Chapitre 5

7 minutes de lecture

Jia n’appréciait pas de rester passive quand ses camarades se faisaient descendre un par un sur les ordres de son taré de frère. Malgré les ordres, elle remonta à bord du navire quand Morann fit basculer la situation. Cette petite était possédée par on ne sait quel esprit pour agir de manière aussi démente.

Dans la pagaille, elle parvint à se faufiler entre les combattants dans l’espoir de se saisir de la bouteille sans que Manchu ne la remarque. Il hurlait des ordres à ses hommes pour qu’ils tentent de capturer la jeune écervelée. De son côté, Anna Maria mettait tout en œuvre pour éviter qu’un assaillant ne remarque l’imposante silhouette qui se glissait entre les débris du navire. Il fallait qu’elle arrive à récupérer cette bouteille.

Morann, tel un petit singe, voltigeait dans les cordages. Elle cherchait le moyen de redescendre sur le plancher des vaches de mer sans qu’un rufian n’essaie de lui faire une seconde raie des fesses. Chose compliquée malgré la pagaille. Surtout que Manchu ne la lâchait pas d’une semelle, n’hésitant pas à lui tirer dessus. La pirate remercia tous les dieux qu’elle connaissait pour la chance qu’ils lui accordaient. Alors qu’elle effectuait une énième acrobatie pour gagner du temps, son regard tomba sur Jia qui rampait pour attraper la bouteille. Lorsqu’elle la vit saisir le précieux récipient, elle poussa un cri de joie. Manchu jeta alors un regard dans la même direction que cette petite garce.

— Jia !

Tout se stoppa et tous les yeux se tournèrent sur la grande Chinoise à quatre pattes tenant la bouteille dans sa main valide.

— L’œuf ! Saisissez-vous d’elle !

Tous les larbins se jetèrent sur leur nouvelle cible. Bien qu’elle soit une bonne combattante, elle ne pouvait pas lutter contre une dizaine d’hommes et empêcher la fiole de se briser. En quelques minutes et malgré la défense courageuse des hommes d’Anna-Maria, Jia fut maitrisée.

— Embarquez-moi cette traitresse et coulez-moi ce sale rafiot ! hurla Manchu après avoir collé une beigne dans la figure de sa sœur.

— PAS QUESTION !

Se lançant à l’assaut du colosse, Morann bondit sur lui à l’aide d’un cordage, toute patte en avant afin de faire basculer son adversaire. Hélas, elle se heurta à un mur de muscle. Résultat de son envolée héroïque : une onde de choc qui lui vrilla la colonne vertébrale, une cheville foulée et un fessier encore plus tanné après sa chute sur le pont.

La jeune pirate gémissait en se tortillant comme un ver alors que son adversaire trainait sa sœur comme un sac de patates vers la jonque.

Anna Maria tenta à son tour d’empêcher le titan de fuir avec sa promesse de fortune. Il tira sans état d’âme sur la capitaine qui s’effondra. Il sortit une seconde arme qu’il pointa vers Morann qui peinait à se relever. Elle se jeta en avant quand il fit feu. Par malchance, elle se retrouva devant la lame d’un assaillant qui venait d’achever sa dernière victime. Tournant comme un tapis qu’on enroule, elle parvint à esquiver tous les estocs de son adversaire. Elle ne sauva sa vie qu’en parvenant à glisser dans l’entrepont par une brèche ouverte lors de canonnade.

— Ne perdons pas de temps avec cette larve ! Envoyez-moi par le fond cette barque ! hurla Manchu après avoir balancé le corps inanimé de Jia dans la jonque.

Son ordre fut exécuté dans la seconde où le dernier pirate chinois ait quitté le bord. Les canons pulvérisèrent la coque en moins de temps qu’il ne faut pour le dire. Morann se débattait comme elle le pouvait entre les débris du bateau et l’eau qui menaçait de l’engloutir à gros bouillon. Si elle ne se sortait pas de la carcasse de bois, elle allait finir comme Jonas dans la baleine. Alors qu’elle se hissait tant bien que mal sur le pont, elle vit glisser le corps d’Anna-Maria dans les flots. Sans réfléchir, Morann se rejeta à l’eau pour éviter à son ancienne capitaine d’aller rejoindre Davy Jones.

Elle espérait ne pas risquer sa propre vie pour un cadavre. Elle se saisit du corps sous les aisselles et donna de grands coups de jambes pour regagner la surface. Hélas, l’appel d’eau que créait le navire en perdition l’entrainait vers le fond. Morann frappait l’eau comme possédée par une démone. Alors que ses poumons commençaient à la bruler, elle jura dans tous les langues qu’elle connaissait – soit fort peu. Pendant un instant, elle hésita à lâcher sa charge. Jamais elle n’expliqua ce qui arriva, mais un puissant courant vint la pousser. L’eau venue de nulle part la percuta comme un mur, la propulsa hors de l’épave agonisante et l’éjecta à plusieurs mètres de haut hors de la surface de la mer. Elle retomba à l’eau comme un tonneau de plomb.

Quand elle émergea une nouvelle fois, elle s’aperçut qu’elle avait perdu Anna Maria. Son regard darda avec frénésie autour d’elle. Rien. Elle plongea. Le corps coulait comme un boulet de canon. En trois brasses, elle le récupéra. Cette fois, elle parvint à la trainer jusqu’à la chaloupe mise à la mer pour Jia. La pirate s’y traina avant d’y hisser sa capitaine. Cette dernière ne respirait plus.

— Ha non sale gougnafière ! Tu vas pas me laisser seule au milieu de nulle part !

La frêle Galloise se mit à tambouriner sur la poitrine de sa noyée. Hors de question que Neptune récupère son âme maintenant ! Elle frappa la cage thoracique, retourna le corps, lui tapa dans le dos, la fit recracher l’eau de ces poumons. Rien ne semblait y faire.

— Mais tu vas respirer par tous les krakens des basses fosses ! chouina Morann en lui collant un dernier coup désespéré.

Une giclée d’eau salée et de glaire lui éclaboussa la figure. Dans un hoquet gluant, Anna Maria revint à la vie. La Jamaïcaine vomit encore plusieurs fois.

— Seigneur, revenir d’entre les tentacules de Davy Jones pour se retrouver avec Morann dans une chaloupe… Qu’ai-je fait pour mériter ça ?

— Pff, la prochaine fois je te laisserai rejoindre les Lockers ! Ingrate ! bougonna la sauveteuse improvisée.

La capitaine se redressa avec peine et passa sa main sur son crâne sanguinolent. Un pic lui martelait depuis l’intérieur. À quelques millimètres prêts et la balle lui aurait explosé la cervelle. Elle déchira un morceau de sa ceinture en tissus pour se bander de façon rudimentaire la blessure.

Elle scruta les alentours. Hormis la jonque, bien loin à l’horizon, et les débris de son navire, on ne distinguait que le plat de l’océan. La situation se révélait délicate et sa petite résurrection serait de courte durée sans eau potable ni vivre.

— Nous voilà bien avancées, maugréa Anna Maria. Tâchons d’essayer de récupérer quelques débris afin de confectionner une voile de fortune.

— Capitaine, je vous ai sauvé la vie, au péril de la mienne ! Vous me devez une faveur et je l’exige maintenant !

La Jamaïcaine explosa, hilare, peu habituée à la voir aussi sérieuse, si solennelle. Elle en était ridicule. Sous les larmes de rire, Anna Maria présentait un mauvais coup. Cependant, elle accepta d’accéder à sa requête si cette dernière restait tout à fait respectable.

Et Moran lui montra son cul… ponctué d’échardes.

— OH MON DIEU ! Mais va te faire mettre par une ancre !

— Mais j’ai mal ! Puis je ne peux pas les enlever de mon derche sans aide ! Or il n’y a que toi à des miles à la ronde ! On n’ira pas bien loin si je ne peux pas poser mon fessier dans cette putain de barque !

La pauvre capitaine jura autant qu’elle put tout en retirant autant d’échardes possibles du fessier de sa compagne d’infortune. Une fois sa pénible tâche accomplie, elle se jeta à l’eau, autant pour se purifier que pour récupérer ce qu’elle pouvait pour améliorer leur situation. Pendant ce temps, Morann immobilisa sa cheville douloureuse. Dès qu’elle fut à peu près remise, elle rama pour ramasser le reste d’une voile qui flottait.

Un petit tonneau d’eau, une bouteille de rhum et des gâteaux détrempés furent les seuls vivres qui n’avaient pas sombré avec le navire.

— On n’ira pas bien loin avec ça, rumina l’ex-capitaine. Il va falloir rationner à mort…

— C’est le cas de le dire ! De toute façon, qu’on rationne ou pas, ça sera sûrement à mort…

— Par tous les tentacules de Jones, je n’aurai jamais dû m’embringuer dans une affaire, sale petit rat !

— De quoi ? Non, mais tu te sens bien résidu de cacao ? J’y suis pour rien moi ! C’est pas ma faute si Jia a un taré de frangin !

— Haaa boum t’as rien de mieux qu’une injure raciste ? Sale bâtarde d’esclavagiste ! Tu portes la guigne ! C’est pour que ça que personne ne veut de toi à son bord ! Hormis les vieux capitaines ivrognes !

Malgré sa cheville blessée, Morann bondit sur la capitaine. Ses mains serrèrent la gorge de cette dernière avant que celle-ci ne répliquât par un coup de tête dans le nez. Loin d’être incommodée par le sang, la Galloise répliqua toute griffe dehors. Anna Maria les lui saisit avant de lui donner un coup de pied dans le ventre.

Le pugilat dura plusieurs minutes. Des cheveux furent arrachés, des ongles cassés, les chairs lacérées. Après une bataille navale, un naufrage et une vaine tentative d’améliorer une situation désespérée, les deux femmes étaient épuisées. Fatiguées par toutes des catastrophes, elles continuèrent leur lutte à l’oral.

— Face de poulpe !

— Babouine !

— Anglaise !

— Résidu de basse fosse !

— Vaffanculo !

— C’est quoi ça comme langue ?

— J’en sais rien moi !

Anna Maria soupira, vidée. Cette dispute ne menait à rien et cela n’allait pas améliorer la situation. L’idée de jeter Morann par-dessus bord l’effleura, mais elle ne se sentait pas la force de le faire. Elle s’allongea dans la chaloupe et essaya de réfléchir à la meilleure solution pour se sortir de cette galère. Le clapotis de l’eau la berçait et finit par l’endormir.

Annotations

Recommandations

Charlie


Je crois que je t’aimerai toujours. C’est inexplicable, mais il y a toujours cette petite voix en moi qui me dit que c’est toi. Pas toi l’homme de ma vie, ce n’est pas ça. C’était de l’amour peut-être. De l’amitié ? Je ne sais pas. De l’admiration, beaucoup. De la soumission, aussi. Mais je sais que nous avions quelque chose. Je ne sais pas si je t’aimais comme il le fallait, de quelle manière, je ne sais pas si j’étais amoureuse. Je t’aime, je t’aime mais je ne sais pas comment. Je ne t’aime pas comme une midinette. Je ne t’aime pas d’une manière légère et simple. Je t’aime d’un amour lourd. Un amour compliqué, qui dure et qui ne sait pas comment se débarrasser de toi. Je t’aime. Je t’aimerai toujours. Comme un guide, un amant, un maître. Un amour malsain. Je ne t’aime pas comme on aime un copain ou un mari. C’est un amour qui donne froid. La boule au ventre. Peut-être parce que je t’aime trop pour supporter de te perdre. Alors j’ai préféré partir.
Je ne sais pas si mon erreur a été de te rencontrer ou de partir. Parfois je me dis que j’aurais dû ne pas te rencontrer, que ma vie aurait été moins dure. Plus facile, sans cet amour lourd et dur. Parce que j’ai l’impression que tu fais partie de moi, c’est horrible. J’ai l’impression que tu es en moi, que toute ta perversion est en moi et qu’elle ne veut pas partir. Elle est entrée en moi par l’amour. Et c’est trop tard.
Est-ce que c’est ça, le vrai amour ? Celui qui fait mal ?
2
2
3
1
Défi
Le temps d'un croque

Il ne peut sortir de la gueule du chien des defenses d'éléphant... "De la bouche de quelqu'un de méchant il ne peut pas sortir du bien !!!"
1
0
0
0
Natla

    La légende raconte que les premiers hommes qui foulèrent le continent d’Asailb, qu’ils appelaient autrefois le Nord, ne connurent la paix que très peu de temps. Alors que les peuples qui s’y étaient installé prospéraient, le terrible dragon Asailb s’éveilla et sema la terreur sur le continent. Jamais pareille bête ne fût découverte au cours de l’Histoire. Asailb était une créature gigantesque, dotée d’ailes aussi grandes qu’un lac, d’un long cou épais où se dressait une tête rectangulaire démoniaque. Ses yeux brillaient d’un rouge vif et une épaisse fumée noire sortait de ses naseaux lorsqu'il crachait son feu infernal pour tout détruire sur son passage. Son corps était recouvert d’écailles bleues qui luisaient comme des saphirs à la lumière des flammes qu’il laissait derrière lui. Les hommes tentèrent de rebrousser chemin vers le Sud, mais sa cruauté était telle qu’il encercla l’ensemble du continent de son feu afin d’avoir le plaisir d’éliminer un à un toute forme de vie qu’il apercevait. Les quelques survivants se réfugièrent dans les forêts, dans des grottes, mais la forte carrure du dragon cachait le soleil : le continent était totalement plongé dans les ténèbres. Les récoltes et l’élevage devinrent alors impossibles, et le nombre de survivants diminua rapidement. Sur ces terres, tout espoir pour l’humanité semblait être perdu. Cependant, une nuit, au quatre coins du continent, six personnes entendirent un appel qui résonna au plus profond de leur âme. C’est ainsi que les frères Sérac, Askol et Ilanel, partirent rejoindre Bentor, Lidelane et Andrysse au centre du continent. Lorsqu’ils furent réunis, Asailb les repéra et plongea sur eux pour déverser toute sa haine et ses flammes sur ces individus qui osaient défier sa toute puissance. Sans qu’ils ne pussent l’expliquer eux-mêmes, ces derniers sentirent une force intérieure s’emparer d’eux : la magie émanait de leurs mains et ils pouvaient désormais se confronter à la terrible créature. Ils ne ressentirent pas la chaleur des flammes du dragon qu’ils venaient d’éviter. Asailb fut frappé d’éclairs bleus, verts, rouges. Après de longues heures de combat, alors qu’il était très affaibli mais toujours prêt à se relever, Sérac lui donna un coup fatal. Le corps immense de la bête s’effondra sur toute l’étendue du continent. Son poids était tel que sa chute causa un tremblement de terre. Dans un fracas de tonnerre, les parcelles de terre autour de son corps s’effondrèrent, avant que celui-ci ne se dissipe en fumée. Ce cataclysme donna au continent sa forme et son nom. Après cette victoire, les magiciens se répartirent l’Asailb en six royaumes sur lesquels chacun d’eux devrait veiller pour toujours, la magie leur offrant l’immortalité. Peu à peu, les hommes réapparurent sur le contient. Ils choisirent leurs rois, et construisirent monuments et habitats. Si une guerre faisait rage, elle n’était que de courte durée car les magiciens veillaient à ce qu’il fasse bon vivre en Asailb.
    Un jour hélas, et il s’agit maintenant de l’Histoire et non plus de légende, c’est une guerre entre les magiciens eux-mêmes qui éclata. On raconte que Lidelane, assoiffée de pouvoir, leva une armée en secret afin de renverser Ilanel et de prendre possession de son territoire. Les quatre autres s’unirent pour la capturer et elle fut condamnée à errer dans le Tunnel de l’éternité, une grotte enchantée créée naturellement lors de la chute d’Asailb. Compatissants pour la mort de leur frère, Bentor et Andrysse proposèrent à Sérac et Askol de se partager les terres désormais sans protecteur d’Ilanel et Lidelane. Askol choisit de s’approprier celles de Lidelane, plus proches des siennes, tandis que Sérac, bien trop endeuillé, préféra laisser à l’abandon le territoire de leur cadet qui avait été mis à feu et à sang. Les quatre magiciens restants, pour éviter que toute trahison telle que celle-ci ne se répète, lancèrent d’un commun accord un enchantement qui les empêcherait de pénétrer sur le territoire d’un autre. En cas de nécessité, leurs pouvoirs magiques leur permettaient de communiquer par la pensée. La vie reprit ensuite son cours. Askol ne donna plus signe de vie, si bien que l’on entendit même plus parler des habitants des Terres d’Askol. Son frère estima que la perte d’Ilanel l’avait certainement profondément meurtri.
    Une nuit cependant, Andrysse du haut de sa tour qui surplombait l’étendue de forêt sur lesquelles elle veillait, eut une vision. Elle vit dans un rêve, Ilanel, l’informer que le responsable de la destruction de son Royaume n’était autre que son frère Askol, et non Lidelane comme il était parvenu à le leur faire croire, et qu’il était encore à craindre.  Inquiète, la magicienne raconta son rêve à Bentor et Sérac, qui estimèrent que ce n’était qu’un rêve insignifiant.  Andrysse tenta de les convaincre en vain que la sensation qu’elle avait ressenti en voyant Ilanel était autre que celle qu’elle aurait eu en rêvant. Afin de prévenir d’un éventuel danger qu’elle appréhendait de plus en plus, elle fit en sorte de tomber enceinte d’un inconnu et donna naissance à un enfant demi-magicien. Elle le confia à l’un des rois qui occupaient ses terres, pour qu’il l’élève et lui apprenne à se battre. Ainsi commence le destin hors du commun du grand guerrier Xaël. 
1
2
6
3

Vous aimez lire The_Terrible_Twins ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0