209. Léo

4 minutes de lecture

Léo marchait tranquillement dans la ville, laissant ses jambes le guider au gré de ses envies. Attiré par des sons ou des lumières. Il n’avait pas fait ce type de balade, lente, et égal à lui-même depuis des années. C’était à l’époque ou il avait encore le droit de sortir dehors, avant qu’il rencontre Edgar. Ses souvenirs de torture le hantait, alors que la ville était belle, et que le soleil brillait. Se souvenant alors de sa toute première rencontre avec lui. Il avait tout juste quinze ans. Étant dans le centre depuis pas mal de temps déjà. Son gardien principal actuel venait de prendre sa retraite. Ce mec était bien sympa. Léo ne s’énervait que peu quand il était avec lui, seul. Ayant réussi à trouver quelque chose pour l’aider. L’écriture. Le punk, qui avait déjà des cheveux longs, roux à se damner, était à son bureau, en train d’écrire dans un carnet, pour ne pas penser à ce qui avait autour de lui. Quand soudain, quelqu’un entra sans frapper, une habitude dans le centre. Un homme assez grand et mince. Tout de noir vêtu, un regard aussi sombre que ses vêtements. Premier geste : brûler son carnet devant lui. Première parole : « Je vais te dresser, espèce d’inadapté ». Vous imaginez la suite...

Notre Hamsterponky National pensait à tout et n’importe quoi. Tantôt à des inspirations pour ses écrits au détour d’une rue ; tantôt à des petites idées de flashs en regardant un mur de tags. Sauf qu’il n’avait rien pour écrire et dessiner. Il avait juste son téléphone portable. Il avait reçu deux appels de Glad’. Qu’il avait bien évidemment filtré. Notant dans sa partie « notes » ses idées. Se disant que même s’il s’agissait d’un appel d’Uta, il allait le filtrer. Il avait besoin d’être seul. De respirer le grand air. Son esprit était totalement perdu. Et si à cause d’Edgar, il allait revenir en centre ? En Australie ? Non… S’il retournait la-bas… Il se foutrait en l’air, c’était une certitude. Finir en prison alors ? Vu son âge, c’était possible. Et le baron ? Et Edgar ? Ils n’étaient plus la quand Léo sorti. Allaient-ils s’allier ?

Une angoisse naissant dans son ventre pour venir se caler dans un coin. Léo n’était absolument pas de nature curieuse, sachant que le passé était parfois trop lourd à porter. Pourtant, il voulait savoir. Savoir ce qu’était ce lien si particulier entre son oncle et Uta. Avec une petite phrase, non. Avec le son de sa voix, Maxwell avait réussi à faire stopper le geste d’Uta. Le rouquin savait, il l’avait senti, il savait qu’il n’aurait pas pu le calmer. Tout comme Léo aurait pu ne pas s’arrêter s’il n’avait pas eu cette emprise sur lui, en voyant Edgar. Une rage si profonde dormait en lui, dont il était la cible. Un jour, quand il ne lui ferait plus peur, il le tuerait sûrement au détour d’une rue.

Au bout d’un moment, ses jambes commençaient à lui faire mal. Il avait beaucoup marché, sans jamais s’arrêter. Il n’était même pas allé se poser dans un parc ou en terrasse d’un café. Non, il avait ce besoin de marcher sans s’arrêter. Dans une petite ruelle, bordée de pavés rougeâtres, il fini par éclater en sanglots alors que la nuit était la depuis plus d’une heure. La lune bien haute. Ses larmes coulant sans bruit sur son visage, dans un hurlement sourd alors qu’il regardait cet astre si blanc. Se touchant le tatouage sur sa nuque. Était-ce réellement terminé entre eux ?...

« L…Léo… aaaa… Attends ! Léo… Pardon ! »

Des bruits de pas. Non, quelqu’un qui courait pas très droit, la respiration bruyante. Et ensuite, ces deux phrases. Non. Il rêvait sûrement. Ce ne pouvait pas être lui. S’il se retournait, pour en avoir le cœur net ? Non… Si ça se trouve, c’était un rêve. Il n’était pas vraiment là. Ou alors, peut-être que tout allait se terminer ce soir ? Dans cette ruelle ?… Il fallait qu’il sache, son cœur le faisait trop souffrir. D’abord le couteau qu’avait planté Edgar en plein cœur. Ensuite… Ce couteau qu’Uta avait planté, sans le vouloir, il le savait, alors que le rouquin venait de lui planté le sien, juste avant...

Baissant le visage pour arrêter de fixer la lune, il ferma les yeux. Inspirant puis expirant profondément pour se donner du courage. Il se retourna, et ouvrit les yeux, sa main toujours sur sa nuque, caressant ce tatouage si particulier. Voyant alors un Uta complètement exténué. Ses larmes avaient séché sur le visage du rouquin, creusant des sillons fins.

- Uta ?…

Par pur réflexe, son corps bougea tout seul, courant à toute allure vers son démon qui avait les poumons en feu, le prenant dans ses bras, le prenant par en dessous les genoux, et par le dos pour le soulever doucement, et l’asseoir sur lui alors qu’il s’asseyait par terre, contre l’arbre. De sorte à ce que la tête du démon repose sur le torse du punk. En silence. Puis, il le serra doucement contre lui, sans trop l’étouffer. Prononçant une phrase. Ni distante, ni froide . Juste rassurante.

- Respire doucement…

Annotations

Recommandations

Lunar.Writer
Alex Omega est un jeune oméga suicidaire qui à déjà fait d'innombrables tentatives, à la veille de son 17ème anniversaire, il va enfin savoir qui vas être son alpha pour lequel ses parents l'ont fait devenir ce qu'il est aujourd'hui, mais qu'est-ce qu'il se passerait s'il se rebellait enfin face aux tortures qu'il a vécu ?

⚠️Ce livre comporte des insultes et des scènes très cru réservé aux adultes (il y a aussi des mentions de viol mais très peu je vous rassure)☢️
38
5
22
59
Asa No
En montant en selle pour récupérer un bijou qui aurait pu trahir sa présence dans une maison de plaisir, Lunixa ne se serait jamais doutée que cette nuit se finirait de la sorte.
Droguée avec Magdalena par un étrange Lathos insensible aux pouvoirs de la Liseuse et aidé par le patron de la maison, la jeune Princesse sombre dans l'inconscience sans avoir la moindre idée de ce qui les attend à leur réveil.

Avec l'arrivée des Illiosimeriens, Kalor ne tarde pas à se rendre compte de la disparition de sa femme. Dans tous ses états, il se tourne vers la seule personne qu'il estime coupable d'un tel méfait.

Mais comment réagira-t-il en découvrant que le responsable n'est pas forcément celui auquel il croit ?


Ce tome est le troisième de la série Les Héritiers.
Vous pouvez trouver le tome 1, Les Héritiers - La prisonnière de l'hiver, ici :
https://www.scribay.com/text/72154902/les-heritiers---la-prisonniere-de-l-hiver

Attention : scènes sensibles et violentes
2117
1498
2006
1178
Mila-Andovie
Laïka se réveille dans un milieu qui lui est totalement inconnu, qui plus est fantastique. Arbres bleu, fauves énormes et insectes en tout genre, elle est loin de se douter que tout ce qui l'entoure est bien réel et que huit ans la sépare de son ancienne vie.

L'Île. Ils ont atterri sur l'Île. Alors au milieu de ce village qui semble paisible, Laïka compte bien comprendre ce qui est arrivé à son frère et quelle est la cause de son propre accident amnésique.
17
7
27
106

Vous aimez lire Reiko . ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0