Chapitre 101 : Le temps des semailles, deuxième semaine premier jour (Hameau de Loup) (Retour au château)

5 minutes de lecture

Chapitre 101 : Le temps des semailles, deuxième semaine premier jour (Hameau de Loup) (Retour au château)

« Milieu d’après-midi. »

Foulque regarde avec une satisfaction non feinte le travail réalisé depuis le début de la semaine passée, ses champs aux sillons réguliers avec çà et là déjà quelques pousses qui sortent de terre mais aussi les barrières remises à neuf et repeintes, qui donnent une impression de sérénité champêtre à ses quelques arpents de terre qu’il cultive avec soin et amour, depuis qu’il en a hérité de ses parents, comptant bien qu’un de ses fils ou beau-fils reprendra le flambeau à son tour quand son temps sera passé.

Il en est là dans sa contemplation du travail bien fait, quand il perçoit un bruit de sabots foulant le sentier et gagnant en intensité, en se dirigeant sans conteste vers sa ferme qui du fait est la seule demeure à proximité avant de passer la barrière.

Un nuage de poussière bientôt suivi par l’apparition d’un important groupe de cavaliers montés sur leurs destriers, lui fait quitter sa contemplation pour reprendre rapidement le chemin de sa demeure où déjà sa famille tout comme ses invités observent les mains en visière sur leurs yeux, ce que peuvent être les nouveaux arrivants.

Aucune crainte ne marque leur visage car la bannière flottant au vent montre qu’ils font partie de la soldatesque du domaine et ce n’est juste que la curiosité de cette chevauchée galopante qui les amène à se poser la question sur la raison de leur venue.

Gaétan est le premier à reconnaître un sergent du chateau suivi de sa troupe, comprenant qu’ils viennent pour lui et son frère, aussi c’est la mine devenue soudainement soucieuse qu’il s’élance au-devant d’eux, avec le pressentiment de l’annonce prochaine d’une menace ou encore d’un malheur qui se serait abattu sur sa famille.

C’est donc le visage déconfit qu’il se présente devant le sergent, celui-ci voyant bien l’état de nervosité et d’inquiétude du jeune prince, s’empresse alors de le rassurer sur le motif de sa venue.

- Plusieurs domaines subissent des attaques de Gobelins, votre père nous envoie vous quérir pour votre sécurité !! Des troupes ont été levées pour renforcer les défenses de sire Baudri et sire Willibert craint que quelques domaines en profitent pour revendiquer par les armes quelques terres frontalières des leurs qu’ils convoitent depuis toujours.
- Je comprends !! Quand devons-nous partir mon frère et moi ??
- Il ne serait pas prudent de chevaucher de nuit, nous repartirons donc demain dès le lever du jour !! Votre père nous a également demandé de ramener avec nous l’apprenti magicien de Maistre Ebbon, il a bien spécifié que lui ainsi que sa famille seraient s’ils le désirent les hôtes du château, le temps nécessaire à bouter les tribus Gobelins hors des domaines !!
- Ah !! Très bien !! Je crains néanmoins qu’ils ne se refusent à quitter leurs terres, mais nous pouvons toujours leur porter sa proposition !!
- Ils feront comme bon leur semblera, du moment que l’apprenti vient avec nous !! Ce sont les ordres de votre père et il n’est nulle question pour nous de repartir sans lui !!

Gaétan préfère ne pas en rajouter, commençant à bien connaître Loup mais surtout sa propension à dire de façon très imagée son ressenti quand il perçoit une quelconque contrainte et nul doute que le sergent va très vite en faire les frais, à sa plus grande joie à lui mais au plus grand dam de cet homme peu ou prou habitué à ce qu’on lui résiste, surtout comme c’est le cas quand il s’agit d’une mission qui lui a été confiée par son seigneur en personne.

- Vous verrez ça avec lui !! Peut-être pourriez-vous vous occuper de vos chevaux pendant que je préviens tout le monde ?? Vous trouverez tout le nécessaire à cet effet derrière la demeure, dans la remise, près du bac à eau.

Gaétan attend qu’ils se soient éloignés avant de revenir vers ses amis pour les renseigner, surveillant du coin de l’œil la réaction de Loup quand il en arrive à la décision de son père de le faire reconduire également au château.

- Tu plaisantes là !!! Dis-moi que tu plaisantes !!
- Je rapporte juste les instructions du sergent !!
- Désolé mais moi je reste là, j’ai encore trois semaines avant de commencer mon apprentissage et je compte bien les passer ici avec ma famille, surtout si en plus il y a du danger !!

Ada le rembarre vertement en laissant toutefois planner une forte pointe d’humour.

- Parce que tu penses que tu servirais à quelque chose si c’était le cas ?? Ah oui !! Je vois !! Tu les ferais mourir d’asphyxie sous un tas de feuilles !!
- Pffttt !!! Comme si c’était le moment de plaisanter !! J’ai mon arc et je pourrais aider Maurin avec père et « Tanc » à protéger la ferme !!
- Tu iras dire ça au sergent !! Pourquoi ne viendriez-vous pas tous avec nous ??

Foulque hoche négativement la tête.

- Et les bêtes ?? Qui les nourrira ?? Qui arrosera les champs ?? Que les femmes partent avec vous mais moi je reste !!

Maurin et Tancrède prennent leurs décisions dans la foulée.

- Moi c’est pareil !!
- Idem pour moi !!
- Tout est dit, il n’y a plus à revenir dessus !! Nous allons prévenir nos voisins et nous nous organiserons pour faire des tours de garde, de toute façon la barrière nous avertira à la moindre tentative pour eux de la franchir !! De plus ce serait quand même bien étonnant qu’ils arrivent précisément ici alors que d’après tes dires, ils s’attaquent déjà à trois domaines différents et loin du nôtre qui plus est !!

Loup prend à son tour la parole.

- comme le dit mon père, tout est dit !!
- Ce ne sont pas mes dires, mais ceux du sergent !! Très bien !! Dans ce cas je resterais ici moi aussi, tu ne crois tout de même pas que je vais te laisser courir le moindre danger alors que je serais en sécurité derrière les remparts du château ??
- Hum !!
- Quoi, hum ??
- Hum !!!

Gaétan comprend soudainement le sens du fameux « hum » en voyant les rougeurs d’excitations marquer les joues de son ami.

- Quoi ?? Maintenant ??
- Hum !!
- Où ??
- Suis-moi !!

Foulque regarde son fils et le jeune prince partir en quatrième vitesse, il se tourne alors vers le reste de la famille avec un froncement de sourcils marquant bien son incompréhension.

- Vous êtes sûrs qu’ils vont bien ces deux-là ?? Où courent-ils comme ça ??

C’est Ada qui lui répond, ayant une petite idée sur la question.

- Mon petit doigt me dit qu’il y en a un qui a été impressionné par la décision de son copain et qui a eu une env…

Tancrède la reprend juste à temps avant qu’elle regrette ses paroles.

- Ton petit doigt ferait mieux d’arrêter de te parler, surtout si c’est pour te faire dire n’importe quoi !!

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Défi
lecossais
Petit poème érotique inspiré par cette fête d'Halloween. Attention, si vous lisez ce texte, un sort d'enchantement pourrait vous être jeté !
33
42
3
1
Défi
Julien Ducrocq
Une réponse un peu particulière au défi sur le paradis.
Comme je trouve ce sujet très intéressant, je posterai certainement d'autres versions ^^
0
2
2
6
Jeremie Pastor
Un défi dont le thème était un mot : Croquis.
2
2
0
5

Vous aimez lire laurentdu51100 ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0