Chapitre 13 : Méprise (2)

8 minutes de lecture

Vyrian reporta son attention sur Keenan, si Nick ne se trouvait pas dans le Monde Mythique, ni dans le Monde Historique, alors il ne pouvait se trouver que dans le Monde Numérique. Le biologiste se souvint du paysage de cendres et espéra que tout comme Yomi, le jeune homme ait développé une résistance aux conditions climatiques extrêmes. Dans le cas contraire, il préférait ne pas y penser.

Il n’eut pas à se forcer, le bruit des lames coulissant dans leur fourreau, lui fit prendre conscience de l’urgence de la situation. Vyrian ignorait combien de temps s’était écoulé pendant sa visualisation accélérée des événements du Monde Historique, mais il était sûr d’une chose, les affrontements commenceraient bientôt et ils seraient sanglants.

Comme pour lui donner raison, l’homme qu’il avait vu s’avancer précédemment prit la parole.

— Yomi ? C’est bien toi ?

Vyrian eut un regain d’espoir, qui fut bien vite balayer par Feyna. L’hybride s’était regroupée sur elle-même prête à bondir sur le premier opposant venu. C’est la voix tout aussi hargneuse que sa posture qu’elle répondit.

— Vous faîtes erreur.

Sans se départir de son calme, l’homme poursuivit sa progression. Plus il s’approchait, plus Vyrian discernait les muscles se tendre sous le tissu humidifié de la jeune femme. Il se prit à espérer que le téméraire perçoive la réaction de l’hybride et s’arrête. En y regardant de plus près, Vyrian se rendit compte que de tous les villageois, il était le seul à ne pas s’être armé. Vyrian savait que l’utilisation de la magie dans ce monde ne signifiait pas non plus qu’il était vulnérable. Pourtant, il fut intrigué par ce pacifiste. Il lui semblait que tous étaient obnubilés par les pensées vengeresses de Faric, il découvrait avec plaisir qu’une exception était possible. Aussi, il voulut en savoir plus.

— Mère, qui est-ce ?

— Il s’agit d’Axan.

— Comment se fait-il qu’il ne soit pas sous le contrôle de Faric ?

— Détrompez-vous, il y est. Seulement, suite à une grave blessure, il est plus difficile d’influencer ses émotions.

Vyrian le regarda continuer d’interroger Feyna. Si cet homme avait su rester objectif, il espérait qu’il puisse faire entendre raison aux autres villageois. Chaque démenti de l’hybride pouvait lui fournir des pistes de réflexion, comme condamner l’Historiane. Tant de choses dépendaient de ses réponses, cela inquiétait Vyrian. C’est avec appréhension qu’il écouta Axan interroger Feyna sur son identité.

— Dans ce cas qui es-tu ?

Cette question bien qu’anodine, fit grand bruit. Les villageois s’énervèrent devant la naïveté de leur comparse.

— Parce que tu crois qu’elle va te répondre ? On la chasse comme du gibier, acculée comme elle l’est, elle ne peut que démentir.

Ces propos ne semblèrent pas plaire à Feyna qui dévoila ses attributs d’hybride, sous les yeux des villageois plus convaincus que jamais qu’il s’agissait de Yomi. L’avatar du biologiste se cacha le visage dans le creux de ses mains. Pire scénario n’aurait pu se produire. Les Mysticys ne connaissant pas les hybrides, voir Feyna posséder des caractéristiques non humaines, faisait d’elle pour eux une Fusionnée. Axan aurait beau trouver des arguments pour persuader ses confrères qu’il ne s’agissait pas de Yomi, le résultat serait le même, à leurs yeux, ils se tenaient face à une Fusionnée, ils devaient l’exorciser.

Vyrian soupira de lassitude. La réaction des villageois était prévisible, néanmoins, il en chercha une faille, pensant en avoir trouvé une, il interrogea Mère.

— Lorsque Faric violentait Yomi, des ailes apparurent, ça ne choque pas les habitants de voir à présent une queue ?

— Non, les Xyleras s’adaptent selon leur environnement. Leurs attributs magiques ne sont pas nécessairement les mêmes.

Vyrian acquiesça avant de se tourner vers Keenan, le jeune homme s’était placé devant Feyna, faisant rempart entre elle et les villageois qui lui faisaient face. La voix de l’Exilé surprit tout le monde. Les villageois semblaient en avoir oublié sa présence face à l'hybride.

— Puis-je savoir de quoi il s’agit ?

— Cela ne te concerne en rien, Sage.

Vyrian ne reconnut pas cette voix pleine de dédain, il avisa un des villageois, contrairement à Axan et à son attitude pacifiste, l’homme s’approcha une dague dans chaque main. Ses intentions étaient claires, Mère transmit son identité à Vyrian et le biologiste regarda Keenan s’approcher du dénommé Ywan.

Les deux hommes se tenaient face à face, Keenan lui répondit le sourire aux lèvres.

— Vraiment ? Fallait y réfléchir avant de vous en prendre à ma patiente !

A ces mots, Feyna lui lança un regard noir. Elle ne semblait pas apprécier que l’on dévoile ainsi ses faiblesses. Bien qu’en infériorité numérique, Keenan paraissait confiant. La dizaine de villageois présents ne semblaient pas l’inquiéter.

Cette nonchalance surprit Vyrian, mais ce ne fut rien en comparaison de la découverte de la petite créature qui virevoltait à ses côtés. Le petit être se dressa entre son maitre et Ywan. Vyrian put l’étudier pour la première fois. Son corps n’était que volute d’énergie, une étrange sonorité émanait d’elle : « Pschii, Pschii, Pschiiiiii ». Ywan ne se laissa pas impressionner et l’envoya valdinguer d’une pichenette avant de saisir le poignet de Keen’an. Toujours souriant Keenan s’adressa à Ywan.

— Vous n’auriez pas dû faire ça.

A peine la phrase fut prononcée que la créature revint à la charge. Son corps n’était à présent qu’une masse enflammée virevoltant dans les airs. Agile, elle encercla les villageois dans un cercle de feu. Les habitants se dispersèrent et relâchèrent leur vigilance.

Feyna profita de l’occasion et attaqua la première personne à sa portée. Le pauvre homme hébété se retrouva désarmé face contre terre, les épaules déboîtées. Keenan quant à lui était resté en retrait, il siffla d’admiration devant la maitrise de l’hybride. Mais, bientôt il dut détourner son attention de Feyna, Iwan le prenait à parti. Keenan s’amusa de la situation et esquiva les attaques sans difficulté, ce qui fit redoubler Ywan d’efforts.

Entre deux assauts infructueux, Keenan se rapprocha de Feyna, les combattants se trouvaient dos à dos face aux villageois plus décidés que jamais à les arrêter. Tout comme le mage observait Feyna, l’hybride n’avait pas manqué la facilité avec laquelle le jeune homme se jouait de son adversaire. Si bien qu’elle en fut intriguée. Il ne lui était plus possible que confondre Nick et Keenan.

— T’es qui ?

Keenan rit à la question abrupte de la jeune femme et lui répondit taquin.

— Je te retourne la question.

Feyna visiblement pas habituée à se présenter en pleins combats n’esquiva que partiellement la flèche qui la frôla. Elle trébucha et alors que son corps basculait en arrière, Keenan se pencha en avant offrant à la jeune femme un appui. Lorsque son dos entra en contact avec celui du Mysticys, elle se retourna et prit de surprise un des villageois qui tentait d’activer un parchemin dans le chaos qui régnait. L’homme en perdit sa concentration et la maitrise de son sort, si bien qu’un des villageois se retrouva stopper net dans sa course, entravé par des chaînes sorties de Terre. L’homme fusilla du regard le responsable, les chaînes partant de sa direction.

Pour la première fois, Vyrian partagea la bonne humeur de Keenan, il était agréable de voir les Altériens mordre la poussière. Mais il reprit bien vite un air sérieux voire inquiet lorsqu’il vit Feyna commencer à chanceler, la jeune femme pas encore remise de sa blessure s’affaiblissait. Keenan ne manqua pas les signes et se décida à mettre fin aux combats. Il appela la petite créature occupée à traumatiser un villageois qui tentait de l’attraper, les rôles s’étaient ben vite inverser. De proie, la créature était devenue prédatrice et pourchassait le malheureux déjà brûlé en de nombreux endroits.

A l’évocation de ce que Vyrian supposait être son nom, la créature ralentit et reprit de plus belle sa course, passant à proximité de Keenan, le mage l’intercepta et la réprimanda.

— Tu ne penses pas que tu en as assez fais ?

La petite créature se débattit, lançant une série de pépiements incompréhensibles et repartit embraser le paysage à la poursuite du villageois.

— Pitchi ça suffit ! Laisse-le tranquille !

Par pitié, Keenan assomma le malheureux qui passait par là ce qui lui valut une série de pépiements frénétiques. Avant que Pitchi ne se trouve une nouvelle victime. Keen’an contre-attaqua. Il envoya successivement les membres du village au tapis.

Vyrian le vit modifier son environnement. Autour de lui, la densité des molécules fut modifiée et lorsqu’il écarta ses paumes jointes, Vyrian vit un bâton se modeler entre ses mains. Son arme à peine matérialisée, Keenan l’envoya fracasser la mâchoire d’Ywan après avoir contraint l’homme à se plier en deux d’un coup dans l’estomac. Les quelques villageois toujours debout ou ayant réussi à se relever lâchèrent les armes. Satisfait, Keenan éteignit le feu d’une torsion de poignet et prit la parole.

— Bon, tout ça a attisé ma curiosité. Menez-nous à Alteryx ! Je vous prouverai que cette fille n’est pas une Fusionnée !

Un genou à terre, Feyna redressa la tête son expression semblait vouloir dire « tout ça, pour ça », les Altériens qui relevaient les leurs arborèrent la même expression. Seul, Ywan ne semblait pas abasourdit par la nouvelle.

— Et comment comptes-tu t’y prendre ?

— De l’observation et un peu de bon sens.

Ce fut au tour d’Ywan de rire.

— Et que fais-tu de son apparence ?

— J’ignore ce qu’elle est, mais en absence de cœur magique, elle ne peut être une Fusionnée.

— Mais …

L’homme semblait peu à peu perdre le fil de ses pensées, ses yeux se troublèrent un court instant avant qu’il ne poursuive.

— Mais, Faric …

A ce nom Keenan réagit au quart de tour.

— Que venez-vous de dire ?

— Faric ?

— Quel est son lien avec cette histoire ?

Déconcerté, Ywan lui apprit l’accession de Faric au pouvoir. La réponse du mage ne se fit pas attendre.

— Emmenez-moi voir Faric !

Après une rapide concertation les villageois approuvèrent l’idée et ils se mirent en route. Pitchi veillait à ce qu’aucun ne tente un coup tordu et tournoyait joyeusement au-dessus de Keenan.

Vyrian regarda la procession s’éloigner, il n’en revenait pas de la démonstration de force de Keen’an. Etait-ce donc de cela qu’était capable les Exilés ? Il avait assisté à la maitrise de l’arme de Yomi mais n’avait pu la voir en combat réel. Il ne doutait pas que la jeune femme était redoutable, mais la maitrise de Keen’an était tout autre, il matérialisait des armes en partant de rien. Leur origine leur donnait-elle une sensibilité différente aux autres mondes ?

Quoiqu’il en soit, Vyrian ne tarderait pas à avoir la réponse, deux des six Exilés étaient apparus. En attendant, il se concentra sur Feyna, la jeune femme attrapa la manche de Keenan qui se retourna face à l’hybride mal en point.

— Qui es-tu et qu'est-ce qu'une Fusionnée ?

L’intéressé répondit mystérieux.

— Ce que tu n’es pas. Je m’appelle Keenan et elle c’est Pitchi.

Voyant le convoi s’éloigner, Feyna rattrapa son retard. Vyrian découvrit en bas de l’écran, un nouvel onglet intitulé « Histoire et évolution des Fusionnés ». Il sélectionna ce qui lui semblait être un raccourci. L’onglet clignota et s’ouvrit.

Annotations

Recommandations

SALGRENN

Je ne sais pas trop ce que je fais là, ils m'ont finalement traîné de force. Pourtant, je n'avais pas du tout le cœur à faire la fête, ce soir...
— Mais si, allez quoi, viens avec nous, Nénesse... ! Ne fais pas ta tête de mule... Tu vas voir ; cela te changera les idées ! La bringue de l'été, à Poudis, ça ne se manque sous aucun prétexte... !
Flonflons, lampions. Il y a un monde fou. Toutes les tables sont occupées. Ils aperçoivent des amis. Alors on se faufile tant bien que mal, et ils nous font une petite place à coté d'eux. L'orchestre sur son estrade fait un boucan épouvantable, on ne s'entend plus, et l'on doit hurler nos prénoms pour les présentations d'usage...
— Ernest... enchanté !
Je la vois.
Un coup de foudre est la chose la plus merveilleuse qui puisse vous arriver dans une existence. Il a ce pouvoir étrange, inexplicable, de suspendre à la fois le temps qui s'écoule, le monde entier autour de vous , le vacarme le plus assourdissant, votre vie...
Et si je n'aperçois d'elle que son visage, ses yeux, son sourire, mon cœur sait déjà.
Je lui fais répéter son prénom.
— Clara...
Bien sûr, on commande à boire. Les gens bougent, chantent à tue-tête, dansent devant nous sur la place du village. L'air est électrique et l'orchestre fait des fausses notes, mais tout le monde s'en moque. Moi le premier. Car plus rien ne compte qu'elle.
— Alors, comme ça, vous êtes en vacances chez vos amis... ?
Elle s'intéresse donc à moi. Je bafouille. J'ai chaud. Besoin d'air. Je cherche péniblement mes mots.
— ... Oui... c'est ça... Édith et Jacques m'ont proposé de venir passer quelques jours chez eux... Je n'étais jamais venu par ici... c'est vraiment une belle région !
— Moi, j'étais à l'école avec Édith... On se connaît depuis la maternelle toutes les deux...
Je l'imagine maintenant à cinq ans ou six ans. On nous apporte les boissons, et l'on trinque joyeusement.
— Et vous... vous vivez par ici... ?
Je me sens idiot. Je suis un idiot. Je voudrais déjà tout savoir d'elle. Et puis qu'elle apprenne, elle aussi, tout de moi. Nous avons déjà perdu tant de temps...
— Oui, bien sûr... ! Je suis instit' à Poudis... mais l'école a bien failli fermer vous savez... !
— Institutrice... ? C'est le plus beau métier qui soit, non ?!
— Oui... peut-être... c'est ce que l'on dit souvent en tout cas... mais il faut tout de même avoir la foi... !
Je voudrais tant lui parler de ses yeux. De ses magnifiques cheveux aussi... Lui proposer d'aller danser, l'embrasser dans le cou, lui chuchoter des mots insensés dans le creux de l'oreille... amour, caresses, étreinte, tendresse, et même fidélité...
Au lieu de tout cela, je ne sors que des banalités... Alors il faut que je me reprenne maintenant. J'ai déjà tellement peur de la perdre.
— Vous êtes mariée... et... vous avez peut-être des enfants... ?
Pourquoi toutes ces questions ? Est-ce vraiment bien sérieux ? Qui me permet d'interroger ainsi une jeune femme que je ne connais que depuis quelques minutes ?! Voilà donc que je m'enfonce un peu plus...
— ... Non... pas du tout ! Célibataire sans enfants ! Mais pourquoi... cela t'intéresse... ?!
Elle me sourit. Elle est merveilleuse. La musique s'arrête soudain, un speaker monte sur le podium et lance des annonces au micro pour une tombola. Il déclame la liste des lots à remporter : Un voyage pour deux à Venise... une télévision écran plat... un repas gastronomique au restaurant "le vieux moulin"...
Jacques se tourne vers moi et me dit en rigolant que je devrais prendre un billet.
— Toi qui as toujours eu beaucoup de veine dans la vie... ! Venise... ça ne te dirait pas un week-end à Venise... ?! En amoureux... !
Il a raison. Je vais acheter un billet, la chance est de mon côté, ce soir, à Poudis...
9
17
6
3
Mouquet Louis

François était assis devant son ordinateur depuis une bonne heure maintenant. Mais il n’avait pas envie de bouger, il ne faisait pas n’importe quoi, il écrivait. Ce qu’il rédigeait n’était pas un devoir d’école, l’école, ça fait bien longtemps qu’il l’avait quittée. Ce n’était pas un mail pour une entreprise, non plus, rien de tout ça.
Il avait décidé d’écrire un livre, un roman, de raconter une histoire. Cette idée lui était venue, il y a quelques heures, après avoir regardé une émission à la télévision. Pour être précis, jamais auparavant François n’aurait voulu écrire une histoire. Il laissait ça aux auteurs, aux vrais, à ceux qui passent à la télévision, ceux qui ont du talent. Il ne pensait pas faire partie de ces gens là.
Sa vie lui paraissait banale, il pensait qu’elle n’intéresserait personne. Il n’était qu’un petit français moyen travaillant comme gardien de musée. Il était tard et à cette heure, peu de gens étaient encore éveillés, mais lui devait rester debout et veiller. Le directeur du musée comptait beaucoup sur lui pour éviter tout problème. Et François ne comptait pas le décevoir.
Il repensa au talk-show qu’il avait vu à la télévision, il y a une heure. Combien de gens étaient à l’heure actuelle, en train de faire la même chose que lui. Avait-il une chance par rapport à eux de réussir, si on en croyait cet homme, oui, il en avait une. La phrase qu’il avait lancée à la fin de l’émission avait été comme une bombe.
« Chacun de nous est unique. On est pas tous nés au même endroit, on a pas tous des frères et des sœurs, on pas les mêmes amis. Nos façons de penser sont différentes et nos façons de voir les choses le sont tout autant. Certains d’entre vous reconnaîtront peut être ce qui suit. Gloire, Fortune et Pouvoir, cet homme avait amassé toutes les richesses du monde. Son nom Gold Roger roi,des pirates, ses dernières paroles incitèrent les hommes de toute la planète à s’aventurer en mer. Mon trésor, je vous le laisse si vous voulez, trouvez le, je l’ai laissé quelque part dans ce monde. Le monde connut alors une grande vague de piraterie. Me concernant, je ne veux pas vous inciter à devenir pirate, non. Mais avec ce qui fait de vous cet être unique, dont je parlais tout à l’heure. Je veux vous inciter a prendre un crayon ou un ordinateur et à écrire. L’homme que j’ai cité à lancé une grande vague de piraterie, moi, je veux lancer une vague littéraire. Lancez-vous et envoyez moi vos textes, je les lirai un par un avec attention et vous ferai un retour.» avait dit l’homme invité.
L’auteur invité semblait savoir ce qu’il faisait. Il avait attendu la fin de l’émission pour faire ce discours. Et avant de le prononcer, il avait sorti quelque chose d’un sac, qu’il avait à ses pieds. Cette chose était un chapeau, un chapeau de paille avec un ruban noir qui en faisait tout le tour. Et lorsqu’il eut prononcé la dernière phrase, il resta à fixer la caméra avec un grand sourire.
L’émission s’était terminée ainsi, François avait réfléchi un temps aux paroles de cet homme. Il avait ouvert une page de traitement de texte sur son ordinateur. Au départ, il avait écrit des mots et des phrases sans vraiment croire en ce qu’il faisait. Et puis, il avait pensé à ce musée, à ces rondes qu’il faisait, il devrait d’ailleurs bientôt en faire une.
Là, les idées étaient venues, un vol dans le musée, des œuvres du musée qui prennent vie. Il avait noté tout cela et avait commencé à rédiger quelque chose. Il y avait toujours en lui, cette dualité. D’un côté, il pensait que cela n’allait pas marcher, que son histoire, tout le monde s’en ficherait. De l’autre, il se disait qu’il tenait là, une histoire semblable à aucune autre, originale en tout point.
Lorsqu’il quitta son ordinateur pour faire sa ronde, il se passa quelque chose d’inhabituel. Il s’immergea entièrement dans ce qu’il avait commencé à écrire. Et chaque œuvre devant laquelle il passait, il en tirait quelque chose qu’il gardait dans sa tête. Il se pressait d’écrire cette idée quand il revenait à son poste, là où il y avait toutes les caméras.
Outre son activité de gardien de musée, son histoire parlait aussi de lui. Il y avait assemblé de nombreux souvenirs de sa vie passée. Des bribes de son adolescence, changeant les noms de certains personnages, même le sien. Quand le jour se pointa, il était encore en train d’écrire, il n’avait pas vu le temps passer. Il rentra dormir, et là, il rêva de son histoire.
La nuit suivante, et toutes celles qui suivirent, il écrivit. Il y eut des moments où il se persuadait que son histoire était nulle. Mais en pensant à ce gars à la télé qui avait dit que toute histoire était bonne à raconter,il continua. Les pages se succédèrent et les chapitres aussi, mais il n’osa d’abord pas le montrer, à personne. Même pas à sa compagne, il avait une petite amie mais n’était pas marié.
Un jour qu’il dormait, il avait laissé son ordinateur dans la salle à manger, ouvert. Sa chérie tomba dessus, elle le trouvait changé, bizarre, depuis quelques temps. Elle lui faisait confiance sur leur relation, elle savait qu’il l’aimait, elle en était persuadé. Mais elle voulait savoir ce qu’il se passait, alors elle se mit à fouiller.
Tombant sur l’histoire, elle se mit à la lire jusqu’au bout. Elle la lut en entier, et finit en pleurs, car elle se reconnue plus d’une fois dans ce récit. Elle le trouva magnifique, bien écrit et assez représentatif de ce qu’était son tendre amour. Quand il se réveilla de sa sieste, elle était partie faire des courses. Mais un mot sur l’ordinateur témoignait de son admiration.Le gardien de musée sourit.
2
1
19
4
vincent Dup

La douceur et la tendresse
Ensemble il n'y a que la finesse
Sucré et généreux
Donne des heureux
Leurs vies suit le même chemin
Il n'attendent que leurs destins
Servit a une table
Ils sont inoubliables
Plus ont les aperçois
Plus ils attirent les voies
Nous apaisant chaques jours
Ca fait le plaisir qui nous entoure
4
12
0
0

Vous aimez lire Neru ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0