Chapitre 3

5 minutes de lecture

Quelques jours plus tard, alors qu'il regarde un nouvel épisode de Violetta, avec les jumelles, le père de l'héroïne annonce qu'il est amoureux ! Richard est interloqué par l'appel du pied que lui lance le destin. Les petites, qui s'identifient à cette adolescente qui a elle aussi perdu sa mère à cinq ans, sont bouche bée. Quand dans le poste Violetta s'exclame : « Génial ! », Richard se détend d'un coup, il est prêt à passer aux aveux.


###


Les commentaires des fillettes fusent :

« Elle dit "génial" mais elle n'est pas contente ! s'indigne Manon.

— Ben si, elle est heureuse parce que son papa est amoureux, répliqua Andréa.

— Tu rigoles ! Et sa maman alors ? Tu y penses un peu à sa mère morte ! »

Andréa regarde sa sœur comme si cette dernière l'avait giflée, et se range de son côté :

« T'as raison ! C'est pas cool.

— Personne ne pourra prendre la place de sa mère ! » conclut Manon.


###

Richard pense à Gladys et saisit l'occasion :

« Vous avez raison, personne ne pourra jamais remplacer votre mère. Mais j'aimerais vous présenter quelqu'un...

— Quoi ? l'interrompt Manon. Toi aussi tu vas trahir maman ! s'écrie-t-elle, son regard furieux passant des yeux de son père à ceux de sa sœur.

— Ne le prends pas comme ça, s'il te plaît. Viens t’asseoir. »

Andréa prend sa main et l'attire contre elle sur le sofa.


###


Blotties l'une contre l'autre, elles le regardent, inquiètes. Richard sent qu'il doit dédramatiser :

« On dirait que vous attendez que je vous annonce laquelle de vous deux je vais vendre aux romanichelles, dit-il en riant. Tout va bien mes amours, ça ne changera rien pour vous que j'ai une amoureuse. Ne me laissez pas tout seul, venez me faire un gros câlin ou je vais pleurer ! », ajouta-t-il suppliant.

Les fillettes ne bougent pas.


###


« Vous allez vous marier ? » interroge Andréa très sérieuse.

Son père éclate de rire :

« Mais non voyons. J'aimerais juste lui proposer de venir manger avec nous samedi soir à la maison. »

Il sent son angoisse monter face aux deux visages fermés qui le fixent en silence.

« On va mettre nos pyjamas. Il est l'heure d'aller dormir, décrète Manon sans lâcher la main de sa sœur.

— Et la lecture ? » demande Andréa.

— J'arrive, la rassure Richard.


###


Seul dans le salon, il ne sait plus s'il peut se réjouir d'avoir réussi à parler à ses filles, ou regretter de l'avoir fait. Comme toujours, elles ont des réactions différentes face aux événements. Manon se braque et Andréa risque de s'effacer devant son caractère fougueux. Il a intérêt à vite la convaincre de choisir d'être de son côté. Cette alliance pourrait lui permettre d'amadouer sa sœur et la conquérir à son tour.


###


Quand il entre dans la chambre, les deux jumelles se taisent. Il décide de ne rien changer à ses habitudes et poursuit sa lecture du Tour du monde en quatre-vingts jours. Puis, après les avoir tendrement embrassées et bordées, leur souhaite de faire de beaux rêves et lance le petit quart d'heure de musique. Andréa, curieuse, ne peut s'empêcher de le questionner :

« C'est quoi son nom ?

— Gladys, répond Richard.

— C'est nul ! » marmonne Manon.


###


Il referme la porte sans rien ajouter. Les jumelles échangent en chuchotant leurs émotions.

Manon critique déjà celle qu'elle ne connaît pas. Andréa l'écoute expliquer qu'elle ne se laissera pas faire, qu'elle ne veut pas d'une nouvelle maman, qu'ils sont très heureux tous les trois !

Elle se tourne face au mur et répond en retenant ses larmes :

« Je me demande comment ça va se passer pour Violetta ».

Elles s'endorment tard et contrariées.


###

Soulagé de n'avoir plus de secret, Richard se détend. Les filles vont s'y faire, et puis quand elles connaîtront Gladys, elles l'aimeront. C'est donc confiant et heureux qu'il envoie son invitation par SMS : « J'espère que tu n'as rien de prévu samedi soir, car nous serions ravis de t'avoir pour dîner à la maison ! » Il hésite, il serait plus honnête de mettre « je », plutôt que « nous ». Tant pis, il clique sur la flèche, c'est parti.

###


Un cri de surprise échappe à Gladys en parcourant le message. Il l'a fait ! Cette fois-ci c'est la bonne ! Elle est euphorique. Cet homme l'aime vraiment ! Elle a traversé tant de déconvenues qu'elle n'y croyait plus ! Elle tourne sur elle-même dans sa cuisine où elle était en train de préparer sa tisane du soir : « sauge et camomille ». Elle s'installe et répond : « Rien ne pourra m'empêcher de venir. Je t'aime ! Je t'aime ! Je t'aime ! »

###


Trente secondes plus tard son téléphone sonne. Elle décroche et ils roucoulent tous les deux de plaisir. Il lui explique comment la vie lui a envoyé un « signe », et la réaction des filles. Elles n'ont pas sauté de joie, Gladys ne se faisait aucune illusion à ce sujet. Ils espèrent tous les deux que d'ici la fin de la semaine elles se seront faites à l'idée. Ils échafaudent des suites à cette soirée, plus optimistes les unes que les autres.

###


Quand ils raccrochent, Gladys est aux anges. Elle s'imagine faisant ses cartons et s'installant avec eux. Elle sait qu'elle saura s'occuper des jumelles et a envie de les rendre heureuses. Elle voit déjà leur prochain anniversaire : une fête grandiose, à faire pâlir de jalousie toutes leurs amies. Mais, pour cela, il faut que la soirée de samedi soit une réussite ! Elle ne s'attend pas à être accueillie à bras ouverts.


###


Richard, épuisé émotionnellement, zappe d'une chaîne à l'autre, puis finit par éteindre le poste et gagne son grand lit froid, plus pour longtemps se dit-il. Il choisit un album de Jazz, s'allonge et part dans des rêveries éveillées : Gladys et les filles s'entendent à merveille, même Mado l'adore. Il pense à sa femme. Elle lui manque, mais il sait qu'elle ne lui en voudrait pas, qu'elle ne souhaiterait que leur bonheur et il se repose en paix.


###


Gladys sourit. Ça tombe bien qu'elle ait rendez-vous le lendemain avec le Docteur Murat. Elle va lui annoncer la nouvelle. Elle n'a pas d'ami mais, heureusement, elle a son psy ! Lui sait tout, absolument tout. Il la suit depuis le début, quinze ans déjà, il l'a connue avant. Il va voir qu'elle avait raison ! Que tout cela valait la peine ! Elle a réussi sa transition au-delà de toutes attentes. Elle est fière et se sent forte.


###


Face au miroir de la salle de bain, pourtant, au moment d'appliquer son gel et d'avaler son traitement, elle se sent honteuse. Elle sait qu'il y a une ombre au tableau. Elle sait ce que va lui demander le Docteur Murat. Non, elle n'a rien dit à Richard ! Cette fois-ci, elle a préféré tenter de se faire aimer avant. Avant de dire, d'expliquer, d'avouer... Quand on aime on peut tout accepter, non ? Il ne la rejettera pas, pas lui !

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 4 versions.

Recommandations

Juliette Minec
Il vit avec elle depuis un mois et il ne sait rien d'elle.
Nas s'est perdu en forêt Amazonienne et elle l'a aidé
Elle vit dans la nature
Elle est froide, inexpressive et renfermée.
Elle a une marque au fer rouge en forme de faux sur l’omoplate gauche.
Elle disparaît toutes les nuits.
Elle est triste.
Et il compte bien la faire sourire.
17
31
423
94
Lard Olivier

L'ordre est en train de se pourfendre un nouveau mot d'ordre : le désenclavement des populations instruites. L'age de la raison donne une étincelle de vie, d'espoir de réussite. Alors..... Le moment n'est pas le plus conventionnel mais l'ordre se veut pressé. Ma perception des choses donnera un coup de fusil savonneux à la faveur de l'automne. Nombre de ceux qui sont rejetés prendront une revanche sur la vie. Les locaux sont prêts à accueillir pas mal de monde. Alors.... Le risque est de percevoir en chacun d'eux une étincelle de vie, d'espoir. Cette fin d'année s'annonce plein de cadeaux de vie. Alors... La partie est de savoir si en chacun d'eux se trouvera un geste à parfaire : l’Ostie. Le manque de clarté sans aucun avenirs est bien et bel fini. Une nouvelle chance pour ses défavorisés enfle dans le cœur de celui qui partagera ce repas avec eux. La salutation et respectez autrui. Alors.... L'hiver 2020 vous le passerez au chaud. La soupe aux oignons. Six heures. Pétante. Le rythme risque de ne pas s’être arrête et malencontreusement tout ceci est la pure vérité. Peut être des pauvres mais leurs cœurs est emplis de réjouissances et capacités qu'ils vont révéler. Bienvenue à vous.
0
0
0
1

Vous aimez lire korinne ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0