298. Uta

3 minutes de lecture

En fin de soirée, Prompto était aussi rond que les semi-tonneaux, Uta lui se tenait un peu mais avait les joues roses, Glad’ lui avait gardé sa sobriété et avait proposé de ramener le blondinet chez lui… Il avait l’habitude. Ils rentrèrent alors tous sain et sauf. Trois semaines plus tard le jeudi, c’était le jour du procès de la mère d’Uta. Il était stressé et avait presque fait une crise d’angoisse la veille, il avait fait une nuit blanche. Le matin il prépara le petit-déj’, extrêmement calme, c’était la première fois qu’il était habillé avec un costume, entièrement noir et très luxueux, son frère lui avait envoyé. Alors que son rouquin se levait, il l’embrassa tendrement avant qu’il ait le temps de dire quoi que ce soit.

- Tu prendras mes notes en cours ? De toute façon on se voit ce soir au taff. Je t’aime !

Il parti alors rapidement toujours un peu stressé. Arrivé au tribunal, il se plaça dans le fond, à l’abri des regards, même s’il ne passait vraiment pas inaperçu. Sa mère ne l’avait pas vu c’était tout ce qui comptait, son oncle lui l’avait vu et s’approcha de lui avec un beau sourire, beaucoup trop faux.

[Mawxell] « Tu devrais être content, non ? Ta mère va peut-être sortir enfin ! »

- Elle ne sera jamais libre ! Et si jamais c’est le cas elle ne s’approchera jamais de moi !

[Mawxell] « Je fais ça pour toi, pour que tu ais ta mère ! »

- Avoue que c’est pour toi et ta fierté à la con et t’excuser de ce que tu lui as fais !

Le baron lui lança un regard, il s’écarta et alla devant, une heure plus tard son frère arriva et lui sourit doucement. Le procès se déroula… Exactement comme Erick le lui avait dit. Uta était enfin soulagé, c’était finit, enfin et sa mère ne l’approcherai plus jamais. Son oncle sorti et Uta suivi quelques instants plus tard. Alors que le jeune homme se dirigeait vers l’arrêt de bus passant par une petite ruelle à l’écart de la foule, il senti une brûlure soudaine dans sa nuque, une piqûre. Il perdit tout de suite connaissance ne voyant pas son agresseur. Il se reveilla péniblement quelques heures plus tard, l’endroit était extrêmement lumineux, les murs étaient d’un blanc intense, alors qu’il voulu bouger il se senti contraint, les bras attachés en croix devant lui par des sangles blanches. Très vite il reprit ses esprits, devant lui se tenait son oncle debout en appuis sur sa canne le regardant avec des yeux noirs et à la fois triste.

[Maxwell] « Je suis désolé Uta, je suis obligé de faire ça… C’est pour ton bien, je dois t’éloigner de ce monstre de Léo… Je vais faire en sorte que ton esprit l’oubli et que tu redeviennes celui que tu étais. Tu resteras ici le temps qu’il faut ! »

Il se trouvait dans une pièce capitonnée avec une camisole de force, il ne portait plus son costume noir mais un pantalon d’hôpital. Un centre du mouvement certainement, le jeune homme se mis à hurler, suppliant son oncle de le libérer. Des mauvais souvenirs affluait son esprit, sa mère qui l’enfermait dans un placard, sa solitude, et surtout se retrouver loin de Léo. Des larmes coulèrent sur ses joues et se traîna jusqu’à son oncle.

- Nan, arrêtes tu peux pas me faire ça, arrête tonton, laisse-moi partir je vais pas supporter d’être enfermé ici, je t’en supplie me fait pas ça !

Maxwell recula en même temps qu'Uta avançait jusqu’à finalement le repousser en arrière. Il n’aimait pas voir son neveu le supplier et pleurer ainsi mais pour le baron cette manoeuvre était nécessaire. Il devait l’anéantir pour qu’il revienne vers lui pour toujours.

[Maxwell] « Ne t’inquiètes pas, j’enverrai un message à Léo de ta part ! »

Il sorti de la pièce et Uta se mis à hurler à pleins poumons de douleur et de peur. Maxwell lui pianotait déjà un sms à Léo.

'Pardon Léo, je ne supporte plus ta présence, tu me brises chaque jour un peu plus. Je suis parti loin de toi n’essaye pas de me retrouver, je vais essayer de me renouveler loin de toi, je ne t’aime plus ! Adieu'

Sms envoyé avec son téléphone à lui, il appelait Edgar

[Maxwell] « Bonjour Edgar, je pense que vous pouvez aller cueillir votre petit monstre, il doit sûrement être réduit en cendre à l’heure actuelle ! »

Annotations

Recommandations

Lunar.Writer
Alex Omega est un jeune oméga suicidaire qui à déjà fait d'innombrables tentatives, à la veille de son 17ème anniversaire, il va enfin savoir qui vas être son alpha pour lequel ses parents l'ont fait devenir ce qu'il est aujourd'hui, mais qu'est-ce qu'il se passerait s'il se rebellait enfin face aux tortures qu'il a vécu ?

⚠️Ce livre comporte des insultes et des scènes très cru réservé aux adultes (il y a aussi des mentions de viol mais très peu je vous rassure)☢️
38
5
22
63
Asa No
En montant en selle pour récupérer un bijou qui aurait pu trahir sa présence dans une maison de plaisir, Lunixa ne se serait jamais doutée que cette nuit se finirait de la sorte.
Droguée avec Magdalena par un étrange Lathos insensible aux pouvoirs de la Liseuse et aidé par le patron de la maison, la jeune Princesse sombre dans l'inconscience sans avoir la moindre idée de ce qui les attend à leur réveil.

Avec l'arrivée des Illiosimeriens, Kalor ne tarde pas à se rendre compte de la disparition de sa femme. Dans tous ses états, il se tourne vers la seule personne qu'il estime coupable d'un tel méfait.

Mais comment réagira-t-il en découvrant que le responsable n'est pas forcément celui auquel il croit ?


Ce tome est le troisième de la série Les Héritiers.
Vous pouvez trouver le tome 1, Les Héritiers - La prisonnière de l'hiver, ici :
https://www.scribay.com/text/72154902/les-heritiers---la-prisonniere-de-l-hiver

Attention : scènes sensibles et violentes
2121
1498
2006
1182
Mila-Andovie
Laïka se réveille dans un milieu qui lui est totalement inconnu, qui plus est fantastique. Arbres bleu, fauves énormes et insectes en tout genre, elle est loin de se douter que tout ce qui l'entoure est bien réel et que huit ans la sépare de son ancienne vie.

L'Île. Ils ont atterri sur l'Île. Alors au milieu de ce village qui semble paisible, Laïka compte bien comprendre ce qui est arrivé à son frère et quelle est la cause de son propre accident amnésique.
17
7
27
120

Vous aimez lire Reiko . ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0