Un nouveau début

3 minutes de lecture
 

Au même moment Castel, enfin libérée de ses bas de contention, compresses et morceaux de sparadrap, pousse un hurlement qui réveille tous les patients des Chanterelles. Inquiète de ne pas parvenir à la joindre ni sur son bipper ni par téléphone, Monique, sa collègue de l’aile est, a trouvé la Vipère toute saucissonnée, écarlate et hirsute en train de se débattre dans la pharmacie.

 

   —  Les salauds, les salauds, ils vont me le payer ! Mais reste pas plantée là comme une gourde,  préviens le directeur, qu’il appelle les flics ! Ils doivent pas être bien loin !


Pendant ce temps, pleine balle dans les chemins de campagne, l’ambulance fonce au son de Highway to Hell.

 

—     Éteignez-moi cette horreur ! braille Jacqueline du fond de son siège.

 

—     Non ! répondent en cœur Georges, Amir et René, qui se déchaînent sur les riffs du guitariste d'ACDC.

 

—     Cherchez Fréquence Nostalgie ! René ! René tu m’écoutes ? René je te préviens !

 

A défaut d’entendre les sirènes, une lumière dans le rétroviseur les calme tout net juste avant d’arriver à Lartel. Gyrophare. Flics. Castel a appelé les flics.

 

—     On est fait comme des rats, René !

 

—     Oh boucle-là un peu Jacqueline, et fais-moi confiance, pour une fois !

 

Mais René a beau écraser la pédale d’accélérateur, les gyrophares se rapprochent dangereusement. Au moment où les pare-chocs sont sur le point de se toucher, René tente le tout pour le tout et braque à droite toute, bien avant le chemin de la Vergnotte. Il slalome un moment entre les arbres, regarde les gyrophares s’éloigner peu à peu, mais ne voit pas l’arbre qui leur fonce droit dessus…

L’ambulance s’encastre et s’affaisse contre l’arbre dans un bruit de tôle froissée.

Sous le capot la fumée, sous la ferraille les petits vieux.

 

Silence.

Puis un grincement.

Une portière enfoncée qui s’ouvre en peinant.

Des gémissements.

Le hululement d’une chouette.

Et le hurlement de Jacqueline :

 

—     Bordel de dieu de mammouth en bois mais t’as failli nous tuer !!

 

Amir, Georges, René, Marthe et Jacqueline s’extirpent lentement de ce qui reste de l’ambulance. Secoués mais intacts, les prothèses toujours en place.

 

—     Bon, au moins on les a semés, dit Amir, philosophe.

—     Et puis d’après mes calculs, estime Georges, on doit pas être bien loin de la Vergnote. Je dirais un ou deux kilomètres. A la louche. Trois, peut-être.

 

Marthe inspecte les horizons.

 

—     On n’a qu’à faire un feu, se reposer quelques heures et reprendre la route à pied après.

 

Un feu. Sa dernière veillée au coin du feu dans la forêt remonte à une bonne cinquantaine d’années, quand elle était chez les Jeannettes et partait en camp d’été. Un flot de souvenirs lui remonte droit dans le ventre, entre la caresse et l’uppercut. Premières amours, baisers volés, un corps tout jeune qu’elle avait à peine commencé à découvrir.  Qu’elle peut encore redécouvrir.

 

Une demi-heure plus tard, les cinq compères sont installés devant une grande flambée et observent, songeurs, les flammes lécher le bois. Ca cogne fort dans les cœurs, les mémoires se rallument et les langues se délient.

Sans trop y croire, mais suffisamment pour en parler, tous évoquent la fontaine et ce qu’ils aimeraient retrouver dans ses eaux mystérieuses.

 

—     J’aimerais bien retrouver mon corps, dit Jacqueline. Celui que j’ai laissé en route, au fil des années. Des seins bien fermes et des fesses rebondies.

 

Une lumière s’allume dans les yeux de René, qui se garde - de justesse - de tout commentaire. Sa femme s’est à peine remise de ses émotions, pas le moment de balancer une petite blague graveleuse. C’est qu’il tient encore à la vie, le bonhomme.

 

—     Moi je voudrais retrouver ma mémoire, poursuit Georges. La vivacité de mes vingt ans, les idées qui fusaient sans que j’aie à les chercher.

 

—     Et moi, le plaisir d’être touché, murmure Amir. Plus tu vieillis, moins on te touche, à croire que tu deviens contagieux. Et aujourd’hui, les seules caresses que je reçois, c’est celles des aides-soignantes qui me frottent le dos au gant de crin comme si j’avais du cuir à la place de la peau. Je voudrais juste un peu de douceur. Rien qu’un peu.

 

Les paupières se font lourdes, les dernières vingt-quatre heures ont été plus intenses que les quelques mois ou années passés aux Chanterelles.

Amir s’endort sans s’apercevoir que Marthe lui a pris la main et la caresse tendrement. Elle se blottit contre lui en silence, tout doucement, pour ne pas le réveiller.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

Défi
Layna20

" Bonjour, bonsoir, Adieu.
Quel jour est-on ? Depuis quand suis-je morte ? Qui êtes-vous ?
C'est ce que je vous aurais demandé si j'avais été devant vous à ce moment même.
Mais ce ne sont sûrement pas les questions que vous vous posez. Vous vous demandez sûrement pourquoi j'ai sauté de ce pont. Je l'ai vraiment fait ? Ou est-ce que j'ai finalement choisis une autre solution...
Je pense à toi papa, tout les jours. Toutes les nuits...à chaque seconde. Et je me noie dans mes larmes. Ma tristesse est bien plus abondante que la rivière dans laquelle je finirais mon existence.
Pourquoi est-ce que tu as fait ça ?! Pourquoi est-ce que tu m'as enlevé la seule personne que j'aimais sur terre ?! Pourquoi tu es parti...j'ai mal au coeur...j'ai tellement mal...
Je revois encore le sourire de mon frère quand je venais chez toi. Il courait et me sautait dans les bras. On passait nos journées à se raconter notre semaine passée loin l'un de l'autre. Je l'aimais tellement. Il était toujours là pour moi et connaissait tout mes secrets. Il me comprenait mieux que quiconque.
Sans lui, un grand vide s'est formé dans ma poitrine...un immense vide...
Je revois encore le jour où l'on m'a donné ses affaires...ses jouets...ses livres...il y avait dedans le livre que j'avais écrit pour lui, le mettant en scène comme le héro de l'histoire. Il m'attendait pour le lire. Tous les jours de la semaine il m'écrivait : " Hâte d'être ce week-end pour lire ton livre ! " Mais tu me l'as enlevé avant ce week-end là. Mon petit frère...mon adorable petit-frère...
Et toi papa...mon cher papa...
Tu l'aimais aussi, tu l'aimais comme jamais tu ne m'as aimé alors comment tu as pû lui faire ça ?! Comment tu as pû faire ça à un enfant innocent qui avait toute la vie et le bonheur devant lui ?!
Tu l'as arraché à sa mère, à ses grands parents, à moi !!!! A toutes les personnes qui tenaient à lui ! Il était adorable...
Toi aussi je t'aimais papa...si tu savais à quel point...si tu savais comment j'étais brisée à l'idée de savoir que jamais tu n'avais ressenti la même chose pour moi. J'aurais tout fait ! Tout fait pour que tu t'intéresses à moi ! Je te trouvais formidable...
Quand les policiers sont venu me voir...quand ils m'ont dit que tu avais foncé dans un mur avec la voiture, volontairement, avec mon petit frère à l'arrière...je n'y ai pas cru ! J'ai tout nié en bloc ! Tu n'aurais pas pu ! Non, pas toi ! Pas avec lui ! Ta vie était formidable !
Et on m'a montré la vidéo...dans la voiture...tu t'excuses en te filmant avec ton téléphone...mon frère, ligoté à l'arrière en hurlant à la mort pour que tu rennonces...puis le moteur démarre, mon frère en sanglot, effrayé et le choc...votre mort...à tout les deux.
Chaque seconde j'entends à nouveau son cri et ses pleures...mon frère...il était effrayé...il est mort dans la peur...il n'a même pas dû comprendre pourquoi tu faisais ça...peut-être même qu'il a cru qu'il avait fait une bêtise...alors que tout était de ta faute. Il n'avait que 10 ans !
Tu lui a enlevé la vie parce que ta femme t'a trompé. Tu lui a enlevé la vie pour faire souffrir sa mère. Il ne méritait pas ça...
Et ça fait mal !!! C'est trop douloureux !!!
Le pire c'est de savoir que tu ne liras jamais cette lettre...mais ne t'en fais pas, je vais venir te le dire en face. De toute façon, on va se rejoindre. J'irais en enfer avec toi et je veillerais personnellement à ce que tu payes pour ce que tu as fait ! Tant pis si je ne revois pas mon frère...
Je suis désolé fréro...tellement...mais je peux pas vivre avec ça sur le dos...
Désolée aussi maman, mes autres frères et soeurs, mamie, papi...tout ceux qui devront vivre sans moi...mais je ne peux plus...plus sans LUI...il était tout pour moi ! C'était mon pilier ! La seule chose qui me retenait encore..."
4
7
13
3
Mamat51400

Paroles d'un ado brisé à la recherche de sa destinée. J'ai longtemps vagabondé entre le bien et le mal, l'abandon ou la persévérance mais cette soirée a décidé de mon sort. Celui d'un jeune qui se reprend en main et qui va aller de l'avant ! Soif de découverte et de nouvelles rencontres, cette soirée a marqué la renaissance d'un être bloqué depuis bien trop longtemps derrière une carapace placebo. L'avenir m'est promis. Pourquoi pas me trouver une ame pour m'accompagner ?
6
10
7
0
Défi
Mathieu Chauviere
Texte initialement écrit pour le défi "2019, on arrive", il a cependant sa place ici...
3
4
3
3

Vous aimez lire Bulle ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0