Eden

2 minutes de lecture

Il était une fois, un couple de fermiers qui venait de perdre toute leur récolte au cours d’une tempête épouvantable. La femme du fermier, douce et grande adoratrice de la nature était enceinte. Elle tentait de sauver quelques produits de son potager dévasté quand elle découvrit une petite créature aux ailes froissées. C’était une de ces mythiques fées de jardin connues pour apporter abondance et prospérité aux fermiers. 

L’épouse du fermier l’emmena chez elle, car la petite fée était incapable de s’envoler. Elle avait été surprise par la tempête et une rafale de vent l’avait fortement secouée lui brisant une de ses ailes. Elle s’appelait Eden et était la reine des fées de jardin. Elle confia aux couples de fermier que ses ailes ne pouvaient se réparer qu’avec le pollen de primerose : cette fleur était la première à éclore annonçant la venue du printemps. C’était encore l’hiver et la saison des fleurs tardait à venir. Le couple de fermier lui proposa donc de l’héberger dans leur humble logis, le temps que la froide saison s’en alla. Elle accepta volontiers et séjourna ainsi chez eux deux longs mois durant lesquels elle fut traitée avec force bonté. En retour, elle emplissait la vie de ses modestes hôtes de magie et leur décrivait les merveilles de ce monde. Aussi, en dépit du grand froid à l’extérieur, leur maison était-elle toujours chaude de vie et de bonheur.

Les jours d’hiver passèrent et un beau matin, arrivèrent le printemps et son soleil radieux. C’était le temps pour Eden de partir : ses sujets l’attendaient au royaume des fées et il y avait fort à faire durant la belle saison. Alors, le deuxième matin du printemps, le fermier partit dans la forêt en quête d’une primerose. Il la trouva et la ramena à Eden. Cette dernière, à la vue de la fleur, d’un mouvement de bras en fit jaillir le fin pollen. La poussière dorées’accumula sur les ailes de la fée et se mit à briller à leur contact. Une fois la lumière  dissipée, Eden put s’envoler  et tournoya autour de ses hôtes répandant une trainée de paillettes magiques scintillantes. 

Elle prit congé de ses protecteurs leur promettant toutefois que ce n’était pas de véritables adieux ; elle reviendrait un jour leur rendre visite afin de leur offrir un plus grand cadeau. Et pour les remercier de leur hospitalité, elle usa de son pouvoir pour régénérer leur jardin faisant pousser des fleurs, des légumes et des fruits.

Au beau milieu du printemps, la femme du fermier donna le jour à deux petites filles aussi différentes que le soleil et la lune : Clara et Bella. Eden, prévenue par les fleurs des jardins, vint en grand apparat ce jour- là, accompagnée de sa suite de fées. La joie de ces anciens hôtes était à son comble. 

La reine des fées leur révéla sa grande attente de cet heureux événement pour leur offrir un cadeau des plus merveilleux. Elle fit alors signe aux autres fées de former un cercle au-dessus du berceau commun aux petites filles. Elle se plaça au milieu d’elles et étincela de mille feux répandant une magie bienfaitrice sur les enfants. Elle venait d’accorder à chacune d’elle un don : la richesse du cœur pour Clara, le charme et la grâce pour Bella. Des qualitésqui, selon elle, étaient communes à la nature.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 3 versions.

Recommandations

Défi
JustineC
Lettre à mon moi du futur.
8
6
20
2
Bulwyde
La volonté du sang.

On dit que les montagnes d'Alak'losh sont habitées par un clan qui aurait pactisé avec les démons. Mais la réalité n'est pas aussi simple pour cette tribu rongée de l'intérieur par un sang corrompu.


Récit heroic fantasy sur la tribu des Kivis.
Dessin: @Oro_Oliver
100
157
1071
128
pierre françois

    Le proverbe " si jeunesse savait, si vieillesse pouvait" m'a toujours paru étrange. Il m'apparait comme le souhait d'un individu considérant l'Homme comme un pur esprit. Mais quand on y regarde de près, on s'aperçoit que les sens sont aussi importants que la raison. En conséquence de quoi, l'expérience sensitive de la douleur et du plaisir est inéluctable : il faut bien souvent ressentir dans sa chair les désagréments de la vie pour comprendre. L'amour, la trahison, l'amitié, l'ingratitude et tous ces termes sur lesquelles on aime tant disserter, tout cela prend son sens dans le corps qui le ressent : les abstractions ne provoquent rien de tel, elles interviennent après coup et permettent à la rigueur de comprendre et de guérir.


0
0
0
0

Vous aimez lire Shakespeare ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0