20. Uta

4 minutes de lecture

Uta somnolait sur son téléphone lorsque son coloc’ débarqua, tremblant de colère et se rua sur ses médicaments. S’injectant alors une dose de « on ne sait quoi ». Le jeune homme crispa des dents, mais préférât ne pas se manifester. Il était bien trop crevé pour porter un jugement et encore moins bien placé pour le faire. Mais ses yeux rouges se perdirent sur les nombreuses cicatrices de son partenaire de vie et sur celle sanguinolente de son poignet. Vu l’état de celle-ci ça ressemblait à une cicatrice qui s’était ré-ouverte. Un cas très rare mais qu’il avait pu observer sur certains de ses clients, la peau en se rétractant pouvait céder, tout comme les vergetures. Uta resta sans bouger et entendit Léo aller dans sa chambre pour s’enfermer, il prit alors une autre gorgée de sa bière et reprit son pianotage sur des sites spécialisés d’implants.

Le lendemain le réveille fut difficile, il avait beau avoir des tendances insomniaque, Uta n’arrivait pas à sortir du lit. Il avait fermé la porte et elle avait un verrou. Super, il s’était enfermé même si l’idée ne l’enchantait vraiment pas. Sauf que son colocataire ne paraissait absolument pas net, limite effrayant même s’il ne le montrerait jamais devant lui. Il s’étirât, se tortilla dans tous les sens avant de gémir et de se lever, les cheveux en vrac. Il sorti de son lit, Léo était déjà parti pour le Starbucks. Il fila alors sous la douche. Nu, le corps de Uta n’avait aucune cicatrice, sa peau était seulement très pâle au point où on pouvait voir toutes les veines de son corps serpentant sous sa peau.

Il s’était fait poser un implant le long de la colonne vertébrale, formant trois petites bosses de chaque côtés des vertèbres. Aucun tatouage, à part sur ses deux bras, son torse et ses deux mollets. Il avait aussi fait un implant sous peau juste au-dessus du bas-ventre de la taille d’une paume de main, avec le sigle d’un bouton d’arrêt d’une console. Uta était complètement imberbe, comme sa « secte » prônait la beauté du corps, il respectait absolument tout les critères. Pas trop de muscle, mais assez pour dessiner sa silhouette.

En sortant de la douche il se regarda dans la glace, la couleur naturelle de ses yeux était un vert pâle tirant sur le bleuté, même sans ses lentilles il avait toujours ce regard profond et étrange. Il avait de toute façon mit de côté pour faire une kératopigmentation, un changement définitif de la couleur de son iris. L’opération ne prenait pas longtemps, mais il préférait attendre le week-end avant de la faire, car il ne pourrait rien voir pendant vingt-quatre heures. De plus, il faisait tout cela sans anesthésie, il était très résistant à la douleur, mais il y avait des chances pour qu’il « tourne de l’oeil ». Il mit ses lentilles rouges et sorti de la salle de bain filant dans sa chambre pour s’habiller. Lui n’avait aucune pudeur et son coloc’ était parti.

Juste à ce moment-là il l’entendit rentrer, Uta ferma la porte et alla s’habiller. Cette fois simplement avec un slim noir en simili, des new rock montant à mi-mollet et un sweat banalement noir. Il retroussa les manches et prit son sac de cours, filant dans la cuisine pour boire un verre et vit une tasse sur la table à manger. Il avait pourtant dit à Léo qu’il ne voulait rien. Il soupira mais l’a prit, finalement il avait besoin d’un café vu la nuit qu’il avait eut. Il descendit la boisson rapidement et fila à la fac, refermant la porte à clé derrière lui.

En cours le jeune homme se plaçait toujours au fond de la salle, pour éviter les regards pesants de ses camarades. Il avait bien remarqué le rouquin toujours au même cours que lui, mais il n’avait absolument pas envie d’aller le voir ou quoi que ce soit. Son poème ne le secoua même pas... Il ne semblait même pas étonné qu’il soit capable de sortir ce genre de texte. Soupirant, il commençât à pianoter sur son téléphone encore une fois sur des articles de la communauté Évolutinniste. La journée se déroula normalement, dû moins jusqu’à ce qu’une bagarre éclate dans le couloir à la sortie des cours. Uta vit clairement qui était responsable de tout ça…

Le rouquin, il regarda alors la scène de loin sans rien dire, il y avait assez de badauds qui c’était agglutiné autour de la victime inconsciente que Léo avait laissé derrière lui. Uta porta alors nerveusement son pouce à la bouche, le mordillant de nouveau. Il venait de comprendre que le mec qui partageait son appartement était vraiment un gros taré et qu’il ne fallait mieux pas le frustrer ou l’emmerder. De toute manière il n’avait pas à se mêler de ça, s’il restait assez éloigné émotionnellement de lui il n’y aurait aucun souci, après tout Léo ne lui servait juste à avoir un appart’ pas cher et tranquille, il ne voulait pas en faire son pote.

En rentrant à l’appartement il remarqua la chambre bien fermée de Léo. De toute manière il n’avait absolument pas envie de lui faire la morale. Cette histoire ne le regardait absolument pas. Il fila jusqu’au frigo, déposa un petit billet dans le pot commun et prit une bière. Il fila devant la fenêtré pour regarder dehors, il pleuvait pour changer, mais il trouvait cela tellement reposant. Il se remit à mordiller son pouce, cette fois parce qu’il avait envie de fumer, sauf qu’il n’avait pas de clope sur lui. La sonnette retentit alors, Uta pivotant sur lui-même, se souvenant que Léo lui avait dit que quelqu’un viendrait le voir. Il vint frapper à la porte du rouquin pour le prévenir.

- Je crois que ta visite est là… Je vais aller ouvrir. Te plains pas si ça les refroidit de voir ma tête! 



Il alla donc à la porte d’entrée pour ouvrir à un homme qui sembla tout de suite l’analyser… Putain, un psy’…

- Bonsoir, je suis Uta, le coloc’ de Léo, il est dans sa chambre !

Annotations

Recommandations

Mweerie Mwee
Une jeune princesse doit faire face à une régence qui perdure. Unique Héritière elle se bat afin d'instaurer son règne. Aidée d'un conseillé farfelue ancien premier ministre elle va devoir faire face à de nombreuses trahison et des complots. Une seule question la tourmente: Va-t-elle pouvoir reprendre sa place?
14
4
2
150
Lunar.Writer
Alex Omega est un jeune oméga suicidaire qui à déjà fait d'innombrables tentatives, à la veille de son 17ème anniversaire, il va enfin savoir qui vas être son alpha pour lequel ses parents l'ont fait devenir ce qu'il est aujourd'hui, mais qu'est-ce qu'il se passerait s'il se rebellait enfin face aux tortures qu'il a vécu ?

⚠️Ce livre comporte des insultes et des scènes très cru réservé aux adultes (il y a aussi des mentions de viol mais très peu je vous rassure)☢️
41
5
22
63
Mila-Andovie
Laïka se réveille dans un milieu qui lui est totalement inconnu, qui plus est fantastique. Arbres bleu, fauves énormes et insectes en tout genre, elle est loin de se douter que tout ce qui l'entoure est bien réel et que huit ans la sépare de son ancienne vie.

L'Île. Ils ont atterri sur l'Île. Alors au milieu de ce village qui semble paisible, Laïka compte bien comprendre ce qui est arrivé à son frère et quelle est la cause de son propre accident amnésique.
17
7
27
120

Vous aimez lire Reiko . ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0