Partie 3

5 minutes de lecture

– Tu veux jouer avec la mort, petit loup ? susurra-t-elle dans un ricanement bas.

Le tac haïssait les loups-garous. Ils n'étaient pas d'ici. Ils n'étaient que les pâles imitations des galoups d'antan ; des êtres puissants, des guerriers-nés, qui n'avaient besoin d'armure que pour cacher la fourrure épaisse qui couvrait leur corps énorme, et de heaume pour dissimuler leur museau et leurs oreilles velues. Mais avec le temps, les galoups s'était métissés, leur sang s'était dilué chez les hommes ; ils avaient cessé de se reproduire avec des louves pour fréquenter des humaines, qui leur donnaient des progénitures monstrueuses et geignardes. Les galoups s'étaient éteints, tous, jusqu'au dernier ; ils n'existaient plus que dans les légendes, la mémoire du tac et celle des gargouilles. Plus tard, lorsqu'une foule cosmopolite était venue travailler en France, d'autres les avaient remplacés, des simulacres venus d'ailleurs, des change-formes au visage d'homme et à l'esprit tordu, des êtres capables de passer d'une peau à l'autre lorsque la lune se montrait bienveillante. Ils étaient plus inutiles encore que les voirloups qui changeaient de corps à volonté, et qui comptaient également le chat et le renard dans le cercle de leurs totems. Les galoups avaient été nobles, pétris d'honneur, puissants et respectés ; les loups-garous n'étaient qu'un ramassis d'enflures mesquines, faibles et affamées de gibier. Ils vivaient comme les hommes, mouraient comme les hommes, mais se cachaient sous le crâne de la bête pour assouvir leurs envies.

– Moi qui croyais que tous les monstres comme toi étaient morts depuis longtemps, siffla le meneur en crachant sur le tac.

Celle-ci s'essuya sans mot dire, puis virevolta et se changea en une femme aux traits si parfaits que sa beauté devenait douloureuse sous le regard de l'autre. Deux ailes immenses, aussi blanches que neige, se déployaient dans son dos – de véritables ailes, celles d'un condor ou d'un albatros, pas ces copies détestables que les hommes collaient dans le dos de leurs anges en carton-pâte.

– Approche, petit loup, siffla-t-elle en caressant doucement sa joue halée par le soleil des Landes. Approche, viens venger ton petit père, qui a porté l'agneau si longtemps.

Il y eut un silence.

– Oh, mais à qui appartient ce mignon petit agneau ? Et ben mon p'tiot, tu pèses ton poids toi, hein ! mima-t-elle encore du bout de ses lèvres si belles.

Le garçon rugit – on entendait la voix du loup faire vibrer sa gorge – et se jeta sur elle.

Lorsqu'il se rendit compte qu'il étreignait désormais un cerf en pleine force de l'âge, il était trop tard. Il avait déjà la gorge percée par un andouiller énorme. La bête le laissa choir au sol, le regarda se vider de son sang avec une lueur froide dans ses yeux d'or.

– Quel dommage que tu ne sois qu'un garou, dit-il en prenant visage de femme.

Sa face spectrale, perchée sur le long cou souple du cerf, se pencha vers sa victime, soufflant son haleine morbide dans sa figure congestionnée et sillonnée de larmes.

– A ta place, un galoup m'aurait déjà tuée, Bigorne ou Chicheface seraient en train de se repaître de mes chairs, Carcolh m'aurait vidée de mon jus comme un presse une orange ; la grande vouivre ou une tarasque quelconque m'auraient écrabouillée, un autre tac aurait eu une chance, même un matagot ou un dart, même un chaton d'argent aurait pu se défendre, mais toi ! Mon pauvre petit !

Ses yeux s'agrandirent, s'arrondirent dans son visage de craie, devenant deux trous noirs prêts à engloutir le monde.

– Tu n'es même pas un monstre, tu n'es qu'un échec de la nature ; tu n'es qu'un pauvre humain qui cache une peau de loup dans un coffre quelconque. Prie donc la lune de gracier ton âme, puisque ta survie ne dépend que d'elle.

Le loup était mort. Reprenant figure de cerf, le tac se redressa et jaugea les quatre autres du haut de toute sa taille.

– D'autres volontaires pour cracher sur le tac ? feula-t-il.

Des larmes traçaient des sillons salés sur les visages de deux d'entre eux ; sur ceux des autres, on ne lisait que la haine la plus pure.

– Crève, enflure, jeta l'un d'eux, le plus malingre mais le plus empli de courage. On te fera la peau un de ces jours. Remets le nez dans ce village et t'en sortiras plus jamais.

Le cerf haussa un sourcil, ce qui était physiquement impossible et totalement inhumain.

– J'ai une vieille amie à aller rassurer, mais je vous promets qu'à la prochaine pleine lune, je serai là. Et nous verrons qui, des garous ou des tacs, ont leur place dans les Landes.

Il tourna les sabots et prit son essor vers le ciel ; des ailes titanesques scintillèrent dans son dos, une aura d'argent éclata dans la nuit, et soudain un aigle s'éleva vers la voie lactée.

– Et n'oubliez pas de ramener vos amis vampires ! hurla-t-il, heureux de cette dernière insulte, avant de filer dans le vent et de disparaître à l'horizon.






– Tu ne penses pas réellement y aller, dit la gargouille qui, assise en tailleur tout au bord du toit, exhibait sa totale absence d'organes de reproduction.

– Tu ne penses pas réellement que je vais laisser passer ça, glapit le tac qui s'était changé en chat noir aux courbes élégantes.

– Tu as tué son père, c'est normal que la meute te soit tombée dessus.

Normal ?! Tu sais que ces créatures n'ont rien à faire sur notre territoire !

– Ce n'est plus notre territoire depuis bien longtemps, ronchonna la gargouille.

Elle se cura le nez avec une grimace stupide ; le chat la poussa, hésitant visiblement entre sourire ou laisser éclater ce qu'il restait de sa colère.

– Ne décrédibilise pas mon discours !

– Tu te décrédibilises tout seul, crétin.

Elle attendait, un petit sourire sur son bec de granit, que son ami réplique, mais seul le silence répondit à son insulte et elle finit par relever les yeux sur lui, pleine d'interrogation. Le chat était assis tout au bord du toit, en équilibre assez précaire pour que le cœur de la gargouille batte plus vite – mais pas plus, elle avait eu son lot de frayeur avec lui et avait fini par s'habituer à ses transformations incessantes.

– Tu es fait pour écrabouiller des gens, dit-elle enfin. Pas pour aller latter la tronche de quelques loups-garous en mal de bagarre.

– Tu crois ? répondit-il avec amertume. A l'origine nous ne devons pas les écraser. Seulement nous laisser porter, de plus en plus lourds jusqu'à ce qu'ils meurent d'épuisement. D'épuisement ! Mais aujourd'hui, je suis obligé de hâter les choses. Avant, on pouvait les faire marcher dans la campagne pendant des jours, il n'y avait personne pour venir les aider. Aujourd'hui, tout va si vite, et il y a tant de monde partout, que si leur port dure plus d'une ou deux heures, quelqu'un va arriver et nous décharger de leurs épaules. Tu sais que c'est le seul moyen de briser le sort.

Annotations

Recommandations

Marie Tinet
Une fenêtre, du post-apo, un entrepôt lumineux, un style contemplatif. Voici les premiers ingrédients de ce projet naissant, aujourd'hui en ce 15/03/21. Je vais me lancer à cœur ouvert dans ce projet et voir où ça me mène, où ça nous mène.
27
64
13
11
Marie Tinet
Ceci n’est pas mon histoire, c'est avant tout l'histoire d'un homme, d'une histoire scénarisée qui fait le sujet d'une émission de télé à grande écoute. C'est l'histoire d'un vieillard qui regarde ce reportage, qui a vécu ce passé, ce drame familial. Ce qu'il voit, ces reconstitutions, ces témoignages d'étrangers, la présentatrice aux émotions surjouées... Tout cela n'est pas son histoire. Ceci est une fiction. Un divertissement. On vous parlera d'un détective hors norme, d'un père prêt à tout pour sauver sa fille et dénouer le mystère autour du meurtre de sa femme, en omettant l'homme ordinaire qui se cache derrière ce portrait. Marcel Pigo regarde l'émission. Il regarde son passé les yeux dans le brouillard humide de souvenirs douloureux. Peut-être vous racontera-t-il quelques bribes de sa véritable histoire... Peut-être…
15
45
158
19
Défi
Adrien de saint-Alban


J'ai honte.

Oui, Jeanne. Oui, j'ai honte parce que je n'ai pas osé jusqu'ici avouer l'inavouable. La chose horrible, la chose épouvantable que l'on cache comme un ignoble secret de famille qui éclate au grand jour quand la mort frappe au portillon des chaumières paisibles. Oui, je n'ai pas voulu ajouter l'angoisse à la peur. Je n'ai pas osé versé la dernière goutte d'immondices dont l'âme humaine est parfois entachée à jamais. Un peu par timidité, beaucoup par lâcheté. Voyez vous, ma chère Jeanne, je suis un lâche. Oui, un lâche. Mais l’heure, voyez-vous, est venu de me livrer à vous, à me courber sous les fourches caudines de la vérité et de notre Amour. Je sais que vous allez me haïr au dernier degré de ce sentiment que je pensais étranger à nos coeurs. Mais le sort en a décidé autrement. Je me vois obligé d'avouer ma honte. Je me vois contraint au suicide psychologique auquel mon métier m'avait préparé pour le cas où.
Ce jour là est arrivé.
Oui , Ma chère Marquise.
Je suis CRS.
Les copains m'appellent le gros Marcel. Oui, je m'appelle Marcel.
Je suis CRS comme mes potes. Et comme mes potes j'ai tété aux mamelles du fascisme républicain. On est une confrérie de CRS au service de l’État. Un État qui est devenu voyou, dirigé par une mafia qui nous paie pour défendre des pratiques que je croyais révolues. Comme, par exemple, tirer sur les manifestants. Un Etat qui nous paie non pas pour défendre le peuple qui a toujours été et qui reste plus que jamais "l'ennemi de l'intérieur" ,mais pour défendre la bourgeoisie comme autant de Clémenceau qui n'hésitait à faire tirer sur le peuple au nom des intérêts supérieurs de la classe dirigeante. Je suis syndiqué ALLIANCE. Le syndicat, c'est une sorte de vaccin antiremords, pour éviter les états d'âme. Pour éviter que les parents d'un lycéen éborgné nous assignent en justice. Chaque CRS est tenu de se faire vacciner pour éviter les suicides. On fait ce que l'on nous demande de faire. Point. On est pas payés pour réfléchir mais pour cogner. Alors je cogne...je cogne et je cogne encore...
J'étais boulanger dans une autre vie, voyez vous, un pain trop cuit on le met à la poubelle, une bavure sur une vieille dame habillée en jaune venue défendre ses droits à une retraite décente, c'est du dégat collatéral comme on dit. On passe à la télé.
Notre ennemi c'est les réseaux sociaux. On est pas payé cher mais on se marre bien. J'ai un plaisir quasi sadique à engendrer la souffrance. Je suis comme un chasseur privé de son fusil et pour me venger je décuple ma haine sur le gilet jaune. Pour nous les CRS , le jaune c'est comme le rouge pour le taureau, on ne supporte pas. Alors parfois on se retrouve jetés en pâture sur internet.
Si tu veux petite Jeanne je te raconterai mes aventures. Non pas celles d'un chasseur parti en safari dégommer du lion par plaisIr de tuer, non. Non Jeanne, mon plaisir vois-tu c'est le petit peuple. Ce pauvre petit peuple qui souffre au quotidien. Moi, je veux qu'il souffre dans la minute, dans la seconde, je veux le voir crier, hurler de douleur. Oui ma chère, c'est un peu ma fiche de paie en nature.
Une jubilation quand je pose mes grosses rangers sur la tête d'un manifestant, d'un gilet jaune ou même sur celle d'un récalcitrant au port du masque. Comme un chasseur qui exhibe son trophée.
Ah que n'ai je pas été flic pendant la guerre d'Algérie ma chère Jeanne adorée !
Comme on dit vulgairement : j'aurais pris mon pied. Oui ma chère Marquise, je suis un sale con de flic. Oui Jeanne, vois-tu je n'aurais pas hésité à balancer du bronzé à la Seine sans même lui demander au préalable s'il sait nager ou pas. J'aurais imprimé par mes actes mon passage sur cette Terre. La cerise sur le gâteau de l'HIstoire : j'y aurais trouvé de l’excitation. La barbarie est jubilatoire pour certaines âmes comme la mienne. Je trouve que l'on a pas assez fait. Quand je regarde nos aînés flics matraquer des étudiants pendant les "Évènements" cela me fait sourire. On aurait dit des hannetons casqués courir après des fourmis géantes insaisissables.
Tu ne peux pas savoir Jeanne le sentiment de puissance qui s'empare de tout mon être, comme une puissante jubilation qui me submerge. C'est comme un type au volant de sa voiture qui ne peut s'empêcher d'écraser un animal. Cest plus fort que lui.
Le plaisir de faire souffrir est un exutoire au suicide.
L’État a fait de nous des barbares.
Heureux indépendantistes algériens et malheureux gilets jaunes!
Il est des regrets qui ne guérissent jamais.

Ton Adrien qui pense à toi
1
1
0
3

Vous aimez lire Cornedor ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0