21. Léo

2 minutes de lecture

Le psy’ n'était pas surprit par le physique du colocataire de Léo. Il avait l'habitude des physiques atypiques vu les cas sociaux qu'il se trimballait en tant que patient. Le psychiatre était une grande asperge aussi svelte qu'un squelette. Il entra et se dirigea d'abord vers la cuisine, regardant dans la boîte de médicaments pour voir combien de seringue il lui restait. Eu l'air étonné de voir que la grosse était absente. Il fouilla dans son sac et rangea une nouvelle grosse seringue dans la boîte, puis il alla dans la chambre de Léo. Celui ci avait ouvert le verrou. Le praticien laissa la porte grande ouverte. Précautions de psychiatre... Il s'assit au bureau du garçon alors que celui-ci était sur son lit.

[Psychiatre] « Alors comme ça tu as encore tabassé un pauvre jeune ? »

- M'avait chercher…

[Psychiatre] « Fait attention, je t'ai dit qu'à la prochaine incartade tu retournais au Centre... Et cette fois tu n'aura plus la possibilité d'en sortir... »

Le psychiatre sourit sadiquement.

[Psychiatre] « Tu es tout aussi junkie que des parents, tu sais ça ? »

- C'est faux !... C'est vous qui me rendait accro avec vos médocs à la con... Vous savez bien que rien n'agit vraiment sur moi…

[Psychiatre] « Tu me mens depuis le début. Je sais que les calmants agissent rien qu'à voir tes yeux. Avoue que cette sensation de bien-être quelques secondes après la piqûre te manque... »

- Peut être ! Parce que à part ça y a rien qui me fait me sentir bien et calme !

[Psychiatre] « Oui enfin... À part frapper quelqu'un... »

- Mais bordel espèce de connard ! Vous essayez de me mettre à bout ! Avouez que vous voulez que j'y retourne !

[Psychiatre] « Peut-être... En même temps tu n'es pas une tâche facile... Je te connais Léo... Je sais que tu aimes souffrir... Et retourner au Centre pourrait te faire du bien... Toi qui aimes tant souffrir... »

- C'est faux…

[Psychiatre] « Oh non... C'est vrai... Tu ne te fais aucun ami, tu t'enfermes dans ta bulle de souvenirs douloureux du passé... Tu ne te lie à quelqu'un que part la violence... »

- C'est faux... J'ai un coloc’ et ça se passe bien…

[Psychiatre] « Ce n'est qu'une façade... »

- C'est faux !... Dégagez... Dégagez !…

L’homme fini par se lever.

[Psychiatre] « Je t'ai remis le calmant pour les terreurs nocturnes. Je ne voudrais pas que tu perdes les pédales... »

Il parti enfin, la porte de la chambre de Léo étant toujours ouverte. Le rouquin tremblait de tout son corps, tenant sa tête dans ses mains. Il tapa alors dans le mur donnant dehors et démonta sa table de nuit. Assit par terre dans les miettes de la table en bois, les poignets et ses cicatrices en sang, il pleurait. En répétant inlassablement : « Putain » dans un murmure.

-----

NOTE DE L’AUTEUR :

Salut tous le monde !

Cette semaine vous allez pouvoir entrevoir un possible début d’histoire !

Comment trouvez-vous le psychiatre ? Je n’ai pas d’image de référence pour lui mais je l’imaginais bien un peu dans le style d’Anton Ego dans Ratatouille (c’est le critique culinaire).

Il nous a bien énervé ce personnage avec Lydasa !

Quand je parle de médicaments qui n’agissent pas sur Léo, je parle du fait que son organisme fait une sorte d’accoutumance physiologique. Qu’il faut des doses élevées, allant jusqu’au dessus de la dose mortelle pour que cela ait un effet normal sur le corps du garçon.

Annotations

Recommandations

Lunar.Writer
Alex Omega est un jeune oméga suicidaire qui à déjà fait d'innombrables tentatives, à la veille de son 17ème anniversaire, il va enfin savoir qui vas être son alpha pour lequel ses parents l'ont fait devenir ce qu'il est aujourd'hui, mais qu'est-ce qu'il se passerait s'il se rebellait enfin face aux tortures qu'il a vécu ?

⚠️Ce livre comporte des insultes et des scènes très cru réservé aux adultes (il y a aussi des mentions de viol mais très peu je vous rassure)☢️
38
5
22
59
Asa No
En montant en selle pour récupérer un bijou qui aurait pu trahir sa présence dans une maison de plaisir, Lunixa ne se serait jamais doutée que cette nuit se finirait de la sorte.
Droguée avec Magdalena par un étrange Lathos insensible aux pouvoirs de la Liseuse et aidé par le patron de la maison, la jeune Princesse sombre dans l'inconscience sans avoir la moindre idée de ce qui les attend à leur réveil.

Avec l'arrivée des Illiosimeriens, Kalor ne tarde pas à se rendre compte de la disparition de sa femme. Dans tous ses états, il se tourne vers la seule personne qu'il estime coupable d'un tel méfait.

Mais comment réagira-t-il en découvrant que le responsable n'est pas forcément celui auquel il croit ?


Ce tome est le troisième de la série Les Héritiers.
Vous pouvez trouver le tome 1, Les Héritiers - La prisonnière de l'hiver, ici :
https://www.scribay.com/text/72154902/les-heritiers---la-prisonniere-de-l-hiver

Attention : scènes sensibles et violentes
2117
1498
2006
1178
Mila-Andovie
Laïka se réveille dans un milieu qui lui est totalement inconnu, qui plus est fantastique. Arbres bleu, fauves énormes et insectes en tout genre, elle est loin de se douter que tout ce qui l'entoure est bien réel et que huit ans la sépare de son ancienne vie.

L'Île. Ils ont atterri sur l'Île. Alors au milieu de ce village qui semble paisible, Laïka compte bien comprendre ce qui est arrivé à son frère et quelle est la cause de son propre accident amnésique.
17
7
27
106

Vous aimez lire Reiko . ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0