Chapitre 8

4 minutes de lecture

Jia luttait pour garder les doigts serrés sur le goulot de la bouteille. Plus de jonque à l’horizon depuis des heures. À bout de force, la grande Asiatique bataillait pour conserver une position de planche, sa précieuse à la main. Le sel lui brulait les lèvres alors que le soleil la cuisait. Quelle idée stupide de sauter à la mer ! À quoi avait-elle donc pensé en espérant fuir ainsi ? Peut-être qu’une mort rapide entre les pinces de son frère aurait été une solution plus douce. Non. Il aurait eu l’œuf.

Quelque chose frôla ses fesses. Une vive douleur lui dévora l’arrière-train. Elle tressaillit et jeta des regards angoissés alentour. Aucune trace d’un animal aquatique autour d’elle. L’eau, cristalline à la surface, s’enténébrait quelques mètres. Malgré sa bouche desséchée, une grosse boule de glaire lui dévala la gorge. La jeune femme fut soudain prise d’un malaise. L’océan calme jusqu’à présent lui sembla se déchainer comme lors des tempêtes. Ballotée, elle avait du mal à garder la tête hors de la flotte. Dans un mouvement pour se maintenir à flot, elle lâcha la bouteille. Paniquée, elle se débattit pour la retrouver avant qu’elle ne coule à pic. Dans ce moment d’agitation et de vertige, elle distingua un long filin brillant. Une partie flottait et l’autre s’enfonça dans les profondeurs. La pointe du tentacule tenait la flasque de l’œuf.

Jia plongea pour essayer de récupérer son précieux trésor. Une violente crampe lui paralysa les jambes quand elle s’approcha de son but. Elle hurla de douleur sous l’eau. Elle sentait ces membres s’alourdir et la tirer vers le bas. À la seule force de son bras valide, elle nagea lamentablement vers la surface. Ses poumons brûlaient lorsqu’elle émergea enfin. Encore déstabilisée par la piqure venimeuse, la jeune pirate peina à se maintenir à flot. L’océan était aussi plat qu’un lac alors que son organisme tanguait. Complètement désorientée, transporter par un roulis artificiel, elle dut se résoudre à abandonner l’œuf et donner la priorité à sa survie. Dans le chaos environnant, elle distingua une boule bleue translucide flottante. Egarée au milieu de nulle part, meurtrie et empoisonnée, et sans aucune terre en vue, Jia accepta sa perdition après des minutes de lutte vaine. Épuisée, elle se laissa couler. Adieu les chagrins, les douleurs, les trahisons, la délivrance arrivaient enfin après des années de calvaires, de traques et d’errances dans tout l’hémisphère sud. Pour se rassurer sur le dernier passage qui l’attendait, Jia se mit à réciter intérieurement un mantra.

Son dos toucha quelque chose. Dans son esprit, elle reposait déjà au fond de l’abîme. Mais ce sol marin était loin d’être un vaste champ plat, mais une chaine rocailleuse où de longues lignes de crête lui labouraient les omoplates. Un plancher océanique mobile qui la ballotait.

Puis soudain, l’air libre ! Ses poumons s’ouvrirent en grand et pompèrent. Un souffle de vie envahit le corps de la mourante. Jia bascula sur le côté pour vomir ce qui inondait sa gorge et sa cage thoracique. Elle se retrouva le bec dans l’eau. Durant un court instant, elle paniqua. Ses bras attrapèrent quelque chose, son sauf-conduit, et elle se hissa dessus, haletante. Sa planche de salut s’enfonça un peu sous les flots. La pirate bondit pour tenir sa tête à la surface. Elle la remarqua alors. Elle ne se trouvait pas sur un quelconque débris flottant. Non, une bête la portait sur sa massive carapace et celle-ci voguait avec une nonchalance incroyable.

Jia se frotta les yeux, puis ses lèvres ensanglantées. Elle peina à grimper sur le dos de l’immense tortue luth, épuisée.

— Que Gembu soit remercié ! Merci à toi, douce messagère.

Le chélonien ne broncha pas. Un frisson parcourut l’échine de la naufragée. Et si sa sauveuse n’était rien d’autre qu’un être psychopompe venu la conduire dans le monde des morts ? Elle se ravisa. Si vraiment elle était en train de passer de vie à trépas, son bras fracturé ne lui ferait pas un mal de chien. Elle soupira de soulagement. Hélas, le désarroi l’envahit. La bouteille lui avait échappé. Son bien le plus précieux, l’objet tant convoité et espéré reposait dans les tentacules d’une créature hideuse de cet océan étranger.

Elle fixa l’horizon pendant de longues heures dans l’espoir d’apercevoir une île, une voile ou même un oiseau. En vain. Exténuée, elle finit par s’endormir sur le dos de l’animal salvateur. À son réveil, les étoiles brillaient dans le ciel. Malgré ses yeux irrités, elle détermina approximativement sa position. Elle se trouvait à des milliers de miles des terres connues. Sans eau ni nourriture, elle se savait perdue. Le clapotis des vagues sur la carapace rythmait la progression des deux compagnes d’infortune. Jia se demandait combien de temps le chélonien la supporterait, bien que pour l’instant il nage de façon imperturbable.

— Que la grande Tortue soit louée, murmura la Chinoise du bout de ses lèvres craquelées par le sel. Elle fit une caresse amicale à sa monture. Une soudaine douleur la lança. Son poignet fracturé n’appréciait pas du tout de macérer dans l’océan. Complètement bleu et encore plus déformé qu’avant, il la dégoutait. Et dire que le second aura dû subir le même sort si elle ne s’était pas enfuie du temple ! Gembu, aussi cruel que salvateur. Ces serviteurs étaient vicieux. La jeune femme doutait que le Dieu Tortu puisse faire le moindre mal. Malgré les violences des prêtres envers elle et d’autres, sa dévotion pour le chélonien sacré perdura. Si elle ne faisait pas le poids face à ses frères, aucun autre humain ne lui opposait de vraie résistance.

Ses doigts touchèrent quelque chose de chaud et de râpeux. La tortue râla. Il se trainait, comme si la mer était devenue une masse compacte. Jia tourna la tête. Une plage ! Elle sursauta et versa dans le sable fin. Sa main valide repoussa les cheveux qui lui bouchaient la vue.

— Oh !

Pendant ce temps-là, la bouteille traçait sa route aux prises dans le tentacule d’une étrange créature.

Annotations

Recommandations

Charlie


Je crois que je t’aimerai toujours. C’est inexplicable, mais il y a toujours cette petite voix en moi qui me dit que c’est toi. Pas toi l’homme de ma vie, ce n’est pas ça. C’était de l’amour peut-être. De l’amitié ? Je ne sais pas. De l’admiration, beaucoup. De la soumission, aussi. Mais je sais que nous avions quelque chose. Je ne sais pas si je t’aimais comme il le fallait, de quelle manière, je ne sais pas si j’étais amoureuse. Je t’aime, je t’aime mais je ne sais pas comment. Je ne t’aime pas comme une midinette. Je ne t’aime pas d’une manière légère et simple. Je t’aime d’un amour lourd. Un amour compliqué, qui dure et qui ne sait pas comment se débarrasser de toi. Je t’aime. Je t’aimerai toujours. Comme un guide, un amant, un maître. Un amour malsain. Je ne t’aime pas comme on aime un copain ou un mari. C’est un amour qui donne froid. La boule au ventre. Peut-être parce que je t’aime trop pour supporter de te perdre. Alors j’ai préféré partir.
Je ne sais pas si mon erreur a été de te rencontrer ou de partir. Parfois je me dis que j’aurais dû ne pas te rencontrer, que ma vie aurait été moins dure. Plus facile, sans cet amour lourd et dur. Parce que j’ai l’impression que tu fais partie de moi, c’est horrible. J’ai l’impression que tu es en moi, que toute ta perversion est en moi et qu’elle ne veut pas partir. Elle est entrée en moi par l’amour. Et c’est trop tard.
Est-ce que c’est ça, le vrai amour ? Celui qui fait mal ?
2
2
3
1
Défi
Le temps d'un croque

Il ne peut sortir de la gueule du chien des defenses d'éléphant... "De la bouche de quelqu'un de méchant il ne peut pas sortir du bien !!!"
1
0
0
0
Natla

    La légende raconte que les premiers hommes qui foulèrent le continent d’Asailb, qu’ils appelaient autrefois le Nord, ne connurent la paix que très peu de temps. Alors que les peuples qui s’y étaient installé prospéraient, le terrible dragon Asailb s’éveilla et sema la terreur sur le continent. Jamais pareille bête ne fût découverte au cours de l’Histoire. Asailb était une créature gigantesque, dotée d’ailes aussi grandes qu’un lac, d’un long cou épais où se dressait une tête rectangulaire démoniaque. Ses yeux brillaient d’un rouge vif et une épaisse fumée noire sortait de ses naseaux lorsqu'il crachait son feu infernal pour tout détruire sur son passage. Son corps était recouvert d’écailles bleues qui luisaient comme des saphirs à la lumière des flammes qu’il laissait derrière lui. Les hommes tentèrent de rebrousser chemin vers le Sud, mais sa cruauté était telle qu’il encercla l’ensemble du continent de son feu afin d’avoir le plaisir d’éliminer un à un toute forme de vie qu’il apercevait. Les quelques survivants se réfugièrent dans les forêts, dans des grottes, mais la forte carrure du dragon cachait le soleil : le continent était totalement plongé dans les ténèbres. Les récoltes et l’élevage devinrent alors impossibles, et le nombre de survivants diminua rapidement. Sur ces terres, tout espoir pour l’humanité semblait être perdu. Cependant, une nuit, au quatre coins du continent, six personnes entendirent un appel qui résonna au plus profond de leur âme. C’est ainsi que les frères Sérac, Askol et Ilanel, partirent rejoindre Bentor, Lidelane et Andrysse au centre du continent. Lorsqu’ils furent réunis, Asailb les repéra et plongea sur eux pour déverser toute sa haine et ses flammes sur ces individus qui osaient défier sa toute puissance. Sans qu’ils ne pussent l’expliquer eux-mêmes, ces derniers sentirent une force intérieure s’emparer d’eux : la magie émanait de leurs mains et ils pouvaient désormais se confronter à la terrible créature. Ils ne ressentirent pas la chaleur des flammes du dragon qu’ils venaient d’éviter. Asailb fut frappé d’éclairs bleus, verts, rouges. Après de longues heures de combat, alors qu’il était très affaibli mais toujours prêt à se relever, Sérac lui donna un coup fatal. Le corps immense de la bête s’effondra sur toute l’étendue du continent. Son poids était tel que sa chute causa un tremblement de terre. Dans un fracas de tonnerre, les parcelles de terre autour de son corps s’effondrèrent, avant que celui-ci ne se dissipe en fumée. Ce cataclysme donna au continent sa forme et son nom. Après cette victoire, les magiciens se répartirent l’Asailb en six royaumes sur lesquels chacun d’eux devrait veiller pour toujours, la magie leur offrant l’immortalité. Peu à peu, les hommes réapparurent sur le contient. Ils choisirent leurs rois, et construisirent monuments et habitats. Si une guerre faisait rage, elle n’était que de courte durée car les magiciens veillaient à ce qu’il fasse bon vivre en Asailb.
    Un jour hélas, et il s’agit maintenant de l’Histoire et non plus de légende, c’est une guerre entre les magiciens eux-mêmes qui éclata. On raconte que Lidelane, assoiffée de pouvoir, leva une armée en secret afin de renverser Ilanel et de prendre possession de son territoire. Les quatre autres s’unirent pour la capturer et elle fut condamnée à errer dans le Tunnel de l’éternité, une grotte enchantée créée naturellement lors de la chute d’Asailb. Compatissants pour la mort de leur frère, Bentor et Andrysse proposèrent à Sérac et Askol de se partager les terres désormais sans protecteur d’Ilanel et Lidelane. Askol choisit de s’approprier celles de Lidelane, plus proches des siennes, tandis que Sérac, bien trop endeuillé, préféra laisser à l’abandon le territoire de leur cadet qui avait été mis à feu et à sang. Les quatre magiciens restants, pour éviter que toute trahison telle que celle-ci ne se répète, lancèrent d’un commun accord un enchantement qui les empêcherait de pénétrer sur le territoire d’un autre. En cas de nécessité, leurs pouvoirs magiques leur permettaient de communiquer par la pensée. La vie reprit ensuite son cours. Askol ne donna plus signe de vie, si bien que l’on entendit même plus parler des habitants des Terres d’Askol. Son frère estima que la perte d’Ilanel l’avait certainement profondément meurtri.
    Une nuit cependant, Andrysse du haut de sa tour qui surplombait l’étendue de forêt sur lesquelles elle veillait, eut une vision. Elle vit dans un rêve, Ilanel, l’informer que le responsable de la destruction de son Royaume n’était autre que son frère Askol, et non Lidelane comme il était parvenu à le leur faire croire, et qu’il était encore à craindre.  Inquiète, la magicienne raconta son rêve à Bentor et Sérac, qui estimèrent que ce n’était qu’un rêve insignifiant.  Andrysse tenta de les convaincre en vain que la sensation qu’elle avait ressenti en voyant Ilanel était autre que celle qu’elle aurait eu en rêvant. Afin de prévenir d’un éventuel danger qu’elle appréhendait de plus en plus, elle fit en sorte de tomber enceinte d’un inconnu et donna naissance à un enfant demi-magicien. Elle le confia à l’un des rois qui occupaient ses terres, pour qu’il l’élève et lui apprenne à se battre. Ainsi commence le destin hors du commun du grand guerrier Xaël. 
1
2
6
3

Vous aimez lire The_Terrible_Twins ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0