4. Culte du corps

3 minutes de lecture

Jack terminait de plier le linge dans la buanderie. Il adorait sentir la douceur satinée des bas de ses maîtresses, le relief de la fine dentelle d’un soutien-gorge sous la pulpe de ses doigts. Jack aurait adoré se masturber sur les accessoires de ces créatures délicieuses, mais ces dernières lui avait formellement interdit toute séance d’onanisme sans leur permission et Jack avait bien trop l’impression que ces êtres surnaturels avaient leurs yeux partout, pour se risquer à désobéir.

Il plia soigneusement le linge dans un panier avant de l’amener dans les chambres pour le ranger.

Jack devait officier comme larbin depuis une semaine, ou bien deux. Sans le cycle du jour et de la nuit, Jack n’avait aucune mesure de l’écoulement du temps, seulement rythmé par le planning de ses corvées. Pour autant, le jeune soumis se conforma vite à sa situation, acceptant que, puisqu’il n’avait pas le choix, autant faire en sorte de rendre son séjour ici agréable.

Pour l’heure, ses maîtresses ne lui avaient encore octroyé aucune sorte de récompense, estimant que leur nouveau serviteur devait d’abord se fendre d’un travail irréprochable. Jack trouvait cela parfaitement légitime : l’attention de pareilles déités se méritait.

En pénétrant dans les quartiers de Vermeil, Jack eut la surprise d’y trouver la succulente rousse. Il l’aurait cru aux thermes, avec les deux autres. Peut-être en sortait-elle, car elle séchait son imposante chevelure de feu dans une serviette. Le reste de son corps apparut au serviteur dans le plus simple appareil.

Jack se hâta de baisser les yeux et de s’excuser pour le dérangement. Vermeil ne s’offusqua pas. De toute manière, les dominatrices n’avaient émis aucunes restrictions concernant les allées et venues de Jack dans leur manoir pour effectuer ses besognes ménagères. C’était bien qu’elles ne souciaient guère d’être surprise nues.

— Ah tu tombes bien, chien, s’exclama-t-elle avec un sourire dans la voix. Je n’avais justement plus rien à me mettre.

La rousse s’avança vers la panière et anéantit tout le travail de pliage qu’avait accompli Jack pour rechercher l’ensemble qu’il lui fallait. Jack se recula respectueusement d’un pas, mais ne put se retenir d’observer ce corps qui se déhanchait devant lui.

La cascade de boucles rousses dévalait son dos cambré jusqu’à une chute de reins plus divine que sa personne. Ses fesses d’albâtre étaient si rebondies que Jack aurait pu y enfoncer sa tête avec joie. Quelques vergetures dessinaient le volume de ses hanches, mais loin de gâter ce spectacle, elles ne firent qu’y apposer une touche d’authentique et de grâce. Vermeil affirmait ses courbes avec panache. Ses rondeurs, le frottement de ses cuisses entre elles, le rebond de son ventre et ses seins lourds imposaient de nouveaux canons de beauté dans l’esprit de Jack. Cette chair plantureuse ne pouvait qu’inviter à être pressée sous les doigts. Il aurait pu dédier un autel à la gloire de cette splendeur surnaturelle !

— Tu aimes ce que tu vois, mon mignon ?

Alors que Vermeil s’était saisi d’une nuisette d’un rose transparent et tâchait d’en enrober les contours de sa silhouette gracile, Jack déglutit. Voilà qu’il se faisait prendre en flagrant délit de voyeurisme.

— Pardon Maîtresse, bredouilla-t-il confus.

Vermeil a fini de rajuster sa nuisette, cette dernière redresse la masse de ses seins en un charmant balconnet et fait onduler son voile translucide sans rien masquer du creux de sa taille. La déité s’avance jusqu’à un Jack penaud. Elle caresse les joues du jeune homme de sa tendresse raffinée et sourit.

— Pourquoi t’excuses-tu ? Il n’y a pas de mal à apprécier du regard ce que tu ériges au rang de beauté. Tant que tu ne fais que toucher des yeux…

Jack sent ses mains trembler. Elle le met clairement au défi de résister à la tentation d’empoigner ses hanches si voluptueuse à travers la gaze de la lingerie. Que se passera-t-il s’il enfreint la limite ? Jack pressent qu’il ne saura pas résister longtemps alors qu’elle se penche à son oreille pour y chuchoter :

— Tu veux m’observer de plus près, esclave ? Alors, va t’asseoir là-bas.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

valdomar
Une histoire de famille est le récit de la vie de Diego, adolescent élevé dans une famille homoparentale. Il met en scène la découverte de sa sexualité en prenant appui sur l'année scolaire 2012/2013 qui voit l'adoption de la loi sur le Mariage pour tous. C'est une romance à destination d'un public LGBT.
3730
1034
2074
1260
LuizEsc
À Monade, voir le ciel est un privilège qui se mérite. Les classes souterraines suent sang et eau pour un rayon de soleil. Il existe pourtant un moyen d’accélérer le processus : se vouer corps et âme à l’Entelechia. Mais ceux qui s’y risquent n’en gardent aucun souvenir.

Hélios, jeune acteur parvenu, brûle les planches dans sa dernière pièce. Son talent résonne jusqu’aux Nuages et conquiert même cette Aile, Kosan Manqa. À moins que son attention ne cache d’autres raisons moins honorables.
175
164
364
183
Xenos Walker
Destins Croisés ? Un titre bien étrange non ? Dans cette histoire vous allez découvrir la vie d'un groupe de lycéen qui vont découvrir petit à petit qui ils sont vraiment, qui vont suivre et découvrir leurs destins.

Nous allons à travers cette histoire et les différents point de vue de Zach et Allan découvrir les mêmes facettes de certains événements et découvrir les destins de tous ces personnages qui se sont croisés durant une année qui changera à jamais leurs vie sur tous les point de vue.
787
216
553
475

Vous aimez lire LuizEsc ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0