Chapitre 4 : L'élixir

2 minutes de lecture

La sorcière se faufile dans l’interstice découvert et pénètre dans une pièce sombre, faiblement éclairée par une torche en bambou plantée dans un sol de terre. Les murs sont faits de roches et une odeur d’humidité empreigne l’atmosphère.

Cependant, Olympe ne remarque rien de tout ça. La seule chose qui attire son regard, c’est le pupitre en bois où est posé un flacon contenant un liquide doré. Fébrile, la sorcière s’avance lentement. Alors qu’elle tend la main pour attraper la potion, la pie, qui l'a suivie, tapote de son bec une plaque en fer, fixée sur le dessus du pupitre et qu’Olympe n’a pas vue.

Ultime élixir de jeunesse dont la formule s’est perdue au fil des siècles. Toi qui ne souhaites pas vieillir, prends garde ! La magie est puissante et nul ne sait où elle prend fin.

— Qu’est-ce que c’est que ce charabia ? maugrée Olympe.

Elle hausse les épaules. Peu importe. Elle, ce qu’elle veut, c’est que les années qui s’écoulent ne se voient pas sur son visage. Elle attrape la fiole. La sorcière s’attend presque à ce qu’une alarme retentisse, mais rien ne se passe.

— Bon, je n’ai pas besoin de boire toute la potion. Je suis certaine qu’une gorgée suffira.

Olympe a un peu l’impression d’être Alice au pays des merveilles.

— Faites que je ne vois pas de lapin blanc, après ça.

Puis, penchant la tête en arrière, elle avale une longue lampée et sent le liquide couler dans sa gorge, la réchauffant. Elle pose le flacon sur le pupitre et respire un grand coup. Dans un doux tintement, un miroir aux dorures brunes se révèle sur l’un des murs de pierre.

Olympe marche dans sa direction et plonge son regard dans le verre noir de l’objet. Tout d’abord elle ne distingue rien, puis, peu à peu, son visage apparaît. La sorcière a beau se scruter dans la surface polie, elle ne perçoit aucun changement. La figure d’Olympe se contracte sous l’effet de la déception. Amère, elle constate :

— On dirait que je vais devoir continuer mes crèmes anti-âge et sans doute me faire des couleurs pour éliminer mes cheveux blancs…

À peine a-t-elle prononcé ses mots, qu’elle sent des picotements parcourir tout son corps, puis oh stupeur, sa taille diminue de quelques centimètres.

(à suivre)

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 3 versions.

Recommandations

Rose Maclin
Le rêve du milliardaire Geoffroy est de rencontrer les autres membres de la plateforme Scribay. Il décide d'organiser un concours mais l'un d'entre eux va disparaître...

(Toute participation est la bienvenue ;))
486
505
230
33
Cornedor
"Souviens-toi. Reste toujours un pas derrière elle. Tu es son Ours, tu es là pour la protéger. Si je vois une seule égratignure sur elle, tu seras fouetté. "
------------
L’année de ses quinze ans, Auroq est vendu comme esclave à la Maison.
La Maison, cet édifice gigantesque... Ce lieu d’où on ne revient pas. Là-bas, on dit que tout n’est qu’or, soie et bijoux précieux. Là-bas vivent les Renardes, ces dames mystérieuses qui règnent sur son peuple.

Auroq refuse de courber l’échine. Il est prêt à tout pour retrouver son frère, perdu dans les entrailles de la Maison. Mais lorsqu’on lui confie une petite Renarde boiteuse, leur vie à tous les deux s’en retrouve bouleversée...

Mêlée d'amour et de trahison, leur histoire risque de mettre leurs deux peuples en danger.

------------
TW : grossophobie, violence et violences sexuelles
3430
4050
6936
1033
Ana F.
Ceci n'est pas une Romance.
83
114
163
22

Vous aimez lire Ode Colin ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0