Chapitre 3 : Prologue (suite)

4 minutes de lecture

Chapitre 3 : Prologue (suite)

B) : (Loup) (1/2)

L’oiseau tombe, transpercé en pleine tête et me fait pousser un cri de joie, car c’est la première flèche qui fait mouche depuis que Morin m’initie au tir à l’arc.

- Waouh !!!! Je l’ai eu !!!!
- Un coup de chance Loup ! Tu tiens ton arc comme une massue Hi ! Hi !
- T’es qu’un gros jaloux Morin, c’est tout ! Dis plutôt que c’est un coup digne d’un maître guerrier de Linn !!

Morin ramasse l’oiseau mort et le range dans sa besace, pour aller ensuite rejoindre ceux assez nombreux que lui a déjà tués depuis qu’ils sont partis tôt ce matin-là.

Il regarde celui qu’il considère comme son frère et ses yeux brillent de plaisir à le voir aussi joyeux et fier de son exploit, lui-même n’en revient pas quand même que Loup ait réussi son coup alors que lui, le chasseur émérite n’était pas certain d’y parvenir.

- Qui ? Moi ? Jaloux ? Je te mets au défi de recommencer un tir semblable !! Un maître guerrier de Linn ?? Et puis quoi encore ??
- Pas de soucis « mooossieur » le grand « chassssseur ».

***/***

Morin sourit en reprenant sa route pour continuer la chasse, suivi par Loup qui a déjà encoché la flèche suivante et qui d’un œil vif ausculte chaque fourré, s’attendant à en voir surgir une poule faisane ou autres gibiers à poils ou à plume qui pullulent dans les bois seigneuriaux.

Gibier dont Morin est chargé d’en contenir le nombre à cette époque proche des semailles, pour éviter la grogne des paysans dans les champs desquels ils avalent une grande part des grains à peine passée la première nuit qui suit l’ensemencement.

Soudain, un bruit sort d’un buisson immédiatement suivi d’une envolée d’oiseaux effrayés, Morin encoche sa flèche et tire à la vitesse de l’éclair.

Sa surprise est grande quand il voit deux faisans atteints en même temps par deux flèches différentes, il se tourne vers Loup qui pousse alors pour la deuxième fois son cri de victoire.

- Waouhhh !!! Et de deux !!!

Morin surpris du doublé d’oiseaux abattus presque l’un derrière l’autre, se doit bien cette fois-ci de reconnaître l’habileté du gamin.

- Tu apprends vite Loup, bravo !!

Les oiseaux sont très vite ramassés et jugeant que c’est suffisant pour aujourd’hui, les deux garçons s’en retournent jusqu’au petit hameau où ils vivent avec les parents de Morin et ses frères et sœurs.

***/***

Loup a été recueilli alors qu’il n’avait que quelques jours à peine, un coup bref frappé à la porte branlante de la masure et quand Foulque le père de Morin alors jeune bambin âgé de quelques « doubles lunes » l’ouvre, il découvre le nourrisson dans un lange babillant et remuant des bras et des jambes.

Ne se sentant pas le cœur de l’emmener au château où il savait très bien ce qui arriverait au bébé comme à tous ceux ayant sa particularité, abandonnés comme lui à cause de la marque d’abomination qui sur le nourrisson qu’il tenait entre les mains était si forte qu’elle ne pouvait être ignorée et qui ensuite une fois remis entre les mains des prêtres, disparaissent mystérieusement après le passage de l’inquisiteur.

Foulque le prend dans ses bras et le porte à sa femme, qui venant d’accoucher de leur deuxième fils put ainsi le nourrir au sein en même temps que Tancrède le petit dernier d’alors.

La famille s’agrandit ensuite de deux petites sœurs, Hermine et Ode, puis la vie suivit son cours durant de nombreuses « doubles lunes » jusqu’à une semaine des fêtes et qui cette « double lune » là, signent l’âge requis pour l’apprentissage du jeune garçon qu’ils recueillirent alors et qu’ils appelèrent Loup.

Tous dans le hameau connaissent l’histoire de Loup, de toute façon il aurait été impossible de faire croire à une quelconque ressemblance entre lui et le reste de la famille, tellement il leur est dissemblable en tout.
Foulque et ses deux fils étant de robustes chasseurs aux traits durs et virils, bruns de cheveux et de poils, alors que Loup est un garçon de stature fine et d’un gabarit plutôt petit aux traits « elfique » qui un temps ont fait poser tout un tas de questions de la part du voisinage sur ses véritables origines.

Mais sa croissance normale a contrario de celles beaucoup plus longues des elfes, a très vite fait oublier cette idée et depuis il a été complètement accepté dans cette petite communauté paysanne où sa joie de vivre et son humeur badine, égaient leur quotidien souvent harassant et au final bien misérable.

***/***

Tancrède s’occupe de rentrer et de nourrir les oies, quand il entend le rire caractéristique de ses frères et surtout celui de Loup qui monte très haut dans les aigus.

Il sourit en posant son panier de grains et court à leur rencontre, en prenant soin toutefois de bien refermer la porte de la clôture derrière lui.

Frère de lait avec Loup, ils s’aiment comme des jumeaux et éprouvent de ce simple fait, un fort état de manque dès lors qu’ils sont trop longtemps séparés.

Tancrède dépasse d’une bonne tête le petit blond et sa carrure malgré son âge est déjà plus que conséquente, il attrape donc Loup en le soulevant à bout de bras comme s’il s’agissait d’un fétu de paille.

- Repose-moi « Tanc » !! Je ne suis plus un gamin Hi ! Hi !

Tancrède voit bien qu’il a quelque chose à lui dire.

- C’est nouveau ça !! Et depuis quand tu t’en es aperçu ? Hi ! Hi !
- Pffttt !! Je suis un chasseur maintenant, demande à Morin ?

Tancrède surpris regarde son aîné.

- C’est vrai ?

Morin répond en souriant.

- Disons qu’il y a un certain progrès depuis que tu lui as fabriqué son arc et qu’il n’essaie plus de les tuer à coups de branches.

Loup toujours suspendu par les mains de son « frère ».

- La preuve !! J’ai tué deux faisans ce matin !!

Tancrède sourit devant la bouille rieuse et les yeux pétillants d’orgueil de Loup, le déposant au sol en admirant non sans fierté son physique tout en finesse qui depuis quelques mois laisse apercevoir le jeune homme magnifique qu’il devient derrière les quelques marques restant encore de l’enfance et d’ailleurs il n’y a pas que lui qui a remarqué le changement dans l’apparence du jeune garçon.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Défi
lecossais
Petit poème érotique inspiré par cette fête d'Halloween. Attention, si vous lisez ce texte, un sort d'enchantement pourrait vous être jeté !
33
42
3
1
Défi
Julien Ducrocq
Une réponse un peu particulière au défi sur le paradis.
Comme je trouve ce sujet très intéressant, je posterai certainement d'autres versions ^^
0
2
2
6
Jeremie Pastor
Un défi dont le thème était un mot : Croquis.
2
2
0
5

Vous aimez lire laurentdu51100 ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0