157. Léo

4 minutes de lecture

Oui, Léo venait d’Australie. Il venait de le dire à Glad’. Peut-être était-il temps de le dire à Uta aussi. Ce type d’information lui semblait étrange. La nationalité ne se voyait pas sur son visage. Peut-être y avait-il quelques indices dans son accent quand il parlait français ? Il avait beau parler français couramment car sa mère était française… Son fort accent anglais était resté, et aussi, il avait du mal à dire « Désolé » en français, disant le plus souvent un « Sorry », avec son fluide accent anglais. Ce qui faisait craquer certaines filles de ses cours à la fac. Le plus souvent, quand il répondait mal à une question de la prof de théologie, il se grattait l’arrière de la tête en balançant ce mot. Ce qui constituait en partie un atout de son charme naturel. Le punk n’était pas très doué en théologie. Presque premier de la classe en écriture et démonologie, il se disputait la première place avec certains, notamment Uta. Mais ça, il s’en fichait un peu.

D’ailleurs, quelques filles de son cours l’approchaient depuis qu’il s’ouvrait un peu plus aux autres. Ce qui pouvait rendre le petit démon jaloux, mais Léo entretenait des rapports très très cordiaux avec elles. Leurs disant bonjour que quand elles le saluait et il répondait de temps à autre à des questions en rapport avec les cours. Point. Il ne voulait pas se lier à elles. Déjà, car ces cours étaient un peu ceux des « bizarres » prient d’assaut par les sportifs et connards de la fac’ qui charriaient souvent à la sortie des cours. Le roux savait éperdument que si ces filles devenaient des « amies », il ne pourrait plus faire abstraction des vachement que les mecs leurs lancent et qu’il péterait les plombs. Une façon stratégique de gérer sa colère. Même si connaître de nouvelles personnes était conseillé pour lui, il se plaisait avec son petit monde. Connaissant réellement trois personnes. Stevens, Uta, et Glad. Bon, deux personnes du coup, vu que Stevens était retourné en Australie.

La première remarque de Glad’ fit sourire Léo, qui reprenait contenance. Il n’avait qu’une envie, lâcher une punchline du genre : « Oh oui, Glad’, marrions-nous ! Mais je veux un couple libertin pour garder Uta auprès de moi ! ». Se retenant alors car il s’agissait d’une discussion trop sérieuse pour lui, il rangea cette répartie dans un coin de son cerveau pour la sortir une autre fois. Pas de doute que son Maître d’apprentissage éclaterait de rire quand il l’entendra.

- Tiens, voila son numéro de portable. T’en fais pas du décalage horaire ! Stevens dors presque pas la nuit depuis le décès de son fils. Il a un rythme assez particulier. Je suis sûr que vous allez vous entendre, vous vous ressemblaient pas mal…

Sortant une carte de visite de sa poche, une neuve, qu’il lui avait donné il y a quelques jours alors qu’il était venu. D’ailleurs, la bouteille de champagne qu’il avait apporté était toujours au frigo. Il allait falloir l’ouvrir. Pourquoi pas organiser une soirée et inviter Glad’ ? Vu qu’il allait devenir plus proche de Léo, c’était une bonne idée. Une pensée traversa l’esprit du rouquin. Et le baron ? Ou en état Uta avec son oncle ? Ouai, Léo n’aimait vraiment pas ce type. Mais il pouvait comprendre ses réactions en rapport avec son neveu. Enfin, il ne comprenait pas tout bien sûr Mais peut-être qu’il aimerait voir ou son neveu vie ? Une soirée à quatre pouvait être envisageable, mais… Il devait avant vraiment en parler avec son amant. Léo ne voulait faire aucune gaffe. Mais d’un côté, si Uta pouvait se réconcilier avec son oncle et que de ce fait, cet oncle pouvait voir que Léo ne voulait pas de mal à son si cher neveu, ça serait cool. Il ne cherche pas forcément à s’entendre avec lui. Mais juste que tout ça s’arrange.

À l’évocation du passage du permis moto, Léo sourit un peu plus. C’était le plus grand sourire qu’il n’avait jamais eu. C’est vrai qu’il avait eu ce projet avant de partir. Faire ses études, faire son apprentissage, et passer son permis moto. Alors si la il était « obligé » de le passer. C’était encore mieux. En plus, avec toutes ses allocations que l’État Australien lui versait et les petites économies qu’il se faisait en travaillant, il avait ce qu’il fallait pour se payer le permis moto, 12h de conduite et, sa moto de rêve. C’était tout de même appréciable.

- Pas de souci, le permis moto était déjà prévu dans mes plans depuis quelque temps, mais pour le coup, je vais le commencer plus tôt !

L’heure de l’embauche arriva, il vit Uta débarquer, se levant il alla l’embrasser tendrement. Lui susurrant à l’oreille :

- J’ai eu une idée tout à l’heure, pour un truc, je t’en parles quand on rentre ? Je t’aime.

Puis revint à son poste de travail pour se préparer et apprendre exactement ce que Glad’ avait en tête pour son projet à deux tatoueurs qui lui faisant relativement envie à lui aussi. Bien qu’il faisait des tatouages relativement similaire au bar, pas tout le temps bien sur, il y avait des clients qui le surprenait et qui demandaient des flashs qu’il avait dessiné. Néanmoins, Léo avait fait un stock assez énorme de peau synthétique pour s’entraîner aussi à l’appartement pour perfectionner ses traits et surtout son style de tatouage.

Annotations

Recommandations

Lunar.Writer
Alex Omega est un jeune oméga suicidaire qui à déjà fait d'innombrables tentatives, à la veille de son 17ème anniversaire, il va enfin savoir qui vas être son alpha pour lequel ses parents l'ont fait devenir ce qu'il est aujourd'hui, mais qu'est-ce qu'il se passerait s'il se rebellait enfin face aux tortures qu'il a vécu ?

⚠️Ce livre comporte des insultes et des scènes très cru réservé aux adultes (il y a aussi des mentions de viol mais très peu je vous rassure)☢️
38
5
22
59
Asa No
En montant en selle pour récupérer un bijou qui aurait pu trahir sa présence dans une maison de plaisir, Lunixa ne se serait jamais doutée que cette nuit se finirait de la sorte.
Droguée avec Magdalena par un étrange Lathos insensible aux pouvoirs de la Liseuse et aidé par le patron de la maison, la jeune Princesse sombre dans l'inconscience sans avoir la moindre idée de ce qui les attend à leur réveil.

Avec l'arrivée des Illiosimeriens, Kalor ne tarde pas à se rendre compte de la disparition de sa femme. Dans tous ses états, il se tourne vers la seule personne qu'il estime coupable d'un tel méfait.

Mais comment réagira-t-il en découvrant que le responsable n'est pas forcément celui auquel il croit ?


Ce tome est le troisième de la série Les Héritiers.
Vous pouvez trouver le tome 1, Les Héritiers - La prisonnière de l'hiver, ici :
https://www.scribay.com/text/72154902/les-heritiers---la-prisonniere-de-l-hiver

Attention : scènes sensibles et violentes
2117
1498
2006
1178
Mila-Andovie
Laïka se réveille dans un milieu qui lui est totalement inconnu, qui plus est fantastique. Arbres bleu, fauves énormes et insectes en tout genre, elle est loin de se douter que tout ce qui l'entoure est bien réel et que huit ans la sépare de son ancienne vie.

L'Île. Ils ont atterri sur l'Île. Alors au milieu de ce village qui semble paisible, Laïka compte bien comprendre ce qui est arrivé à son frère et quelle est la cause de son propre accident amnésique.
17
7
27
106

Vous aimez lire Reiko . ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0