22. Uta

3 minutes de lecture

Le psy’ sembla passer devant lui sans même daigner lui dire un bonjour ou se présenter, premier point qui énerva grandement le jeune Uta. Deuxième point, il alla directement dans la boîte à seringues de son colocataire et sembla en rajouter une. Uta lui lança alors un regard des plus noir même si celui-ci ne semblait pas le voir et cette asperge se dirigea droit dans la chambre de Léo. Il semblait habitué au lieu et cela énerva d’autant plus le brun. Les psychiatres lui donnait vraiment de l’urticaire. Le jeune homme alla s’asseoir sur le canapé, reprenant alors sa bière en main et se mit à pianoter sur son téléphone, sauf qu’il semblait qu’une porte n’était pas fermée, pouvant donc entendre parfaitement la conversation.

Il serra alors les mâchoires. Les psy’ avaient bien tous la même façon de parler et de plus celui-ci menaçait Léo de le ramener en centre… Ah, les centres… Il n’y avait passé qu’une semaine avant de s’en faire retirer par son tuteur. Son tuteur était un des dirigeants du mouvement évolutionniste et Uta simplement son neveu de sang. Comme ses parents ne supportaient pas son comportement et se sentant impuissant face à sa maladie ils avaient fini part l’envoyer en centre alors qu’Uta n’avait jamais touché à une seule drogue. Au centre il avait était shooté à divers types de médocs bien plus puissants que ce que le psy’ familial avait pu lui donner avant. Cela n’avait absolument pas arrangé son cas mais son tuteur avait réussit à le sortir de ce cycle sans fin même si cela avait prit plus d’une année. Certains spécialistes ne juraient que par les médicaments alors que d’autres arrivaient à faire des miracles en médecine douce.

Le ton semblait monter dans la chambre du rouquin, le jeune homme se crispa. Ce genre d’atmosphère le rendait nerveux. Jusqu’au moment où il entendit plusieurs « dégage », le psy’ semblant rajouter quelque chose avant de sortir de la chambre. Uta se leva et vint alors ouvrir la porte à cet homme désagréable. Il lui fit un sourire noir avant de claquer la porte derrière lui. Il c’était bien retenu de ne pas lui cracher son venin à la figure. N’aimant vraiment pas ce genre de type qui ne voyait les patients que comme des chiffres ou juste un rendement à fric. Shooter un patient au cachets n’était pas la solution à tout.

Un fracas retentit alors dans la chambre de Léo et Uta devina clairement qu’un meuble ou un mur avait prit cher. Il alla dans la salle de bain chercher des bandages et se pointa ensuite devant l’entrée de la chambre de son colocataire. La triste scène lui rappela lui quand il faisait ses crises et qu’absolument tout dans sa chambre finissait en miette. Il s’approcha alors d’un pas léger et vint se placer devant Léo, il dégagea les débris au sol et se mit à genoux en face de lui. C’est sans un mot mais avec une délicatesse intense qu’il tendit le bras pour lui prendre doucement un de ses poignets. L’enroula délicatement dans les bandages de façon assez serré mais pas trop, fit la même chose avec son autre poignet, délicatement et sans un mot. Et quand il eut fini il releva les yeux pour chercher ceux de Léo. Celui de Uta ne montrait pas de la pitié car il n’en avait pas, il le regardait de façon normale mais avec assez de douceur.

- Je n’aime pas trop ton psy’, ça a l’air d’être un véritable connard… Je suis certain que tu pourrais t’en sortir sans médocs. J’ai été comme toi à une époque, shooté constamment par ce que me donnait le psy, aujourd’hui je n’ai absolument plus rien dans les veines… Pourtant on m’a diagnostiqué une bipolarité sévère…

Il n’aimait pas se mêler de ce qui ne le regardait pas et encore moins donner des informations de ce genre sur lui. Cependant son geste avait un côté plus ou moins égoïste. Si Léo retournait en centre il perdrait sûrement sa colocation dans cet appartement et il ne voulait en aucun cas retourner avec la bande de singes. Après tout s’il réussissait à aider un peu Léo il pourrait garder sa tranquillité.

-----

NOTE DE L’AUTEUR :

Alors ? Je vous avez promis un début d’histoire !

C’est un début de rapprochement entre nos deux amis !

Bien que cela soit un peu triste à cause de la situation. Mais deux êtres qui souffrent peuvent se comprendre facilement.

À la semaine prochaine !

Annotations

Recommandations

Lunar.Writer
Alex Omega est un jeune oméga suicidaire qui à déjà fait d'innombrables tentatives, à la veille de son 17ème anniversaire, il va enfin savoir qui vas être son alpha pour lequel ses parents l'ont fait devenir ce qu'il est aujourd'hui, mais qu'est-ce qu'il se passerait s'il se rebellait enfin face aux tortures qu'il a vécu ?

⚠️Ce livre comporte des insultes et des scènes très cru réservé aux adultes (il y a aussi des mentions de viol mais très peu je vous rassure)☢️
38
5
22
59
Asa No
En montant en selle pour récupérer un bijou qui aurait pu trahir sa présence dans une maison de plaisir, Lunixa ne se serait jamais doutée que cette nuit se finirait de la sorte.
Droguée avec Magdalena par un étrange Lathos insensible aux pouvoirs de la Liseuse et aidé par le patron de la maison, la jeune Princesse sombre dans l'inconscience sans avoir la moindre idée de ce qui les attend à leur réveil.

Avec l'arrivée des Illiosimeriens, Kalor ne tarde pas à se rendre compte de la disparition de sa femme. Dans tous ses états, il se tourne vers la seule personne qu'il estime coupable d'un tel méfait.

Mais comment réagira-t-il en découvrant que le responsable n'est pas forcément celui auquel il croit ?


Ce tome est le troisième de la série Les Héritiers.
Vous pouvez trouver le tome 1, Les Héritiers - La prisonnière de l'hiver, ici :
https://www.scribay.com/text/72154902/les-heritiers---la-prisonniere-de-l-hiver

Attention : scènes sensibles et violentes
2117
1498
2006
1178
Mila-Andovie
Laïka se réveille dans un milieu qui lui est totalement inconnu, qui plus est fantastique. Arbres bleu, fauves énormes et insectes en tout genre, elle est loin de se douter que tout ce qui l'entoure est bien réel et que huit ans la sépare de son ancienne vie.

L'Île. Ils ont atterri sur l'Île. Alors au milieu de ce village qui semble paisible, Laïka compte bien comprendre ce qui est arrivé à son frère et quelle est la cause de son propre accident amnésique.
17
7
27
106

Vous aimez lire Reiko . ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0