11. Différence de taille

3 minutes de lecture

Jack eut un soupir contenu lorsque ses genoux tâtèrent la moquette moelleuse. Violet relâcha la laisse, accordant même au malheureux esclave quelques instants de répit. Jack les savoura discrètement. Il n’était pas question de s’écrouler de fatigue sur cette surface duveteuse. Même si sa maîtresse était partie préparer quelque chose dans un coin de ce salon, Jack ne doutait pas qu’elle conservait encore un œil sur lui. Et qu’elle saurait le réprimander s’il s’affalait sans élégance sur ce sol crème et immaculé.

Depuis l’épisode de la fessée, ses maîtresses avaient sans doute pris conscience du désœuvrement de leur soumis. Ainsi, elles mettaient un point d’honneur à s’occuper de lui, donc, à le maltraiter comme il le méritait.

Aujourd’hui, Violet avait décrété que ce serait son tour de promener le chien. Et un chien se devant d’être à quatre pattes, la dominatrice avait entouré le scrotum de Jack d’un épais cylindre de métal. Non content de tirer douloureusement ses testicules, le ball stretcher était, en plus, rattaché à une chaîne, elle-même reliée à un boulet. De la sorte, Jack était obligé de tracter cinq kilos supplémentaires à la seule force de ses parties génitales. Une humiliation de plus au sein du lot quotidien duquel il était coutumier.

Pour s’assurer que l’homme-carpette ne puisse tricher, Violet avait aussi enchaîné ses poignets à l’anneau de son collier. Jack pouvait seulement poser les mains à terre pour avancer, mais certainement pas s’aider de ces dernières pour soulever le boulet. Au bout d’une heure à être promené de cette façon, le pauvre canidé avait aussi mal aux genoux qu’à ses bijoux de famille. Loin de s’en plaindre, Jack trouvait un profond épanouissement dans les traitements que se décidaient à lui infliger ses merveilleuses déesses. Chaque soir, alors qu’il s’endormait comme un bébé sur la couche de sa cellule, il songeait avec ravissement à la chance qu’il avait de recevoir l’attention de ces trois créatures fantasmagoriques. Oh, bien sûr, il le payait chèrement dans le service assidu qu’il devait leur rendre, mais Jack accepterait volontiers de récurer le parquet avec une brosse à dents si cela lui valait de pouvoir enfouir son museau entre les cuisses savoureuses de Vermeil.

Présentement, même si la douleur épuisait ses nerfs et ses muscles, même si la tentation de se rouler en boule sur le sol était grande, Jack se força à rester sagement assis, à l’affut du prochain ordre de Violet qui ne saurait tarder. Il n’y avait qu’en manifestant sa dévotion et son abnégation que le soumis pouvait espérer une récompense.

Violet avait terminé sa fouille dans les placards. Jack ne voyait pas ce qu’elle en avait extirpé et n’essaya de tricher en se tordant le cou. Après tout, n’était-il pas plus excitant de se réserver la surprise ?

— Au pied, chien !

L’imposante dominatrice, au carré de cheveux impeccablement taillé, tapa une cravache contre le revêtement de sa cuissarde, comme pour appâter l’homme réduit à l’état d’animal.

Un frisson traversa Jack tandis qu’il se remit en route, traînant sa carcasse en faisant fi de la douleur, seulement hypnotisé par le regard de jais de Violet qui l’avalait comme un gouffre. Arrivé à ses pieds, la déesse agrippa la lanière de son masque et plaqua sa tête contre sa cuisse. Jack se fascinait de cette position d’infériorité qui imposait cette incontestable différence de taille. À genoux, l’esclave profitait de cette vision privilégiée et imposée sur le mont de Vénus de la déesse ; indomptable toison noiraude qui bourgeonnait et masquait des trésors dont Jack ne lassait pas de louer la splendeur.

Les doigts de Violet se glissèrent dans les touffes éparses des cheveux qui s’échappaient de la cagoule de Jack. Pour l’avoir déjà expérimenté, le soumis savait quelle douceur précédait les savoureux sévices qu’étaient capable d’infliger Violet. Il en frétillait d’anticipation ! D’une poigne plus ferme, les doigts s’enroulèrent dans la lanière et tirèrent la tête de Jack pour l’inviter à la suivre dans une autre pièce. Un nouvel antre de merveilles et de plaisirs coupables.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

valdomar
Une histoire de famille est le récit de la vie de Diego, adolescent élevé dans une famille homoparentale. Il met en scène la découverte de sa sexualité en prenant appui sur l'année scolaire 2012/2013 qui voit l'adoption de la loi sur le Mariage pour tous. C'est une romance à destination d'un public LGBT.
3730
1034
2074
1260
LuizEsc
À Monade, voir le ciel est un privilège qui se mérite. Les classes souterraines suent sang et eau pour un rayon de soleil. Il existe pourtant un moyen d’accélérer le processus : se vouer corps et âme à l’Entelechia. Mais ceux qui s’y risquent n’en gardent aucun souvenir.

Hélios, jeune acteur parvenu, brûle les planches dans sa dernière pièce. Son talent résonne jusqu’aux Nuages et conquiert même cette Aile, Kosan Manqa. À moins que son attention ne cache d’autres raisons moins honorables.
175
164
364
183
Xenos Walker
Destins Croisés ? Un titre bien étrange non ? Dans cette histoire vous allez découvrir la vie d'un groupe de lycéen qui vont découvrir petit à petit qui ils sont vraiment, qui vont suivre et découvrir leurs destins.

Nous allons à travers cette histoire et les différents point de vue de Zach et Allan découvrir les mêmes facettes de certains événements et découvrir les destins de tous ces personnages qui se sont croisés durant une année qui changera à jamais leurs vie sur tous les point de vue.
787
216
553
475

Vous aimez lire LuizEsc ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0