3

3 minutes de lecture

    

    Du noir. Du noir partout, du noir tout le temps. Il était comme ... Ligoté, oppressé dans un genre de cage aux dimensions inégales. Il avait les yeux ouverts, mais ne voyait rien. Son cœur se démenait pour faire retentir chaque battement, malgré la pression insoutenable.

    Et puis, une brise, aussi légère qu'imperceptible. Il tourna la tête vers ce qui semblait être sa droite. Tous ces repères étaient nuls. Il ne reposait sur rien, il ... Lévitait. Il regardait partout, pris de panique. Puis, petit à petit, il se sentit entraîné, aspiré. Une odeur de souffre se répandit. Il faisait chaud. Très chaud. Et très noir. Sa respiration était haletante. Il se déplaçait de plus en plus vite, ses cheveux volant d'avant en arrière, suivant la position qu'il prenait. Il n'y avait aucune gravité, ici. Du moins ... Pas comme sur Terre.

Il tentait de se démener, mais tout mouvement lui était impossible. Il se faisait balader dans tous les sens, si tant est qu'il existait un semblant d'endroit et d'envers ici.

Ses yeux secs commençaient à le piquer sérieusement à cause de la vitesse. Il ouvrit la bouche pour tenter de respirer. Il rejeta violemment la tête en arrière ...

Ouh ...

    Il souleva les paupières. Agressé par une vive lumière, il les referma aussitôt.

« Mais qu'est-ce que ... »

Il tenta une deuxième fois. Après s'être un peu habitué à la luminosité environnante, il réalisa qu'il était entrain de loucher sur l'oreiller en face de lui.

Génial.

Il décolla sa joue du matelas prune, étirant au passage un filet de bave élastique.

Magnifique.

    Il se releva à demi, essuya l'épais filament du revers de la main avant de le frotter sur le drap, et inspecta l'endroit où il se trouvait. Une chambre peu spacieuse, mais assez ordonnée. Un bureau était installé en face de lui, juste devant le papier peint verdâtre. A sa gauche se trouvait une armoire en pin, le genre à faire des creux dans le parquet tant son poids était imposant. Dans le mur opposé figurait une fenêtre, d'où provenait la totalité de la lumière.

Il s'assit sur le bord du lit, pensif. Ses rêves étaient plus bizarres les uns que les autres.

« C'est ton trop plein d'imagination, mon fils ! » Répétait sans cesse sa mère.

« Ouais, bah j'aimerais assez que mon imagination reste planquée dans un coin, histoire de laisser mon esprit se reposer en paix, pour une fois ! »

    Alexandre tâta lourdement la surface boisée de sa table de nuit, jusqu'à ce qu'il trouve ce qu'il cherchait. Il prit le bracelet de cuir, et regarda le cardan qui y était raccroché.

Il voyait encore tout flou, mais il arriva un peu à discerner les aiguilles ... Il était donc ... 10h12.

10h12 ?!

« Et merde ! »

    Il s'éjecta de son lit, enfila un jeans brut et un pull en coton, qui lui fit lever les poils à son contact.

Le retardataire passa en trombe dans l'embrasure de la porte.

Le salon était bien moins lumineux, les volets étant clos. Tant pis, il n'avait pas le temps. Il fit un brin de toilette et partit de l'appartement aussi furtivement qu'un affamé vers un buffet à volonté.

Il devait être arrivé là bas depuis 12 minutes. 15 à présent.

« Putain, mais quel con, quel con ! »

Alex ne manquait jamais un rendez-vous. Enfin ... Presque jamais. Mais il détestait ça.

Le jeune homme alluma le moteur de sa petite Renault, qui fit trembler la totalité de l'appareil.

C'était quand même étrange. Il n'avait jamais entendu le prénom de cette dite tante, cette Emie. Certes, sa famille n'était pas l'une des plus soudée du monde, mais quand même ... Quoi que, fût une époque où de nombreuses querelles avaient plus ou moins dispersé sa famille. Mais sa mère ne lui aurait pas caché l'existence d'un de ses membres, surtout maintenant que les rancœurs étaient plus ou moins apaisées.

Pourtant, Sainte Anne ne l'aurait pas appelé sans preuve véritable que lui et cette femme étaient parents, non ?

Et merde. C'était peut-être une erreur. Oui, c'était ça, une simple et banale erreur d'administration.

Quoi de plus normal ? 


Annotations

Recommandations

Défi
Trabarak
Digression sur la métaphore la plus évidente (de mon point de vue) que peut évoquer ce défi.
En espérant que ça vous plaise :)
5
7
0
2
reveuse-banale
Le soir, Maman me racontait toujours des histoires. Mais j'en avait une que je préférait par dessus tout : celle que Maman racontait avec un sourire indescriptible et les yeux humides. Celle-là.
1
1
0
7
Défi
/Sl4shh /
Clotilde a 26 ans, très insouciante, elle est tout à fait heureuse dans sa petite vie tranquille. Jusqu'au jour où une certaine Justine vient frapper à sa porte. La jeune femme va se retrouver plongée dans un domaine qu'elle connaît sur le bout des doigts, mais qu'elle avait réussi à écarter de sa mémoire.
3
6
0
1

Vous aimez lire Phiarem ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0