Un nouveau début

3 minutes de lecture

—     Je mets dix.

—     Je suis.

—     Moi aussi.

—     Je relance de vingt.

—     Vingt ? Mais ça va pas non ? Et comment on fait si tu perds ?

—     Puisque je te dis qu’il faut miser gros pour faire semblant d’acheter le pot !

—     Et moi je te dis qu’il vaut mieux miser léger pour appâter !

—     Et voilà, grâce à toi maintenant tout le monde est au courant de la stratégie, merci bien !

 

Les deux qui s’engueulent, là, c’est René et Jacqueline. Jamais d’accord sur rien. Bientôt cinquante ans que ça dure. Les trois dernières semaines, ils ont passé des heures entières à regarder les films de Scorsese, à apprendre le vocabulaire des joueurs de poker dans les tripots enfumés de la pègre new-yorkaise. Tout ça pour qu’au final, les trois autres assis autour de la table se paient une fois de plus leur tête.


Les trois autres, c’est, dans l’ordre du jeu autour du plateau : Marthe, 78 ans, ancienne femme d’agriculteur. A sa gauche, Amir, 83 ans, ex-ouvrier dans le bâtiment. Et pour fermer le cercle, Georges, 79 ans, bouquiniste sur les quais de Seine pendant quatre décennies, autoproclamé intello du groupe.


Le couple de gangsters, René et Jacqueline, 157 ans au compteur à eux deux, font partie du Milieu : ils ont tenu un bar-tabac dans le centre pendant plus de trente ans. Certes ils connaissent assez mal la mafia new-yorkaise, mais n’allez pas croire qu’ici à Courbiac on plaisante avec eux : ils en savent tellement sur tout le monde qu’il vaut mieux les avoir dans la poche.

 

Courbiac.

Son église, sa mairie, sa salle des fêtes, ses 122 âmes perdues au fin fond du Lot-et-Garonne. Et surtout, surtout, sa maison de retraite Les Chanterelles, surnommée la Taule par les petits vieux qui y échouent. Jolie brochure d’accueil en papier glacé, jolie façade, joli parc et jolies chambres. En bref, un bien joli mouroir pour un si petit village, un mouroir de renom qui attire les clients de par sa situation géographique : la verdure, le calme, l’éloignement - très important pour les familles, ça, l’éloignement - et sa réputation en matière de prestations et de prise en charge - très important pour les familles, ça, la prise en charge.

 

Amir était arrivé aux Chanterelles le premier et avait vite entrepris de visiter tous les coins et recoins de la Taule. C’est que le bâtiment, lui, ça le connaissait. Au départ, il cherchait juste un endroit pour fumer ses Gitane tranquille et boire une un petit coup de gnôle de temps en temps. Un peu d’intimité, c’était tout ce qu’il demandait. Il avait fait la connaissance de Georges au détour d’un couloir, et de fil en aiguille ils s’étaient liés d’amitié. C’est ensemble qu’ils avaient  déniché la planque idéale : une pièce sombre et sans fenêtre  entre les locaux techniques et la buanderie, un coin oublié où personne ne mettait jamais les pieds. Le no man’s land des Chanterelles, le Tripot des Aînés.


Ils prirent l’habitude de se retrouver là un soir par semaine pour jouer au poker, aménageant les lieux à leur sauce. L’alambic de fortune pour la gnôle, c’était une idée de Georges. Plutôt que d’aller jusqu’au bistrot du village s’acheter une bouteille en cachette, autant la fabriquer eux-mêmes. L’ancien ouvrier du bâtiment avait fourni le matériel - soixante ans de métier, à défaut d’une fortune, ça vous laisse un peu d’outillage -, et l’ex bouquiniste les idées - quarante ans de métier, à défaut d’une retraite, ça vous laisse quelques connaissances, et Dieu sait si on trouve de tout dans les livres. Une casserole à pression, trois seaux en plastique et un serpentin en cuivre plus tard, l’alambic tournait à plein régime. Un soir par semaine donc, Amir et Georges battaient les cartes au milieu des vapeurs d’alcool et de la fumée de cigarette.

 

Plus tard était arrivée Marthe, petite femme toute ronde au visage lisse comme une pomme. Une vie entière à la ferme lui avait laissé un teint de jeune fille et des pommettes bien roses, qui viraient facilement au rouge quand Amir lui chuchotait des mots doux. C’est qu’ils s’aimaient bien, ces deux là, comme seuls savent s’aimer deux petits vieux qui ont eu la vie dure et les caresses trop rares. Marthe était pudique sans pour autant être prude, loin de là. C’est donc tout naturellement qu’elle s’était jointe à la clandestinité hebdomadaire des deux copains de gnôle.

 

Quelques semaines plus tard les deux gangsters de Courbiac atterrirent aux Chanterelles. Ils avaient débarqué au réfectoire comme on entre au saloon, et la salle s’était tue dans un silence de western. Deux cents paires d’yeux s’étaient baissées, plan fixe sur les chaussons Isotoner de Jacqueline, long travelling vers le tricot Damart de René. La messe était dite : on ne plaisantait pas avec les anciens buralistes qui avaient vu naître la moitié des habitants du village. Ces deux là pouvaient vous décimer en un quart de ragot.

 

C’est ainsi que se forma le club du Tripot des Aînés. Jacqueline, René, Marthe, Amir, Georges, épiés par les uns, enviés par les autres, assurément différents et désespérément irréprochables.


Annotations

Versions

Ce chapitre compte 5 versions.

Recommandations

Défi
Margareta Stein-andreotti

Au petit matin Martin se lève de bon coeur. Aujourd'hui c'est Noël. Sous le sapin il trouve un paquet. Il déchire rapidement le papier. Oh là là, merveilleux cadeau, un appareil photo; celui dont il a toujours rêvé. Il met son manteau et court dehors. De la neige est tombé durant la nuit. Vite une photo du jardin enneigé. Pierre et Luc, les voisins se rapprochent. Il leur montre l'appareil photo et eux sortent de leur poches leurs téléphones portables, don du père Noël. Oh que c'est bien, on peut téléphoner, mais aussi faire des photos... Après une petite discussion, il échange son appareil photo contre un téléphone. Puisqu'ils en ont deux, n'est-ce pas! Et l'on peux  téléphoner avec et aussi faire des photos, c'est bien plus pratique. Il est bientôt midi et l'heure du déjeuner. Il rentre à la maison. Il est seul et déjeune d'un oeuf sur le plat. Sa mère est de service à la clinique et son père, bof, il est parti depuis bien longtemps.
L'après-midi il le passe à trainer dans la rue avec son téléphone. Il essaie d'appeler sa mère, mais elle est sur répondeur. Il n'a personne d'autre à contacter. Il s'ennuie et se dit que ce téléphone lui sert à rien.  Des enfants font de la luge sur un talus. Une fille a une joli luge en plastique rouge. Martin la regarde avec envie. La gamine s'approche de lui et demande à téléphoner avec le portable. Martin ne veut pas, car elle va vider la pille, comme il lui explique. Mais peut-être qu'elle le laisse faire un tour avec la luge contre l'utilisation du téléphone.
"Mais tu peux avoir la luge, si tu me donne le téléphone, et faire de la luge tant que tu veux" - Martin est d'accord. Il lui donne le téléphone et s'empare de la luge en plastique rouge et hop, hop il monte et descend le talus avec la luge jusqu'à la tombé de la nuit. Tous les enfants sont rentrés depuis un bon moment et il commence à faire vraiment noir. Il est au faîte du talus quand il entend appeler son nom.
- Martin, Martin - c'est la voix de sa mère Elle le cherche depuis un bon moment.
- Maman, Maman - le garçon répond et la joie lui fait faire un bond qui chasse la luge vide vers le bas; elle file à toute vitesse au loin et disparaît quelque part sous les haies du terrain vague...
Martin prend la main de sa mère et ensemble ils s'en retournent à la maison. La satisfaction lui rougit les joues... il presse la main de sa mère. Quelle belle fête de Noël!





 











1
3
0
2
BEE

Quand j’étais plus jeune, j’aimais le cul. J’aimais le cul plus que tout au monde je crois. Certaines personnes développent une passion pour le sport, les jeux-vidéos, la lecture ou le tricot, moi c’était le cul.Je ne sais pas d’où m’est venu ce goût pour le cul. Si un psychiatre m’avait examiné à cette époque, il aurait certainement trouvé au plus profond de mon subconscient des traumatismes issus de mon enfance, un complexe d’œdipe mal résolu, une forte carence affective ou alors un choc neurologique, un quelconque dommage dans mon cortex pré-frontal – comme la fois où je me suis pris une balle de baseball en pleine tête pendant un match à l’école primaire et que je suis resté bien dix minutes inconscient ? – et m’aurait prescrit des médicaments ou un séjour dans un monastère shaolin.
Oui j’aimais le cul. Et l’alcool aussi. Et le poker. Et les bastons de rue. Et fumer des cigares. J’étais un gros beauf en fait, une mauvaise caricature de Tyler Durden – les abdos en moins. Mais j’étais heureux. Savez-vous ce que ça fait de vous réveiller chaque matin aux côtés d’une nouvelle nana, dans un pieu qui n’est pas le vôtre, dans un quartier différent de la ville après vous être bourré la gueule jusqu’à l’aube et avoir gagné – ou perdu – des fortunes sur un brelan ou une double-paire ? Non bien sûr vous ne pouvez pas le savoir. On vous a mis en tête que tout ça c’était mal, qu’il fallait une vie routinière, la sécurité de l’emploi, une famille, un environnement stable.
J’en ai connu des culs. Des culs arabes, des hispaniques, des pâles, des bronzés, des maigres, des décharnés, des gros, des chinois, des philippins, des créoles, des culs de trans, celui d’un travelo une fois je crois, des français, des slovènes, des suédois, des trous du cul…
Les bien-pensants diront que ce n’est pas une vie, qu’un jour il faut grandir, entrer dans le monde adulte, se trouver un boulot, un vrai boulot – comme postier ou cuistot – et arrêter de glander, de rêver, et peut-être qu’ils auront raison, peut-être que c’est eux qui détiennent la vérité, la parole divine et absolue… Ou peut-être pas. Je n’ai jamais su en fait. Je sais juste qu’à une époque, j’étais accroc au cul et que je m’amusais bien.
0
0
0
2
Défi
maaleikaa

La tête appuyée contre la fenêtre, elle s'amusait à recouvrir sa feuille de cours de petits cœurs roses..  Elle regarda sa montre. cinq heures et quart. Deux possibilités, soit sa montre avait rendue l'âme soit le prof d'histoire géo s'amusait à ralentir le temps pour torturer ses élèves comme bon lui semblait... D'ailleurs à bien y regarder, ce prof avait un air sadique doublé d'un pouvoir ultra soporifique, l'un dans l'autre la deuxième solution n'était donc pas inenvisageable.
Blasée, la jeune fille poussa un immense soupir et tourna son regard vers la fenêtre. Elle contempla la pluie battante qui commençait à former une flaque considérable au milieu de la cours. Les vacances de la toussaint s'annonçaient maussades. Remarque ça ne la préoccupait pas plus que ça, au contraire, elle s'en réjouissait, elle aurait une bonne excuse pour ne pas sortir de la maison. L'adolescente n'était pas de ceux qui passaient leurs vacances à sortir avec ses amis, à traîner dehors jusqu'à pas d'heure et toutes ces choses que les jeunes faisaient entre eux. Elle ne sortait pas. Déjà parce qu'elle n'aimait pas ça, rien de plus agréable que la chaleur et le confort de sa chambre sans personne pour l'empêcher de tourner en rond. La deuxième raison et non la moindre était que des amis, elle n'en n'avait pas.
Elle était d'une nature renfermée et extrêmement timide, et était parfaitement inapte à aller vers les gens. Elle qui avait l'esprit débordant de répliques tordantes se retrouvait incapable de prononcer la moindre phrase cohérente quand elle devait aborder quelqu'un. Elle avait apprit à s'accommoder de ce handicap, malheureusement, les autres, ceux de son âge, cherchent constamment la bête malade du troupeau pour pouvoir la tourmenter, probablement dans l'espoir de fuir leurs propres problèmes... Toujours est il que les élèves de sa classe n'avaient pas mis longtemps à repérer que cette année, la bête malade, c'était elle. Cela faisait à peine deux mois que les cours avaient commencé, et elle était déjà le souffre douleur de la classe entière. Parfois même certains profs s'y mettaient. Comme si une première année de lycée n'était pas assez impressionnante comme ça...

—Kaena, si vous vous obstinez à fixer les vitres pendant mes cours, je vous prédis une grande carrière de laveuse de carreaux!
Les rires fusent, cruels. Tous les regards, moqueurs, sont tournés vers elle. Elle baisse la tête et marmonne un inaudible "désolée".
Elle entend des murmures suivis de rires étouffés. La jeune fille sait que c'est d'elle qu'on parle. Elle n'ose pas relever la tête et fait mine de prendre en notes les propos de son offenseur. Tout en priant le ciel pour devenir le plus invisible possible, elle s'applique à transpercer chacun des petits cœurs qu'elle avait dessiné par autant de flèches.
Un bruit de papiers déchirés attire son attention derrière elle. Kaena se retourne légèrement, suffisamment pour apercevoir la main de William, son voisin de derrière, déposer une poignée de bout de papiers déchirés dans son sac. Elle croise le regard du dit voisin qui lui adresse un sourire narquois. En y regardant de plus près, elle distingue des écritures sur ces morceaux de papiers. Elle en saisit une poignée et les lit. Tous sont remplis d'insultes, de blagues humiliantes la concernant ou de dessins à la connotation plus qu'évidente. Elle entends William et son acolyte Allan s'esclaffer bruyamment. Monsieur Larbi qui avait repéré quasi instantanément le manque d'attention silencieux de Kaena ne semble étrangement pas dérangé par les éclats de rire d'Allan et William...

Kaena, à bout, ferme les yeux dans le vain espoir de calmer la peine et la colère qui la dévorent. Elle rêve de retourner son sac sur la tête des deux crétins qui lui servent de voisins et de leur hurler de la lâcher un peu.

Finalement, le temps reprend son cours normal et la sonnerie retentit. Enfin!
Non pas que Kaena soit spécialement pressée de rentrer chez elle, elle sait pertinemment que son père ne travaille pas ce soir, et son plus grand plaisir outre celui de la rabaisser à chaque phrase prononcée, consiste à lui taper dessus au moindre faux pas... Quitter un enfer pour un autre, quel intérêt? Non, ce qu'elle attendait ce sont les trente à quarante minutes de répit que lui offre le trajet en bus pour rentrer jusque chez elle.
Elle décide de prendre son temps pour partir à l'arrêt du bus, tant pis si elle le rate, ce sera toujours quelques minutes de grappillées en plus...

Une fois devant les grilles du lycée, l'adolescente dégaine son paquet de cancérettes portables et allume une cigarette salvatrice pour ses nerfs. Elle s'adosse contre les grilles en inspirant la première bouffée qui lui procure aussitôt un bien être inespéré. Elle reste de longues minutes appuyée contre les grilles à se demander ce qu'elle a pu faire dans une autre vie pour mériter que celle ci soit aussi merdique.

Elle allume une deuxième cigarette. En retard pour en retard, autant y être jusqu'au bout. Elle ressent soudain une présence, quelqu'un l'observe, elle le sent. Elle n'a pas à chercher bien longtemps, à peine relève-t-elle la tête pour s'assurer qu'elle ne rentre pas dans un délire paranoïaque qu'elle le voit juste devant elle à à peine dix mètres. Un homme d'une bonne cinquantaine d'année, une crinière poivrée sel vêtu d'un costume trois pièces plutôt classe, il se tient droit comme un "i" les mains derrière le dos et la fixe sans ciller.

Kaena se sent écrasée par le regard de cet inconnu. Mal à l'aise, elle décide de se rendre rapidement à l'arrêt du bus. En marchant, elle entend les pas de l'homme qui la suivent. Elle accélère progressivement jusqu'à courir, paniquée. Elle se retourne et constate que l'homme n'est plus à ses trousses. Arrivée à l'arrêt de bus, son cœur a repris un rythme normal. Elle sort son portable pour vérifier l'heure et manque de le lâcher en réalisant que l'homme est là assis sur le banc de l'arrêt de bus. Il l'attend tranquillement. Elle fait mine de repartir en courant quand l'homme s'adresse à elle sur un ton tranquille.
—Je vous serais extrêmement reconnaissant de ne pas me forcer à renouveler indéfiniment l'exploit de devoir battre au sprint une adolescente au summum de sa force physique. N'ayez crainte je n'ai pas de mauvaises intentions. Je suis monsieur Dobson. Je suis ici pour vous aider. Je suis ici pour que vous accomplissiez votre destinée.
—OK...Donc apparemment vous avez dû oublier de prendre votre traitement ou un truc du genre. Si vous êtes perdu, la maison d'accueil spécialisée c'est deux rues plus bas en fait.

Un léger rictus se forme sur les lèvres de l'élégant inconnu.
—Je vous remercie de vous préoccuper de ma santé mentale mais rassurez vous, je me porte comme un charme Kaena.
—Comment vous savez mon nom?
—Je sais beaucoup de choses sur vous. Comme je vous l'ai dit, je suis ici pour vous guider jusqu'à votre destinée.
— Bon franchement si c'est une blague c'est vraiment pas drôle. Allez dire à Annabelle, William ou je sais pas quel crétin vous envoie que j'ai eu largement ma dose pour aujourd'hui, soyez sympa lâchez moi un peu, le bus va pas tarder je dois rentrer rapidement.
—Je vous saurais gré de ne pas m'associer aux futiles blagues de vos camarades de classe, avons nous réellement l'air d'être du même monde? Si tel est le cas faites m'en part que je puisse rapidement modifier ce qui ne va pas.
—Alors si ce ne sont pas eux qui vous envoient, qui est-ce?
—Je fais parti d'une organisation que seuls les membres d'une élite rigoureusement sélectionnés connaissent. Celle ci a pour but de veiller,d'accompagner et d'aider une personne particulière. Nous nommons cette personne l'élue. Ou la tueuse. Celle ci possède une force hors du commun, elle a le pouvoir de lutter contre les forces du mal, de protéger les innocents contre les démons et autres monstruosités qui rodent. Nous, le conseil, les observateurs, nous contentons de la guider dans ses combats, nous protégeons son identité, nous l'aidons à maitriser sa force voire même à l'accentuer.
Il suffisait de voir l'expression qu'affichait Kaena pour savoir que son opinion sur cet homme était maintenant  définitivement posée : Il était complètement cinglé.
—Okay je vois. Eh bien monsieur l'observateur vous pouvez partir sans crainte soyez assuré que je ferais attention en claquant les portes de ne pas les démolir avec ma force "hors du commun", merci de votre aide et bonne soirée. Mon bus est là.
Dobson saisit Kaena par le bras et la força à le regarder dans les yeux.
—Je vois que vous me prenez pour un désaxé, je ne vous en tiendrais pas rigueur sachant que le monde dans lequel nous vivons n'est guère propice au développement de croyances mystiques quelles qu'elles soient. Mais je vous demande d'envisager la possibilité que je ne sois pas si fou que ça, faites comme si le monde dépendait de votre courage et de votre capacité à vous remettre en question. Qu'est-ce que cela vous coûte de jouer le jeu ne serait-ce qu'une petite heure? Allez vous manquer à quelqu'un? Êtes vous si pressée de rentrer chez vous retrouver votre chambre vide ou votre ivrogne de père?
Dobson avait visé juste. Cet homme lui offrait une heure de répit sur sa géhenne quotidienne, comment pourrait-elle refuser. Rien ne pourrait être pire que ce qui l'attendait chez elle.
—Êtes vous disposée à me suivre?
Kaena hocha la tête et Dobson la lâcha. Il l'entraina vers une voiture anglaise, une ferrari 275. Apparemment le métier d'observateur payait bien... Elle eut une légère hésitation puis se décida à monter. L'adolescente prit soin d'envoyer un texto à son père pour lui dire qu'elle rentrerait tard car elle mangeait chez une amie. Une demi heure plus tard, ils étaient arrivé. Dobson l'avait emmené jusqu'à la sortie de la ville. Devant le cimetière.
—Quoi c'est une blague? Qu'est-ce qu'on est venu faire ici, traquer les zombies? Si vous voulez faire de moi la nouvelle Milla Jovovich je vous préviens tout de suite que vous êtes mal barré. Le sport et moi, on n'est pas compatibles.
—Ce n'est pas pour batifoler avec de vulgaire zombies que je vous ai amené ici. Et en ce qui concerne le sport, détrompez vous ma chère.
Ils pénétrèrent dans le cimetière, marchant lentement entre les tombes. L'atmosphère lugubre n'était pas pour rassurer Kaena. Bien qu'il fut encore tôt, l'hiver avait amené une nuit d'un noir profond, achevant d'accélérer ses battements de cœurs déjà précipités. Elle failli saisir le bras de son compagnon d'aventure pour se calmer mais se ravisa en se rappelant qu'il lui était parfaitement inconnu. Qu'est-ce qui lui avait prit de le suivre jusqu'ici, qui sait ce qu'il allait lui faire maintenant qu'ils étaient à l'écart de la ville et que personne ne pouvait l'entendre crier? Elle s'apprêtait à tourner les talons et s'enfuir à toute vitesse quand elle crut percevoir un mouvement en provenance d'une tombe fraichement refermée. Elle s'arrêta afin de regarder plus attentivement la tombe en question. Cette fois elle vit très nettement une main sortir brutalement de sous la terre. Elle sursauta si brutalement qu'elle serait tombée à le renverse si Dobson ne l'avait pas retenu.
—Vous n'avez pas rêvé ma chère. Regardez encore. C'est pour lui que nous sommes ici.
Une deuxième main jaillit de la terre. La chose prit appui sur ses mains et extirpa sa tête. Une tête répugnante à moitié décomposée et vue de loin, le visage était clairement déformé. Les yeux de la créature étaient boursoufflés et d'un jaune vif, son nez et ses lèvres tellement retroussées qu'ils laissaient apparaître le dentition du monstre, une dentition digne d'un chien enragé. Les yeux jaunes se posèrent un instant sur Kaena qui failli défaillir sur le coup. Un sourire mauvais se dessina sur cet horrible visage tandis qu'il s'extirpait plus rapidement encore de sa prison de terre sans quitter la jeune fille des yeux. Kaena hurla et voulu s'enfuit mais Dobson la retenait.
—Il est temps de faire preuve du courage dont je vous ai entretenu tout à l'heure ma chère. Vous pouvez y arriver. Faites moi confiance.
Et il la poussa violemment devant la créature qui fonça instantanément sur elle.
—Si vous ne voulez pas finir comme lui, ne le laissez pas vous mordre! La seule chose que vous devez retenir pour le moment est de vous tenir éloignée autant que faire se peut de ses dents!
Facile à dire! Pourquoi ne l'aidait-il pas lui qui s'y connaissait si bien? était-ce une forme de bizutage? Un rituel sacrificiel étrange? Peut importait, il fallait qu'elle se sorte de là et vite!
La créature saisit Kaena par derrière, l'entourant de ses bras puissants pour l'empêcher de bouger. Electrisée par l'effleurement des dents monstrueuses sur son cou elle envoya instinctivement sa tête frapper celle de son assaillant. La force avec laquelle elle l'avait heurté propulsa l'agresseur une dizaine de mètres en arrière. Kaena en fut la première étonnée. Elle interrogea Dobson du regard qui souriait sereinement. Galvanisée par cette force qu'elle ne soupçonnait pas, elle courut à la rencontre du monstre et le roua de coups tous plus puissants les uns que les autres. Elle esquivait les attaques sans la moindre difficulté et prenait un plaisir sans égal à démolir l'être qui se tenait devant elle. Elle porta un dernier coup plus violent que tous les autres, de la paume de la main elle frappa le front du vampire, si fort qu'elle entendit les os du cou craquer. Le monstre s'effondra comme une vulgaire poupée de chiffon. Elle le contempla, se sentant incroyablement puissante, savourant son pouvoir. Kaena ferma les yeux et laissa son instinct la guider. Elle saisi une branche à côté du corps qu'elle venait de maltraiter et d'un geste vigoureux, l'enfonça profondément dans la poitrine du cadavre. Celui ci s'évapora en poussière sous les yeux de Kaena.
— Tu retourneras à la poussière, dit-elle en se redressant.
—Impressionnant mademoiselle. Je n'ai jamais vu une tueuse s'accommoder si rapidement de ses pouvoirs et faire preuve d'une telle dextérité dès son premier combat!
Une lueur de fierté illuminait le regard de Dobson en disant ça. Avoir refoulé ses émotions toutes ces années et les relâcher d'un seul coup avait dû aider. Il n'empêche que Kaena n'avait jamais ressenti une chose pareille jusqu'à aujourd'hui. De la fierté, le sentiment d'être utile, d'être incroyablement forte. Enfin, elle ne se considérait plus comme un être inférieur aux autres. Bien au contraire.
Elle ne vit pas le paysage défiler durant le trajet du retour tant elle était euphorique. Dobson l'avait simplement informé qu'il la retrouverait bientôt pour commencer sa formation et il était parti,l'abandonnant au pied de son immeuble, elle et ses nouveaux supers pouvoirs.
Kaena revint brutalement sur terre en réalisant qu'elle était devant sa porte et que d'ici quelques secondes elle aurait droit aux brimades habituelles. Elle consulta son téléphone et réalisa qu'il était 23h passé et qu'elle avait 17 appels en absence. Cette fois elle allait le sentir passer.
Elle saisit la poignée et tenta de rentrer discrètement dans sa chambre le plus vite possible. Elle alluma la lumière et constata que son père l'attendait assit sur son lit, une bouteille à la main.
—C'est à cette heure ci que tu rentre, réussit-il à déblatérer.
—Excuse moi papa, on s'amusait bien, j'ai pas vu le temps passer.
—Et le téléphone que je t'ai payé il te sert à quoi, c'est pas décoratif merde!
—Il était en silencieux, en quittant le lycée j'ai pas pensé à le remettre en mode normal, désolée, s'il te plait t'énerve pas!
Son père se leva brusquement du lit et frappa Kaena en plein visage, arrosant au passage la chambre de vodka. Il la saisit par la gorge et susurra au creux de son oreille.

—Ne me dis pas ce que je dois faire. C'est moi le chef ici, tu dois faire ce que je demande et si je n'obtiens pas satisfaction, je suis en droit de te punir comme tu le mérite.
Sur ces mots, il la rejeta en arrière, elle s'écrasa lamentablement contre son armoire et s'affala par terre. Elle vit son père boire au goulot de sa bouteille avant de lui donner plusieurs coup de pieds dans l'estomac. Il l'attrapa par les cheveux et la redressa violemment. Elle sentit son haleine putride lorsqu'il s'adressa à elle.
—Tu crois que t'es qui pour te comporter comme ça? T'as aucun droit. Tu n'es rien. RIEN tu m'entends??
A ces mots, Kaena redressa la tête et fixa son père droit dans les yeux. Elle ne voulait plus supporter tout ça. Ce n'était pas un homme. C'était un monstre. Et son devoir désormais, était de lutter contre les monstres. Elle intercepta un coup de poing que son père allait lui porter en plein visage et écrasa son poing dans sa main. Sous la surprise et la douleur, il lâcha sa bouteille qui s'écrasa au sol et s'éparpilla en dizaines d'éclats. La jeune femme lui tordit le poignet jusqu'à ce qu'il tombe à genoux devant elle. C'était là qu'était sa vraie place désormais. Elle sentit à nouveau la toute puissance l'envahir. C'était lui qui lui devait le respect, elle qui avait été élue parmi tous les autres, élue pour combattre les forces du mal, elle n'était pas rien, elle avait une destinée, et il n'était pas question qu'elle laisse cette loque interférer dans ses projets. Avec toute la force et la haine dont elle était capable, Kaena frappa son père au visage d'un coup de pied latéral. Il s'effondra sur le coup raide mort.
Elle sorti en courant de chez elle et ne s'arrêta de courir que lorsque son immeuble fut hors de sa vue. Elle n'avait pas peur. Il lui suffirait de prétendre qu'elle avait retrouvé son père dans cet état, éventuellement, elle pourrait le déplacer dans les escaliers à l'aube et on penserait qu'il s'était rompu le cou en chutant. Vue la dose d'alcool qu'on ne manquerait pas de retrouver dans son sang, la théorie serait plus que plausible.
Kaena songea à tous ces autres monstres qui l'avaient torturé toute sa vie durant et pensa qu'ils devaient savoir à qui ils avaient eu affaire, ils devaient prendre conscience qu'ils n'étaient que de stupides moustiques sans aucun intérêt comparé à elle.Ils devaient comprendre à quel point elle avait de la valeur. Et s'ils refusaient d'accepter de se soumettre, elle n'aurait d'autre choix que de tous les renvoyer dans l'enfer auquel ils appartenaient...


4
7
0
12

Vous aimez lire Bulle ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0