Chapitre 8 : Révolte (2)

5 minutes de lecture

Vyrian découvrit une grande salle de réunion dans laquelle le mobilier se trouvait poussé contre les murs, des traces de frottements attestaient de leur déplacement.

La préméditation de Faric n’échappa ni aux opposants, ni à Vyrian. Ce ne fut pas le cas, des entraves placées sous les pieds de Dallan, Fara et Dungal. Alors qu’ils tentaient de s’approcher de Faric, leurs corps ne leurs répondaient plus, ils se trouvaient aussi rigides que le plancher sous leurs pieds.

Faric s’amusa du spectacle, il jeta négligemment Yomi sur son épaule, attrapa une chaise dans un coin de la pièce et la tira jusqu’à son centre. Là, il attacha Yomi sous le regard courroucé de son mentor et de ses parents.

Dallan essaya une nouvelle fois de lui faire entendre raison.

— Faric, tout cela va trop loin !

— Ce n’est pourtant que le commencement.

Craignant le pire, Vyrian se tourna vers Mère.

Nous devons l’arrêter !

— Et comment ? Vous ne connaissez pratiquement rien du Monde Mythique, vos actes ont plus de chances d’aggraver la situation.

Bien que Vyrian savait la conversation perdue d’avance, son avatar retransmit sa frustration. Il ne put empêcher son pied virtuel de frapper le sol.

Le biologiste se força à retrouver son calme, il devait trouver une solution. Il remarqua pour la première fois l’absence de Xam. Il aurait aimé pouvoir s’entretenir avec lui et ensemble échafauder un plan.

Un mouvement attira son attention, Yomi s’éveillait. Vyrian ne fut pas le seul à percevoir cette activité, les villageois se tournèrent vers elle comme une seule personne.

Yomi, le teint livide, découvrit son auditoire ainsi que les liens qui lui enserraient poignets et chevilles. La jeune femme tenta de se dégager, en vain. Son regard parcouru l’assemblée et s’attarda sur le visage de ses parents. Fara refreina un sanglot et Dallan se mordit la lèvre inférieure.

Vyrian ne comprenait leur réaction.

— Mais qu’attendent-ils pour agir ?

— Ils sont piégés.

— Ça merci je l’ai bien vu ! Mais qu’attendent-ils pour réconforter leur fille ? Lui expliquer la situation ? Pourquoi ne font-ils rien ?

— Comme je vous l’ai signalé, ils sont piégés. Si vous m’aviez laissé finir j’aurais pu vous informer également qu’ils sont piégés psychiquement. Céder à leurs émotions, ne fera qu’offrir à Faric un moyen de prendre le contrôle de leur corps grâce à son Violeâmes.

— Que…

— Comme je vous l’ai expliqué, une personne entraînée peu défaire une possession, mais cela n’est plus possible lorsqu’elle se trouve sous le joug de ses émotions.

— La pauvre. Nous ne pouvons vraiment rien faire pour l’aider ?

— Rien.

L’avatar du chercheur serra les poings d’impuissance, il ne connaissait que trop bien ce sentiment. A l’époque déjà, quand son monde agonisait, il avait milité pour sensibiliser les siens, mais à part quelques soutiens, la population s’était focalisée sur son quotidien s’estimant chanceuse de pouvoir conserver le même mode de vie.

Le scientifique vit les yeux de Yomi s’agrandir d’effroi face à l’ignorance de ses parents. Vyrian vit sa lèvre trembler. Après avoir dégluti, elle s’exprima d’une voix chevrotante.

— Que se passe-t-il ?

Faric s’avança et s’accroupi face à la jeune femme.

— Ça j’aimerai bien que tu nous le dises.

— Comment ça ? Je comprends pas. Que signifie tout ceci ?

Le politicien se redressa et gifla la jeune femme. Le claquement résonna dans la pièce. Fara et Dallan regardèrent outrés Faric lever la main sur leur fille. Dungal, quant à lui gardait une expression indignée.

Le silence revenu dans la pièce, Faric s’adressa à une Yomi choquée.

— Ecoute moi bien sale gosse, ici c’est moi qui pose les questions.

— Parce que vous êtes trop stupide pour en connaître les réponses, je suppose.

Une nouvelle gifle claqua envoyant valser la tête de la jeune femme. Le sang qui commençait à s’écouler de ses lèvres meurtries perla sur le plancher. Comme attiré par l’odeur sanguine qui se dégageait de la plaie, Faric fixait avec envie le sol se couvrir de carmin.

— Bien reprenons, tu assistais à la Cérémonie, les festivités battaient leur pleins avant qu’un imprévu se produise. Quel est-il ?

Faric plongea son regard dans celui de la jeune femme. Tout aussi attentif, Vyrian discernait de l’incompréhension, de la peur ainsi qu’une pointe d’audace. La tension était palpable. Yomi mit un terme à cet échange silencieux.

— Je l’ignore.

La jeune Altérienne paraissait toujours étourdie sous l’effet de ses récentes blessures, malgré tout, elle tentait de rester fier. Vyrian se réjouit intérieurement de sa force de caractère. Seulement, le scientifique savait également que ce comportement la ferait souffrir. L’agacement de Faric face à son ignorance en était la preuve.

Vyrian regarda le maire autoproclamé tourner autour de la jeune femme. Une fois dans son dos, il posa ses mains sur ses épaules et appuya sur son membre déboité.

— Je me suis mal fait comprendre.

Vyrian vit les mâchoires de la jeune femme se crisper, sa fierté lui interdisait de crier, des larmes commencèrent à perler, elle pivota la tête et des mèches vinrent recouvrir son visage strié de larmes. Faric lui fit de nouveau face et dégagea son visage.

— Tu finiras par craquer, crois-moi.

Le politicien appuya un nouvelle fois sur le membre blessé, cette fois Yomi ne put empêcher une plainte de franchir ses lèvres.

— Bien, maintenant que j’ai ravivé ta douleur, te souviens-tu ?

Le voile d’incompréhension qui persistait dans le regard de la jeune femme s’évanouit remplacé par une froide fureur.

— J’ignore ce dont vous parlez, j’ai perdu connaissance, je ne me souviens de rien. Mais je sais une chose. De nous deux, vous êtes le plus faible. Incapable de comprendre les choses par vous-mêmes, vous préférez violenter une gosse dans l’espoir de combler votre ignorance.

Devant l’audace de la jeune femme, Faric perdit patience. Un excès de colère le submergea. Ses phalanges vinrent percuter la joue de la jeune femme. Yomi cracha sur Faric une gerbe de sang.

— Auriez-vous oublié ? Nous sommes des dompteurs, nous nous adaptons en toute circonstance. Quelle situation mérite que je me fasse tabasser à par pour le caprice d’un politicien raté ? 

Ces derniers mots crachés à quelques centimètres du visage de Faric, blessèrent l’ego de ce dernier. Il arma de nouveau son bras.

— Allez-y frappez-moi, je vous serai d’aucune utilité évanouie ou morte !

La voix enrouée de la jeune femme résonna dans la vaste salle et réussit à troubler Faric, le politicien hésita un instant. Yomi tremblait dans l’attente du coup.

Focalisé sur la situation, Vyrian oublia sa condition, son image mentale se jeta sur la jeune femme dans le but de la protéger. Seulement, rien n’y fit, ses actions n’étaient que virtuelles. Impuissant, il vit Faric se ressaisir. D’un instant à l’autre, son poing atteindrait Yomi.

L’image mentale de Vyrian se laissa choir, les genoux au sol. Seul un miracle pouvait sauver la jeune femme.

Annotations

Recommandations

SALGRENN

Je ne sais pas trop ce que je fais là, ils m'ont finalement traîné de force. Pourtant, je n'avais pas du tout le cœur à faire la fête, ce soir...
— Mais si, allez quoi, viens avec nous, Nénesse... ! Ne fais pas ta tête de mule... Tu vas voir ; cela te changera les idées ! La bringue de l'été, à Poudis, ça ne se manque sous aucun prétexte... !
Flonflons, lampions. Il y a un monde fou. Toutes les tables sont occupées. Ils aperçoivent des amis. Alors on se faufile tant bien que mal, et ils nous font une petite place à coté d'eux. L'orchestre sur son estrade fait un boucan épouvantable, on ne s'entend plus, et l'on doit hurler nos prénoms pour les présentations d'usage...
— Ernest... enchanté !
Je la vois.
Un coup de foudre est la chose la plus merveilleuse qui puisse vous arriver dans une existence. Il a ce pouvoir étrange, inexplicable, de suspendre à la fois le temps qui s'écoule, le monde entier autour de vous , le vacarme le plus assourdissant, votre vie...
Et si je n'aperçois d'elle que son visage, ses yeux, son sourire, mon cœur sait déjà.
Je lui fais répéter son prénom.
— Clara...
Bien sûr, on commande à boire. Les gens bougent, chantent à tue-tête, dansent devant nous sur la place du village. L'air est électrique et l'orchestre fait des fausses notes, mais tout le monde s'en moque. Moi le premier. Car plus rien ne compte qu'elle.
— Alors, comme ça, vous êtes en vacances chez vos amis... ?
Elle s'intéresse donc à moi. Je bafouille. J'ai chaud. Besoin d'air. Je cherche péniblement mes mots.
— ... Oui... c'est ça... Édith et Jacques m'ont proposé de venir passer quelques jours chez eux... Je n'étais jamais venu par ici... c'est vraiment une belle région !
— Moi, j'étais à l'école avec Édith... On se connaît depuis la maternelle toutes les deux...
Je l'imagine maintenant à cinq ans ou six ans. On nous apporte les boissons, et l'on trinque joyeusement.
— Et vous... vous vivez par ici... ?
Je me sens idiot. Je suis un idiot. Je voudrais déjà tout savoir d'elle. Et puis qu'elle apprenne, elle aussi, tout de moi. Nous avons déjà perdu tant de temps...
— Oui, bien sûr... ! Je suis instit' à Poudis... mais l'école a bien failli fermer vous savez... !
— Institutrice... ? C'est le plus beau métier qui soit, non ?!
— Oui... peut-être... c'est ce que l'on dit souvent en tout cas... mais il faut tout de même avoir la foi... !
Je voudrais tant lui parler de ses yeux. De ses magnifiques cheveux aussi... Lui proposer d'aller danser, l'embrasser dans le cou, lui chuchoter des mots insensés dans le creux de l'oreille... amour, caresses, étreinte, tendresse, et même fidélité...
Au lieu de tout cela, je ne sors que des banalités... Alors il faut que je me reprenne maintenant. J'ai déjà tellement peur de la perdre.
— Vous êtes mariée... et... vous avez peut-être des enfants... ?
Pourquoi toutes ces questions ? Est-ce vraiment bien sérieux ? Qui me permet d'interroger ainsi une jeune femme que je ne connais que depuis quelques minutes ?! Voilà donc que je m'enfonce un peu plus...
— ... Non... pas du tout ! Célibataire sans enfants ! Mais pourquoi... cela t'intéresse... ?!
Elle me sourit. Elle est merveilleuse. La musique s'arrête soudain, un speaker monte sur le podium et lance des annonces au micro pour une tombola. Il déclame la liste des lots à remporter : Un voyage pour deux à Venise... une télévision écran plat... un repas gastronomique au restaurant "le vieux moulin"...
Jacques se tourne vers moi et me dit en rigolant que je devrais prendre un billet.
— Toi qui as toujours eu beaucoup de veine dans la vie... ! Venise... ça ne te dirait pas un week-end à Venise... ?! En amoureux... !
Il a raison. Je vais acheter un billet, la chance est de mon côté, ce soir, à Poudis...
9
17
6
3
Mouquet Louis

François était assis devant son ordinateur depuis une bonne heure maintenant. Mais il n’avait pas envie de bouger, il ne faisait pas n’importe quoi, il écrivait. Ce qu’il rédigeait n’était pas un devoir d’école, l’école, ça fait bien longtemps qu’il l’avait quittée. Ce n’était pas un mail pour une entreprise, non plus, rien de tout ça.
Il avait décidé d’écrire un livre, un roman, de raconter une histoire. Cette idée lui était venue, il y a quelques heures, après avoir regardé une émission à la télévision. Pour être précis, jamais auparavant François n’aurait voulu écrire une histoire. Il laissait ça aux auteurs, aux vrais, à ceux qui passent à la télévision, ceux qui ont du talent. Il ne pensait pas faire partie de ces gens là.
Sa vie lui paraissait banale, il pensait qu’elle n’intéresserait personne. Il n’était qu’un petit français moyen travaillant comme gardien de musée. Il était tard et à cette heure, peu de gens étaient encore éveillés, mais lui devait rester debout et veiller. Le directeur du musée comptait beaucoup sur lui pour éviter tout problème. Et François ne comptait pas le décevoir.
Il repensa au talk-show qu’il avait vu à la télévision, il y a une heure. Combien de gens étaient à l’heure actuelle, en train de faire la même chose que lui. Avait-il une chance par rapport à eux de réussir, si on en croyait cet homme, oui, il en avait une. La phrase qu’il avait lancée à la fin de l’émission avait été comme une bombe.
« Chacun de nous est unique. On est pas tous nés au même endroit, on a pas tous des frères et des sœurs, on pas les mêmes amis. Nos façons de penser sont différentes et nos façons de voir les choses le sont tout autant. Certains d’entre vous reconnaîtront peut être ce qui suit. Gloire, Fortune et Pouvoir, cet homme avait amassé toutes les richesses du monde. Son nom Gold Roger roi,des pirates, ses dernières paroles incitèrent les hommes de toute la planète à s’aventurer en mer. Mon trésor, je vous le laisse si vous voulez, trouvez le, je l’ai laissé quelque part dans ce monde. Le monde connut alors une grande vague de piraterie. Me concernant, je ne veux pas vous inciter à devenir pirate, non. Mais avec ce qui fait de vous cet être unique, dont je parlais tout à l’heure. Je veux vous inciter a prendre un crayon ou un ordinateur et à écrire. L’homme que j’ai cité à lancé une grande vague de piraterie, moi, je veux lancer une vague littéraire. Lancez-vous et envoyez moi vos textes, je les lirai un par un avec attention et vous ferai un retour.» avait dit l’homme invité.
L’auteur invité semblait savoir ce qu’il faisait. Il avait attendu la fin de l’émission pour faire ce discours. Et avant de le prononcer, il avait sorti quelque chose d’un sac, qu’il avait à ses pieds. Cette chose était un chapeau, un chapeau de paille avec un ruban noir qui en faisait tout le tour. Et lorsqu’il eut prononcé la dernière phrase, il resta à fixer la caméra avec un grand sourire.
L’émission s’était terminée ainsi, François avait réfléchi un temps aux paroles de cet homme. Il avait ouvert une page de traitement de texte sur son ordinateur. Au départ, il avait écrit des mots et des phrases sans vraiment croire en ce qu’il faisait. Et puis, il avait pensé à ce musée, à ces rondes qu’il faisait, il devrait d’ailleurs bientôt en faire une.
Là, les idées étaient venues, un vol dans le musée, des œuvres du musée qui prennent vie. Il avait noté tout cela et avait commencé à rédiger quelque chose. Il y avait toujours en lui, cette dualité. D’un côté, il pensait que cela n’allait pas marcher, que son histoire, tout le monde s’en ficherait. De l’autre, il se disait qu’il tenait là, une histoire semblable à aucune autre, originale en tout point.
Lorsqu’il quitta son ordinateur pour faire sa ronde, il se passa quelque chose d’inhabituel. Il s’immergea entièrement dans ce qu’il avait commencé à écrire. Et chaque œuvre devant laquelle il passait, il en tirait quelque chose qu’il gardait dans sa tête. Il se pressait d’écrire cette idée quand il revenait à son poste, là où il y avait toutes les caméras.
Outre son activité de gardien de musée, son histoire parlait aussi de lui. Il y avait assemblé de nombreux souvenirs de sa vie passée. Des bribes de son adolescence, changeant les noms de certains personnages, même le sien. Quand le jour se pointa, il était encore en train d’écrire, il n’avait pas vu le temps passer. Il rentra dormir, et là, il rêva de son histoire.
La nuit suivante, et toutes celles qui suivirent, il écrivit. Il y eut des moments où il se persuadait que son histoire était nulle. Mais en pensant à ce gars à la télé qui avait dit que toute histoire était bonne à raconter,il continua. Les pages se succédèrent et les chapitres aussi, mais il n’osa d’abord pas le montrer, à personne. Même pas à sa compagne, il avait une petite amie mais n’était pas marié.
Un jour qu’il dormait, il avait laissé son ordinateur dans la salle à manger, ouvert. Sa chérie tomba dessus, elle le trouvait changé, bizarre, depuis quelques temps. Elle lui faisait confiance sur leur relation, elle savait qu’il l’aimait, elle en était persuadé. Mais elle voulait savoir ce qu’il se passait, alors elle se mit à fouiller.
Tombant sur l’histoire, elle se mit à la lire jusqu’au bout. Elle la lut en entier, et finit en pleurs, car elle se reconnue plus d’une fois dans ce récit. Elle le trouva magnifique, bien écrit et assez représentatif de ce qu’était son tendre amour. Quand il se réveilla de sa sieste, elle était partie faire des courses. Mais un mot sur l’ordinateur témoignait de son admiration.Le gardien de musée sourit.
2
1
19
4
vincent Dup

La douceur et la tendresse
Ensemble il n'y a que la finesse
Sucré et généreux
Donne des heureux
Leurs vies suit le même chemin
Il n'attendent que leurs destins
Servit a une table
Ils sont inoubliables
Plus ont les aperçois
Plus ils attirent les voies
Nous apaisant chaques jours
Ca fait le plaisir qui nous entoure
4
12
0
0

Vous aimez lire Neru ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0