Un nouveau chapitre

3 minutes de lecture

Vendredi soir. Soirée poker. La semaine a été longue, plus longue encore que d’habitude - si tant est que ce soit possible -, mais les y voilà enfin.

 

Georges pose la question qu’ils attendaient tous :

 

—     Alors, on va la chercher cette foutue fontaine de jouvence ?

 

Un grand oui collectif, fou-rire général - Jacqueline n’en est qu’au rictus, chaque chose en son temps -, et soudain monte en eux une fébrilité à faire exploser tous les tensiomètres de la Taule. René baisse le Sonotone qui s’est mis à siffler, Amir tente de soulever Marthe dans ses bras et se ravise brutalement - saloperie de tour de rein -, Georges se chope une quinte de toux impressionnante, et c’est seulement quand il vire au violet que tout le monde se calme et s’écrie que non Georges, c’est pas le moment de nous lâcher.

 

Jacqueline, étonnamment calme, semble finalement s’être laissé contaminer par l’enthousiasme général. Elle ne croit pas plus que la semaine dernière à ces balivernes de fontaine de jouvence, mais ce sera au moins l’occasion d’aller prendre l’air.

 

Passé le moment d’euphorie, vient le temps des choses sérieuses : comment faire pour sortir de la Taule et arriver jusqu’aux bois de Lartel ?

 

Georges expose son plan :

 

—     Bon, ça ne va pas être simple, mais voilà l’idée. C’est pas qu’on est vieux mais on est vieux, alors on ne peut pas se permettre une rando de vingt bornes en pleine nuit, vous êtes d’accord ?

 

Tous acquiescent.

 

—     Alors on va voler l’ambulance.

 

Brouhaha général.

 

Georges lève les mains en signe d’apaisement.

 

—     Ne vous inquiétez pas, j’ai tout prévu. René, tu sais encore conduire ? Bien. Les clés sont dans la loge du gardien.  Alors on va légèrement détourner son attention. J’ai fait mes recherches, et la morphine en capsule dans un thermos de café, c’est l’idéal. Aucun goût, aucune odeur, délai d’action de cinq minutes.

 

—     Mais qui va lui faire boire ça ? demande Jacqueline. Et où est-ce qu’on va trouver la morphine ? La pharmacie est fermée à clé et cette saloperie de vipère de Castel les garde toujours sur elle, ses clés.

 

—     C’est moi qui lui ferai boire le café, dit Marthe en rosissant des pommettes. Il a toujours eu un petit faible pour moi, le gardien.

 

—     Ah bon ? demande Amir, sourcils froncés.

 

—     Bon bon bon les enfants, on verra après pour les sentiments, les coupe Georges. Là on est dans le concret, l’action, le dur ! Donc on en était où ? Ah voilà. Récupérer les clés de la pharmacie. Alors c’est simple, on va détourner l’attention de cette vieille bique de Castel, l’attirer dans le local à médocs, la bâillonner, la ligoter, et roule ma poule !

 

—     Euh, t’y vas pas un peu fort là ? demande René.

 

—     Vous la voulez ou pas, cette virée vers la fontaine de Jouvence ? Oui ? Alors si on veut obtenir la fin, faut bien se donner les moyens. Puis ça lui apprendra à martyriser les vieux, Castel. Demain soir elle attaque son service à 21h, elle est toute seule pour l’aile ouest. On attend minuit, on la fait tourner en bourrique, paf, pharmacie, clés, café, gardien, on fonce au sous-sol direction le box de l’ambulance, et roulez jeunesse !

 

Georges leur montre ensuite les plans de la région qu’il a trouvés sur Internet et recoupés avec les informations données par l’auteur du roman. Au nord toute, direction la D656, bifurquer juste avant l’entrée dans Lartel, à droite direction la Vergnote, déposer l’ambulance et finir les derniers cent ou deux cent mètres à pied. A vingt mètres de la rivière, plein ouest, un petit renfoncement dans les bois et là, peut-être, cachée derrière une poignée de très grands arbres : la fontaine.

 

Les cinq compères rejoignent leurs chambres respectives excités comme des gamins le jour de Noël.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Aramandra
Même univers et même timeline que "La plume et l'épée", mais contexte, intrigue et personnage différent.

Mystérieuse île de Zrig, habitée par des sauvages, à ce qu'on dit. Découverte par la Longarde depuis des décennies déjà, dont la tentative de colonisation s'est soldée par une guerre sanglante. Les armées erdentines se sont donc retirées et plus aucun contact ne fut tenté. Jusqu'à aujourd'hui.
Tous les rois et reines du continent délèguent leurs représentants et ambassadeurs sous escorte armée pour traverser l'océan et se rendre à Zrig installer enfin des relations amicales entre l'île et la Longarde. Ils ignorent encore comment ils vont être reçus. Tomelia Rivepale, 24 ans, fait partie du convoi en tant qu'interprète. Elle seule parle le Zrigi, enseigné par un ancien prisonnier de guerre.
Mais la petite traductrice apprend vite la sournoiserie des relations diplomatiques et découvre que les intentions des envoyés ne sont pas toutes avouables...
11
9
9
84
Anonyme Solune
«Pour un Phoenix qui renaît de ses cendres...»

Andromède à la vie des jolies adolescentes dans les films: populaire, brillante, et follement amoureuse. Mais bien sûr, la vie en a décidé autrement. Encore. Encore une autre vie en cours de fauchage... Elle a le cancer. Autant se réfugier dans son enfance où elle n'était ni ultra jolie, ni populaire, ni avec le garçon le plus convoité de la ville. Dans ce passé, il n'y avait que sa famille, et un idole qu'elle avait abandonné: Johnny Depp. Comment sortir du cancer la tête haute?
5
7
17
13
Défi
chalilin
D’où viennent donc les éclipses?
3
6
25
5

Vous aimez lire Bulle ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0