elle ? »


Dréogène leva les yeux au ciel, mais ne perdit pas son sourire... qui devint seulement amer.
​​« Elle est belle... très belle.
— Comme toi, bien entendu, puisque vous êtes pareilles, précisa Jalmani.
— Tu me laisses finir, oui ? »


Elle lui lança un regard courroucé avant de reprendre :


« Donc... Elle est très belle.
— Ca d'accord, tu viens déjà de le dire.
— Elle se teint les cheveux en blond, presque platine.
— Ca, c'est pas difficile à faire.
— Elle a une voix mielleuse, un piercing au nez... »


Jalmani ne releva pas, il attendait la suite de son énumération.


« Elle est mannequin, arbore un style dans le genre rockeuse... Déjantée, sexy comme pas permis, très sociable, aguicheuse, provocante, sûre d'elle et par-dessus le marché, elle est tatouée de partout !, termina-t-elle en se levant du banc, sa voix se perdant dans les aigüs.
— Ha...
— Je suis fichue ! »


Dréogène plongea les mains dans ses cheveux comme si elle voulait les arracher. Elle commença à faire les cent pas dans le couloir.


« Mais quand tu dis qu'elle est tatouée de partout... C'est... ?
— Partout, partout ! S'échina-t-elle. Ici, là, et encore là. Et puis touuute la partie ici... »


Elle joignit le geste à la parole, désignant une fois ses cuisses, son ventre, son torse, son cou et l'entièreté de ses bras.


« Ha ouais... »


Ce furent les seuls mots de Jalmani. Il essayait d'imaginer sa petite protégée exhibant des dessins partout sur le corps. C'était difficile. Oui, difficilement concevable. La jeune femme était tout ce qu'il y avait de plus naturel, doux et gentil. Une vraie petite princesse, adorable et bien élevée. La transformer en petite bombe sexy n'allait pas de soi. Qui plus est, Dréogène n'était vraiment pas douée en théâtre. Prendre le rôle et la vie de quelqu'un d'autre n'allait pas être une mince affaire, et encore moins s'il y avait des barrières à l'entrée.

Déconfite, Dréogène vint se rassoir à côté de lui.


« Je suis fichue je t'ai dit. Comment veux-tu que quelqu'un me refasse l'ensemble de ses tatouages exactement comme elle ? C'est de la folie !
— Et tu dis qu'elle a un piercing au nez... Genre comme les vaches ? »


La jeune femme passa de la stupeur à l'amusement. Sans pouvoir se retenir, elle pouffa avant de reprendre son air grave.


« Oui, comme les vaches. Mais Jal', sérieusement, C'est foutu d'avance !
— Donc c'est un piercing au septum. J'ai du mal à t'imaginer avec ça, tu sais. »


Dréogène soupira.


« Jal'...
— Oui, tu as raison. Le piercing c'est pas le plus important. Au pire, pour les tatouages, le laser ça existe... »


La Sen'nyu Futae fronça les sourcils.


« Elle ne va pas quand même passer tous ces tatouages au laser du jour au lendemain quand même ! C'est pas crédible !
— Puis c'est vrai que ça ne part jamais bien ces choses-là... Marmonna le jeune homme dans sa barbe. Mais écoute-moi, reprit-il avec aplomb, tu vas faire comme tout le monde : dès demain tu vas aller voir sur place, tu vas la voir de tes propres yeux. C'est parfois trompeur le mitsukeru ! Si ça se trouve, malgré ses tatouages, vous êtes totalement en osmose au niveau du caractère !
— J'y crois pas, Jal'.
— Tt-tt ! Surtout ne te décourage pas avant de la voir !
— Hm... D'accord.
— Et du coup, tu m'as pas dit. Elle habite où ?
— Los Angeles. »

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Défi
Céleste-Chan

L'amour est un piège dans lequel je suis tombé, au début j'en était extrêmement heureuse, l'amour peux être une chose magnifique... Il m'aimait aussi et me faisait me sentir unique mais un jour alors que tout allait bien il m'as dit ces fameux mots que vous ne pensez jamais entendre, ou dumoins vous ne voulez pas les entendre... "désoler mais c'est fini" il m'as dit que "les sentiments qu'il avait n'était plus les mêmes", qu'il m'aimait toujours énormément mais que ce n'était pas dans le sens romantique mais plutôt dans un sens amical... ce jour là j'ai eu l'impression que le piège se refermait sur moi, que c'était la fin et que je ne pourrais plus remonter de ce trou dans lequel j'était tomber... Mais si l'amour est un piège douloureux il peux aussi nous aider à nous échapper, Un jour je le sait j'arrêterais de penser à lui, et un(e) autre le remplaceras dans mon coeur, un jour je le sais je n'aurais plus peur en l'amour, un jour je le sais je remonterais de ce trou et je serait fière de dire qu'en était tomber face à l'amour, je me serait relever grâce à ce même amour.
3
5
0
1
a_red_girl
\\ Je vous le rappelle le suicide n'est pas la solution ceci est une fiction //

Heika a 16 ans, elle ne se sent plus bien dans sa vie.
Harcelée, humiliée, esseulée, elle a finit par rejoindre un autre monde celui de l'au-delà...Les seuls restes qu'elle nous a laissé, ce sont ces lettres qu'elle a écrite avant de partir. Qu'a-t-elle bien pu dire avec les derniers mouvements de son poignet sur sa plume?
0
0
3
9
Elliare
Longtemps, Rasha a erré sur Terre la tête dans les nuages, insouciante. Jusqu'à ce printemps, jusqu'à ce que tout explose, que sa bulle éclate et que le monde s'écrase sur ses épaules minces.
Longtemps, Rasha a espéré que tout s'apaise et que la paix revienne.
Mais, rapidement, il fut trop dur pour Rasha et son insouciance perdue d'ignorer la réalité et les flammes s'emparant de son pays.
Alors Rasha est partie, et elle erre maintenant loin de sa terre natale, bravant vent et marée pour retrouver son insouciance.
0
0
0
1

Vous aimez lire Maioral ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0