312. Uta

3 minutes de lecture

Uta se senti soulagé lorsque son amant lui dit que c'était la dernière fois qu'ils voyaient Edgar, un vrai soulagement car il savait pertinemment que s'il le revoyait encore une fois il risquerait vraiment de le tuer. Mais à sa dernière phrase et à ses larmes, le coeur d’Uta se serra, il se pencha en avant pour venir prendre son visage entre ses mains et l'embrasser tendrement.

- On ne se quittera plus, promis ! Sache juste que mon oncle est juste un malade, ce n'est pas de ta faute à toi ! Il est possessif et comme je te l'avais dis... Si je suppose que je suis vraiment son fils c'est un complexe qu'il alimente. Quand on était jeune... Il était infecte avec Erick car j'adorais mon frère, ça n'a jamais été de ta faute !

Il l'embrassa tendrement et à ce moment-là on frappa doucement à la poste de la chambre. Erick entra, ses yeux cherchèrent immédiatement son frère et un magnifique sourire chaleureux mais fatigué s'afficha. Il s'approcha des deux garçons et les salua d'un signe de tête.

[Erick] « Ça va, petit frère ? »

- Ça ne pourra qu'aller mieux !

Erick s'assit alors sur la chaise qui se trouvait à côté du lit, joignant alors ses mains sur une pochette plastique qu'il tenait, ses gants en cuir blanc crissèrent légèrement.

[Erick] « J'ai une méga bonne nouvelle ! »

- Ah ? Raconte donc au lieu de nous faire languire ?

[Erick] « J'ai enfin réussi à faire le nécessaire par rapport à notre oncle. Je viens d'appliquer une mesure d'éloignement sur lui pour qu'il ne t'approche plus à moins de un kilomètre ! »

- Tu sais très bien que ça ne sera pas assez pour lui, c'est pas lui qui m'a enlevé il a demandé à un homme de main de faire le sale boulot !

[Erick] « J'ai pas finit, héhé ! J'ai donc réussi à le destituer complément du Conseil des Évolutionnistes... Bon, j'ai dû prendre sa place mais ça ne me dérange pas. J'ai aussi réussi... À le virer complément du mouvement, un bannissement voté par le Conseil pour trahison, utilisation abusive des moyens du mouvement pour profit personnel. ET..... Je l'ai aussi destitué du bar ou vous bossez tout les deux ! »

Au fur et à mesure qu’Erick parlait les yeux d’Uta s'ouvraient en grand, ce n'était peut-être pas éthique de se complaire du malheur des autres, mais savoir que son oncle n'était devenu qu'une simple merde le satisfaisait grandement.

- En gros, t'es en train de nous dire qu'il n'a plus que le titre de baron et sa pseudo fortune !

[Erick] « Oui, il a assez d'argent pour survivre mais pas assez pour engager un avocat qui sera capable de le défendre contre moi, donc il va devoir rester gentiment à sa place ! En plus de ça, bon c’est pas cool quand même… Mais notre mère a légèrement retenté de le tuer en lui plantant un couteau dans la gorge. Donc elle est revenue en prison, et notre oncle est en convalescence, il a survécu quand même… »

Sur ce dernier point Uta fit une grimace, il était content mais à la fois gêné par l’acte de sa mère. Son oncle avait la peau dur il s’en remettrait après tout, et vu ce qu’il leur avait fait subir, ce n’était rien. Le jeune homme se pencha alors en avant pour embrasser son rouquin tendrement, ce qui fit glousser Erick qui trouvait ça tellement mignon.

- Et du coup, c’est toi qui reprend les rênes du bar, grand frère ?

[Erick] « Justement j’ai des papiers à te faire signer à ce sujet là… J’espère que tu seras d’accord. »

Il lui tendit alors la petite pochette qu’il avait dans les mains, le tatoué l’attrapa et l’ouvrit. C’était un acte de propriété du bar du mouvement au nom de… Uta Liarko. L’intéressé pâlit d’un coup, inspirant profondément et retint sa respiration. Il fixait les documents sans bouger et sans rien dire comme frappé par un sort de statue, puis il reprit sa respiration d’un coup et tourna vivement la tête vers son frère, ses yeux à moitié en larmes, moitié paniqué, moitié content.

[Erick] « Je pense que tu le mérites, petit frère ! »

À ce moment-là le téléphone d’Erick vibra, il regarda qui l’appelait puis se leva.

[Erick] « Je te laisse réfléchir et voir avec Léo ce que vous en pensez. Quand tu sortiras de l’hôpital tu passes me voir à l’agence pour me rendre les papiers signés ! À plus les amoureux ! »

Il disparut alors rapidement de la chambre, laissant Léo et Uta seuls. Le jeune homme attrapa la main de son amant les yeux paniqués, il ne savait vraiment pas quoi faire et surtout devenir le patron d’un bar aussi rentable n’était pas rien, certaines soirées se brassaient en millions.

Annotations

Recommandations

Lunar.Writer
Alex Omega est un jeune oméga suicidaire qui à déjà fait d'innombrables tentatives, à la veille de son 17ème anniversaire, il va enfin savoir qui vas être son alpha pour lequel ses parents l'ont fait devenir ce qu'il est aujourd'hui, mais qu'est-ce qu'il se passerait s'il se rebellait enfin face aux tortures qu'il a vécu ?

⚠️Ce livre comporte des insultes et des scènes très cru réservé aux adultes (il y a aussi des mentions de viol mais très peu je vous rassure)☢️
38
5
22
59
Asa No
En montant en selle pour récupérer un bijou qui aurait pu trahir sa présence dans une maison de plaisir, Lunixa ne se serait jamais doutée que cette nuit se finirait de la sorte.
Droguée avec Magdalena par un étrange Lathos insensible aux pouvoirs de la Liseuse et aidé par le patron de la maison, la jeune Princesse sombre dans l'inconscience sans avoir la moindre idée de ce qui les attend à leur réveil.

Avec l'arrivée des Illiosimeriens, Kalor ne tarde pas à se rendre compte de la disparition de sa femme. Dans tous ses états, il se tourne vers la seule personne qu'il estime coupable d'un tel méfait.

Mais comment réagira-t-il en découvrant que le responsable n'est pas forcément celui auquel il croit ?


Ce tome est le troisième de la série Les Héritiers.
Vous pouvez trouver le tome 1, Les Héritiers - La prisonnière de l'hiver, ici :
https://www.scribay.com/text/72154902/les-heritiers---la-prisonniere-de-l-hiver

Attention : scènes sensibles et violentes
2117
1498
2006
1178
Mila-Andovie
Laïka se réveille dans un milieu qui lui est totalement inconnu, qui plus est fantastique. Arbres bleu, fauves énormes et insectes en tout genre, elle est loin de se douter que tout ce qui l'entoure est bien réel et que huit ans la sépare de son ancienne vie.

L'Île. Ils ont atterri sur l'Île. Alors au milieu de ce village qui semble paisible, Laïka compte bien comprendre ce qui est arrivé à son frère et quelle est la cause de son propre accident amnésique.
17
7
27
106

Vous aimez lire Reiko . ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0