Chapitre 41 : Troisième jour (Les bonheurs de l’anonymat)

5 minutes de lecture

Chapitre 41 : Troisième jour (Les bonheurs de l’anonymat)

Eldarian pour la première fois depuis sa sortie du temple, se sent enfin libre et cela grâce à la lotion de maquillage qui teinte sa chevelure hirsute d’un blond du plus bel effet, c’est du moins son ressenti quand il s’est regardé dans le miroir que lui a tendu Gaétan en souriant.

Il déambule seul à l’intérieur de la citadelle depuis le matin, Conrad tout comme Gaétan étant interdits de quitter les murs du château en guise de punition pour avoir désobéi la veille aux ordres du père de ce dernier.

Tout ce monde autour de lui n’est pas loin de lui donner le tournis, peu pour ne pas dire pas du tout habitué à une telle proximité avec autant de monde à la fois et il doit à plusieurs reprises s’isoler dans une ruelle pour reprendre l’assurance nécessaire afin de poursuivre sa visite.

Bien sûr il a encore droit au regard de certaines personnes, seulement les raisons en sont toutes autres et ne démontrent plus qu’un intérêt pour son physique de jeune damoiseau, loin de ceux le plus souvent dangereux pour sa personne auxquels il commençait hélas à s’habituer.

Pourtant le déguisement est simple, consistant juste à changer de couleur de cheveux et il s’étonne de n’y avoir pas pensé lui-même à la faire depuis le début, la marque n’apparaissant pas sur la peau de son visage mais juste au niveau de sa pilosité.

Le fait de pouvoir être seul, l’aide aussi à réfléchir sur beaucoup de choses et principalement sur celles lui étant arrivées depuis la veille, l’acte instinctif qu’il a eu en défense à son agression pour ôter la vie d’êtres humains n’en est pas la moindre et lui laisse un arrière-goût amer dans la bouche, son entraînement intensif ne l’ayant pourtant pas préparé à la crise de conscience qui le traverse depuis que son regard, s’est porté sur les corps sans vie de ses victimes une fois l’intensité du bref combat retombée.

Eldarian se secoue mentalement pour ne pas replonger une nouvelle fois dans la noirceur morale d’un acte d’autodéfense pourtant instinctif et non calculé, il force donc son esprit à revenir sur des choses plus plaisantes comme la rencontre fortuite d’avec Gaétan et Conrad, rencontre qui une fois encore l’a amené à prendre des décisions qui n’étaient pas dans sa ligne de conduite pour ces prochains jours, ni d’ailleurs dans ceux qui suivent pense-t-il en souriant malgré lui.

Pourtant il est conscient qu’il lui sera difficile de partir et de les quitter pour reprendre son errance, l’amitié qu’il ressent déjà pour Gaétan et Conrad en est pour beaucoup mais certainement pas la seule raison, ce dernier obnubilant ses pensées à un point tel que déjà son estomac se noue rien qu’en pensant à lui.

Eldarian n’ignore rien du sentiment qu’il éprouve, il sait même lui donner le nom qui convient mais son étonnement principal qui l’incite à prendre le temps d’y réfléchir, n’est rien moins que la consternation que ce soit d’un garçon qu’il s’agisse.

Jamais jusqu’alors une seule pensée ne lui était jamais venue dans ce sens, ni d’ailleurs dans l’autre se doit-il sincèrement de reconnaître et si rien ne l’offusque plus que ça à cette idée, c’est surtout les complications qu’une telle relation engendrera à tous les coups si elle devait se réaliser.

Aussi préfère-t-il ignorer pour le moment les œillades furtives et visiblement troublées que lui lance Conrad qui manifestement en est au même point que lui, du moins c’est ce qu’espère Eldarian qui sinon serait fort fâché d’apprendre qu’il a affaire à des envies perverses et non à des sentiments purs comme le cœur seul peut avoir en faisant fi des conventions, de l’éducation et des tabous de l’esprit.

Eldarian se ressasse la scène où il a eu la vision de Conrad souriant et nu combattant joyeusement avec lui pour lui faire boire la tasse, son corps doux et chaud lui donnant des frissons d’une telle intensité qu’il lui a fallu un moment s’écarter de lui pour cacher du mieux possible ce que son corps déjà révélait alors que son cerveau en était encore à chercher à en comprendre la raison.

Une question alors se pose à lui, doit-il partir au plus vite afin de les protéger tous les deux ou rester avec tous les risques qu’impliquerait une telle décision et surtout de devoir se cacher de tous sans jamais pouvoir montrer à quiconque le bonheur d’un couple heureux.

Eldarian a subitement un petit rire qui lui semble idiot en l’entendant, tenant plus du ricanement moqueur qu’autre chose et démontrant mieux que toutes les pensées qu’il a eues jusque-là, que son côté fleur bleue encore une fois lui fait prendre ses rêves pour des lanternes.

Rien ne dit en effet qu’il a vu juste, que Conrad a le même état d’esprit à son égard et que même si cela était le cas, l’attrait d’un jour ne s’estompera pas avec le temps à plus ou moins longue échéance en le laissant au final seul avec ses illusions et ses rêves d’un amour éternel.

Non, décidément, il vaut mieux tenter d’oublier tout ça et ainsi se préserver de ce qui sans aucun doute le détruirait à petit feu, repartir sans se retourner une fois les fêtes terminées et ne garder de tout cela qu’un bon souvenir mêlé à une pointe de regret plus facilement gérable.

Sa décision étant prise, Eldarian se sent soudainement beaucoup mieux et le poids qui commençait à lui peser sur l’estomac disparaît d’un coup comme par miracle, lui redonnant le sourire et l’envie de reprendre sa visite de cette ville humaine grouillante de vie de tous ces jeunes venus pour le choix, qui le lendemain marquera à jamais leurs destinées.

***/***

« Chambre de Gaétan »

Faisant fi de tous principes de classe et de rang social qui gouvernent depuis des millénaires les domaines, Gaétan et Conrad se baignent nus dans la grande bassine normalement prévue pour une seule personne et discutent comme deux égaux tout en se manipulant tranquillement les parties, sans pour autant aller jusqu’à se faire jouir en réservant ce moment à plus tard quand l’excitation ne sera plus contrôlable.

La conversation vu le contexte est comme de bien entendu essentiellement dirigée sur le sexe et comme on pourrait également s’en douter, sur cette nouvelle amitié qui est loin de les laisser indifférents quoiqu’à un degré largement différent suivant lequel des deux en parle.

- Tu devrais faire plus attention quand tu le regardes, tes yeux brillent d’envie et pourraient te trahir !!
- Qu’est-ce que j’y peux !! Je suis tombé en pâmoison sur lui, tu crois qu’il s’en est aperçu ??
- Il me semble que non et je pense sincèrement que c’est heureux pour toi, ce serait étonnant qu’Eldarian ait les mêmes goûts que nous aux jeux de garçons !!
- Je n’y peux rien, dès qu’il est près de moi j’ai envie de le serrer très fort dans mes bras !! Il ne te fait pas cet effet-là à toi ?
- J’avoue qu’il a tout ce qu’il faut pour plaire et s’il disait oui, je ne serais pas contre !! Mais de là à en tomber en amour comme toi, il y a encore loin ! Hi ! Hi !
- Ne te moque pas « Tan », ça ne se commande pas !! Je suis le premier surpris que ça me soit arrivé, surtout aussi vite !!

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Défi
lecossais
Petit poème érotique inspiré par cette fête d'Halloween. Attention, si vous lisez ce texte, un sort d'enchantement pourrait vous être jeté !
33
42
3
1
Défi
Julien Ducrocq
Une réponse un peu particulière au défi sur le paradis.
Comme je trouve ce sujet très intéressant, je posterai certainement d'autres versions ^^
0
2
2
6
Jeremie Pastor
Un défi dont le thème était un mot : Croquis.
2
2
0
5

Vous aimez lire laurentdu51100 ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0