339. Léo

4 minutes de lecture

Et merde, maintenant qu’il n’avait plus de contact visuel avec Uta, l’envie d’une cigarette revenait furieusement en lui. Entêtante. Heureusement qu’il n’en était pas au point de trembler pour une cigarette. Mais bon, au fond de lui, il savait très bien qu’il était devenu accro. Bien plus qu’avant. Alors au final… Il était comme ses parents ? Allait-il changer ? Allait-il devenir agressif envers son amant pour simplement en fumer une ? Non, c’était improbable. Surtout que l’avoir dans son champs de vision ou contre lui l’apaisait. Néanmoins le doute persistait. Et s’il n’était que la pâle copie de ses géniteurs ? Tout comme sa mère ?…

Le rouquin ressenti un vide immense. Alors que Glad’ vint lui parler, il n’avait envie que d’une chose, fondre en larmes. Hurler et faire sortir sa souffrance de tout son être. Et même frapper dans quelque chose. Attends… Frapper dans quelque chose ? Pourtant… Il n’était pas en rage, alors pourquoi frapper ? Il se sentait si mal que ça ? Le fait d’être séparé d’Uta alors qu’ils étaient dans le même bar, à quelques mètres lui faisait ressentir de telles choses ? Rien n’allait. Il n’avait pas du tout reprit du poil de la bête. Il l’avait pensé pendant la journée, mais… Parce qu’il n’avait pas quitter son amant d’une semelle. Et puis… Ce que Glad’ venait de lui dire lui donna envie de se jeter dans ses bras pour pleurer et déballer tout ce qu’il avait sur le coeur. Il avait envie que d’autre personne que Uta le touche. Il avait envie de se sentir soutenu. Autrement que par le regard et la parole. Le rouquin trembla quelques secondes, il ne fallait pas craquer maintenant, tout aller bien se passer, enfin… Il l’espéré… Se tournant alors vers parrain, il essaya de sourire malgré tout. Et de parler, surtout de parler.

- Thank… But…

SHIT ! Merde alors ! Il n’arrivait qu’à parler anglais en se forçant ! Sa voix n’était pas cassé pour autant. C’était déjà bon signe. Le rouquin venait de plaquer sa main sur sa bouche de stupeur. Il ne s’attendait pas à parler en anglais aussi naturellement, sans s’en rendre compte. Comme ça. Alors que tout le monde parlait français autour de lui. Rabaissant sa main, il respira quelques secondes.

- C’pas qu’ça… J’rrive pas à… Le laisser… Mais genre… Vraiment…

Sortir ses bouts de mots avaient était une véritable épreuve pour lui. Il fallait qu’il se souvienne de parler français, et surtout de sortir des sons. Il allait falloir qu’il déballe vraiment tout à Glad, même si c’était par sms ou dans une simple lettre. Les mots écrits avaient toujours était son fort, tout comme le dessin. Il maîtrisait ses pratiques silencieuses. Alors que l’oral, pas du tout. Autant avant que maintenant. Espérant que Glad’ avait compris ce que Léo voulait lui expliquer, mais il n’y arrivait vraiment pas plus.

Son premier client arriva, il s’attaqua alors au travail en silence. Le client s’obstinait pourtant à lui faire la conversation. S’adressant à un mur. L’homme était un nouveau. Jamais vu dans le bar auparavant. Le roux commençait à bien connaître les têtes d’habitués et des clients. Le client commença à s’agaçé. Léo trop concentré ne répondait toujours rien. Il fallait qu’il s’obstine à faire son tatouage sans trembler par une envie de cigarette et une envie de courir retrouver son amant. Sauf que la soirée ne se passa pas du tout comme prévu. Encore moins que comme Léo essayait de la faire. Le client impatient de se faire répondre, en plus, apparemment c’était son premier tatouage, et ne savait pas que certains ne voulait pas discuter pendant. Il n’avait apparemment pas été prévenu pour Léo. Manque de pot, il lui toucha le bras.

La réaction fut immédiate. Le rouquin eut un réflexe instinctif. Se relevant de son tabouret à la volée. Envoyant valdinguer au milieu de la salle sa machine qui vibrait encore. Le client se mettant à crier contre lui pour savoir qu’il se passait, passablement énervé. Ses yeux de Léo passant de l’angoisse, à la colère, jusqu’à une rage brûlante. Merde, il ne fallait absolument pas qu’il éclate ici. Sinon, il allait défoncer la gueule de son client. Le punk se dirigea vers la porte d’entrée du bar en marchant rapidement. Ses bras tremblaient. Il fallait qu’il frappe dans quelque chose pour faire passer la rage. Une fois dehors, il alla sur le côté du bar, pour ne pas se faire trop voir par tout les passants et ceux étant dans la cour. Il s’agenouilla pour enfin frapper le bitume de ses deux poings serrés. Cela ne manqua pas, il fissura grandement celui-ci. Aucun son n’était sorti de lui pendant ce temps. Aucun hurlement, et aucune douleur ne pulsait dans ses mains. Changeant de position, il s’assit contre le mur, les jambes en triangles, ses coudes posés sur ses genoux. Il regardait par terre. L’envie de cigarette était passée. Mais être encore plus loin d’Uta lui pesait. Sa respiration se faisait difficile.

Annotations

Recommandations

Mweerie Mwee
Une jeune princesse doit faire face à une régence qui perdure. Unique Héritière elle se bat afin d'instaurer son règne. Aidée d'un conseillé farfelue ancien premier ministre elle va devoir faire face à de nombreuses trahison et des complots. Une seule question la tourmente: Va-t-elle pouvoir reprendre sa place?
14
4
2
150
Lunar.Writer
Alex Omega est un jeune oméga suicidaire qui à déjà fait d'innombrables tentatives, à la veille de son 17ème anniversaire, il va enfin savoir qui vas être son alpha pour lequel ses parents l'ont fait devenir ce qu'il est aujourd'hui, mais qu'est-ce qu'il se passerait s'il se rebellait enfin face aux tortures qu'il a vécu ?

⚠️Ce livre comporte des insultes et des scènes très cru réservé aux adultes (il y a aussi des mentions de viol mais très peu je vous rassure)☢️
41
5
22
63
Mila-Andovie
Laïka se réveille dans un milieu qui lui est totalement inconnu, qui plus est fantastique. Arbres bleu, fauves énormes et insectes en tout genre, elle est loin de se douter que tout ce qui l'entoure est bien réel et que huit ans la sépare de son ancienne vie.

L'Île. Ils ont atterri sur l'Île. Alors au milieu de ce village qui semble paisible, Laïka compte bien comprendre ce qui est arrivé à son frère et quelle est la cause de son propre accident amnésique.
17
7
27
120

Vous aimez lire Reiko . ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0